L'indépendance belge

443 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 08 Decembre. L'indépendance belge. Accès à 19 mai 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/0r9m32p441/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

85ème année. No. 327. L'INDÉPENDANCE ANGLETERRE: ONE PENNY. BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES. Administration et Rédaction, Tcdor House, Tudor Street, E.C TELEPHONE : CITY 3960. LONDRES, MARDI 8 DECEMBRE 1914. Conservation par le Progrès. POLITIQUE ET COUPS DE FUSILS. Il n'est guère bienséant de citer ses propres écrits; mais peut-être l'inconvenance en est-elle amoindrie quand il s'agit de se bêcher soi-même, si j'ose n'exprimer ainsi, tandis que nous sommes si loin du Boulevard de la Senne. Or donc, un article paru sous ma signature dans " l'Indépendance " du 22 octobre, recélait cette phrase : " Toutes nos paroles, tous nos écrits valent moins que le coup de fusil d'un soldat. ' ' Ce propos me paraît maintenant beaucoup trop absolu. Je l'avais couché sur le papier en songeant au plus noble de mes amis qui, «ayant subi jadis six mois de prison pour sa propagande antimilitariste — (des jeunes gardes avaient été condamnés, et il avait jugé bon d'offrir au Jury brabançon de quoi se mettre sous la dent le cas plus substantiel d'un homme fait) — s'était engagé et avait rejoint l'armée l'un des premiers, malgré ses 44 ans et son attachement à sa femme et à son enfant. Mais à la réflexion, il faut bien reconnaître qu'il y a coups de fusil et coups de fusil, comme il y a fagots et fagots, et aussi littérature et littérature. Pour aller aux extrêmes, je préfère, même en ce moment, un poème d'Emile Verhaeren au coup de fusil d'un tireur maladroit. Et alors se pose immédiatement cette question : Quand on n'estpas Vèrhaeren, r.i quelque autre artiste de lettres, mais un simple journaliste ou un homme politique, faut-il exprimer sa pensée ou bien aller se coucher? Beaucoup se trouvent en présence de cette alternative, car tout le monde ne peut marcher au combat. Un invalide n'est pour l'armée qu'une nuisance. Si vous n'avez jamais été soldat et que vous ayez dépassé un certain âge, vous ne parviendrez d'ailleurs pas à vous faire enrôler. Dans tous les cas, il est inadmissible qu'un homme vieux, vieillissant, infirme ou rachitique, à qui vos propos ont déplu, essaye de vous clore le bec en proclamant bravement que la parole appartient exclusivement à la poudre. Plus de politique ! entends-je dire de divers côtés. Ce refrain me crispait déjà bien avant la guerre. En Belgique, "plus de politique" signifiait dans la bouche de certains : " Personne ne pensera désormais autrement que nous. On va enfin nous laisser faire tranquillement les affaires de notre parti. Tout le monde se conformera à notre manière de voir et à nos façons de faire. " Pour beaucoup d'autres, " pas de politique " signifiait qu'ils n'étaient d'aucun parti, qu'ils n'avaient aucune conviction, religieuse ou philosophique, qu'ils s'occupaient de leurs affaires et de leurs intérêts, et se moquaient du reste. Et voici qu'en exil, le chœur reprend avec furie : plus de politique, plus de politique ! Et l'on est bien près de dénoncer comme un traître le mal-inspiré que l'on peut accuser de faire de la politique.Alors, dans la salle de lecture du British Muséum, suprême asile d'étude et de paix—reading as usual—j'ai ouvert le dictionnaire de Littré, et j'ai lu : Politique, adj. : qui a rapport aux affaires publiques. Politique, subs. : 1. La science du gouvernement des Etats. 2- L'art de gouverner un Etat et de diriger ses relations avec les autres Etats. 3. Se dit des affaires publiques, des événements politiques. Et c'est tout. Si nous parlons le français, "ne far-sons pas de politique" signifie donc : "ne nous occupons pas des affaires de l'E-1 tat-" Pour suivre ce conseil, il faudrait Par conséquent se départir de tout es-P.rit civique, ce qui a toujours été considéré comme le signe de l'égoïsme le moins recommandable, et, par rapport a la collectivité, comme une marque de décadence. Ce n'est évidemment pas cela que l'on entend préconiser. u Aussi certains correspondants de 1 Indépendance Belge " ont-ils adop té une autre formule pour nous servir leur " tarte à la crème." Il ne peut plus y avoir, disent-ils, qu'une seule politique! C'est celle de la défense obstinée de notre dernier lambeau de territoire. Certes, avant tout, il faut vaincre. Nos discussions no serviraient à rien s'il devait appartenir aux Allemands de nous mettre d'accord. Mais quand les Alliés l'auront emporté et seront à même d'imposer aux vaincus leurs conditions, il faudra pourtant que l'on sache ce que devront être celles-ci. Réparation, dans toute la mesure du possible, à l'infortunée Belgique! Cela avant tout! C'est entendu; il n'y a qu'une voix à ce sujet. Mais en même temps que pour leur territoire et pour leurs foyers, beaucoup de Belges ne se sont-ils pas battus pour le Droit, pour l'Honneur, pour la Liberté, tels qu'ils les conçoivent? Ne fau-dra-t-il pas s'efforcer d'empêcher le retour de l'effroyable catastrophe où peut sombrer la civilisation issue de la Révolution française? La question coloniale ne sera-t-elle pas l'un des facteurs principaux du problème? Ces points ne valent-ils pas d'être soulevés, discutés, élucidés? Laisserons-nous le despotisme et la réaction s'embusquer dans une consigne de silence? L'intérêt des capitalistes et celui des travailleurs ne s'opposeront-ils pas dans l'élaboration des nouveaux statuts de l'Europe? N'y aura-t-il pas aussi quelque chose de changé dans notre pays, et ne serait-il pas odieux de refuser plus longtemps à notre héroïque prolétariat le suffrage universel? Et non seulement en vue des négociations pour la paix et de notre retour au pays, mais en considération de l'évolution du conflit mondial dont nous vivons les péripéties, ne serait-il pas désastreux de se taire sur ce qui s'est passé depuis le 2 août, sur ce qui se passe encore à l'heure présente, et de laisser les Allemands répandre partout à loisir leurs mensonges et le poison de leur fourberie et de leur astuce? Ne sous-évaluons donc pas la pensée et ses moyens d'expression, même à cette heure douloureuse où L'on se bat. Certes, tout hommfi valide doit tenir à honneur d'être au front. Et si certains intellectuels dont le pays se glorifie, engagés à l'armée, ne constituent que de médiocres unités militaires et manient moins bien le fusil que la plume ou le pinceau, ils sont du moins de grands exemples. Leur sacrifice n'est pas inutile et le prestige de leur talent s'accroîtra de toute la hauteur de leur courage et de leur abnégation. Mais cela ne veut pas dire que tout citoyen incapable de porter les armes, n'ait plus qu'à se tenir coi. Le courage moral, c'est encore du courage. Défendre sa pensée quand la plupart ne pensent plus et nue certains veulent empêcher les autres de penser, quand, même entre amis, des malentendus douloureux surgissent de l'imprévu des événements, c'est plutôt courageux. Pour un journal, paraître en exil pour permettre à la pensée belge de s'exprimer, pour l'empêcher de s'atrophier ou de se corrompre, c'est courageux et c'est bien. Evitons les vaines récriminations, n'oublions pas les souffrances communes, abstenons-nous les uns à l'égard des autres d'âpres attaques qui pourraient ajouter à nos blessures morales, mais défendons nos idées et notre foi. Que si quelqu'un de la réserve de " l'inactive," s'excitant au propos bons ou mauvais d'un correspondant de " l'Indépendance," proclame que l'humanité ne veut plus entendre que la voix du canon et, sous prétexte qu'il ne doit plus y avoir qu'une seule politique, nous enjoint d'adopter la sienne, d'abandonner nos anciennes "chimères," de reconnaître que " le sens de l'éternité de 'a vie spirituelle et de l'infirmité des choses humaines presse toutes les âmes," et que " la force de l'ordre, de la discipline, des principes d'autorité apparaît à tous les yeux," et de consentir que ce sont là " des vérités qui pour longtemps ne seront plus discutées," nous '*î regarderons, un peu goguenards malgré notre tristesse, exécuter sa danse du scalpe autour de 'a pensée libre, et nous lui dirons, tandis qu'il la croira terrassée à jamais : — Pas encore, mon petit. EMILE ROYER. NOTES DU JOUR. Le programme allemand—Le devoi des neutres. Bordeaux, le 1er décembre 1914. Parmi les signataires du fameux mani feste des intellectuels allemands, qui res tera dans l'Histoire comme une preuv colossale de mensonge, figure un pro fesseur de chimie, Oswald, lauréat di prix Nobel. Ce maître de la Kultur allemande si trouve en ce moment en Suède. Il es donc presque chez lui, la Suède étan déjà à demi-prussifiée. Ce savant a don né une sensationnelle interview ai " Dagen," de Stockholm, qui. est à liri et à conserver. C'est le plus extraordi naire monument d'orgueil, et on pour rait dire d'inconscience. Pour le savant allemand, il n'y i qu'une grande force au monde, force in tellectuelle servie par le militarisme, e c'est l'Allemagne. Cette force allemand* doit absorber toute l'Europe et la do miner, la gouverner. D'où la guerre ac tuelle qui n'a pas d'autre but. Vous croyez que j'exagère? Ecoutez : " Nous ne haïssons pas les Français Je crois, abstraction faite des raisons df fait qui ont été les causes de la guerre que la cause la plus profonde réside dan; la crainte qu'ont nos ennemis de 1e force inouïe avec laquelle l'Allemagne £ su jusqu'ici réaliser sa grande pensée organisatrice, pensée que l'Allemagne se propose précisément par cette guerre de réaliser dans une plus forte mesure qu'auparavant. On parle du militarisme allemand ; il se pourrait, en effet, que l'hostilité que rencontre l'Allemagne dans le monde fût fondée sur le développement du militarisme allemand mais c'est justement ce militarisme qui constitue l'une des expressions les plu£ puissantes de la force organisatrice de l'Allemagne. Or, l'Allemagne, grâce è sa faculté d'organisation, a atteint une étape de civilisation plus élevée que les autres peuples. La guerre un jour les fera participer sous la forme de cette organisation, à une civilisation plus élevée. Parmi nos ennemis, les Russes, en somme, en sont encore à la période de la horde, alors que les Français et les Anglais ont atteint le degré de développement cultural que nous-même avons quitté, il y a plus de cinquante ans. Cette étape est celle de l'individualisme. Mai; au-dessus de cette étape, se trouve l'étape de l'organisation. Voilà où en esi l'Allemagne d'aujourd'hui. " VoUs me demandez ce que veui l'Allemagne? " Eh bien, l'Allemagne veut organise! l'Europe, car l'Europe jusqu'ici n'a pas été organisée." Je n'en ai pas enlevé un mot. C'eûi été dommage. Donc l'Allemagne veut "organiser,' c'est-à-dire gouverner, la Belgique, k France, l'Angleterre et la Russie. Oswald le déclare expressément. La Hollande et la Suisse n'échapperont pas plu; que les autres, et quant à l'Italie, souvenez-vous du télégramme de Guillaume II au roi Victor-Emmanuel II : " Je me vengerai de ta trahison." Reste la Scandinavie. L'Allemagne n'est pas embarrassée pour si peu. Ecoutez la condamnation : " L'Allemagne créera à l'Est une confédération d'Çtats, une sorte de confédération baltique qui comprendra les Etat: Scandinaves (Danemark, Suède et Norvège), la Finlande et les Provinces bal-tiques. Je crois le moment venu de remanier la carte d'gurope." Le remaniement est du reste peu compliqué. L'Allemagne s'empare de tout. Ne croyez pas à une fantaisie de mégalomane prussien ou de pangermaniste. Non, M. Oswald, professeur renommé, prix Nobel, reproduit avec netteté le vœu de tout l'empire allemand. Il s'agit là d'un programme qu'on entend appliquer dès le lendemain de la l victoire qu'on déclare inévitable et prochaine.On ne parle pas des Balkans ; depuis r l'entrevue de Konopischt entre Guillaume II et l'archiduc François-Ferdi-,»ind, entrevue où fut décidée en fait la guerre actuelle, depuis nous savons que . les Balkans sont abandonnés à l'Autriche contre une sortie allemande à Trieste. Et en présence de cette formidable poussée de conquérants, il y a des i neutres ! C'est ce qu'il est impossible de com-; prendre. t Souvenons-nous. En 1870 la France a été vaincue, non seulement par les forces allemandes, mais par la double neutralité de l'Angle-1 terre et de la Russie. Si ces deux ; grandes puissances avaient compris leur . intérêt véritable, elles auraient arrêté 'a . Prusse après Sedan et l'auraient ramenée à l'exécution du traité de Prague. Pour des motifs qu'il n'est pas le mo-1 ment de discuter, l'Angleterre laissa faire et la Russie ne bougea pas. Guil-: laume I écrivait à l'empereur de Russie : ; " Je n'oublierai jamais le service que . vous m'avez rendu; sans vous, je ne . pouvais vaincre." On connaît les résultats. Quarante-quatre ans de paix armée qui ont épuisé l'Europe, et finalement la guerre à laquelle nous assistons. A l'heure actuelle on peut affirmer que quoiqu'il arrive les Alliés vaincront ■ l'Allemagne et l'empêcheront de réaliser son rêve d'absorber l'Europe. Mais si l'Allemagne avait été victorieuse, les neutres qui se renferment dans leurs neutralité, dans leur isolement, et les philosophes peuvent dire leur égoïsme, les neutres prépareraient leur propre ruine. Ils auraient été absorbés à leur tour. Laissez-moi dire qu'ils ne l'auraient pas volé. Eh quoi, un empire de bandits se rue sur la Belgique et sur la France, viole les traités, détruit les villes, bombarde les cathédrales, fusille les populations entières, pille, vole, incendie ; et les neutres répondent froidement : "Ce n'est § rien, ce n'est que la civilisation qu'on dé- 1 truit et l'Allemagne qui organise l'Eu- | rope entière. " Leur tour serait arrivé, et on peut dire que les neutres se seraient détruits de leur propres mains par leur indifférence, à laquelle l'histoire ne voudra pas croire. Qui aurait défendu la Suisse, condam- n née fatalement comme les autres ; qui se | serait opposé à l'absorption de la Hol- S lande et à la domestication du Dane-mark, de la Suède et de la Norvège ; qui m aurait maintenu l'Italie intacte, puisque j la France aurait été vaincue, l'Angle- *-terre anihilée et la Russie rendue impuissante? Q Les fieutres commettent en ce moment la même faute que commirent la Russie et l'Angleterre en 1870, et ils ont l'air de ne pas s'en douter, ils tendent avec . une sorte de satisfaction le cou à l'épée que l'Allemagne aiguise ouvertement et f! qui sera brisée seulement par l'héroïque Belgique, par la Russie, l'Angleterre et 1T ; la France, qui non-seulement se sauvent elles-mêmes, mais sauvent les neutres P' : immobilisés dans leur fausse sécurité. Si, il y a un peuple petit, vaillant et ^ 1 fier qui le moins exposé et le plus généreux, je veux parler du petit Portugal, jr . qui par un beau geste vient de décider ja . que son gouvernement était autorisé à ; intervenir quand il jugerait le moment . convenable. . Et le Portugal a mobilisé deux cent n_ . mille hommes qui sont prêts à s'embar- jr quer quand l'Angleterre enverra les ba- m teaux nécessaires. Notre ami Magalhaës Lima nous annonçait cet événement dans une lettre que nous avons publiée ici même. On me demandait de divers côtés : m . " Qu'a donc voulu dire Magalhaës e! ; Lima? " ai Il avait voulu dire que le Portugal vt . comprenait le devoir humain, qu'il ne ^ - voulait pas voir étouffer la civilisation et vs l'indépendance européennes par les hor-. des allemandes, et qu'il apportait le sang v'{ de ses enfants pour la libération com- &e . mune. ^ Le Portugal tout entier, tous les partis 0I réconciliés, nous apporte son concours et : ses forces pour participer à la grande bataille de la justice et du droit. ^ Voilà qui est beau et admirable. or i IEAN-BERNARD. £ Nous publions ci-dessous la Seconde Section des itinéraires de la London General Motor-Buses—parcourus dans Londres, les faubourgs et la campagne. LIGNES Nos 11. Liverpool Street and Shepherds Bush Toutes les 2 à 3 m nutes. Tarif 5d. (70 minutes) Via Bnnk. Cannon St.. Ludgate Cir.. Strand, Channe X, whitehal. Victoria, Sloane ;>q., Kin^'s Rd.. Walham Gn., Dawes Rd., Hammersmith, Brook Gn. Rd. 11A- Liverpool Street and Wormwood Scrubbs Toutes les 5 à 6 minutes. Tarif 5èd (70 minutes) via meme itinéraire que ira Shepherds Bush, en suite VVood Lane. 12. Peckham Rye and Shepherds Bush T?"'?-5 les 6 mi lûtes. Tarif 5èd. (60 minutes) Via Higfh Stre»-t Peckham, Camberwefl Green, Eléphant, »\ estminster Bridge. Piccadilly Circus, Maxble Arch, Notting HillGate. 12^ Dulwich and Shepherds Bush Toutra le< 4 à 5 minutes. Tarif 6id. (65 minutes) Via Lordship Lane, Barry Rd., and thence as No. 12. 13. London Bridge Station and Hendon (" Bell ") (Charing Cross et Hendon le* dimanches) Tarif sd. Toutes les 8 minutes. Tnrif 6d. (74 minutes) Via Cannon St., Heet St. Charing X, Piccadilly Circus, Regent t.. Oxford St., Baker St.. Finchley Rd. 13*- London Bridge Station and Golders Green Stn. Toutes les 8 minutes. Tarif 5d. (65 minutes) Via meme itinéraire que le No. 13 vers Golders Green. 14. Putney Station and Hornsey Rise Toutes les R minutes. Tarif 6d. (71 minu'es) Via High St., Fulham Rd., Sydmey Place. Brompton Rd., f Piccadilly, Shaftesbury Av., Tottenham Ct. Rd.. Euston i Rd., Caledonian Rd., Seven Sisters Rd., Hornsey Rd. 14v Putney Station and Stroud Green Toutes le- 8 minutes. Tarif 6c1. (77 minutes) Meme itinéraire que le No 14 a Séven Sisters Rd., en suite via Fonthill Rd. 15. Putney Common and East Ham (A Plaistow les dimanches seulement.) Toutes les 6 à 7 minutes. Tarif 6d. (10<J minutes) H Via Lower Richmond Rd.. thence as No. 14 to PiccadilK, (R then as No. 6 to Bank. Cornhilt, Commercial Rd., East India Dock Rd., Barkmg Rd. 16. Cricklewood and Victoria Station Toute? les 2 minutes. Tarif 3d- (38 minutes) Via Kilburn Hifch Rd.. Maida Valej Edgwmre Rd., Marble Arch, Park Lane, Grosveuor Place. 17. Ealing Broadway and . London Bridge Station (Ealing t East Ham les dimanches; Tarif 6d. Toutes les 3 à 4 minutes. Tarif 5-L (76 minutes) Via Uxltrid»e Rd., Shepherds Bush, Nottinfc HillGate, Marble Arch. Oxford St., Holbo n. Bank, King William St. 18. Wiilesden (Pound La ) and London Bridge Station Toutes les > minutes. Tarif 5*d. (74 minu'es) */ia High Rd. Wiilesden. Church Road, ITarrow Rd., Maryleb^ne Rd., Euston Rd.. Gray's Inn Rd., St. Bride St. Ludgate Hill, Cannon St. Une liste complété de tous les itinéraires actuellement en service peut être obtenue à titre gracieux sur demande à. Advertisingr Department, The London General Omnibus Co., Ltd. Electric Railway House, Broadway, Westminster, S.W. à i ETTRE DE HOLLANDE. testions anversoises. — L'annexion de la Belgique. Scheveningue, 2 décembre. Il faut que, malgré le dégoût que voua i éprouvez, vous lisiez un article du Berliner Tageblatt " du 1er de ce ois. 11 est signé du nom d'un individu je beaucoup ont connu à Bruxelles, qui ipillonnait autour de la Chambre et es-lyait de se lier avec des députés. Jamais vous n'aurez lu un monument astuce et de perfidie pareilles. On verra quelle importance nos enne-is attachent à diviser les Belges, à ieter suspicion sur les uns, à exciter les itres. Mais tout cela est grossier. Ils ont ;au vouloir faire le malin, les Alle-ands ne parviennent qu'à exhiber leur commensurable balourdise. Voici le orceau : " Berliner Tageblatt" du 1 décembre 1914. Anvers, 18 novembre. {De notre correspondant particulier.) Il manque encore à Anvers une centaine de ille habitants qui ne parviennent pas à domi-•r leur peur des Zeppelins et des canons. Il l revient cependant journellement et on les ►pelle par ironie des "filés d'Anvers" (filet3 d'An-rs).Si l'esprit se mêle des événements, ceux-ci ne nt plus très graves. Et vraiment la ville d'An-r3 n'est plus en train de se réveiller : elle est puis longtemps tout-à-fait vivante et toute l'acuité de la vie économique se fait sentir. Le gou-raeur civil allemand qui dirige la vie des bour-ois d'Anvers, M. Strandes, de Hambourg, sai* qui convient à un port gigantesque et M. von [ettenberg, 3on adjoint, appartient en temps dinaire à la direction du Nord-Lloyd. Sur. le pupitre de ces messieurs s'amoncellent i requêtes des négociants allemands, d'indus-iels et de petits commerçants qui ont été lésés ,r le gouvernement belge, le peuple belge et la apule belge. La chronique des exactions enver-ises remplit un gros livre. Mais on peut dire s maintenant quxî tout a été exagéré. Ici et

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Liberale pers, parue à Bruxelles du 1843 au 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes