Le bruxellois: journal quotidien indépendant

190 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 27 Mai. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 25 avril 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/wh2d797690/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Le Bruxellois 1 JOURNAL QUOTIDIB3W INDEPENDANT m h XSF» anutèe* ^ m» ioiu - ■=.« < ■■ * fe ABONNEMENT , « \; Bruxallos « Provinco « Etranger V Los abonnements sont reçus exçlusÎTement par tous les BUREAUX DE POSTÉS. \ Les réclamations concernant les abonno-inents dpivent être adressées exclusivement au bnroaude poste qui a délivré l'abonnement, 1 •; PRIX DES ABONNEMENTS t • " s mois '. 2 mois : 1 mois : . 4 \Fr. 9.00 Fr. 6.00 Fr. 3.00 Tiraga : 125,000 par joui* _= k. ANNONCÉS ; Faits divers ot Echos ...... la ligne fr. 6 00 Nécrologie V 3 00 §8» Annonces commerciales 2 0®..' Annonoes financières . X 2 00 j|tok PETITES ANNONCES : la grande ligne 8 00 rfHfjj Rédacteur en chef René ARMAND. \ Rédaction, Administration, Publicité, Ventô BRUXELLES, 33-33, rue de la Caserne. ' Tirage: 125,000 par jour» I,, LAGUERRE Communiqués Officiels 1 ALLEMANDS 'BERLIN, 26 mal (Officiel, midi): ,, Vf Théâtre (le la guerre à l'Ouest. -i JAti sud du canal de Nieuporé et de fart tl d'autre de Dixmv.de, nous avons fait "plus 'fie 70 prisaîiriiers belges au cours d'opérations de feu d'envergure. I' Le feu d?artillerie modéré pendant la 'journée devint plus vif dans la soirée dans 'quelques secteurs isolés des fronts de combat. A la tombée de la nuit, une recrudescence du feu d'artillerie considérable s'est produite ■passagèrement dans la région de Kemmel et au sud de la Somme entre Mo-reuil et Monididier. Près de Buequoy, de {fréquentes agressions ont échoué. Dans les 'autres secteurs également, la vive action de Preconnaissance de l'ennemi a perduré. j> A cette occasion, des Américains à l'ouest 'de Mohtdidier, des Français dans la plaine de, l'Ailette et. des Anglais sur la rive méridionale de l'Aisne, au nord-est de La Neuville, ont été faits prisonniers. \ BERLIN, 25 mai (Officiel du soir): 'Rien de nouveau des théâtres de la guerre. La guerre sous-inariac. BERLIN, 25 mai (Officiel): ' .• 'Succès soUs-marins sur le théâtre de la \guerre septentrional: D'après les dernières informations de nos sous-marins, ceux-ci \ont coulé 16,000 tonnes de jauge brute marchande^ Un vapeur de charge d'au moins '•GjOOO tonnes de jauge brute, a été torpillé fau seiit d'une forte couverture; un autre 'grand vapeur chargé a été torpillé au milieu d'un' convoi protégé. AUTRDCHIEN VIENNE, 25 mai (Officiel): " Les combats ont essentiellement diminué 'd'intensité hier, dans la région de la Zugna. i.Des attaques de reconnaissance ennemies sur le haut-plateau d'Asiago et au Piave inférieur ont échoué. Le feu d'artillerie enne-\ni a'endommagé quelques maisons. Plus Ye 30 avions ennemis ont bombardé Feltre. j[7n civïl fut tué et il y a S blessés; quant, déliât militaire, il est minime. Le pilote ,„ir.pagne ff. d'officier von Kisz, l'un Ic-'t nos meilleurs pilotes, a été abattu en 1t<"'Oaf aérien et nous avons recueilli sa iépùttille mortelle. BULGARE ..SQFIA, 23 mai (Officiel): Sut le front, en Macédoine, sur le lac d'O-chrida, nos batteries ont dispersé des trouves d'attaque françaises qui tentaient d'approcher de nos postes après une préparation 'd'artillerie. Dans la vallée supérieure de la •Sltwrtbi, au sud d'Huma et près du village \d'Altschah-Mahle, l'artillerie est restée très v -qctive. Dans la vallée de la S trottina, engagements entre patrouilles. Près d'Ochrida •et dans la vallée du Vardar, grande activité aérienne ennemie. TURC CONSTANTINOPLE, 21, mai (Officiel): Sur le front en Palestine, après plusieurs heures de préparation d'artillerie, un bataillon ennemi a attaqué nos positions établies ■i l'est de la route de Nabltis à Jérusdlem; il a été repoussé avec de fortes pertes. Des escadrons de cavaliers combattant à piea 'tint subi le même sort en essayant d'avancer vers le nord dans la vallée du. Jourdain. 'Dans le bassin du Jourdain, l'artillerie ennemie a été plus active que d'habitude. D'ans les environs de Jéricho et au nord-est de (Stte région, grande activité dans les camps '■nne mis. Le 21 mai, des aviateurs anglais ont lancé vingt bombes sur Médina; les explosions n'ont pas causé de dégâts. Dans les Dardanelles, quelques-uns de 110s aviateurs de combat ont livré bataille • à des avions ennemis. Au cours de l'action, \le premier lieutenant Croneize a descebdu 1111 avion ennemi qui est tombé en flammes. Les restes de l'appareil sont entre nos tiains. Le lieutenant Croneize a ainsi remporté sa Te victoire aérienne. Sur les autrès fronts, la situation n'a pas changé. FRANÇAIS PARIS, 25 mai (Officiel, S h. P. M.): Au cours de la nuit, nous avons repoussé deux coups de main ennemis, l'un au sud du bois de Hangardj l'autre dans les Vosges. Nos détachements et patrouilles ont réussi diverses incursions dans les lignes ennemies à l'ouest de Noyon, vers Appilly et en Woevre. Nous avons fait un certain nom-ire de prisonniers. Rien à signaler sur le reste du front. , PARIS, 25 mai (Officiel, 11 h. P. M). : Rien à signaler en dehors de l'activité intermittente de l'artillerie au nord et au sud 4e l'Avre. . - y, ITAL5EN '■> ROME, 2/f mai (Officiel): Sur la crête du Salo au nord-est du lac de LedrOj après avoir traversé les ouvrages de défense avancés de l'ennemi, nos patrouilles ont pénétré dans une partie des lignes autrichiennes et en ont ramené des prisonniers, des fusils et du matériel de guerre. [Dans le secteur de la Zugna Torta, l'ennemi a répondu par une forte contre-attaque '4 l'énergique avance de nos détachements; y. a été repoussé et a laissé une dizaine de prisonniers entre nos mains. Nous avons enrayé par notre feu des attaques tentées par les Autrichiens sur le monte Vifo (vallée de Ledro), le monte Trappola (Valarsa), dans le bassin d'Asiago, entre la Brenta et 'la Piave et sur le monte Pertica. Grande activité aérienne. Nous avons 'descendu cinq avions ennemis et bombardé Efficacement les champs d'aviation autrichiens établi^ à Feltre et à Motia di Li-venm. ^ 3# , > ANGLAIS 1 'LONDRES, 2Jt mai (Officiel): . ^ ® Hier, l'ennemi a attaqué par surprise au o nord de la colline 70; quelques-uns de nos ® hommes manquent à l'appel. Hier soir, les Allemands ont tenté d'attaquer un de nos postes établis dans le boit d'Aveluy; ils ont été repoussés. Peu après minuit, nous avons exécuté une heureuse attaque au sud-ouest f± de La Bassée; nous avons fait quelques pri-us sonniers. Nous avons obtenu le même résul-tat au cours d'un engagement, entre patrouilles au nord du canal d'Ypres-Comines. ja L'artillerie allemande a été active la nuit à l'ouest de Lens, dans les environs de Gi-n_ venchy et près de Festubert. Nos positions ,s'_ établies dans le secteur de la forêt de Niep-pe ont été bombardées à l'aide de grenades le à eaz- 0_ Sous la protection 'du feu de, son artille-rie, l'ennemi a attaqué cette nuit près de es Buequoy; quelques-uns de nos hommes man-quent à l'appel. Dans divers secteurs, des patrouilles françaises et anglaises ont fait ,Sf quelques prisonniers. ... Sur le reste du front, rien à signaler. rl LONDRES, 25 mai (Officiel de l'Ami-... rauté): Le croiseur auxiliaire armé «Moldavian (9,500 tonnes brut) a été torpillé et a coulé le 23 mai au matin. Aucune victime -parmi Véquipage, mais 56 soldats américains manquent à l'appel. On craint qu'ils n'aient été tués par une explosion. La guerre aérienne. es. LONDRES, 25 mai (Officiel): - ; "Cl Durant le laps de temps du 20 au 22 mai, lr~ des fractions de nos forces de combat aé-riennes ont exécuté des entreprises de bom-, e bardement contre Zcebrugge, contre le mô-'e le et le point d'appui des hydro-avions ainsi l~ que contre les vaisseaux ennemis ancrés dans le voisinage. Ensuite contre Thourout et le champ d'aviation ennemi de St-En-Westrem. On signale que des torpilleurs en-u$ itemis ont été atteints en deux endroits, et ,l7 nous avons pu observer au moyen de clichés \es photographiques qu'un destroyer a sombré. n_ En outre, S avions ennemis ont été forcés de descendre désemparés. Tous nos avions us sont restés indemnes. N. B, — L'Agence Wolff apprend de ,if. fottree autorisée que durant le laps de ,tc temps cité par le communiqué officiel an-un glais, notamment du 20 au 22 mai, il j' a eu cn certes plusieurs attaques aériennes contre sa Zeebrugge et les environs; néanmoins, l'adversaire n'a pu enregistrer aucun succès. Lors d'une attaque aérienne, deux jours auparavant, c'est-à-dire le 18 mai, l'un d~ nos torpilleurs fut légèrement endommagé par O- une bomba d'aviateur, dans le charnier de ni- Biugçs. Aucun de nos torpilleurs n'a sont-ip- bré. Au cours de leurs vains efforts en vue ou d'occasionner des dégâts à nos points d'ap-la put en Flandre, au moyen d'attaques aé-ge riennes, les Anglais ont perdu 5 avions, du--ès rant le seul espace de temps compris entre fil- le 18 et le 22 mai. Un autre fut obligé d'at-da terrir et son équipage futjait prisonnier. verre.' ts v «»»/.'«• /" vovrt < • ***>— — Dernières Dépêches vl j x .. - ~ « 1 um Éilt/i Q» ). A ttaques aériennes contre Chaiieroi et ■s Namur, L L>e3 attaques aériennes en territoire ■s belge paraissent appartenir «ctaelieiaent !; au programme permatinenlD dos alliés. s Aujourd'hui encore, des lioxiv&lles ar-a rivent concernant une attaque anglaise ' du 21 courant. Elle atteignit des fau-bourgs de Cha,rleroi, peu après 9 h. du !' matin, pa-r 10 bombes qui onlt considéra-■3g blemenb endommagé la propriété privés ,s belge et tué dans un groupe de civils Le Belge Gustave Patris ©t blessé griève é ment un homme et deux femmes belges, 's puis deux Belges légère me A. L'esoa-drille fut tenue éloignée de Chaiieroi f même par Le feu de défense. e La même escadrille jeta 3 bombes à Na»-l> mur, qui ont endommagé plusieurs mai-" sons, tué un homme et blessé deux femj-,'s mes belges. Aux deux endroits, il n'y a i_ pas eu de dégâts militaires. Comme dans des cas semblables la pro-is te station ©t l'indignation de la population belge s'élèvent, ici encore, contre les alliés, qui infligeant d'une manière insensée des dommages aux habitants j i paisibles du territoire occupé. ïd Eâ i'attente dc l'offensive allcmaude. s- Bâle, 28 mai. — Les «Nouvelles do it Bâle» annoncent que l'Agence Havas 1- reçoit de Paris l'information que voici : e& « L'ennemi a placé ses troupes d'attaf-?" que en couverture, prêtes à agir. La canonnade atteint une violence formidable. Il est probable que les Allemands n'attendent plus qu'un moment particu-id lièrement favorable pour leur attaque par surprise. Au front et derrière lui, il y a des troupes résolues à passar, à l'offensive. » ' > ■.. Les négociations à La Haye. £ La Haye, 28 mai. — Le négociateur anglais qui vient d'arriver est non pas es M. Haldane, mais Sir Edouard Hoiden, n. l'un des financiers anglais les plus en e. vue d'Angleterre, le président du con-e- seil d& la banque Loncl-on City and Midv te iand Bank. ,v- \ » •: • s; > : .* Discours dc Lloyd George.' ie Londres, 24 mai, (Heufer). — Lloyd n" George a été honoré, à Edimbourg, du Ye titre de citoyen d'honneur de cette ville. ^ Il y a prononcé un discours contenant, e'f ©njtlr® autres,'*ce passage : Depuis dix-huit mois je md 'trouve à la tête du gou-'is vernemeint britannique, à l'époque la lé plus tourmentée de l'histoire d'Angle-'(• terre. Jusqu'ici, Le gouvernement et la i- défenaa du paya onlt eu à lutter contre -\ deux facteurs contraires. L'effondre- s j.,4 t.. ^ *•1 ■ ' menti de la Russie ia valu urf appoint fex- e traordmaire à l'ennemi, alors que les r, t contingerits étaient presqu'épuisés chez ; i tous les belligérants. Qu.ainfc à l'assi&tan-" c© amérioaimie, on. ine peut l'attendrie à c r breif délai; il fauifc du 'temps pouir lever a ; et instruire deis armées.MaJgtré tous ses / efforts,l'Amérique n'arrive,actuellement, ; qu'à nous procurer un cinquième du nombre de Rusée® dont les Centraux é . eoniti débarrassés depuis la débâcîd de la f Russie. Le second facteur contraire ré-! side dama la guerre sous-marins sans restriction. On n'attendai.. pas, de l'Al-! lemagne, semblable procédé, qui est ab-" siolument sans précédent; tou'te l'his-5 toii<e de la piraterie rie relate aueun exemple d'une conduite analogue, (Ap-l plaud.) La gueriw sous-marine a débuté ' pair dos succès, elle s'annonçait commis ^ f fortt dangereuse. Si eilte avait réussi ; t complètement, la Grainda Bretagne eût , été privée de vivres et de matériel de ^ guerre; il n'eût plus été possible à 1 " l'Angleterre ©t à ses alliéis d'effectuer 1 les transpo,r,tls de troupes et de miuini- 1 { tionis vers les différents théâtres de la ] '■ guerre. La flotte marchande britannique . constitue La conduite d'air pour l'ar-1 niée des alliés. (Applaud.). Si on ooupe la. communication, il n'y a plus de re,s- : piration possible pour les troupes des 1 alliés. Voilà les problèmes qui se sont < , présentés au gouvernemenlt ; il a fallu '• - tout d'abord réorganiser la construction ' - de la flotte marchande; l'Ecosse a bril- ] lamment résolu la question; pais, il a , ' fallu nedtréiridre la consommation dc sf l'Angleterre, privée de millions de ton , _ mes d'importation, tout en aJugmentaait ■ I. la production inltérieure ou miner si, bois j gt denrées comestibles. Je tiens à témo'i-s gner ma gratitude au patriotisme des 1 ;. agrieulteairs et des propriétaires fon-s ctsto : depuis 1Ô16, lai superficie cultivée ' s du Royaume-Uni a été augmentée de 4 millions d'acres; en 1Ô16 on a doublé e l'effectif des nouvelles constructions de e navires ; le gouvernement espère le tri-pler, voire menue le quadrupler cette an-e née; les marins anglais ne s'accordent aucune trêve avant d'avoir décisivemen't maîtrisé le fléau de la guerre so>us-niari-:- ne. Ils ont déjà attaqué les nids de sou-s-s marins eit obstrué l'accès à deux d'entre r eux : Ostendie et Zeebrugge. c 2D mai. - De 1' «Alge- mè&n Handelsblad», à propos de ce dist-c cours : Lloyd George a parlé d'un match !" de vitesse entre Hindenburg et le prési-j. dent WiJson ; or, d'après les paroles du e chef de cabinet, anglais, il semble que Hindenburg en soit, le vainqueur. La seule communication intéressante de Lloyd George, c'est le passage affirmant que, selon lui, il n'y avait eu, jusqu'à présent, aucune occasion de mettre ho-t norablemenlt, un terme à la guerre. Elle • offre surtout de l'intérêt par la. déclara-e ti<xn dont elle est suivie : « Le devoir ' ^ du gouvernememt, c'est d'éviter Les extrêmes, c'est de tenir un juste milieu en-tre les fanatiques du pacifisme et ceux s de la guerre à outrance. » Pour un homme qui, précédemment, li prêchait la guerre jusqu'à la dernière ^ extrémité, il y a déjà beaucoup de mois dération à ne plus rejeter toute idée pa-s cifiste comme équivalant à un acte de i- haute trahison. s, Déclaration de guerre de Cosla-Rica t- ' aux Centraux. )i New-York, 25 mai. — L'Agence Router est informée de San Juan del Sur t- que la république de Oosta-Rica aurait i- déclaré la guerre aux Puissances cen-ij- 'traies. a Les négociations germano-hollandaises. La Haye, 26 mai (officiel). — Las pour-1- parler® entre négociateurs hollandais et 1» allemands au sujet) de la mise à exécuj-© tion de la convention antérieure ont e abouti, jeudi dernier, à un accord com-is plet. Vendredi, on a commencé las pourparlers relatifs à une nouvelle convention; on les poursuit le plus prompte- 0 ment possible. s Risques des soitlals français cn congé. : Beirne, 25 mai. — Le «Petit Parisien» D- annonce que les soldats revenus du front a en congé se plaignent de n© pouvoir 1- quitter 1a zone de l'armée que durant la. Is nuit, dans des trains que les aviateurs 1- allemands harcèlenlt copieusement de 1© bombes et décharges de mitraille usas. Il i, en résulte que ces soldats, au lieu d'ej à chapper à la mort en quittant leurs 1 tranchées, courent un danger plus grand encore. -- ir Les combats à l'Ouest. » us Berlin, 25 mai. — L'ennemi a lancé, le 1, 24, ainsi que la nuit du 24 au 25, des forces ,a considérables contre le,s positions alleman-des, mais elles ont totalement été repous-r sécs de partout et avec de lourdes pertes. Exemple, l'échec sanglant de l'attaque par plus'euxs compagnies anglaises parties de Brulooze. Au sud-ouest du canal de l'Yser, d les patrouilles ennemies n'ont pas obtenu u le moindre succès. La poussée opérée au 3. milieu de la nuit par le,s Anglais, après une t, canonnade préparatoire de courte durée, et t. avec de forts contingents, contre les posi-j. tions allemandes de Hamel, leur coûta [a des sacrifices particulièrement pénibles; ils ' ne purent pénétrer qu'en un seul point, . " dont ils furent immédiatement refoulés; en-la suite, une autrfc attaque précédée d'une fo'r-■'10 te préparation d'artillerie et. exécutée con-5- fcre les positions des Allemand;; à Albert; fut . :... WÊ '' . ' • enrayée déjà par le tir efficace de l'infanterie et 'des mitrailleuses de ces derniers. A l'ouest de Montdidier, attaque de forts bataillons américains contre le front aile- • mand; l'une des patrouilles américaines fut complètement exterminée par le tir, une autre rejetée par contre-attaque valut aux Américains de lourdes pertes. Le bombardement do Laon. Berlin, 25 mai. — La date du 24 marque également pour Laon et ses faubourgs de grands dégâts causés par le tir français. Plus de 200 charge» de gros calibre ont atteint la malheureuse ville, dont la destruction ne fait que progresser; à proximité immédiate de la cathédrale, ravages d'un projectile de gros calibre; dans le faubourg St-Marcel, vaste incendie; parmi la population civilé, quatre tués et deux blessés. j Lénine adversaire dc la bourgeoisie. Kowno, 25 mai. — Les «Informations bal-tico-lithuanicnnes» ont appris par les journaux de Pétrograd que Lenine aurait prononcé. dans cette ville, un discours ayant trait à la politique économique future pour la Russie; il aurait proclamé comme objectif, en toutes circonstances, l'anéantisss-ment complet de la bourgeoisie. . Le combat entre le vapeur armé italien «Stcrope» et «n croiseur sons-marin allemand. > Berlin, 25 mai. — On sait que le croiseur sous-marin, commandé par le capi-; taine de corvette Eckelmann, a rencontré ; chez les navires italiens une résistance acharnée, surtout chez le vapeur «Sterope», un crqi.seur auxiliaire pourvu de canons plus nombreux que ceux du sous-marin, et qui avait été aperçu par ce dernier le matin du 7 avril. Comme il paraissait inof-feneif, le sous-marin, arrivé à 3 kilomètres, déchargea deux coups de canon avertisseurs; aussitôt, l'adversaire vira de bord et fit feu de quatre pièces; le sous-marin riposta par un tir rapide, mais pointé avec calme, et dont les effets devinrent visibles: l'adversaire cherchait à esquiver las coups en opérant des courbes et en effectuant un tir de retraite; il atteignit même une vitesse dépassant celle du sous-marin, dont le tir, malgré la mer houleuse, continuait ses effets; après environ une heure de combat <_t une quantité de projectiles portant juste, l'Italien, alors à 10 kilomètres de distance, t stoppa et hissa le drapeau blanc; son équi-l page le quitta dans 13 chaloupes. En fait d'hommes tombés, il y avait son commandant, un capitaine de frégate et deux officiers, plus une douzaine de marins blessés. Tous les naufragés reçurent des soins et ott>- DÉPÊCHES DEPECîîfciS L'aitaquc aérienne contre Londres. Zurich, 25 mai. — De Londres à la «Ziircher Posft» : L'attaque prononcée par les Allemands contre Londres dans la» nuit du 21 mai, p©ult êtr ©comptée au nombre des plus importantes et des plus efficaces ; les communiqués officiels annoncent jusqu'ici plus de 50 morts et 200 blessés. Le plus grand nombre des victimes est signalé du territoire même de la capitale. Il est établi que le nombre des aviateurs qui ont participé à l'attaque contfre Londres était extraordinai-rementt grand. Si les avions avaient pu nous arriver avec la même fcé^yj-ité qu'auparavant, le nombre d>es morts aurait été terrible. Néanmoins, quelques avions à peine parvinrent à franchir notre feu de barrage et si malgré cela il y a tant de victimes, il faut l'attribuer à ce que les bombes sont tombées dans des parties populeuses de la ville. Plusieurs combats aériens ont été tout aussi palpitants qu'au front de l'Ouest. La Roumanie veut se débarrasser de l'Entente. Bucarest, 25 mai. — M. Kartamsehoff, ancien consul général russe à Galatz, qui a travaillé par tons les moyens de corruption à la jonction de la Roumanie à l'Entente, a été arrêté ces derniers jours, pour espionnage, à Galatz. Mort du président du Reichsiag. Berlin, 25 mai. — Son Excellence le Dr. Kaempf, président du Ecichstag, s'est endormi doucement du sommeil éternel vers 5 heures de l'après-midi. Nouvelles négociations germano-r, hollandaises. .. - La Haye, 25 mai (Korrasp. bureau). — Sur la demande adressée au gouverne-memlf; allemand, l'ambassadeur hollandais à Berlin a été informé de ce que la récente modification da l'ordonnance des prises allemandes, est applicable dans toute son étendue à la navigation hollandaise, vu que la plus grande partie des navires hollandais navigue ; pour compte des alliés ; il a été ajputé toutefois qu'il ne peut être question ni d'une attaque sans avertissement préalable,ni d'une destruction on dehors de la zone dite incertaine, et- en outre que Les difficultés suscitées du côté allemand seraient écartées, du moment qu'un aq-cord est intervenu au sujet des conditions moyennant lesquelles l'Allemagne siérait décidée à accorder un ~ sauf-conduit aux vaisseaux néerlandais. Les libres parcours assureront l'avance la nai-vigatiion. C'est ait sujet de cet aceoixl qu'on négocie actuellement. - • >+ : - ^ L'AngiJ(eterrè, et la Hollande.' -:,:'Là Haye, 25 mai. — L'ancien ministre anglais Haldane " "se trouva depuis quelques jours la Ssy»}, bous plus - n" stricte incognito. Sa visitte est en rap-( ,3, port avec une affaire anglo-holla«ndaiso ts importante. uj i;<La guerre sous-marine. t no Londres, 25 mai. — Le vapeur poste! ax «Juniscara», jaugeant brut 1450 tonnes,1 a été torpillé le 23 mai au cours de. son voyage de Fishguard à Cork et a sorn-ue bré; cinq hommes de l'équipage, y 00mi-' de pris le capitaine, ont été sauvés ; les 37 is. autres sont portés manquants et ont' d- probablement péîfi. Le <-Juniscara.» ai lc" «ombré très rapidement; l'un des sur-1 î11" vivants a été recueilli à bord du sous-'r marin. Le capitaine du «Juniscara» est ^ sérieusement blessé. ,4' Rome, 25 mai. — Comme le raconte à! titre complémentaire le «Giornale d'It-a-lia», le torpillage du vapeur tran&atian-ir" tique italien «Adria» dans l'océan A'V--0_ lantiqué, par un sous-marin allemend, nt à l'aube du 24 mars, fut précédé d'un ur bref combat au cours duquel le capitain.31 :c- du vapeur fut mortellement blessé. Lea >1- survivants purent êtr© sauvés le lendemain par un vapeur anglais. ff în Paris, 25 mai. ■— Les jour-' maux annoncent que la côte de Mur» man est bloquée par des sous marins al-oi- lemands. Une foule de vapeurs ont été, E>1* torpillés et coulés ces dernières semai-;re nés. ^ ^ce Moscou, 25 mai. (Ag. tél. russe.) —< ^ Le commissaire pour les affaires étran < gères Tschitiscliorine a protesté près dq la_ comte Mirbaeh contre le torpillage deà of. vapeurs russes par des &ous-marins al-t es, lemands à la côte de Murman. M.TschiU-is- scherine a déclaré que de tels faits et étaient de nabure à surexciter le peuple ri_ ©t exprima la forme conviction de ce que 'oc les familles des naufragés et des blessés es ' seraient indemnisées. " i ^ N. B. — Il convient de remarquer à 3&e oe sujet que le barrage de la côte de ir, Murman a été expressément maintenu efl par le tra'ité de Brest-en-Lithuanie et t t que cette condition de paix a été expreste, sèment ratifiée par les délégués russes. ce.' La situation en Irlande. u.1; La Haye, 25 mai. — De Londres nu ^ «Hollandsch Nieuws Bureau» : Hier soir tfi- 1® gouvernement a publié une partie du éSi matériel de preuves concernant la pré-1 et tendu© conjuration gbrmano-irlandaisie., >rd Les détails manquent jusqu'ici. L© «Ti-: mie«» approuve la discrétion et la pruf-: — denoe du gouvernement, qui retient pour l'instiant un© partie, du matériel d© preu-' ves. U faut- croire que ce qui en ressortira, sera tout bonnement épouvantable ! N. d. 'la 1 R'» M Zurich, 25 mai. — De la «Gazette dë Zurich du matin» : Divers journaux an. n' glais font pressentir que l'on doit e'at-' au teindiv à une guérilla sanglante dans s l'Irlande occupée. j >(>n La Haye, 25 mai. — De Londres au '• «Hollandsch Ni>euws Bureau» : Peu à peu les cercles irlandais à Londres ao-; quièrent la conviction que c'est le gé-] néral Smuts qui a instigué le gouverne-' ^ ment à prendre des mesures militaires contre l'Irlande. On se souvient qu© • c'est lui qui jadis a provoqué l'expulsion ,,fQ dos chefs ouvriers révolutionnaires de l'Afrique du Sud. Contradictions piquantes. Stockholm, 24 mai. — L'éditeur Dahl-^ berg publie une brochure ayant trait à la guerre de 1870-71, où l'on se rend compte de l'attitude de l'Angleterre, à cette épo-[que, comparativement à celle qu'il lui plaît ete d'adopter actuellement. U rappelle qu'on de pouvait lire; j 1.) dan? le «Daily News» du 20 août 1870: Je Louis XIV a volé, il y a environ deux siècles, l'Alsace, dont la population est d'ori-' ginc et de langue allemandes; 2.) Asquith tz' disait, le 11 octobre 1914: les Allemands ' ont volé, en 1871, l'Alsace, dont la popu-. lation est d'origine, langue et mœurs fran-m® çaises; 3.) dans le «Daily News» du 27 ers août 1870: c'est précisément le système du militarisme prussien qui met la Prusse eri tête des puissances défensives de l'Europe; jg, 4) Asquith proclamait au cours de cette guerre: nous prenons part aux hostilités dans le but de combattre le militarisme , prussien; 5.) dans le «Daily News» du 5 gep-L- tembre 1870: c'est à bon droit que l'Allemagne réclame une rectification ds frontières susceptible de la protéger, à l'avenir, — contre toute attaque illégitime; 6.) parole^ n,e,_ d'Asquith : «des rectifications de frontières, aQ, cela revient à des annexion:-»; 7) dans lo ( «Times» du 7 septembre 1870: «les Alle-\ mands épris de pacifisme»; 8) dans le «Ti-3 mes» de 1917 : les Allemands sont des Huns) 9.) dans le «Daily News» du 8 septembre îol- 1870: (da France a toujours prétendu s'im-.'t;e miscer dans les affaires de l'Allemagne») Mir 10) paroles d'Asquith en 1917 : l'Allemagne lté- a toujours prétendu s'immiscer dans les af-, faires de la France; 11) dans le «Times» dy i ni 14 septembre 1870: «les agissements de l'Ai. 3'nc> lemagne à l'égard de la France ne suscite; ,.f ront pas le moindre anxiété en Angleterre»! 12) paroles d'Asquith en 1917 : « Seule, 1^ S0" rétrocession de l'Alsace-Lorraine à la Fran) ce peut con/stituer une base admissible poul idi- la conclusion d'une paix européenne ». gne Odyssée d'une carte française do * °*i- ' : .ravitaillement. ' } b- Le «Pays» raconte ces avatars d'un Frao naj- çaig nommé Dubuisson, fugitif qui abaa oixl donna sa maison de Lille pour s'installe * avec sa famille à Paris, où il sollicita un carte de ménage: nip. 1) Sa femme produit la déclaration écri . " te nécessaire pour obtenir la carte; 2) à li 'J répartition, le ménage ne reçoit pas de ca« '. '^-1 te; le cabinet du niajrg réclamg yn çgttifl blXCENTIlVlES . •- -r • ! '• ; * " H- •» 'Cnûli S7 Mai 18I8V\ VÉdJB

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes