Votre recherche * a donné 2419 résultats

a-z index des titres
  • Frontbladen

Filtres

Sujet

Le football en temps de guerre: les Front Wanderers

Le football était un passe-temps populaire derrière la ligne du front. Les militaires jouaient une petite partie ou regardaient les matchs d’(anciennes) étoiles du football qui servaient maintenant dans les rangs. En Belgique inoccupée, on reproduisait des derbies autrefois populaires comme Anvers-Beerschot. Des sélections de ...

Journaux du front: le dernier lien avec le bercail ?

La majorité des soldats étrangers sur le front occidental pouvait assez facilement rester en contact avec la famille et les amis. Ils écrivaient et recevaient des lettres et certains profitaient de leurs permissions pour retourner un moment chez eux. La plupart des soldats belges ne le pouvaient pas. Ils étaient en effet coupés des leurs en ...

Un nuage mortel, la première grande attaque au gaz en Belgique

Le 22 avril 1915, les troupes franco-britanniques prirent peur lorsqu’elles virent un nuage jaune s’approcher de leurs lignes entre Steenstrate et Langemark. Lorsque le nuage atteignit les soldats, ceux-ci furent pris de violentes et douloureuses quintes de toux et leurs yeux se mirent à brûler. Cette première attaque à grande ...

La frontière sous tension, la clôture frontalière entre la Belgique et...

La zone frontalière entre la Belgique occupée et les Pays-Bas neutres devint vite un paradis de la contrebande. Le trafic de lettres, d’informations militaires et de denrées alimentaires foisonnait. Les jeunes désireux de rejoindre l’armée belge y traversaient également la frontière. Au printemps 1915, les troupes allemandes ...

Le tourisme en temps de guerre

Juste avant la Première Guerre mondiale, le tourisme connut une première démocratisation. Il n’était plus uniquement réservé aux plus riches, la classe moyenne aisée pouvait également s’offrir un voyage de temps à autre. Lorsque la guerre éclata, le tourisme en Belgique occupée fut dans un premier temps totalement paralysé. ...

Dépasser les bornes: La frontière avec les Pays-Bas

Dès le début de la guerre, la frontière avec les Pays-Bas neutres bourdonnait d’activité. Presque immédiatement après l’occupation, les autorités allemandes fermèrent la frontière avec du fil de fer. Les Allemands voulaient empêcher les volontaires de guerre belges d’atteindre le front par les Pays-Bas et enrayer la ...

Quatre années de fuite

La Première Guerre mondiale initia un flux massif de réfugiés. Au moins 500 000 civils belges, plus de 7 % de la population, passèrent les quatre longues années de la guerre à l’étranger.    Poussés par des histoires épouvantables et la progression de l’armée allemande, des millions de Belges fuirent leur ...

Une ambiance de Noël ternie

En 1914, le premier Noël au front se déroula dans une ambiance particulière. Au début des hostilités, les soldats avaient espéré une guerre courte. Ils s’attendaient à être rentrés chez eux depuis longtemps pour Noël et étaient surpris de se trouver encore dans les tranchées. Chez de nombreux soldats, il fallait donc chercher ...

Vœux de bonne année et coups de fusil

Après la trêve de Noël spontanée de décembre 1914, une nouvelle fraternisation entre les belligérants n’enchantait pas le commandement de l’armée. À la Saint-Sylvestre et le jour de l’an, des coups de fusil et des grondements de canons retentirent comme d’habitude. Certains soldats essayèrent quand même de donner ...

Emile Verhaeren

Avant la guerre, Émile Verhaeren (1855-1916) était un illustre auteur symboliste. En tant que Flamand francophone, son œuvre reçut un accueil chaleureux en francophonie. Verhaeren devint une personnalité mondaine avec un vaste cercle de connaissances dans le milieu culturel international. Il se lia d'amitié avec le roi Albert Ier et la ...

Le 11 juillet 1917 – Le frontisme s'adresse au roi

Dès 1915, les intellectuels catholiques prirent des initiatives sur le front pour préserver les soldats de la crise des valeurs et des tentations (sexuelles). Par le biais de cercles d'étude, d'associations de prières et de clubs de football, ils proposaient une détente organisée « adaptée ». Les initiateurs ...

Une pinte de sirop et de féveroles

La plupart des activités en Belgique souffrirent cruellement pendant la Première Guerre mondiale. À l'exception des brasseries derrière le front en zone inoccupée qui se frottaient les mains. La population de cette région avait en effet explosé pendant les années de guerre. Derrière le front séjournaient non seulement des soldats ...

Pages