De Belgische boekbinder: officieel orgaan van den Landelijken Boekbindersbond

172 0
15 januari 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 15 Januari. De Belgische boekbinder: officieel orgaan van den Landelijken Boekbindersbond. Geraadpleegd op 25 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/1z41r6np7t/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Officieel Orgaan van den Belgischen Centralen Boekbindersboud (Boekbinders, enz., Doozenmakers en aanverwante vakken) Opstelraad : VOLKHUIS, Jozef Stevensstraat, BRUSSEL administratie ; Gerechtshofstraat, 16, ANDERLECHT (Brussol) De in het blad te verschijnen artihels moeten ten laatste den 5de van iedere maand aan den Opstelraad toekomen. Organe officiel de l'Union Centrale des Relieurs Belges (Relieurs, etc., Cartonniers et parties similaires) Rédaction : MAISON DU PEUPLE, rue Joseph Stevens, BRUXELLES ADMINISTRATION = Rue du Prétoire, 16, ANDERLECHT (Bruxelles) Les articles à insérer dans le journal, doivent parvenir à la Rédaction, au plus tard le 5 de chaque mois. NOS DROITS SYNDICAUX EN DANGER Dans le journal du mois de novembre, en des termes bien précis et bien clairs, sous le titre « Désorganisateurs », le camarade Pladet a démontré et dénoncé le but secret que des patrons bruxellois de l'Industrie du Livre poursuivirent en soumettant leur fameuse « Convention-Tarif » aux délibérations des organisations ouvrières. Il a signalé que ce but n'était autre que de détruire nos vieilles organisations, en commençant par atténuer leur force par la reconnaissance de l'organisation jaune de la rue du Boulet. Nous avons tenu à rappeler cela parce que nous sommes obligés d'entamer une nouvelle lutte contre un attentat du même genre. Mais, cette fois, le projet ne vient pas des patrons bruxellois; il n'est pas dirigé contre la Fédération du Livre de Bruxelles, non, c'est de plus haut qu'il nous vient, il sort du Ministère du travail et vise toutes les organisations ouvrières du pays entier. Il s'agit de l'odieux projet que le ministre Hubert a déposé à la Chambre, projet dont un des principaux éléments est de vouloir faire aplanir par la conciliation obligatoire tous les conflits qui pourraient surgir entre patrons et ouvriers. Quoique presque tous nos militants syndicaux soient partisans de prévenir tout conflit et d'employer tous les moyens possibles pour solutionner les différends par la conciliation, ils estiment qu'il est totalement impossible d'accepter le conseil d'arbitrage obligatoire. Au moment où le fameux projet Hubert fut connu, toutes les organisations syndicales sérieuses se sont émues et immédiatement elles ont commencé la lutte pour en empêcher le vote par la Chambre. La résistance est unanime dans les organisations affiliées à la Commission Syndicale et chez les chrétiens même, le projet n'a pas eu un accueil favorable, à te! point que celles de ces organisations qui se sont déjà prononcées sur le projet veulent avant d'y adhérer qu'il soit modifié de fond en comble. Chez les patrons aussi, il n'a pas de chance de réussite, mais ici ce sont naturellement d'autres raisons qui guident ces sentiments hostiles; les patrons souhaitent simplement que toute grève soit interdite par la loi. La presse en général, excepté quelques journaux ultra-réactionnaires, combat avec beaucoup d'énergie le projet Hubert. Le bureau de la Commission Syndicale, ému de la machination contre le droit d'association, a fait un examen préliminaire de la question. Il a édité une brochure dans laquelle le projet est analysé dans tous ses détails et où sont exposés les nombreux arguments qui doivent nous stimuler à combattre et à faire rejeter l'œuvre destructive du ministre Hubert. Pour enseigner les militants des organisations ouvrières, la Commission Syndicale a organisé une réunion extraordinaire le 25 décembre dernier. A cette séance, la condamnation du projet a été prononcée par tous les délégués des fédérations et centrales nationales. Dans des termes nets, qui révèlent une connaissance très étudiée de la question, le camarade Jacquemotte a fait le procès du projet Hubert et a engagé l'assemblée à résister de toute sa force et par tous les moyens dont disposent les organisations syndicales aux fatales intentions de M. Hubert. Tous les orateurs qui suivirent furent d'accord pour demander aux dirigeants des syndicats que • cette question soit continuellement tenue à l'ordre du jour des délibérations des organisations. L'assemblée fut unanimement de cet avis, et c'est pourquoi nous faisons un pressant appel aux membres de notre Centrale afin qu'ils se joignent aux autres ouvriers pour mener la lutte. Nous invitons les Comités de nos sections à se préoccuper de suite de la question ; qu'ils se procurent la brochure éditée par les soins du bureau de la Commission Syndicale ; qu'ils l'étudient à fond afin de pouvoir, en connaissance de cause, discuter le projet dans leurs assemblées, et afin de pouvoir éclairer leurs membres sur le but et les tendances de la proposition. Dans un prochain article, nous discuterons le projet même dans ses détails et nous démontrerons pourquoi nos syndicats doivent employer tous les moyens pour empêcher les vœux du ministre réactionnaire à se réaliser. Dans les sections de la Chambre des représentants, le projet a d'ailleurs déjà subi un enterrement de première classe, et tout semblait montrer que nous n'aurions plus rien à craindre, mais rien nous assure que tôt ou tard qu'il ne sorte des cartons sous un autre aspect. Donc, camarades, soyons en garde. Une lutte bien préparée est à moitié gagnée. Si nous restons indifférents, si nous nous contentons de rester spectateurs, peut-être aurions-nous plus tard à regretter notre indifférence et nous aurions à en payer les conséquences. N'oubliez pas que les adversaires de la classe ouvrière ne se reposent jamais et profitent de toute occasion pour tenter de nous dominer davantage, C'est pourquoi, camarades, encore une fois, en garde, au travail, à la lutte. Jos. Van Staeyen. Onze Syndikale Rechten IN GEVAAR In ons blad vanNovemberl.l.,heeft gezel Pladet in duidelijke termen onder titel « Afbrekers » klaar aangetoond welk heimelijk doel de brussel sche patroons der druknijverheid nastreefden door hun ontwerp « Tarief Overeenkomst » aan de werkers organisaties te willen opdringen. Klaar heeft hij uiteen gezet dat hun doel enkelijk was onze oude organisaties uiteen te rukken, orn alzoo vrij spel te hebben tegenover hunne werklieden. Hetgeen ons genoopt heeft dit hier te herin-neren, is omdat we opnieuw er voor staan de strijd te moeten aanbinden om dergelijk afbrekers werk te bekampen. Doch dezen keer gaat het ontwerp niet uit van Brusselsche patroons en is niet alleen gericht tegen de Brusselsche Federatie van 't Boek, neen nu komt het ontwerp van hoogerhand en gaat uit van het ministerie van arbeid en is gericht tegen aile werkers organisatiën van het heele land. Ik bedoel hier het hatelijke wetsontwerp door £ '9me ANNÉE. — No 1. 10 CENTIMES BRUXELLES, 15 JANVIER 1914,

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks De Belgische boekbinder: officieel orgaan van den Landelijken Boekbindersbond behorende tot de categorie Vakbladen. Uitgegeven in Brussel van 1906 tot 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes