L'indépendance belge

187 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 03 Decembre. L'indépendance belge. Accès à 25 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/4m91834z79/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'INDÉPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE. y CONTINENT: 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) n ' ADMINISTRATION ET REDACTION; BUREAU A PARIS : LUNDI 3 DECEMBRE 1317 (3 MOIS, 9 SHILLINGS. ADMIMSTKAllLi ec ^ ^ PLACE DE LA BOURSE. ° ABONNEMENTS 6 MOIS, 17 SHILLINGS. CONSERVATION PAR LE PROGRES. Ttv .311,' 1.1Z tele ; 3H-57 et 233-75 En vente à Londres a 3 h. le samedi 1 décembre 1 AN. 3. SHILLINGS. LA SITUATION Samedi, midi. Comme il fallait s'y attendre, les Allemands n'acceptent pas comme définitif le succès du maréchal Haig devant Cambrai, et avant d'en accepter les conséquences, désastreuses pour eux, ils devaient, logiquement, faire un ultime effort pour reconquérir le terrain perdu. Le très violent bombardement auquel ils soumirent, avant-hier, les positions britanniques, indiquait que la contre-attaque attendue était imminente. Bloquant le chemin aux renforts britanniques par un barrage intense d'obus à gaz, ils firent avancer leur infanterie sur un large front entre Vendhuile et Crèvecœur^ puis entre Mœuvres et le Bois de Bourlon. Dans oe dernier secteur, nos alliés réussirent, après une lutte extrêmement violente, à refouler les colonnes allemandes qui, avançant en masses oompactes, subirent des pertes énormes sans obtenir le moindre avantage. Par contre, au sud du village de Mas-mères, sur l'Escaut, l'ennemi parvint à forcer les lignes de nos alliés et, avançant sur une profondeur de plus de six kilomètres, il poussa jusqu'à La Vaoque-rie et Gouzeaucourt, points qui marquaient le front occupé par les Anglais avant le coup de surprise de l'autre jour. Le maréchal Haig, dans son dernier communiqué, annonce que La Vacquerie et Gouzeaucourt,ainsi que les hauteurs situées à l'est de oe dernier village, ont été réoccupés par ses troupes à la suite d'une Contre-attaque et que, sur d'autres points, 1 avance de l'adversaire a également été enrayée. Mais la lutte se-poursuit et il faut attendre les communiqués ultérieurs avant de tirer une conclusion. Constatons cependant que sur le point le plus important : Bois de Bourlon, nos alliés tiennent bon et que le maréchal Haig dispose d'amples réserves pour faire face à toute nouvelle tentative ennemie.Sur le front de Verdun, les Allemands ont attaqué également (région des Chambrettés), mais ils furent repous ses sans avoir pu atteindre les positions de nos alliés. Berlin parle de violents duels d'artillerie entre la Forêt d'Houthulst et la mer, de raids fructueux dans les lignes ennemies "près de la côte, d'où de nombreux prisonniers anglais et français ont été ramenés," ainsi que d'une grande activité déployée j>ar les Français dans le Sundgau (Haute-Alsace). En Italie, la situation est station-naire. Tous les efforts de l'ennemi de tourner les positions italiennes dans la région de Melette (Plateau d'Asiago) sont restés stériles, et sur le Piave le duel d'artillerie gagne en intensité. Un des monitors britanniques qui participent à la défense a détruit un pont de bateaux que l'ennemi venait de jeter sur le Bas-Piave en vue d'une tentative de forcer le fleuve. Un communiqué de Vienne dit que les chasseurs de Bosnie et d'Herzégovine ont avancé jusqu'à la 'deuxième ligne italienne sur la Vojusa (Albanie) et Paris nous apprend que sur le front macédonien le bombardement a été très actif dans la région de Doiran, dans la boucle de la Cerna et au nord de Monastir. Sur ce front comme sur les autres, les aviateurs alliés ont exécuté des raids nombreux et ont mis hors de combat un nombre respectable d'appareils ennemis. En Palestine, des détachements turcs, soutenus par l'artillerie (turque et allemande) s'opposent à l'avance britannique et les troupes du général .Allenby sont provisoirement arrêtées à huit kilomètres de Jérusalem. Sur le front russe, c'est la fraternisation, et les parlementaires léninistes se rendent aujourd'hui à Brest-Litovsk, au grand quartier-général allemand, en vue de négocier l'armistice. A Pétrograd, les élections se sont terminées à l'avantage des extrémistes, qui disposent de six sièges contre quatre obtenus par les cadets et deux par les socialistes révolutionnaires. Extrémistes et socialistes sont arrivés à un accord provisoire en vue de la création d'un Conseil populaire. SUR le FRONT OCCIDENTAL SUR LE FRONT BELGE Remise de décorations L© Roi Albert a procédé mercredi à "une nouvelle remise de décorations à des officiers, sous-officiers, et soldats de régiments de ligne et de chasseurs qui se sont particulièrement distingués au cours des derniers raids et coups de main. Le souverain était accompagné du colonel Til-kins, aide de camp, et de la maison militaire. Il a été reçu par le général Jacques.Après avoir passé les bataillons en re vue, le Roi a adressé en français et en flamand des félicitations cordiales aux braves qui allaient recevoir leur récompense. "Leur vaillance, dit-il, est pour la patrie une garantie de son avenir. La Belgique sait que ses soldats la restaureront prospère, indépendante et libre." Le souverain a décoré ensuite de sa propre main et a eiupour chacun des paroles chaleureuses. La cérémonie s'est terminée par le défilé des troupes. OPERATIONS NAVALES Torpilleur allemand coulé On mande d'Amsterdam qu'un torpilleur allemand a heurté une mine au large de Westcapelle (île de Walcheren), juste en dehors des eaux territoriales néerlandaises, et a coulé en cinq minutes. Tout l'équipage a péri, sauf deux hommes. Le torpilleur coulé appartenait à la flotte de Zeebrugge. OPERATIONS AERIENNES Pertes aériennes en novembre Trois cent soixante-dix machines britanniques, françaises et allemandes ont, d'après les divers communiqués, été abattes pendant le mois de novembre sur le front occidental. Si on en déduit un certain nombre qui se rapportent en réalité aux derniers jours d'octobre, il en reste 318, contre 399 en octobre. Sur ces 318, les Anglais disent en avoir perdu 108, les Français 84, les Allemands 126. Les EVENEMENTSen RUSSIE Réponse allemande à Lenine La réponse faite par Je commandant en chef allemand relative à la conduite des négociations de paix sollicité par Lenine, contient les six paragraphes suivants : (1) Le commandant en chef du front oriental est prêt à entrer en négociations avec le commandant-en-chef russe. (2) Le commandant en chef allemand est autorisé par le haut commandant allemand à négocier un armistice. (3) Le commandant en chef russe doit nommer un comité dûment autorisé par écrit et l'envoyer au quartier-général oriental allemand. (4) Le commandant en chef allemand désignera également un comité dûment autorisé. (5) Le commandant en chef allemand doit être informé en temps oj^ortun du jour et de l'heure désignés, afin qu'il puisse prendre les arrangements nécessaires pour envoyer un train spécial à l'endroit où le comité russe se propose de traverser les lignes allemandes. (6) Les -Allemands établiront une communication télégraphique directe entre les comités et le haut commandement russe. (Signé) VON HOFMEISTER, Lt.-général commandant une division. * * * Un bulletin officiel dit que le sous-lieutenant Schneur, membre du comité de la 5e armée (Dvinsk), le Dr Sagolo-vitch et le volontaire Meren, ont été désignés pour entamer des négociations en vue d'un armistice; et de s'avanver sous la protection du drapeau blanc, vers les positions allemandes. Trotsky (alias Braunstein) parlant à l'institut .Smolny, a dit que le fait que l'empereur allemand avait été obligé de recevoir les représentants de Krylenko et de négocier avec eux prouvait que la révolution russe avait mis sous son talon toutes les classes possédantes d'Europe. Les Léninistes travaillent à une coalition Les élections de Pétrograd à l'assemblée constituante ont conféré six sièges aux extrémistes, quatre sièges aux cadets et deux sièges aux extrémistes sociaux-révolutionnaires. Etaut donné leurs chiffres électoraux extrêmement petits, les autres partis ont été éliminés. Un accord est intervenu entre lès groupes léninistes relatif à la formation d'une nouvelle coalition socialiste relevant d'un nouveau conseil qui sera constitué de 108 membres du comité exécutif des Soviets, de 108 délégués paysans, de 100 représentants de l'armée, de 35 syndicalistes,' de 10 membres de l'Union des Cheminots, et de 5 fonctionnaires des postes et télégraphes. Ce conseil sera convoqué au plus tôt, et restera en ïoiife tion jusqu'à la réunion de l'assemblée constituante. L'accord ne signale pas que les Lénnistes aient abandonné un iota de leurs principes, mais simplement que les autres partis ont accepte leurs doctrines. En fait, c'est le triomphe complet pour les léninistes. L'attitude américaine Le correspondant de l'Associated Press à Washington télégraphie à New-York que le Gouvernement américain veut avoir une politique de tolérance vis-à-vis de la situation en Russie, dans le but de montrer sa foi dans le triomphe final d'une saine démocratie. On déclare à Washington que le Gouvernement n'a pas l'intention, jusqu'à présent, de considérer la Russie comme une ennemie, même si un armistice était conclu, et les Etats-Unis prendront des mesures pour avertir tout le peuple russe de son attitude. C'est pourquoi il semble que les délégués américains ne souscriraient pas à une communication menaçante que la Conférence inter-alliée de Paris pourrait décider d'envoyer à la Russie. Les personnalités officielles à Washington basent leur opinion sur le fait qu'une grande partie du peuple russe n'est pas d'accord sur les buts des Bolshevistes, dont les succès ne sont pas définitifs. En oe qui concerne l'envoi à la Russie du matériel de guerre et autres marchandises, les Etats-Unis seront largement guidés par M. Bakhmetieff, ambassadeur de Russie à Washington, qui a déjà désavoué le gouvernement bolsheviste. Les SCANDALESenFRANCE ♦ A la Chambre des Députés Après une séance qui dura 9 heures, la Chambre française a adopté, par 512 voix contre 2, l'examen du cas de M. Malvy par la Haute Cour. Au cours des débats, M. Clemenceau, parlant des scandales en général, déclara que la préfecture de police mettait très peu de bon volonté à aider les magistrats dans certaines enquêtes. Dans l'affaire Duval, l'accusé demanda à un certain moment : "Pourquoi me ques-tionnez-vous au sujet de ce document, alors qu'il est en votre possession? Que voulez-vous dire? Je veux dire qu'il se trouve à la préfecture de police. Pourquoi ne m'a-t-il pas été communiqué? Demandez-le à la police ! " Et le chef du bureau de la préfecture, interrogé, continua M. Clemenceau, invoqua le secret professionnel. Alors que les juges d'instruction s'exténuent, il y a à la préfecture de police toute une collection de dossiers qui n'ont pas été communiqués aux magistrats. Il y a deux jours, un nouveau dossier Bolo a été découvert dans ces bureaux. M. Clemenceau demanda à la Chambre de lui faire crédit pendant quelques jours encore.AUTOUR DE LA GUERRE AUTRICHE-HONGRIE — Un télégramme à la "Vossische Zeitung" dit que les socialistes ont fait dimanche à Budapest une manifestation monstre en faveur de la paix. ITALIE — La- secrétaire™ d'Etat du Saint-Siège a publié une déclaration démentant que le Vatican ait jamais reoom- ' mandé une paix qui ne soit juste et durable ou qu'il ait jamais publié quelque chose de nature à affaiblir le moral les troupes italiennes. Le Pape, dit la aote, ne prépare pas de nouvel appel oour la paix. ssesse ujaee. No 285 1

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes