Le télégraphe: journal quotidien d'information

948 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 16 Octobre. Le télégraphe: journal quotidien d'information. Accès à 27 mai 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/m32n58d96d/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

PRIX CES ABONNEMENTS S moii (Octobr», N«vembr«, Décembre) 9 fr. 1 mois (Octobre) 3 fr. les demandes d'abonnement sont reçues exclusivement tar tes bureaux et tes facteurs des postes. Les réclamations concernant les abonnements doivent Itre adressées exclusivement aux bureaux de peste. LE TÉLÉGRAPHE QUOTIDIEN LIÉSEQ1S D'INFQRMATIQN jgfigBSiLSl. I li .Un,1 ». i ,i Réda«ti*a mt A^oilaiatratioa t RUE de la CATHEDRALE, 37, LIEGE BUREAUX OUVERTS BE 8 t 3 H. TARIF DE PUBLICITE: B»I" ^ Petites annonçai 1.00 1.25 Réclame 3.50 3.00 Avis de sociétés et efllclsn aiialst*U. 2.00 2.00 Ari« financiers 4.00 5.00 Nécrologie ....... . . . 3.00 3 00 Chronique looale ........ 6.00 6.00 Communiqués r;: f | i ; I ! . ;J ■ ALLEMANDS Berlin, le 14 (soir). — En Flandres, l'ennemi a attaqué sur un large front entre Dlxmude et 1a Lys. Nous avons amorti la choc. Des attaques franco-américaines ont échoué & l'Ois» et à l'Aire, et à l'ouest de la Meuse. Berlin, le 15. — Théâtre de la guerre occidental.— Croupe d'armées du prince Rupprech : ■En Flandre, l'ennemi a repris «es attaques sur un large front entre Karren et la Lys. Il a réussi à pénétrer au-delà de no3 premières ""lignes. Vers mldî, le combat s'est arrêté sur la llgnfe Kor-temark — est de Roulera (qui est tombé aux mains «îe l'ennemi après un dur combat) — sud-ouest d'ise-ghem — nord-est de Menin. Nous avons maintenu Menin et Wervicq contre de violentes attaques ennemies. Nous avons emptché l'ennemi de passer la Lys â Comines. Au cours d'attaques renouvées l'après-midi, nous •vous perdu Handzaeme et Cortemarck. De fortes attaque» menées par dps autos blindées ont échoué de part et d'autre de Gitz. Entre Isegtacm et Menin, l'ennemi n'a gagné que peu de terrain au cours de l'après-midi. Combats d'avant-postes heureux à l*ôuest de Lille au canal de Haute Deule. Dans le Secteur de la Selle, au nord .de Haussy, et près de St-Souplet, des attaques locales de l'ennemi ont échoué. Groupe d'armées du kronprlnz. — Dans l'épais tjrouillard du malin, l'ennemi a franchi l'Oise à l'est de St-Quentln et pris passagèrement pied aux hauteurs de Macquign> et au nord d'Origny. Une contre-attaque enveloppante l'a rejeté des hauteurs sur l'Oise. Violents combats locaux devant notre nouveau front au nord de Laon, ô l'ouest de l'Aisne et dans le coude de l'Aisne au sud-ouest do Grandpré. Groupe d'armées von Gallwitz. — Entre l'Aire et ta Meuse, les Américains ont attaqué avec de grandes forces. Le foyer principal d'attaque est situé à l'est de l'Avre et de part et d'antre de la route conduisant de Charpentry à Bauthevllle. Les attaques répétées jusqu'à quatre fois ont échoué, â part un gain de terrain local de deux côtés de Ro-r.tagne.Théâtre de la guerre du sud-ouest — Sur les hauteurs au nord-est et au nord de Nlsch de petits com-t>nts ont eu lieu. Berlin, le 14. — La panique du bombardement a «p.isi la population de Valenciennes; 30,000 personnes veulent s'enfuir vers l'est et ne sont plus ù tenir. Le gouvernement allemand s'est adressé de nouveau au gouvernement suisse le priant de porter cet état de choses à la connaissance du gouvernement français et de lui proposer d'épargner les grandes villes du nord. Le gouvernement allemand serait prêt également à permettre le transfert des populations dans les lignes ennemies à condition qu'il y eut des accords particuliers de front à front. SI le gouvernement fran-, ç?.!s n'accepte cas ces propositions, le gouvernement cilfmand déclinera toute responsabilité pour les noiiffrances de la population qui sont une consé-'ce 'ï?s bombardements d^?*wcteMr<, ^*rrî_re f" front allemand. De?lin, le 15. — Lors des attaques de cavalerie anglaise», à l'est de Cambrai et de St-Qusntin, nos bataillons cyclistes se sont particulièrement distingués dans les combats d'arrlôre^gardes. Cn aucun point, les masses de cavalerie ennemies n'ont atteint leur but. Leurs attaques se sont écroulées de sanglante façon. Les pertes de la cavalerie anglaise, ijul devait faire une trouée décisive près de Valen-citrwies, sont extraordinairement lourdes. î, AUTRICHIEN Vienne, le 14. — ThéAtre de la guerre Italien.— Duels d'artillerie et engagements entre patrouilles à . certains endroits. Théâtre de la guerre sud-oriental. — En Albanie, celles de nos troupes qui se retirent ont eu à soutenir des combats d'arrière-garde3 avec des bandes. Dans le secteur au nord de Niscli, les combats de retraite, auxquels la population civile prend part, continuent. Dans la vallée de la Morava, une pression particulièrement forte se fait sentir* Théâtre de la guerre occidental, — Pas d'opération importante à signaler auprès des troupes impériales ci royales. TURC i Constantinople, le 12. — Sur le front en Palestine, opérations de reconnaissance d# la cavalerie ennemie dans la direction d'Huma. Pour le reste, rien de nouveau à signaler. r.' i FRANÇAIS Paris, le 14, à 15 h. — Sur l'ensemble du front, nous sommes restés en contact étroit avec l'infanterie ennemie, au sud de Château-Porcien. Nous avons rejeté sur la rive nord du canal les derniers éléments ennemis qui résistaient eneore. Paris, le 14, à 23 h.— Des opération» locales nous ont permis d'améliorer nos positions sur la rive Cauche de l'Oise, dans la région de Mont d'Origny, Au sua de la Serre, nous avons occupé Monceaû-ies-Lenos ei nous sommes parvenus à 1 km. au sud d Assis-sur-Serre. Avec la coopération des troupes italiennes nous avons enlevé et cépasaé Sissonne. Plus ù l'est, maigre une résistance très vive de l'ennei... nous avons largement progressé sur la rive - r! >rd de l'Aisne et avons porté nos lignes an délà du village de la Malmaison, Lor-Le-Thour, Sàlnt-Gerinainmont.Dans la région d'Asfeld, nous avons franchi l'Aisne en plusieurs points au nord de Blanzy. t ANGLAIS Londres, le 13. — A l'est du canal de l'Escaut, nous avons pris Monîrecourt et atteint la lisière de Lieu St-Amand. Dans le sectaur.de Douai, nous nous •trouvons k quelques centaines de yards de ia ville. Nous avons pris faubourg des Querchin, Douai-Prison et la grande moitié de hlers. Pendant la journée les combats locaux ont continué entre nos delacne-wents avances et ceux de l'ennemi, à la ligne de la Selle. Nous avons étqndu notre tête de pont dans la région de Solesmts et réalisé des progrès principalement dans la région de Haussy et de Sauizoir. Des combats locaux i»e sont déroulés dans la régiou de Lieu St-Amand. Nous avons fait des prisonniers. A l'aube, nos avant-gardes au canal de la Sensé», mt réussi à franchir le canal près de Aubigny-au-Bac et ont fait 200 prisonniers. Mais l'ennemi ayant exécuté de tories attaques elles n'ont pas été en état de maintenir leurs positions. Nos troupes continuent leur marche en avant au nord-ouest de Douai. Nous tenons Courcelles-lez.-Len» et Noyellc-Go-dauîtetnous nous approchons de la ligne uu canal de la haute Deule sur tout lo front entre Douai et Vendin-le-Vieil. Au cours des opérations dans ce sccteut nous avons fait ua ccrtatu nombre de pri- A l'Extérieur Wi k ALLBMÂ0NE f L'AMNISTIE Berlin, le 14. — La « Socialistisclic Kor-respondenz » écrit à propos do l'amnistie: Le nouveau gouvernement populaire ouvre également les prisons à ceux qui sont entres en contact avec l'ancien régime et qui ont perdu ia liberté à celle occasion. Pi0chaneme.it, Ciiarl- s Lieb-knecht, Piosa Luxembourg et tous les autres seront libérés. AU i RîCHS HONGRIE M. HUSSARliK DEMISSIONNE Vienne, le 14. — Les journaux de midi annoncent: L'Empereur a accepté la démission du ministre président baron von Hussarek. Il a chargé lo comte Sylva- ! Tarouca de la formation du nouveau ca- 1 bine t. Cette nouveUo n'est pas encore confirmée. ; TURQUIE AU PARLEMENT Constantinople, lo, 14. — La session du Parlement a été ouverte aujourd'hui par un discours du trône prononcé par ie Sultan. Lo discours signalo la situation critique clans laquelle sj trouve la Turquie par suite de l'effondrement de ia Bulgarie. Concurremment avec ses alliés, la Turquie s'est, par sa proposition de paix, efforcée de rendre une paix honorable à la nation ottomane, si éprouvée par la longue guerre, et à son héroïque armée. D'accord avec les Puissances centrales, l'Empire ottoman a pris les mesures nécessaires pour garantir sécurité du pays. Le Sultan exprime l'espoir qu'un résultat favorable sera obtenu qui permettra à l'armée de garder la renommée qu'elle s'est acquise au cours de la guerre» IL prie Dieu qu'il épargne l'armée ottomane, l'effondrement et le désespoir, et qu'il ne permette pas 7jue la désunion et la discorde se glissent dans ses rangs. La Chambre a élu ensuite Ilalil en qualité deprésident par 70 voix contre 50 accordées à Fethi. PJza Pacha a été élu président du Sénat. HOLLANDE LE RAPPEL DES CLASSES CONTINUE Amsterdam, le 14, — Un journal local annonce: en présence du fait quel'on attend des fugitiis venant do Beligiquo et du Nord de ia France, les permissionnaires ont également été rappelés dans lo Brabant et le Limbourg. ITAL2E M. ORLANDO: RENTRE Lugauo, le 14."—M. Oiiauda est rentré de Paris et s'est rendu auprès du roi au quartier général. ANGLETERRE VENIZELOS ARRIVÉ A LONDRES Rotterdam, le 15. — Reuter mande do Londres: Le ministre président Venize-ios est arrivé à Londres. CHINE LE NOUVEAU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CHINOISE Berne, le 15. — Havas annonce: Lo nouveau président de la République, Hein Chet Chang a prêté serment aujourd'hui et a reçu ie corps diplomatique en audience solennelle. Informations™?! Arrêtés Belges Victimes des bsm-iardsmeEls Bombardement d'Ostcndc par l'artillerie le 17-9-18: 1 blessé. Raid aérien sur Courtrai, le 21-9-18: 2 tuéSv Raid aérien sur Lichtcrvelde le 25-9--18: 2 blessés. Bombardement d'Ostcndc, 1e 25-9-18: 3 tués, 2 blessés. Les événements en Bulgarie LES FRANÇAIS OCCUPENT SOFIA' Lugano, îe 14. — Des troupes françaises ont occupé Sofia. sonniers La 12 octobre; malgré le mauvais temp.s nos avions volant à faible hauteur ont lancé 2 3/4 tonnes d'explosifs. Londres, le 14. — Des combats locaux se sont livrés sur la ligne de la Selle en?re Le Cateau e Solesnu» Au no d-ouest de Solesmes, nous avons consldéiiiblemtnt progressé pendant toute ia journée. Les arrière-gardes ennemies ont été délogées do Saint-Vaast, Saint-Au'oert, Vîilers-En-Gauchy et Avcs-nes-le-Sec. Plus vers le nord nous avons nettoyé la rive ouest du canal de la Sensée, entre Arleux et Corbehun. Les deux villages se trouvent en notre pouvoir et nous nous «ommes approchés de très près de la ligne du canal à l'ouest de Douai. Dans le secteur à l'est de Leas, nous avons enlevé Montigny, Ame, Annay. Sur tout ce front, d'âpres combats locaux se sont déroulés. Au cours de ceux-ci, nous avons fait des prisonniers et infligé de fortes pertes, aux arrière-gardes ennem»es. ITALIEN Rome, le 12. — Nous avons exécuté des coups do main sur le haut plateau d'Asiago. Les duels d'artillerie ont été particulièrement acharnés hier. Nos batteries ont à diverses reprise» concentré un feu violent contre les points importants des positions ennemies. Au confluent de l'Assa ci de la Ghilpae, un d« nos détachements a pénétré dans les tranchées de la cima Tre-Fozzl ; il a infligé de forte» pertes à l'ennemi au milieu d'un combat acharné livré à coupa de grenades à main et fait des prisonniers. Le nomore total des prisonniers re&tcs hier entre nos mains sur le haut plateau d'Asiago s'ciêve à 491, dont 10 ofiiciers. En outre, nous avons p.is 9 mitrailleuses. Sur le reste du iront, opérations habituelles. Sur les versants de l'Altissimo, nos avant-postes ont repoussé des patrouilles ennemie». VERS LA PAIX L'anms£tcd La Convention do La Haye, relative aux lois et coutumes de 1a guerre sur terre, a réglé dans son chapitre V tout ce qui concerne un armistice éventuel à conclure entre les belligérants. Ce sont les articles 30 h 41 delà Convention qui s'en occupent plus particulièrement. Les voici.- Art. 30. — L armistice suspend les opérations de guerre par un accord mutuel des parl es belligérantes. Si la durée n'en est p; s déterminée, 1 s pa lie » b 1 i é. a- .tes peuvent reprendre en tout temps îes ope-ratons, pourvu toutefois que l'ennemi soit averti en temps convenu* conformément aux conditions de l'armistice. Art. 37. — L'armistice peut être général' ou local. Lo premier suspend partout les opérations de guerre entre les Etate belligérants; ie second, seulement entre certaines fractions des armées belligérantes et dans un rayon déterminé. Art. 38. — L'armistice doit être notifié officiellement et en temps utile- aux autorités compétentes et aux troupes. Les hostilités sont suspendues immédiatement après la notification ou au terme fixé. Art. 39. — Il dépend des parties contractantes de fixer' dans • les clauses do l'armistice les rapports qui pourraient avoir lieu sur le théâtre de Ja guerre avec les populations et entre elles. Art. 40. — Toute violation grave de l'armistice par l'une des parties donne à l'autre le droit de ie dénoncer et mémo en cas d'urgence, de reprendre immédiatement les hostilités; Art. 41. — La violation des clauses de l'armistice par dos particuliers agissant de leur propre iuitiative, do mie droit seulement a réclamer la punition des coupables et, s'il y a lieu, une indemnité pour les pertes éprouvées. La presse hollandaise j Du Nieuwe Courant : * Nouâ allons vers la paix [ par le droit Nous ne comprenons que trop bien la jolo i qu'éprouvent à cette heure les populations des pays belligérants, mais nous estimons utile de mettre une sourdine k notre enthousiasme. Notre désappointement serait trop profond si nos espérances ne se réalisaient pas: or, môme lorsque les plénipotentiaires seront assis autour du tapis vert, il ne sera pas encore certain que leurs délibérations doivent aboutir. Toute-fols, les avances.faites par l'Allemagne sont de nature telle qu'elles permettent d'augurer le meilleur. Tout fait prévoir que la réponse du président Wiison, aujourd'hui qu'il a reçu satilacûQn sur tous les points, "sera conforme aux espérances de tous, qu'il persévérera dans son rôie de médiateur et proposera aux gou-vernemenîf» alUén l'armistice ru'o« leur .demande. L'aube de ia paix s'ouvre a l'horizon, Nous espérons fermement que laNofcl de 1918 verra se réunir à Berne, à Bruxelles ou à Haye, le» hommes qui, péuétré3 de l'esprit wllsonîen, délivreront le inonde de l'iior-ribl* cauchemar qui l'étreint depuis quatre ans. , Du Vadcrland: * Le programme de M. YVtison donne lieu, évidemment, à de nombreuses interprétations et provoquera sans conteste des divergences de vues, surtout en cz qui concerne i:s modalités dc-l'évacuatlon des territoires occupés.Mais les Centraux s'étant résignes à cette extrémité, nous avons tout lieu de croire qu'on trouvera des modalités qui mettront tout le monde d'accord. La réponse de l'Allemagne peut être considérée comme te commencement de la tin de cetts guerre, avec la perspective de paix dans un avenir prochain. La seule question qui se pose en ce moment est ceile-ci : M.Wilson va-t-li accepter de faire la proposition d'armistice et quel accueil la France et l'Angleterre y réserveront-elles ? Du Nlsuws van den Dag: " La paix n'est pas encore faite et l'armistice même n'est pas signé, mais 6i M.Wilson est animé d'une volonté ferme et s'entend à user de son pouvoir dan3 son propre pays, les plus graves obstacles viendront tôt à disparaître... „ L'impression au Danemark Copenhague, le 14. — La note réponse de l'Allemagne a été connue sameui Soir à li heures. Pendaut tome la soirée, la population l'avait attendue avec une très grande nervosité. Les bureaux des journaux étaient assiégés par la foule. Un certain optimisme régnait au sujet de la réponse allemande, mais dès que celle-ci lut connue, la foule poussa des hourrahs de jo;e et partout la conviction éclata que la paix était assurée par suite de la démarche de l'Allemagne et qu'il était impossible à M. Wilgon et à l'Entente de reprendre la responsabilité de continuer la guerre. L'impression favorable causée par la note dans -la population se reflète également dans la presse L'impression en Autriche Vienne, le 14. — La réponse allemande A M.Wilson répond à l'attente générale de la population. En considération de l'acceptation complète des conditions du Président, on estime que M. Wiison doit ctre satisfait, car ces quelques phrases claires dénotent une volonté sérieuse de créer une base durable pour l'accord durable des peuples. Au Foreign OfficQ La Haye,lo 14. •— On annonce de Londres: "Le Foreign Olfice a reçu ia note allemande hier matin de l'ambassadeur britannique à La Haye. M. Bal tour et Bonar Law ont quitté Londres se rendant auprès de M. Lloyd George afin de conférer avec lui. A l'heure actuelle, il n'est guère probable qu'un ministre responsable fasse jine déclaration détailléo sur la situa-lion. La parole est à M. Wiison, actuellement engagé dans un échange de vues avec tes Alités et qul.deci-dera d* la façon dont il faut interpréter la note allemande.Le texte d© la noie ne permet pas de discerner si les Allemands acceptent intégralement les conditions de Wiison ou s'ils les considèrent simplement comme une base de négociations. Une déclaration vague comme celle-ci ne suffit pas. 11 est évident que les opérations militaires ne pourront être suspendues tant qu'on n'aura pas la garantie absolus que l'ennemi ne désire une trôve que pour reprendre plus tard le combat. „ La joie à Paris Berne," le 14. — Le correspondant parisien de la " Neue Zuricher Zeitimg « annonce : La nouvelle do l'acceptation de» conditions de M. Wiison par r Allemagne a provoqué une grande joie parmi tout ie peuple. On attend les décisions du général Poch avec ia certitude qu'il prendra les mesutes que nécessite ia situation. La presse française Genève, le 14. — L'agence Havas transmet les premiers extraits de ia presrt parisienne relatifs à la d«r~ utèr» uole ds Berlin. Us Journaux doutent que celts note paisse satisfaire le président Wiison et les gouvernements fl* l'Entente. L'a Echo da Paris * croit savoir qu» Washington n'entreprendra rien sans Paris et Londres; dans tous les cas — di ce Journal — les opérations militaires doivest continuer sans ralentissement Jusqu'après les négociations. En général — dit Havas — Ie3 Journaux sont d'avis que la Franc? ne peut accepter de négocier tant qu'elle ne sera pas certaine de rentrer en possession de l'Alsace-Lorràine. L'" Homip? Libre „ dit: * Berlin aurait tort de se faire des illusions sur la question d'Alsace-Lorraine. Sur ce, nous ne pouvons transiger. * La presse italienne Milan, le 14.—M. G.Ferrero écrit dans "Il Secolo,,: *La terse a bu trop de sang pour qu'on puisse songer à cette heure à exiger d.'s redditions de comptes et à assouvir des vengeances, Il n'est pas un homme tensô qui ne tressaille d'horreur à la pensée de faire durer la guerrô une hçure de plus, par esprit de venge^m.f, de sacrifier inutilement une seule vie humaine. L- démarche des Puissances Centrales ne ressemble pas à leurs offres antérieures. Sont-elles décidées à foire les sacrifices nécessaires pour aplanir enfin les dlfi cultés qui apparaissent insurmontables ? Si oui, la preuve est faite qu« les temps sont mûrs pour la paix et ce serait dés lors un véritable crime de prolonger, fût-ce d'une heure, cette guerre horrible. La presse américaine Berne, 13 13.— L' "Associated Press, annonce de Rome: Le Pape s'est adressé personnellement au président Wiison et a exprimé l'espoir que l'esprit éclairé. îe Jugement eain et les sentiments humanitaires du président lui permettront de trouver une eoiûtlon satisfaisant tout le monde. M. RooseYt.it est mécontent de la i épouse de M. Wil-»on et craln- que l'ennemi ne la considère comme une invitation âun nouvel échange de notes et que la tentative de iutter et de discuter en même temps, ns cause un préjudice sensible aux combats. On ne doit pa3 discuter de la paix avant que la guerre ne soit gagnée. Ls Japon adopte la note de M. Wiison. Bâle, le 14. — Les Journaux annoncent de Tokio : Le gouvernement japonais s'est déclaré solidaire de la note de AI. Wiison et des exigences qu'elle formule en vu-, d'une paix des peuples. Le mouvement révolutionnaire en Russie LES "OPERATIONS i N EX'iK„ME-ORIENT VLatliy- stock, la 1^. — I,cs troup&i do Seiueiiof venant cio Bla^ojeschtsoheqik, sont cal ;j s eu liaison à îvuclilewo, avec î-os tronij'js japonaises s'avunçant du 0\v-liubapjv J ». i.'cuutnii balln se retire lo long de j: i S -ja. 1500 Magyare, emi cs-saya:f-i.ti - raii- vers la :.iaiiùelH>U-iC, ont 'v_ i ^ l'-U toy i»ï loliiiil. «. 6. Chronique locale Horrible accident de tram A FRAGNEE Un écoHer twé net Mardi, vers 7 h. 35, lo petit René Van Hoitea, domicilié Quai de Fragnéo et étudiant à l'école moyenne do la ville, débouchait do la rue des Rivage ois à l'instant précis où ie tram Lié^-Ser^in^ démarrait. Svins se soucier du danger, l'enfant so mit à courir pour rattraper les premières voilures et voulut sauter sur ia première d'entre elles. Mal lui en prit, il manqua son s iut et fut projeté contre . un poteau et lancé sous les voitures* Un cri affreux mit en éveil1 le conducteur qui arrêta son tram à plus de 150 m. du lieu de l'accident. L'état du pauvre petit faisait peine à décrire) ses vêtements étaient en lambeaux: il avait la face ensanglantée et la cage thoracique complètement défoncée. La mort a dû être foudroyante. On juge aisément de l'émotion qu'a causé ce pénJ).o accident et do l'état des pauvres parents lorsqu'ils ont appris lva triste nouvelle. .G. J. IMFÛRTAKT VOL DE BÉTAIL 19 bêtes à cornes disparaissent d'ua endos La nuit dernière, un important vol1 do bétail a é.é commis au préjudice do M... Pierre, marchand de lies.iuux, déracinant Quai do ia Dérivation. Dans une prairie attenant à une ferme siso rue de la Cliartreuso, 4-:t, AI... avait mis en pâture 105 bêtes à comosi Hier soir, vois 2 heures, trois individus munis do fcmternes s'introduisirent dans ce vaste enclos d'une superficie do plusieurs lioetares et emmenèrent 10 bœuts et génisses. Le vol a été constaté lo matin par lo garde qui, pendant la nuit, n'avait rien remarqué d'anormal. Les voleurs pénétrèrent par ia barr.éro qui so fermait au moyen d'une chaîne cadenassée. Des premières constatations, il résulte qu'un dos anneaux de la chaîne de fermeture avait été préalablement scié, co qui porte i croire que les audacieux malfaiteurs avaient préparé leur coup depuis plusieurs jours. J'iusicurs personnes habitant dans les environs de la ferme aperçurent tes individus s'en allant avec les bêtes, mais ils n'y prêtèrent pas plus d'attention, M... ayant l'habitude de voyager la uuit avec son bétail. M... s'est rendu ce matin à la police do îa 7e division qui est cluirgée de mener l'enquête au sujet do ce vol, évalué ù plus de 50,000 francs, , H. Les ilan:ea fl jeunes I!!1m tpl désirent psursuivre des etuticn conuuerci.il,'s ne les cuir! preii.-tro.ii pae sans avoir lait vj-Me el demandé de* renseignement? i v_- L'ECOi.Ë GENiRlLE j j, place CaUiéîiratej, 7, Liège J Les délibérations & Londres Amsterdam, le 14. — I„'< Algemeen Han-delsblad • annonce que les négociations avec les « gouvernements associés» se tiendront ù Londres. Il est probable que les délégués partiront cette semaine pour l'Angleterre. lin nouveau navire frigorifique Amsterdam, le 15. — On mande du Havre: Le nouveau navire frigorifique des Chargeurs-Iiéunis = Belte-I do ? ayant effectué des essais très concluants, est parti pour effectuer sou premier voyage. La ration de pain en France Berne, lo 15. — On mande de Paris! ' A partir du 1er novembre, on procédera' au relèvement de la ration do pain. La, ration des enfants de 3 à 13 ans sera! portée de 200 à 300 grammes, ainsi quo celle des consommateurs Agés de plus do 60 ans. Tous les hommes ou femmes jusquO 70 ans, se livrant i des travaux de força recevront désormais 500 grammes. Les autres personnes continuero.it ù recevoir leurs 300 grammes. •. i MM. los fi'otairas sont priés de ramarqusr que la p*so du jeudi leur est spécialement réservée. Mous ns pouvons garantir los insar-tions aux autres jours. LA PROTECTION DE LA JEUNE FILLE. — On nous communique: A la demande générale, pour être agréable au public, le Comité de l'Œuvre de la Protection à Liéye donnera, le jeudi 17 octobre, à 4 heures, une seconde représentation des marbres et tableaux vivants avec la même interprétation musicale que la première fois. Dans la saile, les chaises seront disposé:» de telle façon que tout le monde puisse jouir du spectacle. Le prix des places est : 2 fr. 50; enfant, l fr. 25; carte de famille (4 personnes), 7 fr. 150. On peut ce las piocurer au local de l'Œuvre,rue du Vertbois, 17. AU CONTINENTAL. — Le jeudi 17 octobre, à 3 1/2 heures précises, aura lieu à la salle mauresque du Continental et non à la Cyncordta, la conférence : " Prophète# „ par le R, P. Humblet. Le sympathique orateur, toujours si apprécié de la société liégeoise,, a bien voulu accepter de mettre son éloquence au servie# de l'Œuvre aussi intéressante que nécessiteuse des Catéchismes de St Gilles. Les Religieuse# françaises qui la dirigent, n'ayant pu, depuis 4 ans, communiquer avec leur Maison mère, se permettent pour la première fois d'avoir recours à ta générosité liégeoise, qu'elles savent inépuisable, NE TARDEZ POINT. — Ne tardez point à vous procurer en l'An 1918 de Norbert de Gault, ouvrage illustré par le crayon si spirituel de M. Ludovic Janssen, l'excellent ar.iste liégeois. Prix : 2 fr. 50 dans toutes les bonnes librairies. LIN KEC01ÎD. — L'Institut Normal de Liège a reçu, de février 1911 à octobre 1918, plus cio 7G00 inscriptions à ben cours commerciaux et de préparation aux carrières administratives. 13249 AUX ŒUYIlk'S. — Chaudières pour soupes communales, toujours disponibles en m:-gas;n Dem. Catalogue gratuit, llao «m 'et uiiiitld, lUC Ul i-4Lfr0» li A L'UNIVERSITÉ. — A l'approche des longues soirées, nous apprenons avec plaisir que la bibliothèque restera également ouverte le 60ir de 7 à 10 h. Les personnes avides de lecture et elles sont maintenant légion, pourront ainsi en s'instruisant, se chaulier et s'éclairer sans bourse délier. UNION PROFESSIONNELLE DES ARTISTES LYRIQUES LT DRAMATIQUES. — Les membres de l'Union professionnelle des Artistes lyriques et dramatiques sont priés d'assister à l'assemblée générale qui aura. lieu Dimanche 20 octobre, à 9 heures précises du malin, au grand café Terminus, boulevard ù'Avroy. L'ordre du jour de cette réunion étant de la plus haute importance, tous les membres sont instamment priés d'y assister. METEOROLOGIE. — D'après les observations de l'Institut astro-physique de Cointe : Côtes moyennes du 27 septembre au 5 octobre. Pression barométrique : à b h. 762,8, à midi 7i>3,0. Vitesse du vent en luu.: à 8 h., 11; à midi, lli. Humidité relative de l'air en °/o : à 8 h. 87, à inidi. 72. Température.— Maximum de la vieiiie : 12,5; minimum de la nuit : 5,7 ; «i midi, 11.3. Quantité d'eau recueillie à 8 h. (total) 9. Quantité d'eau recueillie au réservoir des ezux de la ville à Ans à 7 h. du matin, 9,7. Quantité d'eau recueillie au Château d'eau de Ste-Walburge à 7 h. du matin, 8,7. t. LES CAMBRIOLAGES. — Des malfaiteurs se sont introduits dans la maison de Mme Marie Giison, rue Hors-Château, 102. 113 ont emporté une somme d'argent, une chaîne sautoir en or, une montre de dame en or, un certain nombre «'autres bijoux et un lot de linge. Le montant du vol se chutre à 7000 fr. environ. — Chez les époux Schyns du quartier du Nord, des cambrioleurs ont opéré la nuit eî ont fait main basse sur des objets de li.erie, des vêtements, des bijoux, un coffret en fer renfermant 1175 fr. et un coupon de toile. t. Mal'ulioe peJUi; 8arbe, Plaies variqueuses; guéries maïUuluo p£f pommadas Dr VVlLLfc.— IktyôUs: L;o** l'haroiucie GOOSiilvî'iS ; Iiuy : Plturiauci» LAWALlUitë. 2KJ04 POUR LES AMIS DE LA CHANSON. — On nous apprend que ce cercle organise au profit de diverses œuvres, au Cirque des Variétés, trois grandes représentations d* bienfaisance qui auront lieu, avec le concourt de ia troupe Broka, le dimanche 20 (matinée et soirée) el le lundi 21. Au programme : Novès Ritches„, U célèbre pièce d'actualité de M. Léopold broka aont on se rappelle le brillant et considérable succès dan3 toutes les viiles eî bourgades de la province où elle a été représentée à çiiaque représentation, bridant intermède avec le concours d'artistes en renom. Prochainement nous aurons l'occasion de reparier plus en détail de ces "3 représentations qui sont destinées a avoir un trè3 gros succès. SINGULIÈRE CACHETTE l — Lundi soir, Félicie v... et sa mère se présentaient chez M. Lambert T..., place du Marché, à l'effet d'y acheter des pommes de icrre. Ln .pesant-la marchandise M. T. peruit une des bagues qu'il avait au doigt. Des soupçons se portèrent sur les deuxtiientes. M.T. fit chercher la police qui ne tarda pas à retrouver le bijoux qui était caché dans le chignon de Félicie v. i t. LES CAMBRIOLAGÈS. — Des malfaiteurs se sont introduits dans la chambre des frères Louis et Franç. G., d« l'impasse Macors et ont dérobé 3,575 francs qui se trouvaient places dans le tiroir d'un meuble. — La maison occupée par M. Paul M..., rue Saint-Gilles, 301 a été visitée par des cambrioleurs, Ils orçt enlevé de nombreux vêtements, du linge, des chaussures et une quantité d'objets de valeur, le tout pour une somme de 6000 francs environ. — Au local de l'Institut des Employés et Voyageurs de commerce, rue Saint-Denis, on a volé deux machines à écrire et trois billes de billard en ivoire. ,— Ciiez M. Camille Cornil on a dérobé un lot de vêtements, de linge et de chaussure#^ dtver» bijoux, oour uns valeur de 1500 franci. — On a dérobé des courroies en cuir pour une somme Importante, dans les ateliers de la Société Anonyme des Tramways Vicinaux. — L<1 police enquête au sujet d'un vol de 11 pains commis au magasin de là rue Saint-Léonard. FAUX BILLETS. — Procès-verbal a été rédigé k charge d'inconnu, du chef de fabiication et d'émission de faux billets de 1 mark portant le no21.ti95.0C7 et dépourvus entièrement du filigrane. t. ^ | EN PROVINCE 1 OUGRÉE-SCLESSIN. — Œuvre des Sans-logis. — Une œuvre encore peu connue et qui rend pourtant déjà beaucoup de services est l'œuvre Aide et protection aux sans-logis. Ce comité accorde des secours d'environ 50 °/o de la location d'avant-guerre aux indigents obligés de déménager, par décisions ou actes judiciaires, et dont les revenus ne leur permettent pas d'acquitter leurs loyers. Dans notre commune, une cinquantaine de ménages sont déjà ue-courus par le comité. Les personnes qui remplissent Its conditions ci-dessus peuvent 6'adicsscr aux délégués du comité en notre commune, MM. Cahay, père, instituteur retraité, à Sclessin et Gillay, employé communal, à Ougrée. j. o. Tamponnement de deux trains A TQNGRES I Un accident qui aurait pu avoir de très graves oonséquences s'est produit di-manene ii la soirée sur la ligne vicinaie de ïongies, entre la porte do Sl-Trouil et celle de Liéye. Los deux l gm s de Rocour et de Fc\lic-Tongres empruntent la inime voie à Lur départ de cette ville. Or, dimanche, vers 7 heures du soir, le vicinal Iîocour se mettait en marche en destination de Liégo suivi presque immédiatement par coiui de ïongres-1 exhe. Arr.vé entre la porte V! p.::- „■ de la chute des fouillas sur la voie, lu machine du premier se mit à patine r, immobilisant complètement le tram m t-gre tous sss efforts. i.o tram Tougres-Fpxhc, qui suivait <i.i près, 11e. put s'arrêter ù temps et y'ut tamponner assez fortement le fourgon t!j queue de ceiui de Rocour. i'ar suiie ciu choc violent, do nombreuses vitres votèrent en éclals, oecâs'omunl plusieurs voyageurs des blessures plus ou moins graves. Fort heureusement, ce cime ac-cèiéia la machine du train tamponné et atténua par co fait la g.avité de l'accident. luio forte panique, un retard i s-sez considérable, plusieurs coiis avariés au fourgon, do nombreuses vitres brisées aux vo.lu.es, quelques blessures sans trop oç grav.Lo, teiles furent les conséquence1.; d'une rencontre qui eut pu avoir d:s suites plus graves, vu la multitude d» voyageurs qui encombrent toujours tvs trains. D. " ■1L11-JJJLJL1 .Ji .i. Les Théâtres TRIANON 3 SUSIL'.- Dôrnièrement ^Gri-Grl-i créé* avec grand suçons- Ccil* fois-ci, a'osi Kusio, l'oyerclte on 3 actes do Maurice M;>'roit et. _ Vin00ut SuoUo, ]>u iiouvcmi, toujours du nouveau, voilai hi tlovlsc do la maison. .Susio i'okciu* est uuo jeuno et Jolu- m.U 4iardair« anglaisa t-io s'en onclo veut absolument mur. r. Acssi les i-réteudanls sonl-ils liiglon. C'est I<Mo c!:r-z eux lor^qu'arrivo lu pciulrc do Lignéro et &a nioîtrossi» Georgotto qui vient offrir dos robes 00 Paris. GoorgelU» «-st Jolio et d'une gufs'6 folie-, c'est plus yu'iJ n en faut ]>our r. udr» uu uourasthôuiqQo oncle un i>"u da joio. Co dirruier :i 9 quo sa nièce prenue mari er.dêans les ;<(» jours «t lui qui' n'u pttà rompu avoe le spleen so suicidera. Susio qui a reiu.-nqué lombaUemout.de son ouclo prend pour tlume d* compugui» Georgfllo et M;>rrel comme .seertftriir*» pour son pareil'. ÎV'US voici ensuite dans 1* banlieue de X'aris »-ù Maruolet .Snsio «o fout la niche. Dîeky que Gcorgelte.afloio do plus en plu u» p.'Ut s» passer de la jolie parisienne. Marcel qui «optent! Je Suslene veut passé l'avouer. U^rovotino les soupirants ci" finalement les amoureux disent qu'ils s'aiment. Marocl épousera la jolio miss «t l'anglais Perkins sera guOri do «a n-u-rastliénie p;r la gc-nt« Gcorgelte. La pièoa est ti^-i In. » niou'/t» et îait honnoar à l'exeeUeut régisseur.H. i raucol» llonrotte.. iuccut Scott<». l'auteur do tant de valses a la mode a écrit dc-iir Susio uno musique entrainaaio. li rappelle par IVJ.-r» nelie valse cl lo leitmotiv qui revient sans cesse, 00 qu'il .«i* sait pour lo music-liaU. Ncauwoin* U est onduleux el a; p-t» blo 4 eutondre.. 11 y a de Jolis airs qu' seront h'.euU".! sut toutes Ihs lèvres. Comme interprétation elle fut exeellentsw Mme Blanche Viguola oit tout a fait délicieuse dans&u^ie. Hic a fouillé aveo adresse son personnage dans to i., les coins. Geor«etto est persouuifléo par une nouvelle vonuo. Mil'1.1'eldyqui possède une niéu jolie voix. Nous aimorion» cependant la voir plus étourdissant» el plu3 fanUtislsle. Gela viendra sûrement car elle lit prouvo de beaucoup do bonne volonté. La princesse f>zira fut pour la gracieuse Granval ira r >lo effacé ; oilo s'y montra pourtant parfaite. A M. Pi«rre i bilieux Incombait le rôle de Dieky. On rovoit toujours ;,.vc-« plaisir cof artiste qni donne la note csaolc. Dans Jim, M. Jlonrotte s'est talUo un jolis succès. Lcï ;hi!i-cs rèlea tnrvn» bien tcuus par MM, J«rl>euu et Guillaume. L'orchestre a l'iô discret à souhait et sous la baguolUr inugiquo de son cnot M. Dcveux, nous fit goûter le clmrme de c ;tt« musique. L s chœurs se sont vaillamment comporté.). Avec celte- u u\ r<-, il j' aura encore de beaux soirs au Trianon. ikxsru.u TROCADERO J Djn mitou l'îèrou. — I.es Parints d'Vcrvls Les meilleures qualités do TiPcin »e retrouvent dans k Dj* raètou l'fèrou»: la bonne humeur, l'habileté uu métier théâtral, la qualité du wallon. Ces» un vaudeville, mais poussé jusqu'en se» conséquences les plus bouffonnev, sans déroger cependant eo rien aux règles de la plus scrupuleuse moralité. C'est l'iiirtoirede decx nouveaux maries séparés par l'un de ces petits malentendu» «(fréquents dans les jeunes ménages et que leurs parente, routait faire, dans le domaine psychologique, une cure honiéopalliiqiie* persuadent de divorcer. Un avocat complaisant se chargera de recevoir dans ton »ein les griefs et plaintes des jouvenceaux ek procédera même, en vu* d'un partage imiucdfat, h un in vent ai r« fictif du mobilier conjugal. Bref, t'aûahe sera pousiée comme une. véritable séparation jusqu'au moment où l'on découvrir» qu'une fausse lettre de femme, écrite de la propre main du p^r« du mari, et insérée dans une poche de veston u'icelui, par le père .de la jeune épout^ est la cause ds tout le mal. Sur tx, en s'ex Quatrième année - W 279 " Edition A B l LE NUMERO : i5 CENTIMES ~ Mercredi 16 Octobre 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le télégraphe: journal quotidien d'information appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Liège du 1915 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes