Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut

457 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 01 Mars. Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut. Accès à 25 mai 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/z60bv7bz9f/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Deuxième année N° 5 Mars 1916. PATRIE! Journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut. « Jamais une femme ne m'a parlé sur ce ton, dit le Roi. « C'est, reprit-elle, que vous n'avez jamais parlé à une Liègoise ». LES TRAITRES. Jeunes gens qui désirez rejoindre, méfiez-vous des individus dont les noms suivent : ce sont des traitres : GASTON DONNAU, sergent-major de l'armée belge, employé pendant le Siège d'Anvers à la Croix Rouge, a habité anciennement rue des Béguines, Anvers, habite maintenant rue Victor Driessens, 2, ANVERS. BOTY LOUIS, d'Eben-Emael (lez Cannes), passeur. THONET JOSEPH » » » BOTY JOSEPH etsafemme de Ste-Walburge (LIÈGE). PHIPHINE PAULO (dite encore Mimi Polo). DELIÈGE EMILE, cuisinier, recruteur, SPA. Ces gens opèrent par la ligne : Maghin—Herstal— Wandre — Wonck — Eben - Emael—Canne; ils vont drainer les recrues depuis Mons. Noms déjà cités dans nos précédents numéros : BORGERS, Avenue van Volxem 214, BRUXELLES. GEORGES BORGERS, 11, Boulevard du Souverain et 223, Avenue de la Chasse, BRUXELLES. DE COSTER (alias Meulenbach) BRUXELLES. J. OUDKERK, Boulevard du Hainaut, BRUXELLES. WASTRA, BRUXELLES. LESCRINIER, BRUXELLES. VAN HOFFEL, ancien sous-officier Belge, rue des Otages, 56, ANVERS. VERGAUWEN, Longue rue des Images, ANVERS. La peur de la Vérité. L'autorité allemande, voyant que ses perquisitions domiciliaires aboutissent à des résultats plutôt négatifs, vient de renforcer encore les mesures relatives aux imprimés non censurés. Elle procède aujourd'hui par intimidation préventive et menace d'un emprisonnement éventuel de trois ans et d'une amende pouvant atteindre 3.000 marcs « quiconque possède des imprimés, qui ont été soustraits à la censure. » J'imagine que la large diffusion qui a été donnée à la brochure « Les Evêques de Belgique aux Evêques d'Allemagne et d'Autriche-Hongrie » et au mémoire vengeur de Mgr. Heylen n'est pas étrangère à la publication du nouvel arrêté qui montre une fois de plus combien nos maîtres provisoires ont peur de la Vérité. Et nous qui venons de donner un « bon à tirer » pour 20.000 exemplaires du présent numéro ! Si chaque possesseur de notre journal doit casquer 3.000 marcs, cela porte notre tirage à 60.000.000 de marcs et le marc valant eu moins fr. 1.25, cela fait si nous ne nous trompons, soixante-quinze-millions de francs. Même au prix où est le beurre, c'est trop, von Bissing, c'est trop ! Tu vas nous rendre mégalomanes; notre prose ne vaut pas si cher ! P. S. On veut bien prévoir l'exonération des peines «si les circonstances prouvent que le détenteur n'est pas coupable »; ainsi cet officier teuton au manteau flottant duquel un écolier hardi avait l'autre jour délicatement épin-glé une Libre Belgique eut été acquitté. Merci pour lui ! Les Tribunaux de Campagne. Il parait que nous ne vivons pas sous un régime de terreur et que l'administration allemande en Belgique est au contraire un modèle de bienveillance et de justice. Voilà ce que prétend démontrer un récent avis de Monsieur von Bissing qui, à cette fin, fait état de l'activité des tribunaux de campagne dans le territoire du Gouvernement général. Il résulte des statistiques — nous voulons bien les admettre telles qu'on nous les produit — que, depuis leur installation jusqu'au 31 octobre 1915, les tribunaux de campagne ont prononcé 3.315 arrêts de condamnation et que le nombre des acquittements a été de 3.342, dont 492 par acquittement et 2.850, par arrêt des poursuites. La communication gouvernementale ajoute : « En présence de ces chiffres, d'où il appert que le nombre des acquittements dépasse celui des condamnations, les profanes eux-mêmes devront convenir que les tribunaux allemands rendent leurs arrêts sans aucun parti pris, en s'inspirant uniquement du droit et de la justice. Il n'est pas un seul jurisconsulte qui ne convienne que cette proportion pourrait passer pour très favorable, même en temps de paix, et qu'elle témoigne plutôt d'une juridiction relativement large que d'une application trop sévère, voire arbitraire, de la loi. » Non, mais pour qui nous prennent-ils donc ? Après nous avoir supposé le 2 août, à la remise de leur ultimatum, des traitres et, après la chute de Liège, des lâches, voilà qu'ils nous supposent des imbéciles ! Qu'une telle communication puisse impressionner les habitants d'un pays où la Verwaltung est l'alpha et l'oméga de l'univers, nous voulons bien le croire; mais nous sommes en Belgique, Messieurs, et la Belgique n'est pas un pays de casques à pointe, on y a l'habitude de lire entre les lignes. Les profanes y savent que vous arrêtez en masse sous le plus futile prétexte; vous inculpez de délits imaginaires des tas de gens aussi innocents que l'agneau qui vient de naître; pour un crime constaté vous mettez sous les verrous tout le quartier où il s'est commis. Quoi d'étonnant alors que le nombre de vos acquittements par arrêt de poursuites dépasse celui de vos con- ï ? C'est un devoir pour tout patriote de faire circuler ce journal auprès du plus grand nombre possible de lecteurs. Il est fait de ce numéro des distributions gratuites par les propagandistes.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut appartenant à la catégorie Clandestiene pers, parue à S.l. du 1915 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes