Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

209 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 06 Mars. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Accès à 18 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/tb0xp6w348/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ANVERS, Mardi 6 Mars 1917 Le numéro 10 centimes Cinquante-neuvième Année - No 17.858 DIRECTION & REDACTION : 14, RUE VLEMINCKX. 14 ANVERS ABONNEMENTS : -'Ji Us abonnements pour la ville et les faubourgs sont acceptés au bureau du journal, 14, rue VIeminckx. Pour l'intérieur et l'étranger on peut s'adresser à la poste. LLOYD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces : 25 centimes 1& petit* ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne Adresses industrielles 50 centines Emissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au lignomètre.— Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupeit. = ; AVIS Routes les heures -renseignées dans notre journal ^nt indiqii(/es" d'après l'heure de la lour. Observations météorologiques ■le M F Agthe, opticien rue Léopold, 51 Anvers, è'-inats Wl " b- 4j> »»«»• 75« ~ Hitriiiômètrc cfnt itnax] 4. - Tbermom.cent. (min'. - 2. -Phivinmèlre 0,8 m/m. - Vent : Est. ■ Prev.s.on : Variable. Astronomie 7 mars (Communiqué par l'Observatoire.Royal de Belgique à Uccle lez-Bruiellesi Uverili.'ir.Vil 7 h ï6m. Pleine lune le 8 mars 22 !i.58ra. Coucher du soleil....! S..33.. Dera.ijuart.lel6 mars.13 . 33 „ Lever de la lune 17 23 ,. Nouv. lune le 23 mars 5 5,, Céucher de la lune... 6 25 . Prem.fluart. le 30mars t. „ 36 „ Haute marée à Anvers Matin Soir 6 mars • 3 h.34 m I 6 mars . . 15 h 50 m. 7 ' . 4 „ 9 „ 7 ., .. 16 ., 27 8 . . 4 42 „ | 8 16 58 .. Hauteur du Rhin Cologue 2 mars 1.84 m. Strasbourg 2 mars 1 84 m. Huningen 0.75 „ Lauterbourg „ 3 50 „ Kehl „ — „ Maxau „ 3.44 „ Mannheim „ <î.36 „ Germersheim „ 3.40 „ Caub „ 1.58 „ Mayence „ 0.44 ,, Ruhrort „ 0 93 „ Bingen „ 1.39 „ Duisbourg » 0.60 „ Coblence „ 1.91 „ Waldshiit „ t.84 ,, Dusseldorf „ 1.53 „ Lobith 3 „ '0.57 „ Hauteur du Main Hauteur du Neckar Francfort 2 mars, 2.3! m. Heilbronn 2 mats. 0.80 m. Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodeisee Trêves 2 mars. i.13 m. Constance 2 mars, 2.72 m- PLUS GRANDES MAREES DE L'ANNEE 1917 Coêtficient hort de hauteur Philippe Anverj de la marée Hauteur Hauteur 10 mars O 0,89 2,23 2,24 24 » « 1.11 2,78 2,S0 9 avril O 0,90 2,25 2,27 23 » • 0.97 2,43 2,4 i » niai O 0,87 2,18 2,19 22 » « 0.83 2,08 2,09 0 Pleine lune • Nouvelle lune. Port d'Anvers STATISTIQUE DE LA NAVIGATION INTERIEURE PENDANT LE MOIS DE FEVRIER 1917 Entrés : Navires Tonnes EijJli,se Roua pu rte 59 20.237 Kattenclyk 29 10.070 Ro'yers — Canal' dé la c:.t m pirïo 93 15.754 jîfassiii des Bateliers.".T.. 31 2.693 fcuais de' l'Escaut 9 3.228 installations pétrolifères — s Totaux 221 51.932 ' Sortis : Navires Tonnes Bonaparte -S9 4(5.909 Katlendyk 2J 5.091 »> Roy ers 3 100 ..la ; (UnjLj)jiïe-..' 77 10.N55 Bn&tiii i les- Bateliers.. .' . 51 9.937 Qlinjs de l'Escaui. 9 1.959 Installations pétrolifères — Totaux 250 75.511 ARRIVAGES DU 5 MARS Steamer Wu.i-ord m, de Tamise. » Tklf.graaé IV, de la'. Hollande. R istklhueber's IV, Vie l'Allemagne, ft'tftéau-indtéur Noordnatik I, de Burght. 1 à : CiT.ïRLF.s Philomêne, de Tamise. » Emile, cle Lierie. - Marie, d-e Malines. » RiNtiRosK 111, de Bruxelles. Allège Robert &.t.kktrand, de Hoboken. KuopiiANnEi., de.Bornhem. T,e' liÉoS, d'Alost". Couronne 2, de Sel/.aete. » .Joseph, de Louvaln. _ . .H L],i;N.M;>,(ie Lou.vaiiu » I \ i hteeii luje r ' s. 2, de r Allemagne. gr » ST. :lo?i:nr, de rAlleniagn^. p „ .[Iv\nne, de l'Allemagne. j£ ,>' MA'n jm 22, dé l'Allemagne. DEPARTS DU 5 MARS Steamer Wii'.i'ord iri, pour Tamise. £ », St.ad Amsterdam IV, pour la Hollande. Hateau-moteur Sciieldestroom, pour Tamise. Allège Marie EoVm.se,'pour 'Tamise. De Vlami'ng, potir Merxèrn. t.-, » Qro Vaihs, poux. Merxem. - I)r; Moii(iE.\sTAR, pour-Turuhout. ROHERDAM 29, pour la Hollande. BRUGGE, pour la Hollande. Vi'ERE-N, la Hollande :Ii:meppi:. pour m Hollande. I.orisv TC, pour la Hollande. Ma'rckl, pour la Hollande. Dender, pour la Hollande. •CLÉ.NfENTiM:, ,pou;---la Hollande. » Rosa Sophia, pour la Hollande. " AVIS Les prix majfirg'çL pouv, le commerce en détail du sucre de ju campagne 1916/1917, annoncés dans mou a vis du 16 janvier dernier, sont modifiés connue suit, à cause de l'augmentation des droits de consommation : Fr. 1,15 par kilo sm re cristallé, fr. 1,15 par kilo cassonade raffinée,'fr. 1,25 par kilo sucre rangé. Anvers, le 23 février 1917. Le Zivilkommissar de la Province d'Anvers G RAI' W.ARTENSLEBEN. ARRÊTE1"* complétant l'arrêté du 10 août 1915, modifié par l'arrêté du 17 octobre 1916 et concernant l'obligation de déclarer les pneumatiques, le caoutchouc usagé, les déchets de caoutchouc, le caoutchouc brut et les articles en caoutchouc L'obligation de déclarer, imposée par l'article lr s'applique également aux pneumatiques des moto-cycles et motocyclettes. Ces'pneumatiques, s'ils n'ont pas encore ete déclarés, devront l'être avant le 25 mars 1917 a la « Kraftfahrstelle » compétente pour la province. Les.articles 4 a 8 inclusivement sont aussi applicables aux objets visés par le présent arrêté. Bruxelles, le 27 février 1917. Le gouverneur général en Belgique, Frhr. von Bissing, Colonel-général. ##* l.-es, arrêtés n\arqués..de. trois astériques seronl affichés. Les antres doivent èire portés à la c >n-naissance du public et spécialement des intéressés par li's^administrations communales, qui procéderont asflfe qu-elles ont-coutume de le faire. EXTERIEUR PAYS-BAS Le prix des œufs Lee gouvernement vient de fixer à vingt centimes le prix maximum dès œufs fi-ais à partir du 5 mars ANGLETERRE Transports par sous-marins Dans les milieux bancaires, de Stockholm, on dit au sujet, de la réorganisation du trafic anglais dans la zone dangereuse, que l'on se sert de sous-marins anglais pour le transport des marchandises de va- ! leur et du courrier. ALLEMAGNE Le liège Le liège ainsi que ses déchets, et tous les objets î en liège, usagés ou non, sont saisis. Les stocks doi- i vent être déclarés avant lè" 10 courant. Servioe de navigation sur le Rhin Depuis le f courant, de nouvelles entreprises m'a- \ ; ritimes- ont orguuisâ ui^. service régulier entre les j ports, hollandais»et les ports allemands situés sur le Rhin, jusqu'à Francfort. A la suite de cette organisation les chemins de fer ne transportent plus de marchandises vers des localités, qui peuvent être desservies par la navigation. SUISSE La navigation sur le Rhin Des pourparlers ont eu lieu entre les administrations suisse et allemande au sujet de la reprise de la navigation sur le Rhin. Ils ont abouti à un accord complet des autorités intéressées en ce qui concerne les mesures à prendre, de sorte que la navigation pourra être reprise sur le Rhin dès que le niveau du fleuve le permettra. Nouveau relèvement des tarifs de chemins de fer La Suisse qui, déjà axant la guerre, avait relevé ses tarifs de chemins de Fer et qui, depuis la guerre, avait procédé à de nouveaux relèvements, notamment eu 1916, à deux reprises, s'apprête à majorer une fois de plus ses tarifs, le produit des précédents relèvements ayant été plus qu'absorbé par l'augmentation des dépenses d'exploitation, particulièrement des charbons. Le nouveau relèvement va porter à la fois sur les recettes-voyageurs et ..les - recettes-marchandises. Il dépassera S p. c. Le Conseil fédéral vient de fixer au 15 mars la date d'application des nouvelles taxes. ESPAGNE Les mouvements de navires Le Conseil des ministres a défendu l'envoi de télégrammes relatifs aux mouvements de navires en | ports espagnols. NORVEGE Une nouvelle ligne de navigation Une nouvelle ligne de navigation sera inaugurée prochainement en Norvège. Les navires partiront de la côte Nord, seront dirigés vers le port de Narvik et de'là, viâ les Indes occidentales vers Baltimore. La pêche Au cours de l'année 1916, la Norvège a péché millions de morues contre 42 millions en 1915. Ces chiffres sont, encore bien inférieurs à la moyenne de dix années antérieures à 1914 qui était de 55 millions.La pè' he des grands harengs de printemps (stor-sild) a diminué sensiblement : elle s'est élevée à :i74.000 « maal », d'après les statistiques publiées par le ministère du commerce et de la marine ; celle des harengs gras d'hiver (fedsild) a produit 232 mille tonnes. Pyr contre la pêche à la baleine a été fructueuse ; elle a donne plus de 60.000 barils d'huile. Le combustible On construit, en ces derniers temps, en Norvège et en Suède, un certain nombre de fabriques qui vont essayer d'extraire le sulphite de la poudre de charbon, d'après un pwn-édé inventé par l'ingénieur Strehlenert. Cette poudre charbonneuse aurait la même quantité de calories que le meilleur charbon de houille; On pense que les deux Etats Scandinaves sont à même de produire ensemble un million de tonnes de sulphite. REPUBLIQUE ARGENTINE Les recettes douanières Les recettes douanières de la République Argentin^ se sont élevées en 1916 à 56.91 millions île pesos or et 69,93 millions pesos papier, soit ensemble 126.84 millions. En 1915, les_ recettes étaient de 116.17 millions. Actes de Sociétés, déposés au Greffe du Tribunal de Commerce d'Anvers Dépôt de statuts. La Société anonyme » La Compagnie Royale d'Assurances Maritimes Octroyée », à Copenhague a déposé ses statuts révisés au greffe du Tribunal de Commerce d'Anvers. Cette société garantit ses membres contre les risques de transport de mer, de rivière et de terre, ainsi que de périls de port et de district, de toute espèce, tant en assurance directe qu'en réassurance. Le fonds social s'élève à 1.200.000 couronnes. Réélections. Bila-is. « Naainlooze Maatsehap pij voor Stadsuitbreidiug », société anonyme, à Rer-chem-léz Anvers. Bilan au :51 décembre 1916. MM. Arthur Mortelmans, administrateur, et Jean .lans-seiis, commissaire, sont réélus. Le Conseil d'administration : MM. Franc. Vermeulen, maître-p-lafon neur ; Aloïs Orangé, sans profession, et Arthur Mortelmans, directeur d'assurances, à Anvers. Le commissaire : M1' Jean Janssens, directeur de banque, à Anvers. — Société anonyme « Banque d'Ayvers», à Anvers. Sont réélus : Mr Jean Jadot, administrateur, et M1' Alfred osterrieth, commissaire. Bilan au 31 décembre 1916. Pendant l'exercice 1917 les fonctions d'administrateurs seront exercées par MM. Jean Jadot, gouverneur de la Société Générale de Belgique, à Bruxelles : Maurice Oevers, banquier, à Anvers ; le Chevalier Carton de W'iarl, directeur de la Société '(ié-uérale de Belgique, à Bruxelles; Hugo Michelis, négociant, a Anvers; Edgard Castelein, banquier, à Anvers, et les fonctions de commissaires par MM. Joseph Bégasse, industriel, à Liège; IL Albert de i Bary, président de la Compagnie Commerciale Belge, à Anvers ; Alfred Osterrieth, administrateur de sociétés, à Anvers ; Alphonse de Coek de Rameyen, propriétaire, à Anvers, et le baron Frédégand Cogels, propriétaire, à Anvers, gouverneur honoraire de la province d'Anvers. — Société anonyme « Mobokenscne Grond- en Bouwharidel ». à Hoboken. Bilans 1° au 31 décembre j 1915 : 2° au 31 décembre 1916. Le Conseil d'administration : MM. L. Mast, secrétaire communal ; A. Theunen, instituteur en chef, et F. Van Rompaey, : architecte, à Hoboken. Le Collège des commissaires : MM. H. Janssens, entrepreneur, et (i. Rickard, industriel, à Hoboken. il résulte d'un acte sous seing privé en date du 2S février 1917, que la Société en nom collectif « Del vaux & Michiels», à Anvers, constituée le 25 mai 1916, est dissoute du commun accord des deux asso- Utilisation des rayons Ultra-Violets pour la stérilisation des eaux 'Suiti:. — Voir Li.oyd Anvkrsois du 23 février). II j tt'èn que l'application des rayons ultra-violets sern-; nie être le procédé le plus récent, d'après ce qui j vient d'être dit, c'est en réalité le plus ancien car il ; a ete utilise, de tout temps par la nature. L«a lumiere solaire est. un des plus puissants agents ! . bacttncides connus, et c'est à son action que nous I , devons la majeure partie, si ce n'est la totalité de I | la purification naturelle des eaux. Le pouxoir bactéricide des rayons solaires a été j étudie moins en ce qui concerne la production d'une : bonne eau potable, qu'au point de vue de son im-munisation des eaux usées des villes il est surpre-: nant de voir avec quelle rapidité une rivière polluée 1 : par les eaux de rejets d'une ville est rapidement dé-barrassée des bactéries qu'elles lui apportent et eu fait, rendue pratiquement, inoffensive pour là santé des riverains situés en aval. Comme d'autre part i'1 est constaté que les eaux 1 souillées, lorsqu'elles circulent dans des conduites fermées, ne perdent pas, même au contact de l'air leurs effets toxiques dus à la grande quantité de microbes qu'elles contiennent, il est bien démontré que leur stérilisation dans les rivières est due à la lumière du jour. Il a été reconnu que cette stérilisation naturelle i provient -surtout du pouvoir bactéricide des rayons ultra-violets contenus dans la lumière solaire. Dans les contrées tropicales, la température élevée est particulièrement favorable au développement des j microbes. C'est pratiquement,ce procédé que les bactériologistes imitent dans les laboratoires pour obtenir des cultures rapides de germes. Mais en même temps, une grande intensité de lumière étant répandue dans l'atmosphère, cette grande luminosité combat l'effet de la éhaleur, en tuant les germes, qui, i sans cela, se trouveraient dans les conditions les plus favorables à leur développement. Si l'on ne se trouvait pas en présence de l'action i bactéricide de la lumière solaire, quelle autre explication pourrait-on donner du fait que dans les contrées les plus sujettes au choléra, le épidémies s'arrêtent de temps en temps, sans aucune raison visible? Comment pourrait-on également expliquer lo fait que dans certaines parties de .l'Inde, où les habitants jettent les morts dans les rivières au lieu de les enterrer ou les incinérer, les épidémies de choléra apparaissent à de rares intervalles, quoique les eaux soient gravement polluées dans les régions où les corps sont ainsi jetés ? Nous mentionnons ces faits seulement pour montrer que l'application de la lumière à la stérilisation n'est, pas un procédé artificiel, analogue, par exemple, à l'addition de produits chimiques. Elle se rapproche beaucoup plus du moyen naturel d» purification des eaux. C'est un procédé que la nature nous a elle-même indiqué, et nous n'avons rien de mieux à faire qu'à la suivre. Les savants ont mis très longtemps avant d'étudier le procédé de stérilisation de l'eau par l'éclairage artificiel, et ceci pour deux raisons. En premier lieu, c'est seulement à une époque peu éloignée que le phénomène a cté analysé, et qu'on a trouvé que l'action bactéricide de la lumière est due à la partie du spectre lumineux, qui contient les rayons ultraviolets ; et en second lieu, cela tient à ce que la découverte de puissantes sources de radiations ultraviolettes est toute récente. Ces sources industrielles de rayons ultra-violets sont constituées par les lampes à vapeur de mercure en quartz transparent. xxx Les lampes ou brûleurs We.stiughouse Çooper Hewitt qui produisent industriellement les rayons ultra-violets sont en principe constitue- par deux électrodes positive et négative, plongeant chacune dans le mercure contenu dans un réservoir.Les deux réservoirs sont réunis par un tube en quartz transparent, de façon à constituer une capacité étanche. On fait le vide dans le tube, qui, par suite, à part des traces infinitésimales d'air, ne contient que de la vapeur de mercure. Lorsque l'arc électrique jaillit entre les électrodes, il produit une lumière de nuance spéciale bien connue, qui est très riche en radiations ultra-violettes. Traversant le quartz transparent dont est constitué le brûleur ,ces radiations se répandent dans l'atmosphère environnante. L'arc se maintient allumé tant qu'aucune cause extérieure ne vient à le rompre. Mais lorsque le brûleur est froid, la vapeur de mercure, contenue dans le tube, très peu dense par suite de sa faible tension à la température ordinaire, est trop peu conductrice pour permettre à l'arc de s'amorcer. La difficulté a été tournée en montant la lampe à bascule sur un pivot. En la faisant osciller doucement., un filet de mercure réunit les deux électrodes et constitue un conducteur liquide momentané qui permet à l'arc de s'amorcer. L'arc, une foi» amorcé, échauffe la lampe. La tension de vapeur de mercure devient alors suffisamment élevée pour qu'une plus grande masse de vapeur de mercure soit en jeu et forme un conducteur dont la résistance soit assez faible pour assurer le passage du courant, et par suite la constance de l'arc. Ce 'dispositif breveté, très ingénieux, est une des caractéristiques des brûleurs Westinghouse Cooper Hewitt, Les brûleurs Westinghouse Cooper Hewitt. ont une vie très longue : lorsqu'il ne reçoivent pas de chocs ou ne sont pas soumis à des causes de détériorations extérieures ils fonctionnent sans altérations, pendant. plusieurs milliers d'heures. Au bout d'une très longue période, ils finissent par s'éteindre par suite de petites rentrées d'air très lentes, qui s'accumulent peu à peu dans le tube, et qui, lorsque la pression intérieure acquiert une certaine valeur, empêche l'arc électrique de se maintenir, Oh en est d'ailleurs averti quelque temps auparavant. par des variations dans le régime électrique sous lequel brûle la lampe. Il suffit alors de renvoyer la lampe à l'usine, où on lui fait subir la réparation nécessaire, après laquelle elle peut être remise eu service. Les frais d'entretien de ces installations de rayons ultra-violets, qui se bornent ainsi à la réparation des brûleurs après de longues heures de fonctionnement, sont par suite très faibles. xxx Divers savants se sont occupés à diverses reprises de la possibilité d'utiliser d'une façon pratique le pouvoir bactéricide très puissant des lampes de quartz à vapeur de mercure pour la stérilisation en général, et particulièrement à la stérilisation de l'eau. Les travaux les plus importants publiés dans cet ordre d'idées ont été effectués par MM. Victor Henri, André Helbronner et Max de Recklinghausen. Dan.*, une communication à l'Académie des Sciences, du 27 décembre 1909, présentée par M. Rou? Directeur de l'Institut Pasteur, Mlle Cernovodéanu et M. Victor Henri ont analysé les différents facteurs physiques et chimiques qui interviennent dans l'action des rayons ultra-violets sur les microbes. Ils ont exposé des émuJSions contenant divers •microbes, avec une teneur de 10.000 à 100.000 microbes par centimètre cube, à l'action de lampes à vapeur de mercure placées à des distances variables. Les expériences ont été faites avec les microbes suivants : B. coli, B. typhique, Staphylocoque doré, Pneumobacille de Friedlànder, B. dysentérique, V. cholérique, B. charbonneux (asporogè'ne et sporo-gëiie), Sa reine orange et blanche. B. phléole, B. té ta nique, B. subtil is, A. inegatherium. Ils ont trouvé que les différents microbes n'ont, pas tous exactement la même sensibilité aux rayons ultra-violets, que le pouvoir bactéricide de ces radiations augmente très rapidement lorsque la distance diminue, et , en tenant compte des données numériques qu'ils ont déterminées, on en arrive à conclure que tous les microbes nuisibles que peut contenir l'eau sont, détruits par une exposition de-deux secondes environ aux radiations émises pai une lampe Westinghouse Cooper Hewitt brûlant sous 220 volts, à une distance de 10 centimètres de l'eau à stériliser. La température n'a pas d'influence sur la vitesse de la stérilisation, ce qui est d'une grande importance pour les applications pratiques. Dans une communication postérieure, à l'Académie des Sciences, en date du 11 avril 1910, présentée par M. Dastre, MM. V. Henri, A. Helbronner et M. de Recklinghausen ont rendu compte des travaux qu'ils avaient faits en vue de rechercher les conditions pratiques de l'action de plusieurs lampe: successives sur la stérilisation d'un courant d'eau s'écoulant à diverses vitesses. L'eau circulait dans un tube en zigzag, sous une profondeur de 30 centimètres, la lampe étant maintenue, à une distance de 2 centimètres de la sur face du liquide. Il a été reconnu que, dans les conditions de l'expérience, un certain nombre de microbes restait après le passage sous la première .lampe, mais qu'il n'y en avait plus aucun après la deuxième lampe. Dans une nouvelle communication en date du J7 octobre 1910, ces mêmes savants ont indiqué les résultats qu'ils ont obtenus en poursuivant leurs études dans cette même voie. AU lieu de faire passer l'eau à stériliser sous trois lampes successives, ils ont pensé qu'il serait sensiblement plus économique de faire repasser trois fois la même eau sous la même lampe, en utilisant ainsi dans une bien plus grande proportion les radiations émises par la lampe. En possession de ces données, ils ont fait construire un appareil qui a déjà reçu maintes applications.(A SUIVRE.) INFORMATIONS FINANCIERES BOURSE OFFICIEUSE D'ANVERS Séance ni' .à mars. — L'a'.:tivité de notre ma relié se maintient par continuation dans des limites fort étroites, quoique par-ci par-là quelques cours un peu plus fermes puissent faire croire à des tendances meilleures. Mais on s'en tient pour le moment strictement aux fonds d'Etats les plus courants, et aussi longtemps que certains groupes de valeurs spéciales restent négligés nos séances ne peuvent faire preuve d'animation. Ou est peut-être un peu moins bien en rentes nationales mais les lots de villes s'échangent rondement, sans modifications dans les prix cependant. Belge :i % mai. 71-71,75 ; Belge Anglais, 80,50 offert ; le Bon du Trésor, 100,50 101,25: Annuités 3 0, 78-79; Anvers 1887, 83,50-84,50; Anvers 1903, 70,50-71,50; Bru xelles 1905, 09,75-70,75 ; Gand 1890, 03,50-04,50 ; Liège 1897, 04,25-65,25 ; Schaerheek, 61,25-62,25 ; lot du Congo, 85,50-86,50. Les offres en valeurs internationales qui ont pesé sur !e marché les jours précédents paraissent avoir ete suscitées en prévision d'une baisse qui ne s'est pas réalisée. On procède en conséquence à quelques '•acnats qui entraînent une petite amélioration de prix notamment en Sud-Américains. Les Cédules Argentines conservent leurs cotations avantageuses. Cédules Nouvelles 112 1/8-113 1/8, les L 114 1/8-115 1/8, les K 5 , 97,75 À., les H. 7 % 119,25 A., les or 5 % sont fermes a 109110. Les fédéraux argentins reprennent assez vivement. On paye le 4 1/2 Intérieur 97 à 98, en Extérieur il se présente acheteur à 96-97, les autres fédéraux or restent sans affaires faites. Les dettes brésiliennes ont retrouvé une certaine fermeté, les 4 „ 1910 à 74,75 A., le 4 1889 aux environs de 74,75-75,75 et le Rescission à 75,50 A. indi quent de bonnes dispositions ;'i leur égard, le fun-ding 1914 est plus lent à se relever, en 4 1./2 1883 il se présente des acheteurs à 82,50 et des offres à 83,50, Chili 5 % 1911 95-90, le 4 1/2 1889 90,75 A., 91,50 P., Uruguay 3 1/2 73 I'., le 5 % 1914 91,75 prix nominal, la Cédule 101,50-102,50, Dominicain coupures 113 A., Cuba 5 % 103,25-103.75. Un léger mieux se dessine en dettes asiatiques. Le Chinois \ 1/2 I89S à 85-86 et le 5 % 1890 à 94,50-95,50 portent des traces de reprise. Le Japon Railway retourne à 103,50-104,50, le 4 1/2 1905 à 102,25-103,25, le \ 1905 se placerait à 93,50 A. En dettes continentales les mouvements sont de peu d'étendue,-ou remarque toutefois une amélioration de cours , assez importante en Russe ^1880 à 8Î,75-82,75, le Nicolas est in varié à 87,50-88,50, et le 5 % est soutehu à 94,50-95,50, le 4 % 1902 est renseigné 70 environ. Les dettes roumaines se t rainent tant, bien que mal, le 4 % 1890 a valu 78,50-79,50, le 4 % 190.8/10 oscille autour de 00,50-07,50, le 4 1/2 1913 es! lourd à 72-73, le 5 % 1903 à 83,50-84. On demande la Rente Turque à 74,50-75,50, le Serbe et le Bulgare n'apparaissent plus que loin en loin à la cote, le Serbe est offert à 58, le Bulgare à 74,50 ; Portugais ;; 51,50-52, Hongrois or 06 plutôt demandé, Métalliques Nationales 59,50 P. Nous notons au courant de la plume les quelques cours faits en actions diverses. Banque Centrale An-versoise 4V?,50-450, Crédit National Industriel ordinaire 266 A., la privilégiée 277-281, Liebig 622,50 P., Kenirnerich 1100 P., capital Tram. d'Anvers 121-124, Ros trio 87 A. 89 P., dividende Kiew 27-29, capital Electrique 300 P., capital Escaut 129-132, la dividende 87,50-90,50. Les titres hypothé ires ne s'écartent plus des prix déjà souvent renseignés. Oblig. Hypoth. du Canada 482 A., privil. Immobilière Sud-Américaine 1062,50-1072,50, Tornquist 1005 A., privil. Banque Belge 1080-1085.On se raffermit en actions Grosnyi à la suite de demandes se renouvelant avec une certaine persistance. L'ordinaire fait 2655-2695, et la privil. accroche le cours rond de 3000 entre 2975 et 3025 Astra Romana 900 environ A., mais fort timidement offert. Capital Boryslaw 43 A.-45,50 P. De petits postes en valeurs caoutchoutières s'échangent qui ne modifient pas encore l'allure du marché. La Kalitengah manifeste cependant quelques velléités de reprise entre 41,50 et 44,75, Galang 5,70-5,90, eipital Deli MoerJ.a 250 P.. Financière 1G6 A., Federated 665-670, Kuala Lumpur 138,50 141, Sennah 64,25-67. Actions Tanganyika 70 P., l'obligation 211-214. BOURSE OFFICIEUSE DE BRUXELLES Séance dtj 5 mars. - en contraste avec ce qui s'est passé au cours des différentes séances de la semaine écoulée, cette première vacation de lundi a fait preuve d'une animation inaccoutumée. Un ou deux groupes des valeurs les plus travaillées en ces derniers mois semblent vouloir sortir de l'oubli dans lequel ils restaient figés depuis le commencement de cette année. Il serait peut-être hasardeux d'e.i ar i ■ rer une reprise générale d'activité semblable à celle dont le marché bénéficia largement d'octobre à la seconde quinzaine de décembre. Mais la tendance est à enregistrer comme une amélioration du marché. Nos rentes et lots de villes ont un marché assez étroit, comme on peut le voir ci-après. A noter que le cours de 70 3/8 a été pratiqué vendredi en titres de 10.000 francs mai-novembre. Rente Belge 3 %, 70-71 : Bons du Trésor î % 1917, 100 1/4-KM) 3/8 ; Congo Lots, 80,50; Anvers 1887, 84 ; Bruxelles 1905, 09 7/8-70 1/8 : Bruxelles Maritime, 65 3/4-65 5/8. Les obligations industrielles gardent une certaine activité. Il y a toujours des demandes en Caisse des Propriétaires 4 %, on fait 172,50, 175 en Blaton-Ath, on recherche les 5 % Tramways Toscans à 460, les 5 % Brugeoise à 485, les q % Ciments de Konstan-tinowka à 480, les 5 °„ Glaces de Bohême à 485, on cote 490 eu 5 °„ Aufnetz et 80 en Eclairage du Centre f variable). Enfin, les 5 % Tramways et Electricité à 465 continuent à être l'objet de bonnes demandes et font prévoir que cette émission, qui ne comporte que deux mille titres, sera rapidement absorbée par la clientèle capitaliste en quête d'un placement bien gagé et d'un revenu intéressant. Nos valeurs bancaires se soutiennent relativement bien, sauf pourtant la Caisse de Reports qui se tasse à 1330, 1375, et la Banque Coloniale capital qui est offerte à 30. En Banque Liégeoise privilégiée, on est ferme à 477,50, 480, de même qu'en Crédit Général de Belgique à 114,50 en capital et à 225, 230 en fondateur.Les valeurs de Transports n'offrent rien de bien particulier pour le moment. L'ordinaire Gand-Ter-neiizen est à 8 argent, Ans-Orey est demandée à 165 et privilégiée-Caire à 510. Eu dividende Dunkerque-Ca la is i! y a argent à 14 1/8, papier à 15 ; en Economiques 465 argent et 470 papier. On recherche aussi la dividende Intertram à 11,50, et même au-delà, la capital Kiew à 102, on fait 01,25 en capital Koursk, on offre la privilégiée Orel à 185, on cote 30, 31, 31,50, il:.1 « n capital Murcie, on offre la capital Rails Electriques à 540, on fait 7 en part Rome-Nord, 81, 82 en pri\ ilégiée Tramways et Electricité, 24, 24,25 en ordinaire et 277,50, 280 en Turin. Affaires très clairsemées encore en valeurs sidérurgiques. Il y a vendeur en capital B aume-Mar p en t a 1275 et en dividende Emailleries de Gosselies à (>6, on cote 212,50 en capital Olkovaïa et on est à 81 argent en Ragheno. Nos valeurs charbonnières sont revenues au calme le plus parfait. Bonne-Fin est à 875, jouissance Grand Buisson à 1735 papier. Horloz revient à 1525, la dividende Laura se tasse à 830, 840, pour rester à 830 papier. Noël est offert à 3650 et Willem-Sophia débute bien à 1055, ÎOGO pour finir à 1045. Vendredi Anderlues a coté 880-890. Les petites rubriques sont, sans tendance bien déterminée. Nébida se retrouve à 280, les Mines Réu nies se tassent à 190, la Nouvelle-Montagne est à 875 argent, le Val Saint-Lambert est à 850 papier, l'a privilégiée Electricité de Nantes se demande à 92, et la dividende Lumière" et Force Motrice est offerte à 40. Encore de l'indécision en valeurs coloniales. L'ordinaire Katanga est discutée à 2220, 2230, 2222,50, 2227,50, la privilégiée revient à 2400 ; les Plantations I,a cour! -se retrouvent à 430, 440 en capital, à 475, 482,'50 en fondateur, la capital Produits Végétaux du Haut Kasaï ne fait que 10, 16,50, 17 ; la capital Union Minière n'est pas mieux à 1370, 1365, 1370, 1375, et l'a Tauga reste lourde à 70, 70,25, 70,50, 70,75, 70,50. Au compartiment caoutchoutier, les tendances sont légèrement meilleures. En tout, la capital et ln fondateur Java sont mieux respectivement à '145, 146',25, 147 et 715, 720 ; l'Hévéa reste active à 205, 200,25, 207,50, la Sennah a bonne contenance à 66, 65,50, la Soengei est ferme à 435, 440, 442,50, et, la Zuid est soutenue à 135, 137,50, 140. En général, les cours des valeurs diverses varient peu : ordinaires Bougies de la Cour 360, 370, Brasseries de Haecht 235 argent, Brasseries de l'Etoile 31, 31,50, Grntry dividende 300, Sucreries Générales privilégiée 535, capital Sucrière Européenne 83,50, 83,75, fondateur 54, 53,50, 53,75 : capital Sucreries Sainî-.'Iean 127,50, fondateur 172,50, 175, et Union des Papeteries'330. Les Courroies Lécha t mér itent une mention spéciale pour leur belle allure à 430 en capital et à 335, 340, 332,50 en jouissance. Au compartiment étranger, toute l'attention se porte sur les titres égyptiens qui enregistrent une certaine reprise. La privilégiée Agricole d'Egypte est en avance à 255, de même que la dividende à 95, 97,50, la capital Egyptian Entreprise est mieux aussi à 85, la capital Aliotment est bien à 02,50, 65, et la fondateur à 11, 11,75. En dividende Hëliopolis, il y a de la fermeté à 175 et on cote 50 en capital Immobilière d'Egypte. D'autre part, la jouissance Sud-Kameroun est demandée à 25, la Barcelona est en bonne voie à 76, le Central Catalan 'variable) se maintient à 145, 150, la fondateur Nord-Espagne est offerte à 120, le Matériel Franco-Belge est à 655 papier, le Métropolitain est demandé à 440, la Burbach se tasse à 1765, 1755, et l'Alaguir est offerte à 200. BOURSE DE LONDRES Londres 3 Mars 3 Mars 2 Mars 3 Mars 2 Mars Consols. i . ' 52 3/fl 52 i/4 South. Railway. . 28 7/8 Républiq Argentine. — - 64 Union A . . .14:7/8 '4'.% 1% Brésil . • • 49 8/4 49 fc4 Wab,, prêt. . . - - -4% Japon . . • 68 7/8 69 U.S.SpelA. .1113/4 HO % Japon 1905. . . 91 t'2 91 '/2 Amalg. C. . . . — - —— Mexique inter. . . Great Cobar. . . Pérou, ord. ... 5 — Columbia ... 48 — Pérou, préf. . . - — — Ven. D;p:. . . . — Portugal. . . . ôO - Mexic. pr. , . , — - Russie 1889 . . Rock Isl. ... Marc, ot A. • . 15 :'-i Randmir.e . .. —— Turquie. . . .1 - 'Marine, Dr. . 3V2 % Uruguay, . 621/2 Shell .... - — 5% Uruguay .1 — — Rio Tinto . . - - Acht. Top . . .107 1/8 Anaconda . . - — Préf. d° A . . — Schib., préf. - Oenver.^ Rio Grande - - Schib., ord. - - — Erie, ord. ... - i — Kon. Peir. .j ; - Missouri . . — [# 8 7/3 , Escompte . 5 :/8 d h 5/32 d Ontario A. , - — - «rgent 37 5/i6d 37 1 '4 d «îniit'i. r3Rifir , or 12 i _ _ ; , i La Banque de l'Union Parisienne paiera un dividende de 0 %, contre 5 ?„ l'année précédente. Allgemeine Verkehrsbank, à Vienne, propose un dividende de 7 6/7 "0, contre 6 3/7 % en 1915. La Banque du Portugal a fixé son dividende à 10 p. c. Aciéries de Courcelles. — Les actionnaires sont convoqués en assemblée générale extraordinaire qui se tiendra au siège social le samedi 24 mars 1917, à midi. I! y sera question d'une déclaration des administrateurs en conformité de l'art. 62 de la loi du 2 mai 1913. Rhein-Westtàlische Disc ont© Gesellschaft, à Aix-la-Chapelle. — Le dividende sera de 5 1/2 %, contre 4 1/2 % en 1915. Tustanowice-Boryslaw. La production de pétrole brut s'est élevée en novembre à 6185 wagons-citernes de 10.000 kilos, et en décembre à 6150 citernes.Fusion de banques d'épargnes à Londres. — On annonce de Londres que quatre grandes banques d'épargne viennent de fusionner sous le nom de •< The London Saving Banks». Ce sont -les quatre élablissemen-ts d'épargne bien connus : London Saving Bank, Bloomshury Saving Bank, Lainbeth Saving Bank et Sint Paneras and North West London Saving Bank. MEMENTO DE L'ACTIONNAIRE ASSEMBLEES ANNONCEES 11 mars Société anonyme des Carrières QuartziU ë# Dongelberg, à 10 h tu ras du matin, lfi, ru# «las Chevaliers, à Ixelles. 11 mars Esperanza, société anonyme, èii 4 heures de relevée, au siège social, 44, rue ides Pierres, à Bruxelles. 12 mars Banque de Malines, société anonyme, à 16 heures, au siège social, rue du Bruel, 53, à Malines. 13 mars Briqueteries Brabançonnes, société anonyme, à 3 heures, au siège social, 144, rue Edouard S tu ck en s, à Evere. 17 mars Savonnerie Modèle, société anonyme, à 3 h. 1/2 de l'après-midi, au siège social, à Gosselies. Tuileries et Briqueteries de Lobbes et Extensions, société anonyme, à 11 heures du matin, 33, rue Le Corrège, à Bruxelles. 19 mars Nouvelle Société des Carrières de Florzé, société anonyme, à 3 heures, au siège social, 62, rue Adolphe Lava liée, à Molenbeek-Saint-.Iean. Société anonyme des Chem ins de Fer "Vicinaux des Ardennes, à 3 heures, à l'Hôtel Verlhacy boulevard de la Srtuvenière, 153, à Liège. Société anonyme Produits Réfracta ires de Char-leroi, à :» heures, au siège social, rue de l'Ange, a Marcinelle. Société anonyme du Charbonnage de Bray, à 11 h. du matin, au siège social, à Ougrée. Comptoir Commercial Anversois, société anonyme à Anvers, à 16 heures, au siège social, rue Kip'dorp, 19, à Anvers. 20 mars Librairie Forst, société anonyme, à 11 heures du matin, au siège social, 75, place de Meir, à Anvers. Société anonyme des I-'rigorifères et Messageries des Carmes, à Liège, à 3 heures de relevée, au Café du Phare, place Verte', 2, à Liège. Société des Faubourgs de Bruxelles, société anonyme. à 2 heures de relevée, au siège social, Montagne du Parc, 8, à Bruxelles. Société anonyme Le Phénix, Briqueteries de Liège et Extensions, à 2 heures de relevée, à l'Hôtel Dounen, à Liège. 21 mars Société anonyme du Charbonnage de Falisolle, à midi, chez Mme veuve Ch. Smedt, restaurant de la Monnaie, rue Léopold, à Bruxelles. CRÉDIT ANVERSOIS Société Anonyme Capital Fr. 35 millions 12, Courte rue de l'Hôpital 30, Avenue des Arts ANVERS BRUXELLES CONVOCATION Messieurs les actionnaires sont invités à assister à l'assemblée générale ordinaire de la Société qui se tiendra"le JEUDI 15 MARS 1917, à 3 heures, au Siège social, 42, Courte rue de l'Hôpital, à Anvers. ORDRE DU JOUR : 1° Rapport du Conseil d'Administration ; 2° Rapport du Collège des Commissaires ; 3° Approbation du Bilan et du Compte de Profits et Pertes au 31 décembre 1910 ; i° Décharge à donner au Conseil d'Administration et au Collège des Commissaires; 5° Nominations statutaires. Pour assister à cette assemblée, Messieurs les actionnaires propriétaires de titres au porteur sont priés de se conformer à l'article 16 des statuts, C'est-à-dire d'effectuer le dépôt de leurs titres six jours au moins avant la réunion à laquelle ils devront produire le certificat de dépôt. Le dépôt peut se faire : à Anvers : au Siège social, 42, Courte rue de l'Hôpital ; à Bruxelles : au Siège du CREDIT ANVERSOIS, 30, Avenue des Arts ; à son Agence, 39, rue du Fossé-aux- Loups; à ses Bureaux de Quartier, et à ses Agences de : Ath, Braine le Comte, Dolhain, Flobecq, Gand, Herve, Jodoigne, Lessines, Malines, Nivelles, Renaix, Spa, Stavelot, Verviers, Wavre ; à Rotterdam : à l'INFORMATIE KANTOOR DER BANK CREDIT ANVERSOIS, 128 A, Wynstraat ; à Btuges: au CREDIT DES FLANDRES, 35, rue Flamande et dans ses agences ; à Hasselt : au CREDIT LIMBOURGEOIS, 35,. Marché aux Avoines ; à Liège : au CREDI T GENERAI. LIEGEOIS, 5, rue de l'Harmonie, ainsi qu'en sa succursale de BRUXELLES, ou dans ses agences de BRUGES, CHARLE-ROI et MONS ; à Paris : au CREDIT MOBILIER FRANÇAIS, 30-32, rue Taitbout ; à Genève : au CREDIT DE LA SUISSE FRANÇAISE, 0, Place de la Synagogue ; à Bâle : à la BANQUE COMMERCIALE DE BALE ; à Zurich : à la BANQUE COMMERCIALE DE BALE ; Les propriétaires des actions nominatives doivent faire connaître six jours à l'avance au Conseil d'Administration, leur intention d'assister à rassemblé# art. 16 des statuts). Société Belge de Banque et de Commerce Société Anonyme, en liquidation, à Anvers Messieurs les actionnaires de la Société Belge de Banque et, de Commerce, société anonyme, en liquidation, sont priés d'assister à l'assemblée générale ordinaire, qui aura lieu île JEUDI 15 MARS 1917, à onze heures du matin, au siège social, 4, rue des Tanneurs, à Anvers. ORDRE DU .TOUR : I" Rapport des liquidateurs sur la situation de l'exercice 1916 ; 2° Communications diverses. Messieurs les actionnaires sont priés de se conformer aux articles 24 et 25 des statuts. Les actions devront être déposées au siège social..

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Anvers du 1858 au 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes