Journal du Katanga

833 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 21 April. Journal du Katanga. Geraadpleegd op 23 mei 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/gf0ms3mr0v/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

4me année 9.1 avril 1914. 7\To 1 a JOURNAL DU KATANGA PRIX DES ANNONCES : la lign Correspondance Fr. 5,0' Demandes d'emploi » i,o Offres diverses » 2,0 Feuille hebdomadaire paraissant le mardi i Le Numéro : 50 Centimes. i ADMINISTRATION : Avenue du Sankuru, i Élisabethville (Katanga) Congo Belge. PRIX DES ANNONCES: la lig Faits divers (fin) Fr. ^s,c Faits divers (corps) » / 330 Maisons à vendre ou à louer » j io ^our les pays faisant partie de l'Union Postale : UN AN FR. 25.00 SIX MOIS » 15.00 TROIS MOIS » 8.75 UN MOIS » 3.35 AVIS L Administration du Journal du Katanga informe ses abonnés et lecteurs de ce que les fonctions de Rédacteur en chef seront exercées intérimairement par M. S. DANSE, pendant le congé que l'Administrateur-délégué va passer en Europe. Toutes les communications relatives au Journal devront être adressées, à dater de ce jour, à M. S. Danse, Directeur de la Société Générale Sud-Katanga. avenue du Sankuru, Élisabethville. Les Roches du Katanga iii Considérations géologiques sur la région Est du Congo. Dans les articles précédents, nous avons parlé de la formation des terrains primitif et ar-chéen, de l'attaque de ces terrains par les eaux qui-se sont déposées à la surface de la croûte formée, ainsi que de la naissance des plissements dus à des bouleversements dynamiques d'ordre interne. La plupart des géologues sont d'accord pour reconnaître, qu'au début de l'Ere primaire, 'es hauts plateaux du Sud-Katanga avaient déjà émergé des eaux; cet émergement était dû à un surélève ment de la croûte solide, provoqué par un affaissement d'une autre partie de cette même croûte, (encore suffisamment élastique), sur le noyau central. A ces grands mouvements dynamiques du début de l'Ère primaire, ont succédé d'autres plissements de telle sorte que,à la fin de l'Époque primaire, la partie orientale de notre Colonie était constituée par un relief montagneux très important bordant la cuvette centrale. Le Sud-Katanga et la région de l'Est sont donc supposés être de l'Ere primaire et conséquemment d'origine très ancienne. A noter : i° que les affleurements'de granité que l'on peut voir, au Sud de Kasenga, sur le Luapula, aux chutes Johnsson, entr'autres, doivent très probablement appartenir aux masses granitiques du système des Kunde-lungu, que recouvrent des conglomérats, des calcaires, des schistes et en dernier lieu des couches sensiblement horizontales de grès rouges feldspathiques, et 20 que les monts Kundelungu forment, somme toute, le pro-lont, ment vers l'Est, des régions élevées du Sud-Katanga. Nous avons également rencontré sur les monts de la Manika, ces grès rouges feldspath, iques et ces schistes, ce qui serait de nature à classer ces roches et ces terrains dans le même groupe géologique, au point de vue de leur formation, de leur âge. Ces Qrès rouges feldspathiques ne renfermant pas de mica, seraient donc du granité ré-généré, que l'on pourrait encore considérer comme de l'arkose sans mica. Ils pourraient peut-être être judicieusement classés dans le sys-tème dévonien inférieur appartenant au début de l'Ere primaire. Les poudingues et les conglomérats que l'on rencontre également dans toute la région duTan-ganika et la vallée de la Lukuga sont des cailloux siliceux cimentés par une pâte. Certains auteurs, M. Hock, entr'autres, croient que ces grès rouges des Kundelungu sont d'Age carbonifère ; cela prouverait que le plateau de la Manika serait également du même âge. Et voilà comment certains géolognes affirment, que depuis le Carboniférien, la partie Est (Kundelungu) est complètement sortie des eaux. Ils se basent, pour cela, sur le fait caractéristique que, jusqu'à ce jour, les géologues, ingénieurs et prospecteurs n'ont pas découvert des roches sédimen-taires plus récentes que les grès dont il a été fait mention plus haut. Ainsi donc le Sud-Katanga aurait d'abord émergé de la mer centrale, puis la région des Kundelungu et enfin la chaîne des montagnes de l'Est, depuis le Moëro jusqu'aux sources du Nil. Pour ce qui est de la partie orientale, il y a encore eu par la suite, dans cette région surélevée, montagneuse, des mouvements dynamiques assez intenses; mais comme l'affais-! sement de la croûte solide sur le noyau incandescent, dont elle était séparée, ne pouvait plus se faire sans cassure et ce, par suite du manque d'élasticité de la partie contractée, des fractures, des fissures, dirigées'sensiblement Nord-Sud, sont nées dans cette région et ont donné la série des Lacs: Moëro, Tanganika, Kivu, Edouard, Albert. C'est ce que l'on appelle en Géologie des «failles» se produisant sous l'influence d'un phénomène de contraction quand l'élasticité des roches ne permet plus un simple plissement. Pour ce qui concerne le Tanganika, une première faille a été accompagnée d'une, autre plus importante qui a donné à cette mer intérieure les grandes profondeurs décelées par la Mission Stappers. Les failles de cette région comme celles rencontrées dans la vallée de la Lukuga, sont des «failles normales», c'est-à-dire qu'elles ont été produites par des tassements, des effondrements, sans pression bilatérale sensible, autre que celle produite par la réaction mutuelle des massifs failleux eux-mêmes. On vient de se heurter, dans l'exploitation des couches de charbon de la Géomine, à une faille normale. S'il est vrai que dans une exploitation minière, la présence d'une faille est une complication, au point de vue pratique, 011 peut dire que cette perturbation n'en est pas une à proprement parler puisque les ingénieurs, sachant à quelle faille ils ont affaire, il n'y a guère de difficultés pour eux à diriger leurs recherches afin de retrouver la couche perdue (faille de remplissage) ; et comme le chemin de fer des Grands Lacs (troisième tronçon) n'arrivera très probablement pas au Tanganika avant l'année prochaine, les ingénieurs auront depuis longtemps commencé l'exploitation de la couche au-délà de la faille, quand le rail arrivera au kilomètre 260. Disons quelques mots du combustible de la Géomine, celui de l'avenir très proche. Les gisements sont disposés en couches stratifiées, dont la hauteur très variable, atteint à certains endroits plus de 2 mètres. Cette houille doit appartenir au Permo triasiqu'ï (Permien est d'Age primaire et leTriasique considéré par certains géologues d'Age Secondaire inférieur). C'est pendant la période permienne qu'on retrouve,ici en Afrique, les fougères et les conifères; or, il nous a été donné de voir un fossile dont l'empreinte naturelle constituait un moule externe d'une feuille de fougère ; il est presque certain, dès lors, que la matière organique végétale a disparu, par suite de la compacité de la roche, et qu'il reste un moule externe. Est-ce une houille à fougères ou à conifères? Les autres découvertes paléontologiques sur la Flore fossile seront de nature à préciser davantage et à diriger, avec plus de certitude encore, les investigations dans d'autres régions de la province qui présentent des caractères géologiques et paléontologiques similaires. Ce charbon est dû, je pense, à l'action indirecte des végétaux, provenant de la sédimentation de C02 de l'atmosphère, laquelle sédimentation est elle-même due à une décomposition incomplète, une putréfaction des plantes après leur mort, à l'abri de l'air (sous eau). jT» roches encaissantes et supérieures sont des schis^s et des grès rouges. Voici d'ailleurs comment le., terrain se "présente ; tout d'abord, des grès rouge-brique, grossiers, dont la couleur provient presque certainement de ia présence de peroxyde de fer dans le ciment; dans ces grès, des espèces de poudingues. Ces grès appartiennent, je crois, au Permien. Au-dessus, des argiles bariolées, et d'autres grès bigarrés, bruns surtout, avec des schistes fossilifères, dans lesquels est intercalé le combustible. Les meilleurs gisements, pour le moment, sont les gisements affleurants du ravin fortement creusé de la Nikuha, situé au km 259. C'est d'ailleurs de cet endroit que l'on a extrait, lavé et trié le charbon qui a servi à l'essai : du chauffage des locomotives et dont les résultats ont été des plus satisfaisants pour 11e pas dire davantage. Ce charbon doit avoir, à l'état sec, un pouvoir calorifique variant de 65oo a 7000 calories et nous a semblé être une espèce de car.ne!-coal ou houille demi-grasse à gaz, devant être emplovée en couches peu épaisses. (Nous en reparlerons dans le prochain article). Ces couches de faible inclinaison, sensiblement horizontales, se rattacheraient donc par le triasi-que supérieur à celles du Lualaba, lesquelles seraient d'après M. Cornet très épaisses ; les plis loualabiens auraient, toujours d'aprèslemême auteur, sensiblement la direction du Nord-Est au Sud-Ouest. M. le commandant Gendarme nous faisait re. marquer, avec raison, que les lacs qu a formés le «Graben» central africain, sont tous reliés deux à deux et forment, peut-011 dire, l'un: le réservoir régulateur et l'autre le collecteur. Ainsi, par exemple, le lac Tanganika constitue le collecteur, le lac Kivu étant le régulateur et les deux communiquent par la Ruzizi. En passant, disons que je crois peu réalisable, pour ce qui concerne le lac Tanganika, tout au moins, le projet de M. l'ingénieur Thys, de la régularisation du Lualaba, par la captation, en saison des pluies, des eaux du Lac, au moyen d'un barrage établi sur la Lukuga. C'est bien plus facile I Pk | "7 J% KVI 11116 016 ^ire Un Turin " de dire un f ë B 1^1 fera 1 M \e^ j y et c'est bien plus sûr PRIX DE L'ABONNEMENT : Payable antici pat i vement Pour les pays ne faisant pas partie de l'Union Postale: UN AN FR. 30.00 SIX MOIS » 17.50 TROIS MOIS » 10.00 UN MOIS : » 4.00

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Journal du Katanga behorende tot de categorie Koloniale pers. Uitgegeven in Elisabethville van 1911 tot 1930.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes