L'indépendance belge

755 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 24 Novembre. L'indépendance belge. Accès à 20 juillet 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/vx05x26k6g/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ggème année. . No 278 E INDÉPENDANCE K|r i i2tr CONTINENT : 15 CENTIME8 ROYAUME-UNI : ONE PENNY B J m 1 H « J (HOLLANDE : 5 CENTS) rrzEHOLBORNTIwNC.: I. u' pB™CEADEALAABOURSE. SAMEDI 24 NOVEMBRE 1917 ( 3 MOIS, 9 SHILLINGS. ") 5_ DiJfB STE., HIGH HOLBORN, W.C. 1. ( 311.57 et c» 4 i i o h i« . *a- n*> I- ABONNEMENTS : J 6 MOIS, 17 SHILLINGS. I CONSERVATION PAR LE PROGRES téléphoné: holboen 1773-4 teleph.: 1238.7g En vente à Londres à 3 h. fe vendrcdi 23 novembre u an, 32 shillings J IA PHRTIR du JEUDI 29 NOVEMBRE N0S BUREAUX SERONT REINSTALLES TUDOR MOUSE, TUOOR STREET LA SITUATION vendredi, mi-qi. Berlin fait de vains efiorts pour réduire l'importance et la signification de la victoire britannique à l'ouest de Cambrai. I Le communiqué officiel allemand parle de » 1' "échec de la tentative anglaise de pro-! roquer une rupture du front" et dit que. "à part le gain d'un peu de terrain en ; deçà de nos (lignes du front, l'ennemi a été impuissant à s'assurer un plijs grand : succès." M ajoute que de nombreux tanks, désemparés, gisent éparpillés sui ! tout le champ de bataille, victimes des canons automobile# et des aviateurs. Ce sont là de pauvres arguments poui I cacher une défaite aussi retentissante, e1 l'amour-propre allemand doit être pro-i fondement atteint de voir que la "méprisable petite armée" est .parvenue, grâce à des moyens originaux, conçus ei eiécutés par des Anglais, à enfoncer er une matinée les pflus formidables ouvrages défensifs conçus par le génie militaire allemand ! Dans un communiqué complémentaire le maréchal Haig, revenant sur la vie toire du général Byng et de ses troupes ! rend justice au corps des transports, qu a joué un rôle considérabl'e dans le tra vail préparatoire de d'avance et dont lei efiorts contribuent-, à l'heure acuelle, £ consolider le succès de nos alliés. Ceux-ci ont continué leurs opération: , çeûiant toute la journée d'hier sur tout< r la périphérie du saillant créé dans le: ' ligues ennemies, et ils ont non seulemeir : mis en état de défense leurs nouvelle; positions, mais ont étendu assez sensi-| blement leurs gains des jours précédents Le village de Cantaing, qui n'est qu't I quatre kilomètres de Cambrai, a été W f cupé, mais Fontaine-Notre-Dame, dom nos alliés avaient également pris possession, a été repris par les Allemands ai cours d'une contre-attaque. Les avant-gardes britanniques sont signalees aus i environs de Bourlon et de Mœuvre, ei une lutte sévère se poursuit dans la région de Rumilly et de Noyelles, où plu sieurs contre-attaques allemandes ont été repoussées. Dans les secteurs de Cantaing et de Masnières, nos alliés ont forcé la dernière ligne de défense ennemie, ei te fameux tunnel par lequel les Allemand; alimentaient la ligne de Hindenburg, è l'abri du bombardement britannique, esl aui mains de nos amis. Quant aux prisonniers, leur total approche rapidement de 10,000. Dans la région de Marcoing-Masnières, les Anglais occupent la rive orientale du Canal de l'Escaut. En un mot, le coin enfoncé dans lei ligpes ennemies, tout en pénétrant celles-[ ci plus profondément, en élargit gra-. tellement le point de rupture. La- ma-i nœuvre principale, à l'exécution de laquelle nos alliés semblent s'appliquer particulièrement consiste à déloger l'en-ifflii de Quéant et de Bullecourt, qui iraient le point de résistance le plus ! 8«ieux de toute la ligne alemande. Celle-ci se trouve gravement menacée, [tant dans, la direction de Douai, vers k • notd, que dans celle de Saint-Quentin, vers le sud, par le fait que les lignes d« chemin de fer et autres voies de communication vont se trouver sous le feu des [ batteries britanniques. Or, ÎQ n'y a rien que nos adversaires redoutent plus, à cette heure, que l'artil-j ferie britannique. C'est elle qui, en Sandre, a décimé les divisions de fer Prussiennes et bavaroises et qui, depuis ^ mois, oblige les Allemands à livrer bataille dans les secteurs qu'ils ne demanderaient qu'à abandonner, comme ce ht le cas sur la Somme, si seulement ils | pouvaient déménager l'immense matériel d'artillerie qu'ils ont dû y concentrer. Au sud de Juvinoourt, l'offensive fran-çaise d'hier a été suivie d'une contre- e attaque allemande, mais celle-ci est restée stérile et nos alliés annoncent que le total . des prisonniers faits dans ce secteur la ^ veille a été de 400. ' t E11 Italie, les troupes du général Diaz résistent admirablement à tous les assauts de l'ennemi, qui n'a plus que des chances minimes de forcer la ligne du Piave. Or, si nos alliés parviennent à a tenir leur front actuel, la manœuvre £ austro-allemande d'Italie pourra être t considérée non seulement comme un coup t raté, mais comme une opération désas- 1 treuse. l. C'est ce que fait très bien ressortir le r critique militaire de la "Westminster ] Gazette," qui fait un rapprochement in- ^ téressant entre les échecs actuels des Al- ]. lemands sur le front occidental et les opé- c rations austro-allemandes en Italie. Ces j dernières ayant manqué leur effet : la j destruction du gros de l'arm£ italienne, l'opération en Vénétie se c traduit par un nouvel affaiblissement f des forces austro-hongroises et par l'usure de réserves dont l'emploi sur. le front occidental eût sans 'doute modifié la situation actuelle et cellè à laquelle nos adversaires vont se trouver acculés au printemps prochain, lorsque les armées « américaines pourront intervenir effica- ; Gement. L'éminent critique signale également 1 les dangers (sur lesquels nous avons déjà ^ attiré l'attention de nos lecteurs) qui 1 menacent l'ennemi par le fait de l'absence 1 de voies de communication en nombre * suffisant pour assurer le ravitaillement ~ et le réapprovisionnement de ses armées, qui sont exposées à de très graves privations si elles restent bloquées dans les ^ plaines de la Vépétie. „ ( Les derniers communiqués nous annon-.cent que, sauf sur un point-, le Mont Fon-tana Secca, où les Autrichiens ont légèrement avancé, les attaques de l'ennemi ( ont partout été victorieusement repous- j sées. Dans la vallée de la Brenta et. jus- , qu'au Piave, la lutte est extraordinai- t rement acharnée et des combats à l'arme J blanche se succèdent sans interruption. f La situation sur ce théâtre de la guerre c reste donc satisfaisante et elle 11e fera < que s'améliorer lorsque ile poids de l'in- c tervention des troupes franco-britanni-ques se fera sentir. t Rien de nouveau en Palestine, à part i l'annonce que la cavalerie de 110s alliés, 1 après un court arrêt à Jafia, a repris sa t marche vers le nord, en direction de 1 Kaïfa et de Beyrouth. Quant à l'armée T turque et aux renforts allemands, ils brillent toujours par leur absence, et ] l'effet moral que produira sur les tribus •' arabes l'occupation de Jérusalem nuira beaucoup au prestige turc dans toute E l'Arabie, surtout venant après l'occupa- * tion de Bagdad. Le gouvernement léniniste à Pétro-grad a pris des mesures en vue, d'assurer • la conclusion d'un armistice sur le front et de hâter la conclusion d'une paij séparée, à laquelle il se déclare autorisé à la suite du refus des gouvernements alliés de reviser leurs buts de guerre! Or, jusqu'à présent, le gouvernement léniniste n'a été reconnu officiellement par aucun ] gouvernement, et en Russie même il est r répudié, puisqu'on annonce que plu- , sieurs armées, celles de Kaledin et de Ke- t rensky, qui sont- activement occupés à j grouper leurs partisans (selon le "Ber- j lingslfe Tidendé" de Copenhague) sont ^ en marche contre Pétrograd. L'attitude de la presse allemande trahit les mé- j-fiances dont le gouvernement anarchiste v de Pétrograd est l'objet à Berlin, et nous ^ sommes curieux de connaître les condi- € tions de paix que l'Allemagne va poser, 1 SUR LE FRONT 000IDENTAL 11 faisant un certain nombre de prison-t niers. l'AVANrP (11D f A mro M Londres, 10 h. 35 du matin.—Sur le L AVANCE, SUR CAMBRAI front de bataille méridional la journée a hoodres, jeudi 11 h. 2 lu matin.1— été employée à consolider la grande ré-ler soir nos troupes avançant vers le gion dans laquelle nos troupes ont B"ul de Cantaing ont attaqué et capturé avancé ces deux derniers jours. Ces ' 'aKe de Fontaine Notre Dame, tout travaux ont été parfaitement exécutés, r- _ r sauf à Fontaine-Notre-Dame, que l'en-lemi a repris par uïie contre-attaque. Beaucoup d'éloges sont dûs aux services du transport1 pour'la.rapidité avec aquelle la concentration pour les opéra-ions de ces derniers jours fut effectuée. Les routes et)les chemins de fer, tant à .arge voie qu'a voie'étroite, ont été multipliés et, depuis l'avance, étendus d'une manière telle qu'ils ont contribué pour arge part, au succès de nos préparations ;t aux opérations subséquentes. Sur le front de bataille septentrionale, l'activité de l'artillerie a été intense dans le voisinage de Passchendaele, mais aucune action d'infanterie ne s'est produite de ce côté. UNE ALLOCUTION du ROI ALBERT Front belge, 21 novembre. Continuant les remises de décorations lux officiers, sous-officiers et soldats belges qui ont pris une part spécialement brillante aux derniers raids dans les tranchées allemandes des environs de Dixmude, le Roi a adressé le 20 novembre?. en français et en flamand, aux héros décorés une émouvante allocution. Il les a félicités de leur vaillance, de leur énergie, de leur endurance qui les égalent aux meilleures troupes, et leur a dit que le pays avait confiance en ses soldats pour refaire une Belgique libre, indépendante et prospère. De sa propre main, ensuite, le Roi a épinglé sur la poitrine des braves les distinctions qu'il leur a accordées. OFEMTlONBJAVALES LA CAMPAGNE SOUS-MARINE La zone barrée étendue ' L'Allemagne a déclaré son intention d'élargir la zone barrée à la navigation. Elle serait étendue autour des îles britanniques, principalement vers l'ouest, une zone nouvelle coupant les îles Azores étant désignée et le passage à travers,1a Méditerranée jusqu'en Grèce étant interdit à tout trafic. L'extension du champ des opérations pour sous-marins a été décidée, dit un communiqué allemand, parce que la Grande-Bretagne reprend par violence du tonnage neutre pour maintenir la puissance de sa flotte marchande. Le "Nieuwe Rotterdanische Courant" dit que la réduction de la zone de séêu-rité le long de la côte néerlandaise vise apparemment la destruction du peu de trafic qui subsistait encore entre la Hollande et la Grande-Bretagne et qu'il lui avait été impossible de supprimer jusqu'à présent. Le journal ajoute : "Si le dernier acte- arbitraire de l'Allemagne obtient le résultat que les autorités navales allemandes en attendent manifestement, la Hollande sera entièrement isolée à l'ouëst à la suite des mesures prises par l'Amérique, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. De même -ses pêcheries de la Mer du Nord seront complètement ruinées." Discutant ce qu'il appelle les "sophis-mes" par lesquels l'Allemagne essaye de justifier les dernières mesures, le journal hpllandai dit : ^Un belligérant qui s'imagine que son injustice sera regardée bénévolement, parce qu'il fait valoir l'injustice des autres, a perdu contapt avec le monde non belligérant }t toute discussion devient pratiquement impossible. Gf*EfiATIONSJtËRIENNE$ La contribution à la victoire Londres, jeudi, lô h. 25 du soir. — Les derniers détails qui ont été reçus montrent que les attaques livrées le 20 novembre, contre l'infanterie et les transports ennemis par nos pilotes, volant à une faible hauteur, y compris des pilotes des gscadrillles australiennes, ont 5té des plus heureuses. , Le -21 novembre, le temps a encore été plus défavorable que la veille»; cependant, an certain nombre de reconnaissances ont été exécutées avec succès sur les lignes ït les communications ennemies, et tous les efiorts furent faits pour maintenir le contact avec l'infanterie. Aucun appareil ennemi n'a été rencontré et aucun appareil britannique n'a Jbé perdu. Un vol 3,200 kilomètres Nous avons annoncé en son temps un raid exécuté en juillet dernier dans le voisinage de Constantinople. Cette atta que fut livrée par U41 grand appareil de bombardement britannique du type Handley-Page, qui partit de Grande-Bretagne où il avait été construit, jus- | qu'à une base britannique dans la Méditerranée par la voie des airs. Le voyage s'accomplit en huit étapes, l'appareil s'étant arrêté notamment à e Lyon et à Rome. La distance totale couverte est à peu près 3,200 kilomètres, f l'appareil s'étant maintenu pendant c 31 heures dans les airs. c Au cours du voyage, les aviateurs qui ^ accomplirent cet exploit eurent à lutter r souvent contre un vent violent-et subirent ^ des tempêtes de pluie impétueuses; ils survolèrent sur une distance de 360 kilomètres une contrée montagneuse, où il leur aurait été impossible d'atterrir. Néanmoins, l'aéroplane exécuta son voyage suivant un horaire établi qui, on peut'dire, constitue un record du monde tant pour la distance parcourue ^ que pour le poids transporté, l'appareil transportant toutes ses pièces de re- ^ change. l L'écrivain-pilote d'Annunzio prisonnier I Gabriel dJAnnunzio, le grand poète 1 italien, qui contribua pour une large s part à la participation de son pays à la grande guerre mondiale aux côtés de F l'Entente, et qui entra dès le début dans P les services de l'aviation militaire en ' qualité de pilote, a été fait prisonnier ^ dans les combats sur le Tagliamento. e mi m. il. m. 11 1 <1 LE ROI ALBERT p LA T DIVSStSH BRITANNIQUE. Une revue en Belgique L'autre jour, "somewliere in Bel- g gium," le Roi Albert assista, à cheval, s à une revue de troupes britanniques, -réunies pour son inspection, et dont une J partie était encore couverte de la boue des tranchées. Toute la division présenta , les armes, les musiques militaires britanniques et belges, jouant respectivement l'hymne national belge et britannique. ° Un lunch en l'honneur du Roi Albert eut lieu ensuite au quartier-général. Le Roi ,fî prononça eu anglais les paroles suivantes : r "J'ai éprouvé grand plaisir à inspec-'; ter la 7e division. Je désire vous expri-; 111er mon admiration sincère pour l'ai- ! -lure martiale de vos splendides troupes. ^ L'histoire de la- 7e division a été glo- ^ rieuse au cours ,de cette guerre. Nous 11e j. pourrons jamais rendre un hommage suf- ] fisant de respect et de gratitude aux offi- a ciers et 'aux hommes qui ont pris une part si héroïque à la défense d'Ypres en octobre et novembre 19^4. Je vous renier- ® cie de tout epeur pour votre cordiale réception ici. Je bois à votre santé, au bien- ^ être de vos vaillants soldats, aux succès v futurs d'une division qui représente si c noblement l'esprit indomptable de la n-a- j tion britannique." r En remerciant, le général comnian- 1 dant, parlant avec une profonde émo- c tion, dit que toute l'armée britannique f étendait sa sympathie et son admiration c au Roi des Belges; quant à la 7me divi- c '-ion, c'est son fier désir de contintier à r maintenir le front pour reconquérir le ê pays du roi Albert. j Il y a dix ans, avant la mort du roi Léopold, le roi Albert, alors prince Al- ç, bert, fit une visite privée en Angleterre s pouï étudier les méthodes (spécialement ,, en matière de docks et de navigation) c qui ont tant fait pour la graiideur de j l'Angleterre. Au déjeuner donné en son ■ honneur par le Comité du Lloyd Naval, ' sa mâle prestance et ses manières sim- ® pies produisirent l'impression la plus : favorable. Jusqu'à son accession au trône, il n'y I avait pas en Belgique beaucoup de pa-: triotisme, dans le sens que nous attri- t-buons à ce mot. Pendant des siècles, cha- j que ville belge était une communauté en lui-même, et l'on disait que le patriotisme belge était constitué .surtout par J l'esprit de clocher. Même maintenant, ■le roi Albert n'est pas Roi de Belgique, 1 il, est le Roi des Belges. Il semble que la 1 distinction soit subtile, mais quand la 1 guerre sera.çfinie, le peuple belge sera 1 fier de son Roi, quel que soit le nom J qu'on lui donne, et ce Roi comptera t pour beaucoup dans l'affection et l'ad- 1 ■ miration de la nation belge revenue à la i ■ vie. 1— "Evening Standard." '< LES EVENEMENTS EN RUSSIE HAUT COMMANDEMENT BUSSE Le général Dukhonin, commandant-en-chef russe, a refusé d'exécuter les ordres du gouvernement Lenin au sujet des mes.ures à 'prendre au front afin d'amener une armistice. Il a été, pour cette raison, déchargé de son commandement-en-chef par l'enseigne Krilenko (sic), et les troupes russes ont été autorisées à décider eux-mêmes de la question et de traiter avec l'ennemi. GRAVE EXPLOSION EN ALUBABNE Un télégramme de Francfort annonce que la grande usine de produits chimiques de Griesheim-Electron près de Francfort, a été détruite à la suite d'une forte explosion dans la nuit de mardi. Le télégramme dit que l'excitation à Francfort est énorme, et l'on croit que l'explosion a du être d'un caractère très sérieux. L'usine de Grieslieim éta'it une des plus importantes usines d'Allemagne, produisant les gaz asphyxiants. C'était line usine électrolytique, c'est- ' à-dire qui décomposait par un courant électrique de l'eau salée, d'où naissance du chlore (gaz asphyxiant) et de la soude caustique, base de certains explosifs. De plus, par suite d'une réaction il y avait dégagement de grandes quantités d'hydrogène ^servant à gonfler les Zeppelins. Cet hydrogène forme avec l'air un mélange détonnant très violent. Une étincelle aura ans dout' produit la déflagration d'un tel mélange, d'où l'explosion et la destruction de l'usine. AUTOUR de la GUERRE FRANGE — Un démenti catégorique a été donné par la Légation de France eii Hollande aux informations publiées par la presse néerlandaise, disant que le traité d'alliance , franco-russe contenait une " clause prévoyant la cession de territoire néerlandais à Un tiers pays, c'est-à-dire Ij. Belgique. — M. Klotz, ministre des finances, a déposé hier sur le bureau de la Chambre des Députés, le projet de loi pour le retrait de la circulation de toutes les pièces frappées à l'éffigie de Napoléon III. Ce projet sera vraisemblablement adopté à bref délai. — La Chambre des Députés a été saisie jeudi, d'une proposition faite par M. Malvy, ancien ministre de l'Intérieur, demandant la désignation d'une commission de 33 membres pour faire une enquête sur les accusations portées contre lui en connexion avec l'affaire Bolo. La Chambre désigna une commission de 11 membres pour examiner la proposition. Après une courte discussion cette commission se prononça en faveur de la proposition de M. Malvy, c'est-à-dire, de la désignation d'une commission de 33 membres qui examinera si le cas de l'ancien ministre doit etre porté devant la haute-cour. G ikA.N Dïi-SIkK I'aGN K — La Chambre des Communes a, p^r 210 voix contre 173, décidé que les "con-scientious objectors" qui se dérobent au service-militaire seraient privés du droit de vote. Elle a .également repoussé, par 202 voix contre 126, un amendement tendant à introduire le principe de la représentation porportionnelle pour les élections législatives. Sy — La mission .du colonel House a quitté Londres pour la France.. — Les chciLiinots britanniques demandaient une nouvelle augmentation de salaire d'une livre par semaine. Us ont repoussé une contr«çoffre de 5 shillings. RUSSIE — Le gouvernement russe, par ufle note en date du 21 octobre, a fait connaître au gouvernement britannique que les conditions économiques résultant de la guerre forcent le gouvernement russe à reviser les traités de commerce existants et à dénoncer le traité commercial russo-britannique de 1859. La Russie a dénoncé aussi le traité avec la Hollande datant de 1846.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes