L'indépendance belge

465 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 17 Decembre. L'indépendance belge. Accès à 23 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/ft8df6m29r/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'INDÉPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE. CONTINENT: 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) ADMINISTRATION ET REDACTION: TUDOR HOUSE, TUDOR ST., E.C. 4. BUSEATJ A PARIS: 11, PLACE DE LA BOURSE. TELE.: 311-57 et 238-75 LUNDI 17 DECEMBRE 1917 En vente à Londres à 3 h, le samedi 15 décembre ' 3 MOIS. 9 SHILLINGS. ABONNEMENTS ■ 6 MOIS, 17 SHILLINGS. 1 AN, 32 SHILLINGS. CONSERVATION PAR LE PROGRES. NOS BUREAUX DE RÉDACTION ET D'ADMINISTRATION SONT ACTUELLEMENT TRANSFÉRÉS TUDOR HOUSE, TUDOR STREET, E.C. 4 (WHITEFRIÂRS). LA SITUATION Samedi, midi. La bataille dans les Alpes-vénitiennes, entre la Brenta et la Piave, se poursuit avec la même violence que les jours précédents, sans que l'ennemi soit parvenu, jusqu'à présent, à s'assurer un avantage décisif. Cela ne tient pas, assurément, à ce qu'il rechigne devant les sacrifices, car il dispose, dans tous les secteurs d'attaque, d'autant de troupes et de matériel qu'il peut en concentrer sur ce terrain accidenté.Rien qu'en matériel d'artillerie, il dispose, entre la Piave et la Brenta, de 2,500 bouches à feu, ce qui revient à dire qu'il a en position un canon par sept mètres courant. Quant ,,aux pertes qu'il a subies jusqu'ici, dans l'offensive trentinoise, elles sont évaluées à 150,000 hommes ! Ces pertes ne sont pas compensées par des succès proportionnés et elles ne le seront que si les Austro-Allemands réussissent, avant l'apparition de la neige, à oonqué-rir les dernières hauteurs qui les séparent encore de la plaine. Or, de mémoire d'homme, il n'y a pas eu d'hiver aussi tardif ni aussi doux que celui-ci, et les tendances du baromètre sont l'objet d'une étude pleine d'anxiété. Le communiqué italien nous apprend qu au cours du troisième jour de la ba-taOfe entre la. Piave et la Brenta, l'adversaire, après avoir concentré pendant plusieurs heures un violent feu d'artillerie contre les positions de la région du Mont Berretta (Col Caprile), fl a livre un assaut qui, cependant, échoua. Suspendant alors le combat d'infanterie, tout en maintenant sa pression, l'ennemi corèimença un bombardement qui se poursuivit pendant toute la jour-nëî.A. l'est du Mont Grappa, l'adversaire executa un mouvement d'enveloppement visant le saillant italien formé par le Mont Solarola, le Col del Orsy et la partie supérieure de la vallée du Cal-cino.Quoique soutenues par un feu d'artillerie intense, les vagues ennemies furent, ici également, refoulées et l'ar-t 'lerie adverse fut effioaoement contre-i attue par l'artillerie italienne renforcée par des batteries françaises. Une partie de terrain insignifiante au nord de la ligne du Mont Solarola et de la vallée du Calcino fut tout oe que cette opération rapporta à l'ennemi. Le maintien,par nos alliés, de la posi-t'on de Solarola est importante parce qu'il empêche d'une part l'adversaire d avancer et, de l'autre, constitue, pour les Italiens, un excellent terrain peur le declanchement futur de contre-atta-ques visant les communications austro-allemandes.Le communiqué allemand be borne à P."'r Tc, U1?e attaque italienne contre le Mont Pertica (entre le Mont Grappa et la vallee de la Brenta) qu'il dit avoir été repoussee avec la perte de plusieurs centaines de prisonniers (Italiens). Du front de Cambrai le maréchal Haig ne signale que des combats de grenades* a la suite desquels les troupes britanniques ont pu améliorer légèrement leurs positions a l'est de Bullecourt Les Allemands disent qu'ils ont fait quelques prisonniers dans oette région au cours d'attaques britanniques. Dans ce secteur, nos amis occupent encore toujours la licne-support du système Hindenburg, sur un front de sept kilomètres. En Flandre, au sud-est du Bois du Polygone, les Allemands, à la suite d'une attaque locale, ont réussi à occuper trois oents mètres de tranchées à proximité du Château de Polderhoek. Sur le front français, seule l'artillerie est active, et tant dans les communiqués de Paris que dans ceux de Berlin, il est de plus en plus fréquemment fait allusion aux bombardements en Alsace. C'est ainsi qu'après une longue éclipse, le fameux Hartmannsweilerkopf a de nouveau les honneurs du communiqué. Le bombardement est distinctement perçu en Suisse, où le développemeat des «y événements, tant sur le front italien que t sur celui d'Alsace, est suivi avec le plus t vif intérêt. - Le nouveau Président de la Républi-, que helvétique, en prenant possession de 3 son poste, s'est empressé de déclarer que, quoi qu'il arrive, la Suisse maintiendra 3 sa neutralité et la défendra, si besoin 1 est, envers et contre tous. Bref, la République Fédérale est décidée à suivre j l'exemple de la Belgique, c'est-à-dire les . voies de l'honneur, quelles que soient les circonstances. La Suisse entend rester libre en cas d'attaque par l'un ou l'au-, tre de ses voisins belligérants, à décider elle-même (comme ce fut le cas pour la . Belgique) de l'opportunité et du mode d'intervention éventuelle de telles Puissances auxquelles la Suisse pourrait faire | appel "en cas d'agression." Les Puissances de l'Entente ont depuis longtemps, croyons-nous, donné des preuves indiscutables de leur loyauté à la Suisse, mais le gouvernement des Etats-Unis a tenu, à son tour, à assurer la république-sœur que les troupes américaines respecteront scrupuleusement la neutralité suisse. Quant aux Puissances Centrales, elles ont examiné depuis longtemps les avantages et les désavantages d'une violation de la neutralité suisse, et on peut être oertain que "si leur intérêt l'exige," elles ne feront pas plus de cas de l'armée fédérale" Qu'elles n'en ont fait de l'armée belge. On annonce de Pétrograd que les troupes de Korniloff ont été battues par les Bolshévistes dans la région de Bielgorod, mais on dit que l'ex-généralissime est parvenu à se mettre en sûreté. Cê succès ne peut qu'encourager les léninistes dans leur attitude arrogante et dépourvue de tout scrupule. Le gouvernement extrémiste a donné l'ordre aux armées russes, paraît-il, d'évacuer la région de Riga et de se replier jusqu'au Lac Peipus, ce qui raccourcirait considérablement le front de nos alliés, tout en le rendant, il est vrai, plus invulnérable, et oette opération aura pour conséquence de rapprocher sensiblement de la capitale les troupes sur lesquelles les extrémistes croient pouvoir compter en cas de nécessité. Pendant que les leninistes opèrent ainsi en maîtres, en véritables autocrates, les délégués à la Constituante, nommés par le peuple, sont expulsés "manu militari" du Palais de Tauride, où ils s'imaginaient candidement être chez eux et inviolables. Maintenant qu'ils sont au pouvoir, les Bolshévistes ne veulent plus oe qu'ils appellent des phraseurs, et ils disent sans ambages qu'ils "considèrent comme un organisme arbitraire devant être dissous le plus rapidement possible, toute assemblée opposée à leurs idées." Voilà au moins qui est net et qui justifie le jugement que nous avons porté sur les maîtres actuels de la pauvre Russie. L'état anarchique dans lequel se débattent nos allieé rend plus nécessaire que jamais cette victoire de l'Entente, dont M. Lloyd George a dit hier, avec raison, qu'elle était "la condition essentielle pour la sécurité d'un monde libre." Il a ajouté qu'en attendant cette victoire, nous devons rester fermes et oonfiants. La victoire, en effet, n'est, pour les Alliés,^ qu une question d'organisation, de méthode, et tout ce qui est fait en vue d'améliorer notre organisation, défectueuse èt incomplète dans le passé, constitue un pas en avant dans la direc-tion de la victoire. or®at>i°n du Conseil Naval Inter- ci™ nous signalent les dépêches de ce matin, entre dans la catégorie des réformes utiles et constitue le pendant du Conseil de Guerre Inter-Allié siégeant a Versailles, dont il est, en réalité, le complément.Ainsi s'achève, petit à petit, notre organisation qui ne s'est complétée jusqu'ici, que sous la pression, de plue en plus impérieuse, des événements* LA GUERRE EUROPEENNE OPERATIONS NAVALES ^ L'île Madère bombardée Un sous-marin ennemi a bombardé Funchal (île Madère), mercredi dernier, détruisant un grand nombre de maisons et l'église Ste-Clara. De nombreuses le personnes ont été tuées et blessées. Qua-Is rante obus sont tombés sur la ville, le bombardement ayant duré 20 minutes. j_ Le sous-marin a disparu poursuivi par je des bateaux patrouilleurs portugais. OPERATIONS AERIENNES L'appareil de Pierre Braun re &g L'appareil de l'aviateur Pierre Braun, récemment victime d'un tragique acci-"ÎT clent, a été repêche mercredi dernier par un torpilleur français devant La Panne. Jr Les funérailles furent célébrées jeudi [a dans la stricte intimité. Les derniers ren-[e seignements révèlent que Pierre Braun, s_ avant l'accident fatal, avait abattu un _e avion allemand devant Nieuport. > LE GENERAL LEMAN LIBERE M » Suivant un télégramme de Zurich aux T Central News, des prisonniers français et belges qui viennent d'arriver d'AIle-a magne dans cette ville, disent que le général Léman, le héros de Liège, qui se trouve actuellement à Heidelberg, arri-5 vera probablement aujourd'hui, samedi, 1 en Suisse. Le glorieux défenseur de Liège, qui est en captivité depuis plus de trois ans, £ avait toujours refusé jusqu'à présent sa mise-en liberté, celle-ci étant subordon-e ' née à l'engagement exigé par l'Allemagne de ne plus reprendre les armes pour la défense de sa patrie. . t LES ENQUÊTES EN FRANCE s L'affaire Caillaux e Les débats au sujet de la demande de suspension de l'immunité parlementaire e de M. Caillaux, ne commenceront vrai-r semblablement pas avant mardi, jour où " la commission parlementaire désignée pour faire rapport sur l'accusation du ' général Dubail déposera ses conclusions. "Le public, dit le correspondant du £ "Times," se réjouit de l'action entreprise par le gouvernement, mais les sentiments dans les milieux parlementaires et dans la presse sont extrêmement divisés. Alors que M. Capus, du 'Figaro,' t dit que la lettre du général Dubail cons-j titue une terrible accusation, M. Sembat, - le socialiste, affirme qu'il n'y a aucune " preuve sérieuse. Dans plusieurs groupes 5 du Parlement certains estiment que bien ; que les faits et les déductions contenues 1 dans la lettre du général Dubail soient 5 assez sérieux pour justifier une enquête, 5 ils ne sont néanmoins pas d'un caractère : qui puisse justifier l'envoi de M; Cail- - laux devant une cour martiale, et que, > pour cette raison, il conviendrait plutôt 5 de le traduire devant la Haute Cour du Sénat. "Il est évident, continue le correspon-i dant du "Times," que M. Caillaux a • l'intention de conduire les débats dans ce sens, afin qu'il puisse en faire une ! question purement politique. _J1 a l'in-: tention de parler longuement à la Chambre de sa politique, tant avant que pen-! dant la guerre, et il n'y a pas de,doute qu'il tentera de se montrer sous le jour ' d'un démocrate patriote assailli par ses anciens adversaires de la réaction. Il voudrait ainsi ouvrir un grand débat, auquel sans doute toutes les principales personnalités des divers cabinets qui se sont succédé au pouvoir depuis la guerre seraient contraintes de prendre part. Si M. .Caillaux a réellement l'intention de créer une confusion au sujet de la na- . ture réelle de son cas — car sa politique ' d'avant-guerre n'a rien à faire avec les ] accusations portées contre lui par le gé- 1 néral Dubail—il. n'est pas certain qu'il < soit soutenu par le Chambre, en dehors < du parti socialiste et d'une fraction du i parti radical-socialiste. " 1 Les bureaux de la Chambre se sont t réunis jeudi après-midi pour élire une < commission de 11 députés qui fera rap- 1 port sur la demande d'autorisation de 1 , poursuites. 1 t r UN r~ DISCOURS DE M. LLOYD GEORGE Victoire ou défaite M. Lloyd George a prononcé hier soir un discours au cours d'un dîner qui lui 1^ était offert par la société de Gray's Inn. r> En voici les points principaux : is L'aviation aura probablement plus :s d'effet que n'importe quelle arme pour i- persuader aux populations que la guerre le actuelle devait être la dernièro. Si la lettre de lord Lansdowne avait ir pour but d'exprimer les mêmes idées que celles du président Wilson,. c'est un grand malheur qu'elle n'ait pas produit cette impression. Le danger n'est pas le pacifiste extrême, mais l'homme qui pense qu'il y a un moyen terme entre la victoire et la défaite. Il n'y a pas de î, milieu. Terminer simplement une guerre, i- commencée pour faire respecter un ir traité, sans obtenir réparation pour l'irf-fraction commise par un nouveau traité, ii serait terminer une tragédie par une i- farce. i; L'homme que je ne parviens pas à n comprendre est celui qui, enflammé d'une colère généreuse à la première -faie ■ de l'outrage commis et ayant contribué à faire entrer le pays dans la voie de l'honneur, s'arrête avant que la tâche soit accomplie et dit: "J'en ai assez." x II y aura toujours des Etats criminels s jusqu'à ce que la rémunération d'un crime international devienne trop pré-caire pour le rendre profitable. e L'étreinte mortelle de la marine bri-_ tannique et la valeur de nos troupes produisent des effets dont la puissance s'imposera de plus en plus. ii La Russie et l'Amérique > Si la Russie s'était trouvé en état à a exercer sa force cette année, nous serions maintenant en mesure d'imposer des conditions de paix justes et raisonnables. r Par son recul, elle renforce les Hohen-zollern et affaiblit les forces de la démocratie.Ce serait folie que de sous-estimer le danger; oe serait folie de l'exagérer; mais la plus grande folie de toutes serait de ne pas y faire faoe. Il n'y a pas de : 3 pays au monde plus puissant que les | s Etats-Unis d'Amérique, avec ses res- - souroes gigantesques et son peuple in- i domptable; et si la Russie se retire de ■ î la lutte, l'Amérique va y entrer avec i toutes ses forces. Le moment actuel est . le plus critique, car les préparatifs de i l'Amérique ne sont pas terminés. Le cabinet est sur le point de recorn- - mander de nouvelles levées d'hommes, i mais en même il ne cesse d'étudier, d'ac- 1 - cord avec ses experts militaires, les meil- 1 ' leures méthodes de réduire les pertes < . parmi les troupes employées. i i II nous faut notamment des hommes 1 ; pour résoudre les problèmes relatifs au 1 ; tonnage. La victoire est actuellement i , une question de tonnage, et le tonnage, i c'est la victoire. ; La Prusse proclame que l'autocratie ( seule peut accomplir de grandes choses <• , et que la démocratie ne peut que parler . de les accomplir. L'honneur de la démo- ; cratie est en jeu. ' Pour obtenir les hommes nous devons j i les chercher davantage parmi les indus- ( tries qui ne sont pas essentielles pour la t poursuite de la guerre, ou le maintien j de la vie nationale. Le pays doit aider en pratiquant l'économie (l'économie en matière de nourriture comme en matière d'habillement) c et en contribuant à augmenter la pro- 1 duction dans le pays de matières précé- c demment importées. Il doit aider aussi I en décourageant les grincheux. "Grin-oher" mine le moral, et lorsqu'il s'agit i de "tenir," le moral du pays est une *■ question vitale. LA CATASTROPHE D'HALIFAX j ——*-—- L Une arrestation p Le nommé John Johansen, timonnier 11 à bord du steamer "Imo" du Belgian 11 Relief, avec lequel le transport de muni- 1 tions américain est entré en collision c dans le port d'Halifax, a été arrêté, étant soupçonné d'être un espion aile- 1; mand. Une nurse du Massachusetts Re- d lief Hospital, où cet homme est en trai- r tement, a découvert que Johansen agis- r sait d'une manière singulière et ne sem- d blait pas être blessé. Les médecins qui t "l'examinèrent conclurent qu'il simulait p la maladie. Plus tard, Johansen fut sur- p pris au moment où il tentait de s'évader r de l'hôpital. C'est à ce moment qu'il fut E entouré de gardes et arrêté. Sympathie belge En réponse à un télégramme adressé r lundi à Halifax au nom des Belges 11 d'Angleterre par le Comité Officiel '• Belge, ce Comité a reçu la dépêche suivante : ls "Carton de Wiart, Hon. Secretary lr Belgian Officiai Committee, London : 'e "Le Comité de secours et, en général, la population apprécient profondément 't la sympathie que vous exprimez au sujet le du terrible désastre qui nous a frappés. 11 (Signé) Macllwraith, président du Co- mité de Secours. " le — '1 LES EVENEMENTS EN RUSSIE [e "®" >, L'armistice n Les 13 et 14 décembre des séances ont i- eu lieu à Brest-Litovsk, au cours des-3, quelles ont été discutés différents points ie du projet mutuel en vue de la cessation des hostilités. à Un télégramme de Bâle dit que la é "Deutsche Zeitung" annonce que Lé-e nine a ordonné aux armées russes d'é-é vacuer tout le territoire à l'est de Riga e jusqu'au lac Peipus, avant le 1er jan-e vier (vieux style). Un tel recul porterait les troupes allemandes à e.nviron 200 [s kilomètres de Pétrograd ! î1 Après l'armistice Trotsky annonce que si un armistice est signé à Brest-Litovsk, les commissaires et délégués recevront mandat pour entamer des négociations de paix. Le général Korniloff aurait été battu Une dépêche du correspondant du "Times" à Pétrograd dit qu'il résulte- a rait de communiqués extrémistes assez s confus, publiés à Pétrograd, que le «gé- !S néral Korniloff et une partie de ses trou- '* pes auraient été cernés par les forces bolshévistes dans le voisinage de Biel- " gorod, en Russie méridionale; qu'un certain nombre de cosaques auraient été 6 faits prisonniers, mais que des compa- > gnies d'origine caucasienne ont aidé le t général à s'échapper. D'autres forces 6 de Korniloff à Bielgorod même ont pro- s bablement été cernées également. On signale que des ordres ont été donnés pour l'arrestation de M. e Tchernoff, ancien ministre de c l'Agriculture, et que des perquisitions 1 ont été faites dans sa maison. e Un combat à Vladivostok M. Lansing, secrétaire d'Etat à , Washington, a dit aux correspondants . des journaux qu'il a reçu, mercredi à . midi, un télégramme du Consul améri-3 cain à Vladivostok annonçant qu'un sérieux combat était survenu entre divers s fractions militaires russes dans cette i ville, et demandant que des troupes amé-t ricaines y soient envoyées d'urgence. Députés expulsés Des membres de l'Assemblée consti-^ tuante qui s'étaient réunis au Palais de ^ Tauris à Pétrograd ont été dispersés par des troupes bolshévistes. Cette mesure a produit des discussions sérieuses au sein du parti bolshéviste. Lunachars-: ky, commissaire du peuplé pour l'instruction publique, et d'autres ont pro-1 testé violemment et on dit même qu-e ' Lunacharsky a donné sa démission. Kaledin serait arrêté L'agence télégraphique bolsheviste de Pétrograd annonce que Rostoff, Nak-hitchevine et Taganrog sont aux mains des révolutionnaires. Les généraux Kaledin et Pototsky seraient arrêté^. LE CONSEIL NAVAL INTER-ALLÎE L'amirauté a donné quelques détails sur la constitution et les pouvoirs du conseil naval mter-allié. Ce conseil réunira les ministres de la marine des nations représentées et les chefs d'état-major de la marine de ces pays. Les chefs d'état-major des Etats-Unis et du Japon seront représentés par un commandant d'escadre. Le conseil sera pourvu d'un secrétariat permanent. La tâche du conseil sera de surveiller la conduite générale de la guerre navale, d'assurer la coordination des efforts sur mer ainsi que le développement des opérations scientifiques relatives à la conduite de la guerre. Le conseil fera toutes les recommendations nécessaires pour permettre au gouvernement de prendre des décisions. SSème annee. No 296

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes