Le métallurgiste: organe bimensuel de la Fédération nationale des métallurgistes belges

80 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 01 Fevrier. Le métallurgiste: organe bimensuel de la Fédération nationale des métallurgistes belges. Accès à 25 mai 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/833mw2932s/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LE METALLURGISTE oro-ane; mens UEii do la Centrale des Métallurgistes de Belgique Pas de droits sans devoirs administration : maison on peuple, me Joseptt-Stevens, 17, Bruxelles Pas de devoirs sans droits (jfj 37,000 EXEMPLAIRES S" (| 27,000 MEMBRES ^ A propos de la Crise Plusieurs de nos amis nous demandent si la crise industrielle qui sévit actuellement et qui frappe si douloureusement les ouvriers de l'industrie métallurgique, et, ou sera aussi intense que celle que nous eûmes dans les années 1908 et 1909. Pour bien apprécier la situation, nous donnons ci-après les chiffres du chômage depuis le mois d'avril 1907, date à laquelle fut constitué notre caisse de chômage nationale. Il g s „ Os .O y *- u. ANNÉES > 3 "3 .= ! § o S g "g ï § en a Q 1907 0,4 0,5 0,4 1,2 0,6 3 1 1,2 1,6 3 2,9 2,3 1908 2,5 3 2 3,9 3 4,6 4,7 4,9 5,4 5 4,6 4,3 4 1909 3 2,3 2,2 3 3,5 3 3,6 2,6 2,6 2*6 2,6 3,3 1910 1,52,71,81,71,81,91,71 1,61,91,21,3 1911 1,11,4 1,1 2 1,2 1,3 0,9 0,7 0,8 0,90.8 0,8 1912 0,9 0,6 0,8 1 0,81,1 0,7 0,9 0,9 0,8 0*7 0,7 1913 0,9 1,2 3,3 5,2 5,8 3,3 2,3 2,3 2,9 ■ i i i i i i i i ■ i i Comme le constate ces chiffres, nous n'avons pas encore atteint le pourcentage du chômage des années citées plus haut, à l'exception des mois de juillet et août 1913. Mais il faut tenir compte qu'en ce moment la direction de la Société Minerva-Motors, profitant de la situation, a congédié l'ensemble de son personnel pour rompre le contrat collectif que la société avait contracté avec la section d'Anvers de notre Centrale pour imposé un contrat individuel et diminuant ainsi les taux des salaires dans des proportions considérables. Mais les chiffres que nous sommes en mesure de citer sont évidemment ceux de nos membres qui touchent des indemnités ; combien n'y a-t-il pas d'ouvriers non organisés qui chôment que nous ne savons, ainsi que ceux qui dans les hauts fourneaux et laminoirs chôment un ou deux jours par semaine et qui ne touchent pas d'indemnités et de ce fait ne sont pas signalés pour nos statistiques. Il y a là certainement un manque d'organisation qu'il faudra bien un jour examiner. Plusieurs personnes nous ont également demandé les causes de la crise et nous i avouons humblement qu'il nous est fort difficile de répondre à la question. Ce que nous osons cependant dire, c'est qu'à notre avis, tout comme en 1908 et 1909, la crise industrielle est la suite d'une crise monétaire, et chacun se rappellera qu'en 1908 et 1909 une crise monétaire effrayante sévissait en Amérique. Cette crise est la suite des dépenses inouïe pour le renouvellement des armements de guerre ; personne le contestera que pour notre pays notre gouvernement a été obligé de dépensé un argent fou pour l'augmentation de son effectif, à tel point qu'il a volontairement oublié de mettre en adjudication son matériel de chemin de fer qui fait défaut. Ce sont pour nous quelques-unes des causes de la crise. Ajoutez-y les guerres stupides qui ont sévi pendant plusieurs mois et l'on pourra se faire une légère idée de la situation industrielle. Que reste-t-il à faire pour remédier à cette déplorable situation, la classe ouvrière doit s'organiser pour mettre fin à ce système anar-chique de production qui fait qu'en certaine période il y a des ouvriers qui travaillent 10, 11, 12 et même 13 heures par jour, si l'on ne passent pas deux ou trois nuits par semaine à l'usine, tandis qu'en d'autres périodes nous voyons de nombreux travailleurs être impitoyablement jetés à la porte des usines. Tout cela ne peut et ne sera que la conséquence d'une bonne et solide organisation syndicale qui n'existera que lorsque les ouvriers ne se laisseront plus diviser en syndicats socialistes, libéraux ou jaunes, divisions qui ce fait dans l'intérêt du capitalisme. Il nous faut des syndicats basés sur la lutte des classes pour que le patronat organise le travail de tel sorte que les effets des crises industrielles ne soient plus si néfastes aux travailleurs. A quoi servirait le Tribunal de M. Hubert Nous avons dit que l'ancien procureur n'apporte dans son projet d'établissement des Commissions des conflits du Travail qu'un moyen de requérir là où il faut pacifier. En effet, sans être adversaire de l'Arbitrage et de la Conciliation, puisque les travailleurs ne se montrent jamais intransigeants sur ce point quand il en est question, nous ne con-i cevons pas qu'une institution de ce genre puisee avoir une autre mission que celle de rechercher le moyen d'arriver à une entente qui peut n'être que momentanée, et non celle d'un tribunal contraignant les parties en cause à se soumettre. Tant qu'il y aura deux classes dans la société, l'une abandonnant une partie du fruit do son travail à l'autre, que le ministre le veuille ou non, il y aura des conflits puisqu'il y a antagonisme. Les pénalités et les mesures d'oppressions ne sont que des barrières de carton quand,poussé par le désespoir ou mus par un légitime désir d'émancipation, les travailleurs se ruent à l'assaut de l'étreinte qui comprime leurs aspirations. Les Conseils de l'Industrie et du Travail devaient avoir un rôle médiateur, mais ont fait faillite comme toutes les lois de façade de nos démocrates bourgeois, et le ministre qui tient avant tout à étouffer les revendications ouvrières, en conclut qu'il est nécessaire d'établir un tribunal d'un nouveau genre, pouvant se prononcer sur les grèves comme sur des délits et ayant naturellement des pénalités comme sanctions. Seulement, comme les travailleurs ne sont pas souvent solvables, et qu'on ne peut saisir leur coucher ni leurs habillements, et que, d'autre part, les prisons seraient trop petites pour mettre les « délinquants » à l'ombre quand il s'agira de grève impliquant des milliers d'hommes, ce procureur, disons-nous, se rabat sur les personnes généreuse qui auront aidé ou qui se seront occupées de soutenir ceux qui demandent que leur dignité d'hommes soit respectée, qui réclament de meilleures conditions de travail, mais qui auront le tort de ne pas avoir confiance dans les nouveaux chats fourrés qu'on se propose de créer. Pour mieux dire, le Ministre ne voulant pas reconnaître que la vraie cause des conflits réside dans la mauvaise organisation de la Société capitaliste, mais devant avouer l'impuissance des Conseils de l'Industrie et du Travail, s'obstine quand même à empêcher les conflits à tout prix. Qu'il se propose de punir ou les grévistes ou ceux qui les soutiendront, au fond, il apparaît qu'en réalité c'est le droit de grève qu'il lui gêne.Quoi qu'il en soit,nous pouvons être certains qu'il n'arrivera pas à supprimer les conflits. Supposons un instant que notre prolétariat soit assez veule pour permettre à nos législateurs de prendre ce « dessus » et examinons la situation que lui réserverait la métallurgie par 12 Année N° 2 Février 1914

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes