Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front

1056 0
01 december 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 01 December. Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front. Geraadpleegd op 26 augustus 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/8w3804zf28/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Directeur : \ V.-VINICIUS MARTIAL j D 40 Armée Belge | La correspondance relative j | à la Rédaction et l'adminis- j : tration doit être adressée à ■ j M. V. De MAESSCHALCK, j j secrétaire, 1™ Cie, C. 83. A. B. C. : ■ Les Manuscrits non insérés ■ : ne sont pas rendus. Reproduction interdite sans ■ ■ citer la source î Trésorière et Secrétaire générale : ! Mme M. HOUZÉ ■ 19, rue Turgot, Paris-9e ■ BULLETIN des Gens de Lettres et Artistes Belges du Front ORGANE PÉRIODIQUE PERMIS PAR LA CENSURE lre Année N° de Décembre 1917 j Abonnements de soutien fr. 5,00 ! 6 fascicules fr. 3,00 j Poste : port en plus Militaires : franchise postale | (S. P. A. B., n° 9698 R.) j .dMMAÎRu 'L»U h ASC. > — lies Écrivaxrs bélgos et la Guerre, par V.-/rKteius Martial. —En souvenir d'Emile Y«rlu a, V.-V. M. — L'Union sacrée, par Fritz Francken. — La Reine par Maria Biermé. — La Littérature flamande au front, par Georges Yelter. —L'Ame de Belgique — L'Ame de France, par André Fontaine.^a¥>rière pour elles... — Les Coquelicots, par Georges Van Melle. — Matin sur mer, par Marcel Wyseur. — Chant funéraire, par Robert Vivier. — Des rapports entre auteurs et éditeurs, par V.-V. M. — Statistique. — Bibliographie. — « L'Invalide Belge », Le Bulletin. — Notules. Les Eerivains belges et la Guerre m « C'est aux fruits qu'on juge d'un arbre ! »,disait sentencieusement l'aïeul maternel quand il m'arri-vait de commettre quelque espièglerie d'écolier. « L'arbre qui n'est pas bon est jeté au feu. » C'était sa façon de juger au pire. Il savait ainsi atteindre la corde sensible. Je dois à mon grand-père, dont me sourira toujours de l'au-delà l'âme forte et calme comme les -1-V ' • !■. '• ' > é-tei nelle. C'était un vieiliard plein de bon sens. L'un de cette race de Belges qui dut se remettre de la secousse de 1830 et des avertissements de 1870. II avait pour m'enseigner son expérience des inflexions de voix d'une douceur telle que, seul, un Maeterlinck pourrait les-analyser. Sa philosophie de petit vieux désabusé devant les aspirations de la jeunesse d'avant-guerre ne laissait pas de produire en moi de profonds réflexes et ses sentencieuses paroles me donnèrent une connaissance des hommes et des convictions profondes. « Tout homme, disait-il quelques jours avant sa mort, doit employer sa vie à être le plus utile à son semblable. Chacun doit être droit, serviable et juste, même si l'injustice l'accable et s'il souffre. » Tout le monde sait cela d'instinct, mais tout le monde ne s'applique pas à être droit, serviable et juste, parce qu'il oublie trop facilement les grands devoirs du citoyen que résume un bien beau mot: civisme. — Est-ce ma faute? s'écrie M. Tout-le-monde. — Non, c'est dans le caractère même de l'époque passée ! C'est l'enseignement contemporain qu'il faut incriminer.Lesquels de mes huit cents premiers lecteurs peuvent me dire à brûle-pourpoint qui les Belges battirent à Woeringen en 1288? Qui d'entre nous connaît les paroles textuelles de notre chant national? Lequel enfin ne se laisse pas grossièrement tromper par les apparences tendancieuses de certains périodiques belges dont le désir est de brouiller plutôt qu'éclairer les cerveaux français quand ils façonnent l'histoire des guerres fla mandes ; lequel connaît la vie, l'œuvre et la mort d'un de nos historiens pour ne citer que celui-là : Godefroid Kurth ?... La belle et généreuse pensée du vieillard, trop proche de la vérité éternelle pour tromper, est une source d'inspirations suggestives bien supérieure à la subconscience que l'on prête à ceux qui vivent de lyrisme. Elle me fait dire avec foi et sincérité, en considérant les maux qui courbent aujourd'hui dans la repentance l'âme des peuples saisis par l'immuable vérité, que la jeunesse contemporaine, réfléchie et studieuse, instruite par l'expérience d'une guerre longue, coudoyant à chaque .heure une humanité^. : :r,n.- v,).: s, pxiv f '■ .nftrtfâ. iim n.aTs- * mûrie par l'exil, formée supérieurement par l'obéissance et la discipline obligatoires est entraînée à gravir les sommets de la vie utile et bonnement nouvelle, à la droiture, à l'esprit de justice, à la sincérité, même si, pour ces qualités naturelles elle doit souffrir les vexations et l'injustice des inintelligents.Quel est celui d'entre vous,' jeunes gens, soldats comme moi, qui me donnera tort ? Cette jeunesse est prête à continuer la lutte par besoin, avec calme et sang-froid pour rendre à la Belgique son essor de jadis, son opulence et la doter de vertus nouvelles. « La paix signée, et même dès ce jour, voici nos deux mains fortes, voici nos cœurs qui les dirigent. Que devons-nous faire pour agir d'accord ? » Tels sont leurs desseins généreux. ' —La jeunesse est-elle prête à suivre les enseignements de la fraîche expérience?— Oui, puisqu'elle demande ses voies. Si on ne les lui donne? Elle se dirigera elle-même au risque de se perdre ou de rétrograder. Aux éducateurs, aux écrivains, aux moralistes, aux économistes revient la mission de lui donner l'essor du premier élan,d'indiquer la direction et de maintenir au-dessus des contingences, des lassitudes passagères son âme et son cœur nobles et clairs, précieux par leur jeunesse souffrante. A eux de lui préparer les voies en militant pour elle et par elle, de s'ingénier à trouver les routes droites pour aboutir à ce grand renouveau qu'elle appelle comme le bienfait du siècle. A eux de la défendre contre les morsures des vipères tapies dans les feuilles mortes qui jonchent son chemin. « C'est aux fruits qu'on juge d'un arbre ! » Et les fruits sont merveilleux, l'arbre est prodigue de sève, il faut y veiller, les entretenir avec persévérance, abattre tout ce qui leur cache le Royal Soleil qui les mûrit, détruire les vieilles ronces qui vivent sous leur ombre propice. L'énergie, la volonté et la valeur morale de la jeunesse sont les principes actifs de la nation. C'est elle qui dispose de l'avenir et de la valeur des générations f-nure*. ~ . .Nui rrtSs. "pt\»S puî&tirrqu-o.1;. peupi^L,-. îic.i' entre ses mains robustes les foudres de l'activité. 11 hypnotise, il entraîne, il prévoit, il domine et s'impose. S'il est noble, s'il a de la race, il n'use pas de sa force pour affaiblir le plus petit et l'étouffer ensuite, mais il le protège et le soutient. Nul n'est plus grand qu'une nation qui subit stoïquement l'adversité et se prépare dans l'exil et la guerre, saignante encore, plus forte, plus grande, victorieuse et libre comme l'espace, à rétablir ses foyers dévastés sur ses anciens et nouveaux domaines, prête encore à soutenir de nouvelles luttes s'il le faut. L'ère faible du « roseau pliant » s'est étiolée sur le monde comme la fleur piétinée. Il faut vivre ou mourir et pour vivre il faut s'aimer. L'avenir est à la force magnanime issue de l'accord parfait, et jamais nous n'avons porté avec tant de fierté, de force et de gloire notre devise nationale : « L'union fait la force. » Et quelle force ! Quelles réserves pour aujourd'hui et demairr mises au service d'un Roi sage entre les sages. Lequel de nosjeunes gens doit ignorer que nous sommes aux marches boréales de la Gaule, boulevard des nations, trait d'union osmotique, barrière ouverte ou fermée ? Indépendamment de notre vie nationale nous sommes tout à la fois. Malgré les influences d'un tel commerce, tous tant que nous sommes devons cultiver en nous, pour notre propre sécurité, l'amour profond de la Belgique et des libertés séculaires qui font glorieuse notre histoire. 29 Cinquième fascicule ;. 50 Centimes

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front behorende tot de categorie Culturele bladen. Uitgegeven in Paris van 1916 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes