Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

348 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 24 Novembre. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Accès à 20 avril 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/vd6nz81r6k/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

\NVERS, Mercredi 24 Novembre 1915 Le numéro 10 centimes Cinquante-huitième Année - No 17.470 & RÉDACTION : X&SMM VLEM1NCKX, 14 Via/ / • 7 ANVERS Téléphone 3761 LLOYD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces : 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne Adresses industrielles 50 centimes Émissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au liynomètre. —■ Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent. AVIS Toutes les heures renseignées dans notre journal sont Indiquées d'après l'heure de l'Europe Centrale. Observations météorologiques de M. F. Aglhe, opticien, rue Léopold, 51. Anvers, 24 nov. 1915, 10 h. du matin. — Baromètre 771 — Thermomètre cent (max) f 4. — Thermom. cent. |min.) + 0,5.— Pluviomètre 0,2 m/m.—Vent. N.-N.-O.—Prévision : Pluie probable. Astronomie 25 novembre Lever du soleil 8 h.13 m. Dern. quart.le29nov.23 h.10 m. Coucher du soleil. ... 16 46 . Nouv. lune le 6 dèc. . 18 „ 4 „ Lever de la lune 19 „ 27 „ Prem. quart, le 13 déc.12 „ 36 „ Coucher de la lune.. .11 . 42 „ Pleine lune le 21 déc. 13 „ 52 „ Haute marée à Anvers Matin Soir 25 novembre ... 6 h. 2 4 m. I 25 novembre ... î 8 h. 42 m. 26 „ 7 „ 1 „ 26 19 „ 20 „ 27 „ ... 7 „ 38 „ | 27 19 lf 57 „ Hauteur du Rhin Cologne 23 nov, 1,44 m Strasbourg 19 nov. 2,35 m Uuningen 22 „ 1,08 „ Lauterbourg „ 3,94 Kehl — „ Maxau 3 84 „ Mannhein- 2,51 „ Germersheiir „ 3,49 „ Caub 23 1,60 „ Mayence 22 „ 0.41 „ Kuhrort „ 0,50 „ Bingen ,, 1,40 . Duisbourg 20 „ 0,66 Coblence 1,77 „ vValdshiit 19 „ 2.50 Diisseldorf „ 1,36 Lobith 23 „ 10.37 „ Hauteur du Main Hauteur du Neckai i rancfort 20 nov. 2,28 m. Heilbronn 22 nov. 0,40 m. Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodensee f rêves 22 nov 0,66 m. Constance 23 nov. 2,90 m- Port d'Anvers ARRIVAGES DU 23 NOVEMBRE Bateau-moteur Franco-Belge VI, de Gand. » Regina, de Gand. » Factor III, de la Hollande. Allège . Mannheim 70, de Burglit. » Tournai, de Hiemixem. » Drie Gebroeders, de Rupelmonde. » Marie, de Bruxelles. » Stad Lier 2, de Bruxelles. » Hainaut, de Merxem. » Marguerite, de Merxem. » Avontuur, de Merxem. » Marie Peulen, de Beersse. » Henri Peulen, de Grobbendonck. » Elza, de TilleUr. » Henri, de Charleroi. » pîeternella, de la Hollande. » .Iulia 28,, de la Hollande. » Charbonnière 10, de la Hollande. » Zeeuw, de la Hollande. » Twee Gebroeders, de la Hollande. » Op hoop van zegen, de la Hollande. » De Valk, de la Hollande. » .1 ohanna Pieternella, de la Hollande. « Catharina Pieternella, de la Hollande. » Xooit Gedaciit, de la Hollande. » Cornelis, de la Hollande. » Lôttchen, de l'Allemagne. DEPARTS DU 23 NOVEMBRE steamer Union V, pour Bruxelles. » Eugénie, pour la Hollande. Bateau-moteur Camiel Madeleine, pour Burght. Factor III, pour Bruxelles. » Artois I, pour Louvain. » Stad Goes, pour la Hollande. » josephine, pour la Hollande. » Bato I, pour la Hollande. » Bato II, pour la Hollande. Ulège Stanislas, pour Calloo. » Morgenster, pour Calloo. » • I.ygia, pour Hemixem. » Victoria, pour Steendorp. » Ste Barbe, pour Bornhem. » Travail-Progrès, pour Boom. » Antoon, pour Malines. » Le Royal, pour Bruxelles. » - Union, pour Bruxelles. » Léontine, pour Bruxelles. ' Léontine, pour Bruxelles. » Teniers, pour Termonde. » Jonge Octaaf, pour Deynze. » St. Antoine, pour Merxem. » Gymnote, pour MoU. » Ludovica Maria, pour Moll. » st. Antonius, pour Moll. ». C'est l'œil qui faut, pour Turnhout » Dyle, pour Hasselt. Nomade, pour Haccourt. » Commerce, pour Haccourt. » Prima Vera, pour Namur. » Mathilde, pour la Hollande. Eugénie, pour la Hollande. Royers N° 4, pour la Hollande. »> Jonge Isidoor, pour la Hollande. » Vrouxv Louisa, pour la Hollande. Drie Gebroeders, pour la Hollande. » Rien sans Dieu, pour la Hollande. « Avontuur, pour la Hollande. » De Jonge Jan, pour la Hollande. Fendel 38, pour l'Allemagne. » VeReinigung 4, pour l'Allemagne. » Bayern 8, pour l'Allemagne. AVIS Avec l'approbation de Son Excellence le Gouver-îeur général en Belgique et conformément à l'arrêté Ju 17 f-éYrier 1915, j'ai mis sous séquestre la Société Anonyme des Charbonnages d'Alexinatz, à Bruxel-es, et nommé séquestre M. Edmund Wilberg. Bruxelles, le 17 novembre 1915. Le commissaire général impérial pour les Banques en Belgique, von Lumm. Notes de jurisprudence .ES CONVENTIONS FONT LA LOI DES PARTIES La commune de Schaerbeek exige un raccorde-nent aux égouts de toutes les maisons sises sur son erritoire. Elle fait, parait-il, fermer impitoyable-nent celles dont les propriétaires refusent à faire e raccordement réglementaire et les travaux d'by-;iène réclamés par la salubrité publique. Tel était le cas d'un marchand de victuailles, qui e prétendait presque empoisonné par les matières tagnantes en putréfaction. Son propriétaire s'était rmé à l'avance contre un procès de ce genre en révoyant dans le bail l'obligation pour le locataire e faire les travaux nécessaires. Malgré cela, le lo-ataire* veut tenter sa chance devant dame Thémis. Le président refuse au locataire la nomination 'un expert médical, faute d'un procès au fond avec négation précise de dommage. Si le locataire perd son procès, il n'a qu'à s'en 'rendre à lui-même et non à la justice. Pourquoi irendre sur soi une obligation aussi essentielle que ii construction d'égouts, rétablissement de tout un ystème de tuyaux d'écoulement et d'assainisse-nent ? Quelque onéreuses qu'elles soient, les conventions ont faites pour être respectées. ABRICATION DE DENREES ALIMENTAIRES. — MARCHANDISES REQUISITIONNEES. — LOI PENALE NON APPLICABLE. Ne constitue pas une vente et dès lors ne tombe as sous l'application de la loi pénale, le fait de li-rer des denrées alimentaires gâtées ou corrompues < îrsqu'elles sont réquisitionnées par acte de l'auto-ité. Par le fait de la réquisition, la chose devient i i propriété saisissante, qui, seule, a le droit d'en < isposer et de la traiter à ses risques. Si une ré- j uisition portant sur un « genre » peut être assimile à une vente, il n'en est pas de même lorsqu'elle < porte sur une « espèce » : — telle est la portée d'un jugement rendu par le tribunal de police de Roche-fort, qui a ainsi justifié sa décision : « Attendu que la vente définie par l'art. 1582, alinéa 1, du code civil, est une convention par laquelle l'un s'oblige à livrer une chose et l'autre à la payer; attendu que la réquisition s'est faite à la seule intervention de l'autorité sans convention, sans la volonté et même contre la volonté des réquisitionnés, attendu que si à la rigueur une réquisition portant sur un « geuus », par exemple une certaine quantité de grains, peut être assimilée à une vente, il n'en est pas de même lorsqu'elle porte sur un « spécies », par exemple « telle meule » qu'elle s'approprie, sans permettre au réquisitionné de la remplacer par une autre de même espèce ; attendu que, par le fait de réquisition, la chose devient propriété de l'autorité saisissante qui, seule, a le droit d'en disposer et de la traiter à ses risques ». L'EXPLOITATION D'UNE BRIQUETERIE EST UN ACTE CIVIL Les mines, les minières, les carrières sont des immeubles : c'est prévu dans la loi. Leur exploitation est un acte civil, même quand l'exploitant est un commerçant. Mais quid des briqueteries ? On u'y avait pas songé. Un sieur L de Grivegnée, avait assigne un entrepreneur de cette localité devant le tribunal de commerce en paiement d'une somme représentant les terres extraites par le défendeur pour la fabrication des briques à l'usage de son commerce d'entrepreneur. L'avocat de celui-ci, souleva une exception d'incompétence, l'article 32 de la loi du 21 avril 1910 sur les mines et carrières s'appliquant par identité de motifs à l'espèce actuelle.Le tribunal a admis la thèse en question et s'est déclaré incompétent. Evénements de Mer SINISTRES, AVARIES, ETC. Haliamsiiire. — Londres, 22 novembre. — Le vap. angl. Hallamshire a coulé. L'équipage a été sauvé. (Le Hallamshire, construit en 1906, jaugeait 4420 tonnes brut et était la propriété de la lielmsdale S. S. C° Ltd, à Glasgow. N. de la R.) Merganser. — Londres, 22 novembre. — Le steamer angl. Merganser a coulé. L'équipage est sauvé. (Le Merganser, construit en 1908, jaugeait 1905 tonnes brut et appartenait à la Cork steamsuip Cy Ltd, à Cork. — N. d. 1. R.). Oxfjord. — Le vapeur norvégien Oxi-jord a coulé près de Isle Houat (côte française). Six hommes de l'équipage ont péri. Salsette. — Londres, 22 novembre. — Un télégramme de Port-Saïd annonce que le steamer anglais Salsette, destiné pour Bombay, s'est échoué dans le golfe de Suez et désire immédiatement de l'assistance.San Miguel. — Le vapeur norvégien San Miguel a coulé dans la mer du Nord. Il a probablement touché une mine. L'équipage est sauvé. BELGIQUE A BRUXELLES Avis de la censure Le bureau de la censure, 2,rue Lambermont, chambre 8 (livres, théâtres, concerts) restera fermé jusqu'au 29 novembre inclus. A l'Académie des Beaux-Arts Les cours de l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles sont plus suivis que jamais et le nombre des jeu nés gens qui, cette année se sont fait inscrire dans le grand établissement d'instruction d'art de la rue du Midi, est fort élevé. En effet, 704 élèves suivent les cours, alors que l'an dernier on n'avait relevé que 409 inscriptions. On est parvenu à pourvoir tous les cours de professeurs expérimentés. Les heures des cours ont été avancées de deux heures de façon à ce que les élèves habitant les quartiers éloignés puissent regagner plus tôt leur domicile. Cette mesure, fort sage, a pu être prise, pareeque nombre de jeunes apprentis fréquentant l'Académie, sont en partie inoccupés ou peuvent quitter leur travail plus tôt que dans la période antérieure. A SCHAERBEEK Construction d'écoles Le Conseil communal a décidé de mettre immédiatement en adjudication quatre pavillons démontables qui seront plantés sur les terrains contigus aux écoles, acquis récemment en vue de l'extension de celles-ci. Cette solution provisoire, imposée par la surpopulation des écoles, est prise sans préjudice à la construction immédiate de nouveaux bâtiments dont les plans sont prêts. A ANDERLECHT Travaux scolaires Le Conseil communal vient de décider de passer commande à différents fournisseurs des travaux et mobiliers pour les cours du quatrième degré dans les écoles du Centre et de Cureghem. Voici le détail des dépenses : bancs de menuiserie, etc., "1.350 frs, outillage 1.106 frs, bois matières premières 300 frs, matériel pour cours de modelage 838 frs, divers 250 frs. Le Conseil a décidé également d'acquérir le matériel nécessaire aux nouvelles classes ménagères. La dépense est évaluée à 425 francs par école, soit pour les cinq institutions environ 2.125 francs. HAINAUT Les ascenseurs du canal du Centre Les travaux d'achèvement des ascenseurs hydrauliques du canal du Centre, poursuivis depuis le début de la guerre, sont arrivés à leur dernière pério-Je.de construction. Aux ascenseurs n° 2 et 3, situés à Houdeng-Aiine-ries et à Bracquegnies, tout est entièrement achevé et en ordre de marche. Les premiers essais ont été exécutés à l'entière satisfaction des autorités compétentes.A l'ascenseur n° 4 à Thieu, la grosse charpente métallique est terminée. La plupart des presses sont montées. Les cabines contenant les appareils de manœuvre d'amont et d'aval sont entièrement terminées.On monte en ce moment les charpentes de choc d'avant. Tous les bétonnages des acqueducs, salles [les machines sont terminés. Il ne reste que la grosse question, d'alimentation ii résoudre. 11 s'agit, en effet, de la fourniture de l'eau nécessaire à la partie du canal comprise entre c' 'ascenseur n° 4 et la tête d'amont de l'écluse n° 1. e m s EXTERIEUR PAYS-BAS Nouvelles sociétés Le Sïaatscourant n° 274 contient les statuts des so- j' ■iétés anonymes suivantes : Naamlooze Vennoot->chap Lichtersçhip « Alida », à Rotterdam, et LJtrechtsche Assurantie Maatschappij, à Utrecbt. Défense d'exportation En vertu d'un arrêté royal, l'exportation de la 6 ;ourbe, de la tourbe litière et de l'extrait de café à /lent d'être défendue. Le gouvernement néerlandais d )ourra en tout temps suspendre cet arrêté tempo- n ■airement et accorder des autorisations d'exporter ;es produits, dans des cas spéciaux. e Droits de sortie sur le poisson de mer frais et les harengs Afin de. couvrir les frais résultant de l'institution 11 le la « Zeevischvereeniging », créée à Ymuiden, on d l décidé, d'accord avec le gouvernement, les arme- A nents et les commerçants, de percevoir les droits E le sortie sur le poisson frais et le hareng destiné à 'exportation. Ces droits ont été fixés comme suit : D Pour le poisson de mer frais : 1 à 4 colis, libres de Iroits ; 5 à 10 colis : 0.25 florin par envoi ; 11 à 30 si colis : 0.50 florin par envoi : 31 à 100 colis : 1 florin par envoi ; pour chaque centaine ou partie de cen-taine de colis 1 florin en plus. Pour le hareng : 1 à 4 colis, libres de droits ; 5 à 10 colis : 0.25 florin ; 11 à 30 colis : 0.50 florin ; pour les envois plus importants jusqu'à concurrence de 5000 kilogr, soit le poids de 35 barils de harengs, 1 florin ; pour les envois dépassant ce poids 1 florin en plus, avec un maximum de 2 florins par wagon. RUSSIE Mise en exploitation d'un nouveau chemin de fer Le chemin de fer central-asiatique Altaï a été mis en exploitation le 10 de ce mois, soit quatorze mois avant la, date fixée pour le délai d'achèvement. Le nouveau chemin de fer, d'une longueur de 500 milles, ouvre au trafic une grande étendue de territoire en Sibérie. Histoire de i'industrie de la soie à Lyon Louis XI inquiet des sommes payées à l'Italie pour l'achat de soieries, conçut le premier le projet d'organiser cette industrie en France, à Lyon, où quelques faiseurs de tissus étaient déjà installés. Par l'ordonnance du 6 novembre 1466, les ouvriers expérimentés qui s'établissaient à Lyon, étaient dispenses des impôts et tailles perçus sur les autres habitants. Mais, quatre ans après, par un caprice du Roi l'industrie fut transférée à Tours, et c'est seulement vers la fin du XVe siècle qu'elle reparaît à Lyon, toujours avec des ouvriers italiens. François I, désireux de favoriser la ville de Lyon et pour lui permettre d'enlever à l'Italie ce monopole de la vente de soieries accorde aux ouvriers en « soye » des privilèges et des franchises, et on peut dire que cette époque est l'origine de la prospérité et de la renommée de la ville en matière de soieries. Malgré la concurrence italienne, la Fabrique de Lyon, lit de rapides progrès, et déjà vers le milieu du XVIe siècle, Lyon comptait. 12.000 tisseurs. Le XVIIe siècle fut une ijériode de réglementation à outrance ; malgré cela des réformes profondes furent entreprises par les fabricants de l'époque qui réussirent ce tour de force d'innover tout en restant dans les cadres étroits de la réglementation. Ils purent ainsi satisfaire aux besoins nouveaux tout en luttant par une diminution des prix contre ta concurrence redoutable des pays voisins. C'est à jette époque que l'on commença à produire les tissus mélangés, soie et laine, soie et coton, malgré l'opi-lion générale de cette époque qu'un tel mélange §taLt un « déshonneur et un scandale » ; c'est également à cette époque que les métiers sont améliorés 3t transformés et depuis lors les inventions se sont succédées sans arrêt jusqu'à la Révolution. Celle-ci anéantit presque complètement la Fabrique de Lyon qui ne tarda pas cependant, à se re-ever brillament de ses ruines, pour devenir plus 'lorissante que jamais. Depuis cette période en ef-'et, un renouveau d'activité a pris naissance et a été a source d'une foule d'inventions nouvelles. On •éussit à employer les soies; de tous les pays et, en )articulier, les soies d'Extrême-Orient qui jouent lujourd'hui de beaucoup le rôle principal dans cette 'abrication. Enfin, les inventions de Vaucanson et lu lyonnais Jacquard, en 1912, en substituant au procédé à la « tire » le métier mécanique, ont donné i la fabrication des étoffes un élan remarquable, m permettant de tisser beaucoup plus vite et mieux. Depuis cette époque, le chiffre de fabrication n'a ait que croître, avec naturellement des alternatives le prospérité et de dépression inhérentes à toute ndustrie de luxe qui suit forcément les variations le la richesse publique. L'industrie du «teint en pièces» est venue vers le nilieu du siècle dernier faire face aux besoins nouveaux en permettant de teindre les pièces d'étoffes iprès tissage en fils écrus. Les perfectionnements dans l'art de la teinture et le l'apprêt, ont permis de produire, à des prix rela-ivement très minimes, des étoffes de soie d'un ispect remarquable, luxueux même. Par suite du )on marché obtenu, l'usage de la soie est allé en e « démocratisant ». Alors qu'autrefois les fabricants cherchaient uniquement à produire du beau, )our l'excellente raison que la soierie n'était de-nandée que par la clientèle riche, c'est surtout le )on marché qu'ils recherchent aujourd'hui pour 'article de grosse consommation. Mais, si, pour alimenter leurs métiers, les fabri-ants ont dû faire face à ces demandes de bon mar-ihé, il s'agissait aussi de maintenir la vieille répu-ation rie la Fabrique lyonnaise et de garder la su->rématie pour la haute nouveauté, les « grands fa-onnés ». La nouveauté attire les clients étrangers, urtout américains, qui sont de gros consommateurs Chacun sait, en effet, que tandis que Paris donne 'indication de ce qui serait susceptible de plaire et onsacre la mode, Lyon cherche, sinon du nouveau, lu moins un tissu qui par un retour aux étoffes l'ancien type, agrémentées soit d'une impression, oit d'un coloris nouveau, plaise par son originalité. Voilà pourquoi la Fabrique lyonnaise a abordé ous les genres, depuis les plus riches jusqu'aux tis-us les meilleur marché, depuis les plus lourds ve-:>urs, peluches, etc.. jusqu'aux mousselines et gazes. Pendant très longtemps, on peut dire pendant une ;rande partie du siècle dernier, les tisseurs ont ravaille à domicile. Après avoir occupé les hauteurs de Saint-Just, le ersant de la colline de Fourvières et les rives de i Saône, ils se sont cantonnés sur le plateau de la Iroux-Rousse qui longtemps retentit du battement es métiers. Parmi ces tisseurs ainsi isolés, se trouaient de véritables artistes : c'était l'époque où l'on 'i briquait lentement, mais aussi où l'on ne faisait ue du beau. Depuis la vulgarisation de la soie, il a fallu transarmer cet outillage petit à petit, les « canuts » ont isparu de la Croix-Rousse tandis que dans les en-irons de Lyon s'élevaient de grandes usines de tis-age mécanique qui fabriquent plus vite et à bien îeilleur compte. Les quelques rares tisseurs à domicile qui subsistent encore sont très recherchés par uite de la recrudescence de la demande pour les eaux façonnés. Aujourd'hui que les métiers ne suf-isent plus à la demande de ces genres, on voudrait ?s réorganiser : malheureusement les frais de pre-lier établissement sont relativement considérables t. les bons tisseurs hésitent à se réorganiser pour ne période qui pourrait bien n'être qu'éphémère, •'ailleurs, par suite du temps d'arrêt subi dans le ssage à domicile, les bons ouvriers sont devenus •ès rares. On étudie à l'heure actuelle les moyens e remédier à cet état de choses en donnant, par xemple, aux tisseurs une prime de premier établis-sment.INFORMATIONS FINANCIÈRES Bruxelles, 22 novembre. — L'activité des derniers >urs de la semaine s'est quelque peu calmée ; les •ansactions sont même relativement calmes auiour-'hui.Les ordres se concentrent principalement sur nos si i tes et lots de villes, dont les prix se maintiennent leur niveau antérieur, soit Bruxelles 1905, 6^41/2 et t 3/4 ; Anvers 1887 vers 76 1/2; Liège 1905 60 1/2; Gand 60, etc. Des propositions d'affaires également en ifférents types de Crédit Communal et d'annuités, lais sans transaction définitive. Des demandes aussi en obligations industrielles. En actions bancaires, il y a encore acheteur en ociété Générale, dans les environs de 5250 et même a-delà. Les tramways sont assez bien travaillés. La capi-1 et la fondateur Barcelone vers 105 et' 1025 gar-snt de bonnes dispositions. La dividende Buenos-yres est à 37 1/2 environ et la dividende Espagne lectrique resté recherchée. Aux métallurgiques, notons le prix de 2400 pour la niéprovienne. Les bons titres charbonniers sont demandés, mais tns affaires. . En Union Minière on est en nouveau progrès à 755," la Tanganyika fait de 411/2 à 42, la Katanga vaut 1300, la Barcelona gagne encore quelques points à 62 1/2 et la Braziiian Traction est très ferme à 327 1/2. 11 y a vendeurs d'actions China Coppér à frs 335 et Union Parisienne à frs. 575 et acheteurs de rente Extérieure Espagne 4% à 86,50, rente russe 3% de 1896 à 85,75, Rio Tinto 1525. Sans cote obligations Tramways Madrid Espagne et Action Société Energie. COURS DU CHANCE Rotterdam, 23 novembre. — Londres, fl. 11,16 3/4 ; Berlin, fl. 47,62 1/2 ; Paris, fl. 40,22 1/2. Amsterdam, 23 novembre. — Londres, fl. 11,13 à fl. 11,23; Berlin, fl. 47,40 à fl. i7,90 ; Paris, fl. 40 à fl. 40,50 ; Suisse^ fl. 44,25 à fl. 44,75. ACTIONS OURO-PRETO On désire acheter actions de cette société. Indiquer prix et quantité sous initiales A. O. bureau journal. Société du Canal de Suez. — Ce n'est que dans les premiers jours du mois prochain que le Conseil d'administration de la Société pourra fixer le quantum du dividende afférent "à l'exercice écoulé. Le Syndicat russe du fer « Prodameta ». —La demande en fer travaillé augmente régulièrement en Russie. Les ordres du Syndicat Prodameta, pour le moid de septembre, dépassent ceux du même mois de l'année dernière de plus de 15 millions de pouds. Le relevé suivant donne une idée des ordes pour les neufs premiers mois de 1915, comparativement au même terme de 1914 : 1914 1915 (En millions de pouds) Fers plats 21.72 11.16 Poutrelles, etc 10.83 9.57 Fer façonné 42.86 44.63 Rails lourds 11.65 25.74 L'augmentation existe donc suit v,n en rails, dont le chiffre est plus que doublé. Rien d'étonnant, dans ces conditions, à ce qu'il y ait de nombreuses demandes en valeurs métallurgiques russes. En ces derniers jours, nous avons remarqué des transactions en hausse en actions Toula, Dniéprovienne et Estampage du DOnetz. Banque de Chine. — La Banque de Chine va augmenter son capital de 50 millions de francs, moitié par émission publique, moitié par cessions gouvernementales de terrains et de mines. Au Stahlwerksverband. — La grande Association des Aciéries allemandes semble subir une crise. En effet, deux des principaux signataires de la convention : la firme Thyssen, fortement intéressée dans Sauibre et Moselle, et la Deutsch-Luxemburgische, viennent de faire savoir qu'ils ne renouvelleront pas leur adhésion. Vers la fin mars 1916, ces deux importantes entreprises reprendront donc leur liberté d'action. Plantations Fauconnier et Postn. — Assemblée générale du 17 novembre. — La récolte de 1914 est en nouvelle, progression ; elle a atteint 95.000 kilos, ce qui a produit net 520.369 fr. 02, soit un prix moyen de vente de fr. 5,16 par kilo. Le prix de revient par kilo ne dépasse pas fr. 3,45 ; le rapport fait entrevoir une diminution de ce prix. Le -marché du caoutchouc a été fermé à Singapo-re pendant quelques semaines après la déclaration de guerre, et jusqu'en décembre les ventes se sont effectuées dans de mauvaises conditions. Ce n'est qu'à partir de janvier 1915 que la société a pu user de la faculté du marché européen ou du marcé local. L'exploitation des plantations* a été normale. La direction a introduit partiellement le système de la saignée tous les deux jours ; elle en attend de bons résultats pour l'avenir. La situation financière, qui était gênée l'année dernière s'est visiblement améliorée. La société dispose même actuellement d'un capital liquide d'une centaine de milliers de francs. D'autre part, les bénéfices sur produits ont atteint 195.890 fr. 64, ce qui fait avec le report à nouveau de l'an passé 425.475 fr. 31. Néanmoins, le Conseil propose à l'assemblée de porter, après déduction des frais généraux, cette somme à divers amortissements. L'assemblée vote le bilan tel qu'il est présenté et donne décharge au Conseil. Abattoirs et Marchés d'Anderlecht-Cureghem, société anonyme, à Anderlecht. — Bilan au 30 juin 1915. Balance par compte amortissements francs 72.611,35. Papeteries de Rhode-Saint-Genèse, Anciens établissements Demeurs frère et sœurs, société anonyme, à Rhode-Saint-Genèse. — Bilan au 30 juin 1915. Solde débiteur, frs 52.243,73. Amidonnerie royale, anciennement F. Heumann et C°, société anonyme, à Anvers. — Exercice 1914-1915. — Bénéfice net : frs. 254.026,14. Société industrielle et minière de la Hesse, société anonyme, à Anvers. — Bi.lan au 30 juin 1914. — Exigible : créditeurs : frs. 75.175,95. Baiik van Sinte-Mariaburg, société anonyme, à Sa inte-Mariaburg. — Bilan au 31 décembre 1914. Solde créditeur : frs 51.809,51. Belgische Levensverzekeringmaatschappij Ant-verpia », société anonyme, à Sainte-Mariaburg. — Bilan au 31 décembre 1914. Solde créditeur : 1.500.000 francs. Rustoord, société anonyme, à Sainte-Mariaburg. — Bilan au 28 février 1915. Bénéfice exercice 1914-1915 : frs 5.339,44. Sint-Michel, société anonyme, à Stiinte-Mariaburg. — Bilan au 15 septembre 1914. Solde créditeur : 3.193 frs 40. Transportmaatschappij van Sinte-Mariaburg, société anonyme, à Sainte-Mariaburg. — Bilan au 31 décembre 1914. Perte, f$s 12.206,37. Grosses Forges et Usines de La Hestre, société anonyme, à Haine-Saint-Pierre. — Bilan au 30 juin 1915. — Créditeurs : frs. 1.357.669,11. Charbonnages du Pays de Liège, société anonyme, Aux Awirs. — Bilan au 30 juin 1914. — Bénéfice d'exploitation : frs. 3.048,75. Bilan au 30 juin 1915. — Pertes d'exploitation : frs. 30.781,45. Charbonnage de Loneite, société anonyme, à Re- | tinne. — Bilan au 30 juin 1915. — Pertes sur compte charbon : frs. 43.199,44. Etablissements Fetu-Defize, société anonyme, à Liège. — Bilan au 30 juin 1915 (avant les amortissements). — Bénéfice de l'exercice 1914-15 : frs. 19.204,82 Papeterie Charles Gordinne et Fils, société anonyme, à Liège. — Bilan au 30 juin 1915. —Solde en pertes : frs. 8.746,98. Compagnie internationale des Pieux armés Fran-kignoul, société anonyme, à Liège. — Bilan au 31 mai 1915. — Bénéfice : frs. 17.471,41. Briqueteries et Cimenteries de Bruyelles lez-An-toing, société anonyme, à Bruyelles lez-Antoing. — Bilan arrêté au 31 août 1915. — Solde débiteur, frs. 55.936,89. ( Recherches minières de Lobbes et Environs, société anonyme, à Lobbes. — Bilan au 30 juin 1914. — Créditeurs divers : frs. 53.688,43. Charbonnages de Wérister, société anonyme, à Romsée. — Bilan dressé le 30 juin 1915. — Solde créditeur : frs. 123.388,48. La Commerciale jettoise, société anonyme, à Jette-Saint-Pierre. — Bilan au 31 mars 1915. — Solde cré- i diteur : frs. 829,72. J Le Coin de Feu, société anonyme, à ./ette-Saint-Pierre. — Bilan au 31 décembre 1914. — Produits des prêts hypothécaires : frs. 1.932,51. Moulins de Trois-Fontaines, société anonyme, à Trois-Fontaines (Vilvorde). — Situation provisoire dressée sous forme de bilan et arrêtée au 30 juin 1914. (après répartition des bénéfices). — Bénéfice de l'exercice 1914-1915 : frs. 217.109,12. Electricité G. Le Roy, société anonyme, à Anvers. . — Bilan de l'exercice 1914-1915, arrêté au 31 juillet ' 1915. — Bénéfice brut : frs. 5.767,48. I ASSEMBLEES DE SOCIETES Société anonyme du Pier de Blankenberghe. L'assemblée générale extraordinaire se tiendra le mardi 30 novembre prochain, à 4 heures de relevée, au siège social, 32, avenue Maurice, à Ixelles. Société anonyme des Grès, Marbres et Petits Granits d'Yvoir, à Yvoir lez-Dinant. — L'assemblée générale ordinaire sera tenue le samedi 4 décembre 1915, à 3 heures de relevée. Société anonyme des Bains de la Meuse. — L'assemblée générale sera tenue le lundi 6 décembre prochain, à 7 heures, boulevard de la Sauvenière, 12, à Liège. Société anonyme Couleurs et Outremers, à Jemep pe-sur-Sambre. — L'assemblée générale ordinaire se tiendra le lundi 6 décembre 1915, à 2 h. 1/2, au Grand Hôtel Grùber, à Charleroi. Société anonyme des Produits Chimiques et Salpêtre de Louvain. — L'assemblée générale ordinaire aura lieu le mardi 7 décembre, à 10 h. 1/2, au siège social, chaussée d'Aerschot, à Wilsele. Société anonyme des Etablissements Nonhoff. L'assemblée générale ordinaire se tiendra le mercredi 8 décembre 1915, à 11 heures du matin, au siège social, 3, rue Anneessens, à Bruxelles. Société anonyme de la Grande Carrière de Mai-sières. — L'assemblée générale ordinaire aura lieu le jeudi 9 décembre prochain, à 3 h. 30, chez M. Léon Delbruyère, rue de Nimy, 31, à Mons. Société Lainière Barcelonaise. — L'assemblée gé nérale ordinaire et extraordinaire se tiendra le jeudi 9 décembre 1915, à 4 h. de l'après-midi, à la Société Générale de Belgique, rue Royale, 34, à Bruxelles. Société anonyme des Produits du Liège. — L'assemblée générale ordinaire sera tenu le jeudi 9 décembre 1915, à 4 heures, au siège social, 14, rue de l'Association, à Bruxelles. Fabrique d'Ecrous Saint-Louis, société anonyme, à Monceau-sur-Sambre. — L'assemblée générale se tiendra le jeudi 9 décembre, à 10 h. 1/2, au siège social, à Monceau-sur-Sambre. Société anonyme de l'Ancre. — L'assemblée générale extraordinaire aura lieu le samedi 11 décembre 1915, à 11 heures du matin, au siège social, à Yille-sur-Haine.Société de Fonçage de Puits Franco-Belge, société anonyme. — L'assemblée générale ordinaire aura lieu le mercredi 15 décembre 1915, à l'heure statutaire, au siège social, 40, rue de Malines, à Bruxelles.Dette Diplomatique 3 °jo des Etats Unis de Vénézuéla EMISSION DE 1905 VINGTIEME AMORTISSEMENT Le Cbuncil of Fereign Bondholders et la maison de banque Lippmann, Rosenthal & Co sont prêts à recevoir des offres de soumission (Tenders) d'obligations de la susdite dette en vue d'effectuer l'amortissement conformément au contrat du 7 juin 1905. Toutes les offres doivent être adressées, sous pli cacheté, marque « Offre de Soumission » au Council of Foreign Bondholders, 17, Moorgate Street, Lon-don E. C., où elles seront reçues jusqu'au 30 novembre 1915, à 11 heures du matin. Les formules nécessaires qui contiennent tous les détails sont obtenables chez les soussignés et les établissements suivants : ANVERS : Banque d'Anvers ; Direction der Disconto Gesellschaft ; AMSTERDAM : Amsterdamsclie Bank ; Banque de Paris et des Pays-Bas, Succursale d'Amsterdam ; Wertheim & Gompertz ; BERLIN : Direction der Disconto-Gesellschaft ; BRUXELLES : Banque de Bruxelles ; Banque de Paris et des Pays-Bas, Succursale de Bruxelles ; Comptoir National d'Escompte de Paris, Agence de Bruxelles ; HAMBOURG : Norddeutsche Bank in Harrfburg ; PARIS : Banque de Paris et des Pays-Bas ; Comptoir National d'Escompte de Paris. Le 17 novembre 1915. Council of Foreign Bondholders, 17, Moorgate Street, London E. C. Lippmann, Rosenthal & Co, Amsterdam. Compagnie Sucrière de Tucuman SOCIETE ANONYME A BUENOS-AYRES Le coupan n° 4 de nos actions privilégiées sera payable par Mk. 48,-—, à partir du 30 novembre courant, aux guichets de la Banque d'Anvers, à Anvers, et de la Société Générale de Belgique à Bruxelles, ainsi que de ses Agences en Province. SERVICE REGULIER ET DIRECT entre Anvers, St-Nicolas, Lokeren, Gand, Bruges, Ostande, Blankenberghe, Heyst et tout le littoral BRUGES, GAND, ALOST ET BRUXELLES pour marchandises et petits colis J. SAEYS^DÉ CALUWÉ BRUGES Pour ANVERS s'adresser 45, Rue Nationale, 45, Départ tous les mercredis, à midi ROTTERDAMSCHE LI.OYD Prochains départs de ROTTERDAM vers les ports habituels des INDES NÉERLANDAISES S/S « MADIOEN » le 4 déc. (s. i.) S/S . MERAUKE » le 18 déc. (s. i.) S/S « DJEMBER » le 1 janv. 1916 (s. i.) Pour frets et tous autres renseignements, tels que ceux con-:ernant l'EXPÉDITION D'ANVERS, s'adresser aux Agents RUYS & CoM 9, Quai"Van Dyck, Anvers. ÎARL SCHROERS - VOSS & LANGEN (ARMEMENTS RHENANS) Forfaits pour toutes quantités et toutes destinations. En charge « VOSS & LANGEN 8 » Pour DUISBURG - RUHRORT 'our frets s'adresser 35, QUAI VAN DYCK, (Entrée rue Sanders,2)

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Anvers du 1858 au 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes