Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

205 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 01 Septembre. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Accès à 16 juillet 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/h41jh3f01r/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ANVERS. Vendredi 1 Septembre 1916 Le numéro 10 centimes Cinquante-neuvième Année - ] sfo 17.703 DIRECTION & REDACTION : 14. RUE VLEMINCKX, 14 ANVERS Téléphone 3761 LLOYD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces : 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne Adresses industrielles 50 centimes Émissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au lignomètre.— Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent. AVIS routes les heures renseignées dans notre journal sont indiquées d'après l'heure de la Tour. Observations météorologiques de M. F. Agthe, opticien, rue Léopold, 51. Anvers, 1 sept t916, 11 h. du matin. - Baromètre 765. — Thermomètre cent lmax)-r 20. - Thermom. eent. Pluviomètre: - m/m.- Vent. N -0.- Prev.sion . Variable Astronomie 2 septembre (Comiruniqué par l'Observatoire Royal de Belgique à Uccle lez-Bruxelles). Lever du soleil 6 h 57 m. Prem.fluart. le 5 sept. 6 lr.26 m. Couder du soleil.... 20 27.. * ;; Coucher6de U&L\M .. 32 'J Nouv. lune le 21 sept 9 . 34 . Haute marée à Anvers Malin Soir ? „„( ... 7 h.53 m I 2 s<pt. ...20hi3m f . 8 „ 34 „ 3 20 ., 55 „ 4 '' 9.18. I 4 21 .47 .. Hauteur du Rhin Coloene 28 août 2.30 m. Strasbourg 29 août —m |;f«- » 3: ta- ; r; Mannheim . 3.90 .. Germersberm „ - . Caub 30 2,42 . Mayence „ 1.37 „ Ruhrort . " Bmgen , 2.10 . Duisbourg 29 101 - Coblence .. 2.38 „ Waldshiit - - Dusseldorf . 1.90 . Lobith ii 11- n Hauteur au Main Hauteur du Neckar Francfort 29 août 2,38 m. Heiibronn 29 août 0 80 m. Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodensee Trêves 29 août 0.43 m Constance 30 août 4.09 m. PLUS GRANDES MAREES DE L'ANNEE 1916 Cœfficient Fort de hauteur Philippe Anvers de la marée Hauteur Hauteur 13 septembre 0 1,08 2,71 2,72 29 septembre # 0,94 2,36 2,3/ u octobre 0 2»48 2»49 28 octobre * JJ.94 2,36 2,37 11 novembre 0 0,85 2,13 2,14 27 novembre # °>92 2»J1 2,32 11 décembre o0,76 l ,91 1,92 26 décembre ' 0.94 2,36 2.37 o Pleine lune • Nouvelle iune. Port d'Anvers ARRIVAGES DU 31 AOUT Steamer Wilford III, de Tamise. » Union ii, de Bruxelles. » Maas, de Bruxelles. Remorqueur IIansa 2, de Gand. Blat0N-Ath I, de Gand » Maurice, de Gand. » Greif, de Gand. Bateau-moteur Marie, de Lierre. Ringrose 3, de Bruxelles. Allège MORGENSTERj de Calloo. » Rosalie, de Merxern. >» JOUBERT, de Merxeni. » Florent, de Merxern. » PiiaraiLde, de Moll. » Twee gebroeders, de Cruybeke. » angélique, de Hingene. » ËNRiQUE, de Bruxelles. » Alosï, de Gand. » Navigateur, de Gand. » Jacqueline Robins, de Gand, ,, correspondance, de Gand. » Landjuweel, de Gand. » Univers, de Gand. » Franciscus, (A 28), du Bas-Esca.ut. « Twkk gebroeders, (A 13), du Bas-Escaut. » Johanna 2, de la Hollande. » Emma, de la Hollande. » Prinz Friedrich Karel, de la Hollande. DEPARTS DU 31 AOUT Steamer Wilford 111, pour Tamise. » Union V, pour Bruxelles. » Telegraaf 111, pour la Hollande. » Maas, pour la Hollande. Remorqueur Wotan, pour Gand. » Clara I, pour Gand. ,, Maurice, pour Gand. » Blaton-Ath I. pour Gand. Bateau-moteur Artois I, pour Louvain. Allège Cole'ta, pour Bmrght. » Prince Leopold, pour Willebroeck. » Egmont-Horn, pour Bruxelles. » Le Royal, pour Bruxelles. » Vijf gebroeders, pour Zele. » Armàdela, pour Gand. » Paris-Londres, pour Gand. » Joseph, pour Gand. » m un verlangen 5, pour Gand. » Paladium, pour Gand » Rom a, pour Gand. » Reine des Belges, pour Gand. » A bord, pour Gand. » St-Laurent, pour Gand. » Jamais Pensé, pour Gand. » Grand Monarque, pour Gand. » La bonne mère, pour Gand. » Italia, pour Merxern. » Marie Louise, pour Hérenthals. » De Gerlache, pour Lessines. » Burgemeester pour Charleroi. » Drie gebroeders, pour la Hollande. » Catharina Pietronei.la, pour la Hollande. » Patyn, pour la Hollande. » Nooit gedacht, pour la Hollande. « De Vrouw Lena, pour la Hollande. » De KrIena, pour la Hollande. » Nïets voi.maakt, pour la Hollande. » Adèle, pour la Hollande. » .tohanna 2, pour la Hollande. » Leontine, pour la Hollande. » Pharailde, pour la Hollande. » Timor, pour la Hollande. » Drie gebroeders, pour la Hollande. » De Herder, pour la Hollande. » Vijf gebroeders, pour 3a Hollande. » Rhenania 19, pour l'Allemagne. ARRÊTÉ concernant la récolte des pommes de terre dans l'agglomération bruxelloise Récolter les pommes de terre avant leur complète maturité est absolument contraire aux notions d'économie les plus élémentaires ; il en résulte aussi ordinairement que les pommes de terre récoltées trop tôt se gâtent facilement après la mise en silo oiji en cave. Je renvoie aux articles qui ont paru à ce sujet dans le n° 23 du « Cultivateur » et dans son supplément.En outre, j'ordonne ce qui suit : Il est interdit de commencer la récolte des pommes de terre avant le 15 septembre. Dans des cas fondés, les commandants de troupe ont le droit d'accorder l'autorisation de récolter les pommes de terre nécessaires à la consommation journalière personnelle. Il n'est permis d'engraisser les porcs qu'avec des pommes de terre d'une grosseur inférieure à. celle d'une noix ou encore avec des pommes de terre qui ont été abîmées lors de la récolte ou qui commencent à pourrir. J'attire encore tout particulièrement l'attention des éleveurs sur la farine fabriquée ,par le Bureau central des huiles (Oelzentrale) et qui constitue pour les animaux une nourriture supplémentaire de premier ordre. On peut s'en procurer au prix de 48 mark les 100 kilos par l'entremise des sociétés coopératives pour l'achat de produits agricoles. Toute infraction au présent arrêté sera punie d'une amende pouvant atteindre 1000 mark ou d'une peine d'emprisonnement de 3 mois au plus. Les deux peines pourront aussi être réunies et on pourra prononcer la confiscation des pommes de terres récoltées prématurément. Les Infractions au présent arrêté sont de la compétence des tribunaux et commandants militaires allemands. Bruxelles, le 25 août 1916. Le Gouverneur de Bruxelles et du Brabant, AVIS Tous les sujets roumains, âgés de plus de quinze ans et demeurant dans le territoire diu Festung-Gou-vernement Antwerpen doivent se présenter ininiédia-temant au Meldeamt Antwei-p en - F estun g, dans le bâtiment de la Bourse de commerce à Anvers, rue des Douze Mois. Cette obligation comprend les deux sexes. - Les inscriptions auront lieu jusqu'au 6 septembre 1910 inclus, entre 3 et 6 heures, (h. a.) de l'après-midi.La carte d'identité et autres pièces justificatives doivent être produites. Ceux qui ne se présentent qu'après le 6 septembre 1910 ou qui ne se présentent point seront punis. An-vers, le 30 août 1916. Le Gouverneur, Freiherr von Huene, Général d'Infanterie. Actes de Sociétés, déposés au Greffe du Tribunal de Commerce d'Anvers Réélection. Bilaa. — Société Anonyme « Compagnie Générale des Tramways Electriques de Rosa-rio », à Anvers. Bilan au 29 février 1916. MM. Cli Charlier, A. Gevérs, F. Jacobs, administrateurs, F. Rom et F. Walton, commissaires, sont réélus. 1 es administrateurs : MM. Ch. Charlier, ingénieur ; Ch. Dietrich, banquier, à Biaixelles ; Baron Delbeke, propriétaire ; F. Jacobs, agent de changé; A. Gevers, docteur en droit, à Anvers ; F. Lambeau, banquier ; O. Lootens, propriétaire, à Bruxelles ; L. Meeùs, ingénieur, à Anvers ; I). Maas, propriétaire, à Bruxelles ; A. Mois, industriel ; F. Reinemuind, propriétaire ; H. Tliys, ingénieur, et L. Van den Bosch, banquier, à Anvers. Commissaires : MM. A. Ullens de Schooten, banquier, à Anvers ; A. Begerem, propriétaire ; A. Bulcke, armateur, à Bruxelles ; H. de Creeft, propriétaire, à Liège ; F. Rom, agent de change ; F. Walton, avocat, à Anvers. Emission et vente de bons de caisse. — La Société Anonyme «Crédit Anversois », à Anvers, a publié une notice en exécution de l'art. 82 de la loi du 25 mai 1913. CHRONIQUE* JUDICIAIRE Au Palais Cabinet d'instruction. -— C'est Mr le juge Denis qui, cette semaine," est chargé du service. Campagne de diffamation Un des symptômes les plus stricts d'une situation anormale, c'est la brelan de calomnies et de bruits ridicules et odieux qui ont été mis en circulation, sans qu'il soit possible de découvrir l'officine .où ils s'élaborent. Il y a quelque temps on prétendait que dans les services de ravitaillement de la ville des vols considérables avaient été découverts : on parlait de milliers de tonnes ! — Pure invention, que M. le Bourgmestre a dû démentir en séance publique du Conseil communal. Peu de temps après, c'est à un conseiller communal que l'on s'en prit, en alléguant que celui-ci avait été assuré aux frais de la ville, contre les accidents, pour une somme de 200.000 francs. Il va de soi que c'était encore un méchant potin de pure invention. Nous avons fait connaître il y a quelques jours que l'honorable échevin des beaux-arts, dont le désintéressement absolu ne fait de doute pour personne, même pour ses adversaires politiques, a été l'objet dans un journal financier d'imputations qu'il n'était pas possible de laisser se produire impunément.A l'audience de mardi, a été introduit le procès qui a été intenté au journal en question. Le demandeur assigne l'éditeur aux fins de voir dire que l'article incriminé est calomnieux, diffamatoire et dommageable, en conséquence condamner le défendeur au payement d'une somme de vingt-cinq mille francs de dommages-intérêts, récupérables par la voie de la contrainte par corps, et des frais d'insertion du jugement dans le journal du défendeur, dans deux autres journaux d'Anvers et dans un journal bruxellois ; dire que vu l'urgence le. jugement à intervenir sera exécutoire sur minute, nonobstant, appel. M. l'avoué Rolin occupe pour le demandeur. Pour le défendeur se constitue M. l'avoué De Vooght. On insistera pour que l'affaire se plaide au mois d'octobre. Bail. — Guerre. — Défaut de paiement En vertu de l'arrêté royal du 18 août 1914, la clause de résiliation de plein droit inscrite dans un bail d'un fonds de commerce pour défaut de paiement des loyers à l'échéance est inopérante pendant la guerre. La circonstance que pendant la guerre, le preneur ne peut tirer de la chose louée des ressources suffisantes pour payer les loyers ne l'exonère pas de son obligation, et son défaut d'exécution peut déterminer le juge à prononcer la résiliation du bail, mais .en la subordonnant à un délai pour le paiement des loyers. Il y a lieu d'autoriser le locataire à se libérer des loyers arriérés comme de ceux à échoir jusqu'à la fin de l'occupation du territoire belge ou après la date du traité mettant fin aux hostilités par un acompte mensuel fixé par le juge, a échoir le dernier jour de chaque mois, à partir de la fin du mois où le jugement est prononcé, et ce, sans préjudice à la reprise régulière du paiement, intégral à l'échéance normale des trimestres à échoir après l'expiration des trois mois spécifiés ci-dessus: de surseoir à la résiliation si ces condamnations sont exécutées; de dire qu'à défaut d'exécution le preneur sera déchu du bénéfice des termes accordés et de prononcer sous cette condition la résiliation du bail. C'est ce qui résulte d'un arrêt de date récente de la Cour d'appel de Bruxelles. Pensions alimentaires Ce genre d'affaires est à peu près le seul qui occupé chaque semaine l'audience de vacations civile La plupart de ces affaires sont de nul intérêt au point de vue publicité. Il s'en est présenté une, cette fois, qui à plusieurs égards sort abominent de la banalité. Il s'agit d'une femme à qui son mari a intenté une action en divorce. Elle, de son côté, prétend qu'elle a été abandonnée depuis le mois de février de l'année 1914, avec ses deux enfants, l'un âgé de 12, l'autre de 6 ans. Elle a fait depuis cette époque de nombreuses démarches pour obtenir une réconciliation. Elle dénie absolument qu'elle soit coupable des faits qu'on lui impute. Son mari, dit-elle n'a répondu à ses sollicitations que par des refus outrageants. C'est au mois de mai de l'année courante qu'elle a dû intenter une demande de pension alimentaire, étant dénuée de ressources, n'ayant pour vivre'que le produit du « dop » auquel elle a dû recourir et qui est bien insuffisant. L'avocat du mari a demandé le renvoi de l'affaire après vacances, pour défaut d'urgence. -- Comment ! défaut d'urgence ? s'écrie l'avocat de la demanderesse. Les questions de pension alimentaire sont toujours urgentes et reconnues telles par la loi. — Toute règle souffre exception, réplique le conseil du mari Votre action date du mois de mai ; depuis, vous n'avez pas bougé. Et maintenant, vous voudriez plaider tout à. coup en pleines vacances. Votre attitude, jusqu'à ce jour, dénote que vous n'êtes pas du tout pressée, et c'est pourquoi vous pourrez bien attendre encore quelques semaines. — J'ai toujours attendu, dans l'espoir d'attendrir mon mari, dit la demanderesse. Mes sentiments religieux me font répugner à plaider en séparation. Maintenant, je suis à bout; la misère m'étreint, et je dois insister pour passer. Après délibération, le tribunal décide de retenir l'affaire et renvoie à plaider la semaine prochaine. BELGIQUE La production du beurre La nécessité d'assurer à la population civile le beurre nécessaire à la consommation normale, a décidé l'autorité à prendre des mesures dont l'application va être décrétée incessamment. Dans toute ex ploitation, on devra employer dorénavant à la fabrication du beurre, la même quantité moyenne de lait que celle qui y était utilisée à cette fin jusqu'à présent. L'utilisation du lait non écrémé en vue de la fabrication du fromage, ne sera permise qu'aux personnes qui, avant le lr août 1914, s'occupaient déjà professionnellement de la fabrication du fromage. Dans les exploitations de ce genre, la quantité maxi-ma do lait non écrémé réservée à la fabrication du fromage ne devra pas dépasser la quantité employée a celte production anteneuieuieui u ia uaie uu ±* août 1914. L'abattage des vaches laitières donnant plus de 4 litres de lait par jour sera strictement interdit.A partir du 4 septembre prochain, tout producteur de beurre devra consentir à vendre au prix maximum. sa production entière et régulière à la Fédération des Unions professionnelles de marchands et producteurs de beurre et à la livrer à tel endroit et a tels jours et heure que le bourgmestre de la commune indiquera à cette fin. Si le beurre n'est pas livré a l'amiable, il pourra être exproprié au profit du même organisme, mais eu ce cas, le prix sera diminué de dix pour cent. Les producteurs et marchands ne pourront se créer des reserves de beurre, t outes les réserves existante;, devront être mises immédiatement dans le commerce. Tout transport de beurre, au-delà des limites de la commune où il a ete produit, ne sera autorisé qu'en vertu d'un permis de transport officiel. Les locaux où l'on fabrique, conserve ou offre en vente les produits de l'industrie laitière, seront régulièrement inspectés et contrôlés par des mandataires de la police et de la Fédération des Unions professionnelles.Toutes les infractions aux dispositions légales seront justiciables des tribunaux de première instance belge et les amendes appliquées en francs. Des dispositions réglementaires et des principes généraux concernant la consommation du beurre se romt édictées ultérieurement. Enfin, le prix de vente que le producteur pourra exiger pour le beurre-crême provenant d'une laite rie, ayant au plus 18 % de matières étrangères au beurre pur et portant une marque officielle de contrôle est jusqu'à nouvel ordre fixé à 6 francs le kilo On estime que l'application de ces mesures assu rera le ravitaillement normal de toute la population civile et fera cesser l'exploitation dont les habitants des villes étaient l'objet de la part des campagnards Voici ce que dit à ce sujet M. Meyfroydt, président de la Fédération Nationale des Unions Professionnel Les des marchands de beurre : « Le public, dit-il, pourrait se demander où reste le beurre. La réponse est bien simple. Le fermier fail des provisions, il emmagasine la presque totalité de sa production. Il parvient à en vendre à des inar chauds clandestins et à des consommateurs à courte vue', à des prix qui atteignent et dépassent même 7 et 8 francs le kilo. On rapporte même que dam certains endroits des paysans déclarent qu'ils pré fèrent graisser les roues de leurs chariots avec leui beurre plutôt que de le céder aux prix officiels, lu: tel scandale ne pouvait durer et il importait d'y met. tre un terme. C'est à quoi la Fédération Nationale des Unions Professionnelles des Marchands de Beurre et Producteurs de Belgique, s'est appliquée A partir élu lr septembre seuls les marchands pa tentés avant le lr août 1914, c'est-à-dire avant la guerre, seront autorisés à débiter le beurre aux consorn mateurs. Il n'y aura pas de rationnement, pas de carte-5 spéciales. La. vente sera libre et le débit nor mal. Il y aura assez de beurre dans le pays poui satisfaire à toutes les demandes en vue d'une cori sommation régulière et normale. Pour cela, il fan drait évidemment la contrainte exercée sur le pro ducteur. Le beurre sera saisi là où des provisions anormales auront été accumulées. La production sera réglementée et les fermiers seront tenus de fa briquer en proportion du nombre de vaches qu'ils possèdent. Le public peut être tranquillisé sur l'avenir, cai désormais le ravitaillement, sera assuré et toute ten tative de hausse ou d'accaparement définitivement enrayée. Le nouveau tarif des vivres importés Les comités provinciaux de ravitaillement soir autorisés à augmenter les prix des vivres importés dans le but de couvrir les frais. Un nouveau tarif vient d'être fixé. Le riz, qui es: facturé au comités à fr. 55,— les 100 kilos, ne peu être vendu plus cher que fr. 0,06 le kilo à la popula tion. Les pois et les haricots qui reviennent à fr. 85,— les 100 kilos, ne peuvent être livrés à un prix supé rieur à fr. 1,— le kilo. Le lard, qui coûte fr. 240,— les 100 kilos doit être vendu à fr.2,80 le kilo, et le sain doux, dont le prix de revient est de fr.210,— les 10! kilos, ne peut être vendu en détail que fr. 2,30 n kilo. Ce nouveau tarif est entré en vigueur depuis le 2( août. CHRONIQUE INDUSTRIELLE Le fonçage des puits de mines en Campine La découverte en Campine des gisements liouillers recouverts de terrains aquifères sur des épaisseurs considérables a amené les futurs exploitants à re courir au procédé relativement nouveau de congéla tion pour le fonçage des puits. L'exposé qui va suivre donnera dans ses grandes lignes l'ensemble des installations que comporte l'exécution d'un fonçage par le procédé ele la congé lation, ainsi qu'un aperçu des soins qui doivent pré sider aux opérations. L'emplacement du puits à construire étant défini tivement déterminé par les différentes considéra tions d'ordre technique, géologique, les nécessités de l'exploitation future imposent les proportions adopter pour le diamètre, qui varie de 4 à 6 mètres généralement, suivant que le puits doit servir à \z fois à l'extraction et au retour d'air, sans compte) l'espace nécessaire pour loger éventuellement les installations de tuyaux pour l'exhaure et les services accessoires. Le fonçage par le procédé Poetsch consiste transformer par congélation les terrains aquifères que devra traverser le puits par du terrain compac' et imperméable que l'on déblaie par abatages, à l'in star de ce qui se pratique.dans les couches solides e résistantes. Il s'agit, en fait, d'amener à l'emplacement dt puits, et sur une certaine distance de son pourtour le terrain à une température suffisamment irii ••l ieu re à 0° pour assurer sa résistance en cours du fon çage et ne pas avoir à craindre de décongélation partielle durant l'exécution des travaux.Pour attein dre ce résultat, on dispose autour du puits, dont on projette le fonçage, une série de sondages qui doi vent être poussés sur toute la profondeur des cou eues aquifères à traverser. En supposant un puits de 5 mètres de diamètre intérieur, les sondages sont disposés suiva U rue circonférence- de 6m. 50 environ de lia me tre, de façon à réserver l'espace nécessaire pour l'établissement du revêtement, des cuvelages, des trousses, e te Les trous de sonde sont garnis de deux séries de tubes concentriques, dont les tubes extérieurs sont fermés dans le bas, les tubes intérieurs restanl ouverts aux deux bouts. Les deux séries de tubes sont réunies chacune pai une couronne collectrice. Le liquide incongélable, dont il sera questjpn plus loin, est envoyé dans les tubes intérieurs par la couronne correspondante à une température de 15° à 20° iO descend ainsi par la tubulure centrale pour se répandre dans les tuyaux extérieurs par lesquels il remonte sous l'action de puissantes pompes. On provoque ainsi une circulation continue du liquide incongélable qui, par l'intermédiaire des tubes extérieurs ele sondages, abaisse graduellement la température du terrain aquifère en même temps que des nappes liquides qui la traversent à divers-niveaux et pour transformer ainsi le terrain traverse en une masse glacée et, par conséquent, solidifiée. Ici vient se placer la définition du liquide employé ainsi que la description des installations destinées à créer la circulation du liquide incongélable, à abaisser sa température à 20" environ et à lui restituer les unités de froid, les « frigories » qu'il a abandonnées au sol dans sa traversée des tubes réfrigérants. Le liquide employé est une solution de chlorure de calcium dont le point de congélation est de beaucoup inférieur aux graduations indiquées ci-dessus. La source de production du froid est obtenue par la production du gaz ammoniac à l'état liquide et à son retour à l'état gazeux. Ce dernier a comme conséquence une absorption considérable de la chaleur du liquide dans lequel se produit la détente et qui, dans l'espèce, n'est autre que la solution de chlorure de calcium. Voici succinctement comment fonctionne le cycle frigorifique : Un compresseur dans lequel le gaz ammoniac est soumis à une pression de 7 à 10 atmosphères, envoie ce gaz dans un serpentin disposé dans une cuve réfrigérante contenant ele l'eau. Sous l'influence simultanée de la haute pression et du brusque refroidissement, le gaz ammoniac se liquifie et se rend dans un réservoir spécial. Le gaz liquéfié est envoyé par les robinets à détente dans une nouvelle série de serpentins baignés cette fois par le chlorure de calcium qu'il s'agit de refroidir. L'ammoniaque liquide se détendant et repassant a l'état de gaz, enlève une grande quantité de chaleur a la solution de chlorure et ramene ainsi aux nasses températures que nous avons indiquées. L'ammoniaque revenu à l'état de gaz est repris par !e compresseur, qui le ramène à l'état liquide, et ainsi de suite. La solution incongélable de chlorure de calcium, amenée de son côté au degré de froid voulu, parcourt, comme nous l'avons décrit, les tubulures réfrigérantes des sondages et après s'être réchauffée dans son par•cours, est aspirée par une pompe spéciale qui la refoule dans les cuves de refroidissement.On comprend aisément que la congélation de la masse de terrain soumise à l'action du courant réfrigérant de chlorure exige un temps relativement long. Pour des épaisseurs de terrains de 250 mètres, la durée de l'opération est d'environ trois mois. Il semble, au surplus, d'après lu description sommaire que nous venons d'en faire, que l'application du procédé soit des plus simple ; tant s'en faut : tout d'abord les sondages qu'il y a intérêt, comme on le comprend, à effectuer le plus près possible de l'emplacement même du puits doivent de ce fait être maintenus le plus rigoureusement possible dans la verticale, sous peine d'empiéter sur l'espace réservé aux maçonneries et aux nivelages du puits. Il y a donc des précautions spéciales à prendre, surtout dans la traversée de couches dures présentant une inclinaison tendant à faire dévier par glissement les couronnes ou les trépans au moyen desquels ces terrains doivent être traversés. D'autre part, -les basses températures provoquent fréquemment aussi des ruptures de circulation de la solution de chlorure. En somme, il s'agit dans l'espèce d'une opération des plus délicates et qui demande à être conduite . par des ingénieurs expérimentes. Lorsque la congélation du terrain aquifère est complète, on procède au fonçage du puits. Les déblais s'effectuent par tirage à la poudre ou à la dynamite. Les parois du puits sont sj: k.uies, au fur et à mesure du fonçage, par des cuveiages en fonte ou en maçonnerie, disposés en . retraite et reliés par des anneaux et des trousses ; ces cuvelages doivent présenter la résistance suffisante pour résister aux pressions souvent très considérables des terrains redevenus fluides après la décongélation. On termine par l'enlèvement, des tuyaux intérieurs qui garnissent les trous de sondage. Les tubes extérieurs restent en place et l'opération se complète par le remplissage an béton de ces tubes de façon à éviter le plus possible les mouvements intérieurs du terrain. EXTÉRIEUR PORTUGAL Les steamers allemands saisis Parmi les steamers allemands saisis au Portugal, et qui ont été loués au gouvernement britannique, le grand vapeur Bûi.ow a été aménagé comme na-vire-liôpital.GROENLAND Gisements de graphite On mande du Groenland que près d'Upernavik, Holsteinborg et Amitsok, de riches gisements de graphite viennent d'être découverts. Huit cents tonnes de graphite sont déjà arrivées d'Amitsok à Copenhague. INFORMATIONS FINANCIERES BOURSE OFFICIEUSE D'ANVERS Séance du 31 aout. — (In ne remarque pas de changement dans le degré d'activité de notre marché et quoique les cours des fonds d'Etats à leur présent niveau ne puissent plus présenter une bien grande élasticité, les transactions restent normales à ce niveau, tes rentes roumaines ont encore été l'objet de transactions assez nombreuses, mais les achats effectués n'ont pu empêcher les cours de s'établir 1 en nouveau recul sur la journée précédente. Les entreprises pétrolifères et ele plantations sont modéré-1 ment traitées malgré des tendances très fermes. Les rentes belges se raffermissent quelque peu tandis que les lots de ville restent encore offerts. 1 Belge 3 % mai, 71,50-72,25 ; Belge 3 % émission anglaise, 80 A. ; Bons du trésor 4 % 1917, 101-101,75 ; Annuités 3 %, 78-78,50 ; Anvers 1887, 82,50-83,50 ; Anvers 1903, 69,75-70,75 ; Bruxelles 1905, 67-68; Gand 1896, 62,50-63,50 ; Liège 1897, 62,75-63,75 ; lot du Congo, 78,25-79,25. Les variations de cours en valeurs internationales ; sont en général peu intéressantes. Les Sud-Améri-; cains se maintiennent particulièrement en bonne posture. Cédules argentines invariées, les nouvelles font 105,50-106,50 et les L 107,50-108,50, les K 93-94, les or 5 % 105-106. En fédéraux le 5 % 1886 vaut 103 A., le 4 1/2 intérieur est l'objet de quelques offres entre : 95,50-96,50, le 4 1/2 extérieur se trouve à peu près au même niveau, vendeur se présentant à 96. Le 41/2 1911 a été enregistré à 93-94. Les dettes brésiliennes rencontrent des demandes suffisantes pour maintenir des prix satisfaisants. Le funding 1914 est plutôt mieux encore à 97-98, le 4 1/2 1883 se prendrait à 78,50-79,50, en 4 % 1910 on renseigne le prix de 71,75-72,75 et en 4 % 1889 il y a vendeur à 73,75, Rescission 72,75-73.75. On ne fait rien en Uruguay 3 1/2 ni 5 %, le 3 1/2 cependant est au marché à 74,50. La Cédule uruguayenne n'obtiendrait pas 99,50. Peu de chose en Chili, le 5 % 1.911 est cependant en bonne posture à 96,25-96.75, le 4 1/2 1887 s'améliore à 90,50-91,50.Les dettes Sino-.Taponaises ne laissent rien à dé-; sirer au point de vue de leur tenue. Le Railway Bond Japonais se trouve porté à 105,25-106,25 et le 4 1/2 1905 vaut. 98,25-99. Le Chinois 4 1/2 1898 ramené à 87,50-88,50 se retrouve ele nouveau soutenu à ce prix. En fonds d'Etats continentaux les rentes roumaines sont presque seules traitées. Les divers types de dettes 4 % diffèrent assez bien de prix. C'est ainsi que le 4 % 1890 se paye 85-86 alors que le 191.0 ne vaut pas au-delà de 73,50-74,50, le 4 % 1894 a été payé 75,75-76,75, le 4 1/2 1913 à 78,50-79,50 accuse une perte d'une grosse fraction, il en est de même du 5 % 1903 qui a enregistré les prix de 88 et 90. On s'occupe beaucoup moins des rentes russes qui se voient forcées d'abandonner quelque chose de leurs prix. Le 4 % 1880 a coté 78,50-79,50 et le 5 % 1906 92,50-93,50. Les actions privilégiées et les obligations diverses conservent la plus grande fermeté. L'obligation Banque Belge cote 480-485, la privilégiée Torçquist est obtenable à 1060-1065, obligation Hypothécaire du Canada 467,50-472,50, action Banque d'Anvers 1510 P., dividende Banque Belge 492,50 P. En tramways on offre la capital Rotterdam à 124 et la dividende a acheteur à 30, capital Kiew 107,50 P., capital Anvers 120-125, capital Saratow 90-95, capital Electrique An-versoise 306 P., capital Electricité Escaut 117 P. Les mêmes tendances subsistent en titres pétrolifères, on est ferme en actions Grosnyi dont l'ordinaire obtient 2740-2770 et la privilégiée 2975-3025. L'Astra Romana est hésitante, puis faiblit à 1150-1190.En valeurs caoutchoutières la Sennah est en reprise à 48-49,25, la Kuala Lumpur vaut 130-133,50, Galang Besar 3,90, Financière 132,50 P. BOURSE OFFICIEUSE DE BRUXELLES Séance du 31 aout. — Les transactions ne sont pas plus importantes que hier et la tendance reste indécise. Les valeurs coloniales qui ont su se placer à l'avant, plan conservent de bonnes dispositions. Ainsi, l'ordinaire Katanga est ferme à 2270, 2275, et reste demandée à 2275 en clôture. La capital Union Minière se soutient bien également à 1270, 1280, 1285 ; la Sennah Rubber est demandée à 47,50, et la Batan-gara à 110. En Tanganyika, on est bien aussi à 72,25, 72,50, 73. Comme autre valeur de groupe signalons la bonne activité qui règne en Barcelona à 78,50, 79, 78,50, 78,75, 79,25, 79,50. En rentes et lots de villes, on rencontre un peu plus d'animation, de sorte que les cours se maintiennent bien. Voici les cours : Rente belge 3 %, 70 3/4-71 5/8; Bons du, trésor 4 % 1917, 101 1/16-101 1/8 ; Bons du trésor 4 % 1919, 101.75 ; Congo lots, 78,75-79,25 ; Crédit. Comm. 1868 lots, 100-100,50 ; Crédit Comm, 4% 1916, 94,25; Vicinaux 21/2% 1885 lots, 100-100,25 ; Anvers 1903, 70,50-70,75 ; Anvers 1887, 83,25-83,50 ; Bruxelles 1905, 68 ; Bruxelles 1902, 86,25-86,50 ; Bruxelles Maritime, 64 ; Intercommunale des Eaux. 460 ; Gand, 1896, 63,25-63,50 ; Liège 1897, 62,75-63,25 ; Liège 1905, 65,25 65,75 ; Ostende 1898, 57-57,50 ; Schaer-beek 1897, 60,75-61,25. Le groupe des obligations industrielles jouit toujours d'un bon courant d'affaires. On fait jusque 355 en 4 1/2 Auxiliaire au Brésil, on demande les obligations Tramways en Perse à 105, les 4 % Tramways de Livourne à 415, les 5 % Tramways Toscans à 460, les 6 % Charbonnages Hensies-Pommerœul à )UU, Jet» '* 1vit iiw»uu I. U /,) Pétroles de Grosnyi à 485. Quelques petites affaires en titres bancaires et notamment en capital Outremer à 480, en dividende à 100, 101, et des demandes en Immobilière de Belgique à 230. Les tramways sont tout aussi inactifs que précé-lemment. La dividende Bruxellois est ferme pourtant à 892,50, 895, 897,50, les Espagne Electriques font 116 en capital, 46, 46,25 en dividende et Vérone-Vi-:ence est recherchée à 225. Au groupe métallurgique, toute l'attention se porte sncore sur les valeurs russes. En Estampage du l)o-netz, on est plus lourd cependant en privilégiée à >42,50, 343,75, alors que la capital est ferme à 213,75, ainsi que la dividende à 461,25. La Providence Russe est en bonne voie aussi à 552,50, 560. en B, et à 228,75, 231,25 en C. En Taretzkoïe, il y a des demandes en privilégiée à 660 et en ordinaire à 440, et on progresse à 725 en fondateur. La cap. Konstantinowka est en avance également à 600, mais la dividende Toula est offerte à 160. A noter aussi le cours argent de 2145 en Thy-le-Château. Les charbonnages font preuve encore d'un peu d'indécision. La Biélaïa est ferme à 12, la Bonne-Fin est offerte à 935, le Centre du Donetz est en belle voie à 165, 162,50 ; les Chevalières sont à 1425 argent, l'Est de Liège est offert à 955, la Forte-Taille est indécise à 592,50, et la fondateur Baïrak se tasse à 142,50, 145. A noter aussi de la lourdeur en Hainaut à 475 papier, en dividende Laura à 655, 650, et en Nord Flénu à 230, 225. Les affaires sont encore clairsemées aux petites rubriques. La capital Verreries du Donetz s'alourdit à 340, 337,50 ; l'ordinaire Auxiliaire d'Entreprises Electriques est offerte à 130, les Anciennes Usines Defuisseaux sont demandées jusque 155 et l'ordinaire Huileries d'Odessa se tient dans les environs de 102,50. Les modifications de cours sont peu importantes en valeurs diverses. L'Astra Romana fléchit cependant à 1200, les Explosifs Favier font encore 55, les Papeteries de Gastuche sont recherchées à 145, l'ordinaire Grosnyi cote 2750, 2760 ; la capital Tustano-wice est offerte à 41, la capital Sucrière Européenne est en reprise à 37 ainsi que la capital Sucreries Saint-Jean à 64, 65. Au groupe étranger, les transactions sont très limitées. L'obligation Barcelona est discutée à 310, la Lujar est bien à 680, 682,50 ; l'obligation Madeira se retrouve à 255, et la Kolomna fait encore 530, 532,50. COURS DU CHANGE Rotterdam, 30 août. — Londres, fl. 11,621/4. Berlin, 11. 42,55. Paris, fl. 41,40. Amsterdam, 30 août. — Londres, fl. 11,61 3/4. Berlin, fl. 42,60. Paris, fl. 41,45. Suisse, fl. 45,90. Vienne, fl. 29,40. Copenhague, fl. 67,—. Stockholm, fl. 69,20. Emprunt de consolidation ottoman 1893, 4 p. c. — Par suite d'un retard dans la confection des feuilles de coupons, le coupon à l'échéance du 1/14 septembre prochain, après timbrage du talon, sera payable à Constantinople à la Banque Ottomane. Il sera nécessaire de joindre, comme précédemment, un affldavit. Utrechtsche Sloomoiieslagerij « De Landbouw », à Utrecht. — Le dividende a été fixé à fl. 60 par action. Le budget Argentin. — Le gouvernement argentin a soumis au congrès le budget argentin pour 1917, qui prévoit en dépenses 352.528.131 pesos. L'évaluation par rapport au budget courant est en diminution de 39.342.613 pesos. Le service de la dette exige une somme supérieure à 10.664.245 pesos. Union Pacific. — D'après le rapport provisoire de la « Union Pacific », relatif à l'exercice qui a pris fin le 30 juin, les recettes nettes, disponibles pour dividendes aux actions ele préférence et ordinaires, se sont élevées à doll. 38.789.135, soit do11. 10.384.775 de plus que l'année précédente. Après déduction de doll. 11.627 pour le fonds d'amortissement et- de doll. 3.981.740 pour le dividende de 4 % aux actions de préférence, soit doll. 3.993.367, il reste doll. 34.795.768 disponibles pour le dividende aux actions ordinaires. Une somme de doll. 3 1/2 millions a été affectée à des améliorations, etc., contre cloll. J.0S3.459 en 1915. Après déduction du chiffre de doll. 3 1/2 millions du solde, il reste doll. 31.295.768. La St-Louis and San Francisco Rd Cy a été autorisée par la Missouri Public Service Commission, à émettre pour S 194.000.000 d'obligations, pour 8 9.452.000 d'actions privilégiées et pour 8 48.000.000 d'actions ordinaires. La Société productrice de Naphte Nobel frères, à Pétrograde a fixé le prix d'émission des nouvelles actions (Rb 10 millions), à Rb 1025 ; les nouvelles .actions interviendront dans le partage du dividende à partir du lr juillet 1916. CuJtuur Maatschappij « Pagottan », à La Haye. — Le dividende est fixé à 15 %. MEMENTO DE L'ACTIONNAIRE ASSEMBLEES ANNONCEES 2 septembre Caisse des Valeurs Industrielles, société anonyme, à 4 heures, au siège social,. 10, Kipdorp, Anvers. Les Usines de Thisselt lez-Willebroeck, pour la Fabrication de Carreaux en Ciment et Pièces en Béton, société anonyme, à 11 heures, au siège social, à Thisselt lez-Willebroeck. Belgian American Tobacco Co Ltd, à Liège, à 3 h. de l'après-midi, au siège social, 59, quai de Longeloz, à Liège. 4 septembre Société anonyme des Ateliers Monarel, à 11 heures, au siège social, à Marcinelle. 5 septembre La Flaconnerie Belge, société anonyme, à 5 h. de relevée, au siège social, 248, chaussée de Ninove. Etablissements Scaldis, anciennement Jos. Van eler W'ielen, société anonyme, à 11 heures du matin, en l'étude de M° Alphonse Cols, notaire, rue Guillaume Tell, 3, à Anvers. Société anonyme La Dinantaise, à 3 heures, à l'Hôtel Jules Herman, place de Meuse, à Dinant. Société anonyme des Usines et Boulonneries de Mariemont, à Haine-Saint-Pierre, à 4 heures de relevée, au siège social. Charbonnages de Varvaropol (Donetz-Russie), société anonyme, à 10 h. 1/2 du matin, au siège social, 171, chaussée de Vleurgat, Bruxelles. Tramways et Eclairage Electriques de Simferopol, société anonyme, à 11 h. 1/2, au siège social, 158, rue Royale, à Bruxelles. Société anonyme des Fonderies et Distributions d'eau: à Ciney, à 2 heures de l'après-midi. 30, rue des Chapeliers, à Bruxelles. 6 septembre Société anonyme Métallurgique de Sambre et Moselle, à Montignies-sur-Sambre, à 1 h., à Bruxelles, 39, rue du Fossé-aux-Loups. Traction Automobile, société anonyme, à 4 heures de l'après-midi, au siège social, 12, place des Barricades, à Bruxelles. Société.en commandite par actions Edmond Ras-quin & Co., à 4 h. 1/2 de relevée, au siège, 8, avenue Livingstbne, à Bruxelles. 8 séptembre Société anonyme des Ateliers de Godarville, à 2 h. de relevée, au siège social, à Godarville. 9 septembre Briqueteries et Céramiques de la Meuse, société anonyme, à Lustin, à l'heure statutaire, au siège social, 4, avenue des Arts, à Bruxelles. 10 septembre Brasserie de la Madeleine, société anonyme, à 10 heures, au siège social, à Jumet. 11 septembre L'Union Agricole de Jodoigne, société anonyme, à 2 heures de l'après-midi, à la salle des Echos de la Ghête, chaussée de Tirlemont, à Jodoigne. 12 septembre Société Générale de Tramways et d'Applications d'Electricité, société anonyme, à 2 h. 1/2 de relevée, au siège social, 68, boulevurd do la Sauvenière, à Liège. Ateliers de Trazegnies,. société anonyme, à 3 h. de relevée, au siège social, trazegnies. Sanatorium de Mont-de Godinne-sur-Meuse, société anonyme, à 11 h. du matin, au siège social, à Mont-sur-Meuse.Société anonyme des Mines de Plomb et de Pyrite d'Heure, à 11 h. du matin, en l'étude de M° Maurice Delvigne, notaire à Namur, 17, rue Godefroid. 21 septembre Société anonyme Sucrerie d'Houppertingen, à Houppertingen, à. 3 heures de relevée, dans les bureaux de la Raffinerie Tirlemontoise, à. Tirlemont. 17 septembre Fers, Métaux et Ateliers ele Construction du Centre, société anonyme, à 10 heures du matin, au siège social, à Bois-d'Haim© (La Croyère).

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes