L'écho d'Anvers

221 0
21 november 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 21 November. L'écho d'Anvers. Geraadpleegd op 19 juni 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/7h1dj5972j/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

No. .13. Samedi 21 Novembre 1914. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. — — ; ■ Paraît 2 lois Direction-Rédaction:'ARTHUR DE GERS. Paraît 2 fois A midi et 6 heures. Bureaux i Bergen=0p=Z00m, Boschstraat 68. A midi et 6 heures. EDITION DE MIDI. „Vers le succès final" Depuis une quinzaine de jours les Allemands, rem,forcés de troupes fraî ches, font d'ioacessantes attaquas contri les alliés1 dans la partie du froini comprise entre Nieuport, "Dixmude, Yprei et Armenitières. Ces attaques, exécutées1 p,ar imasse< coimpactes, dans l'espoir de briser d< haute lutte la .résistance opposée, cou-tent à nos adversaires des pertes, énotr mes que l'on peut évaluer à huit ;o-t dix fois les nôtres. , A ,employer une tactique aussi bru taie, la qualité des troupes impart» peu', à la condition que. les assaillanti soient fanatisés au point de ,marche] à la inort sans l,a moindrei hésitation C'est pourquoi les attaques1 nouvelles de l'ennemi, .faites avec le caneour; d® troupes actives venant d'Allemagne n'ont pas obtenu un meilleur résulta que les précédentes, fournies par de: éléments de la lamtdwehr et du land sturm. Aïais, à subir des pertes. ihors d» proportion avec les efforts, dépansés ujne armée se décourage, is'épuise à 1e longue et, vienne une forte poussée elle fond dans une (débâcle qui emporte tout. L'idée que j'exprime ici, je l'ai re Que hier d'un vieil officier pour qu: j'ai la plus vive laimitié et dont 1e lettre, datée de Belgique, contient 01 qui suit : \ i Ici, c'est toujours pareil ; on, tien ferme, on avance même un, peu et comme résultats tangibles, tuerie® d( Prussiens et leur remplacement 'j>aj des renforts' nouveaux' qu'on écrabo-uilh à plaisir. De notre côté> perte® sensibles- mais non ^comparables !à cellels de l'einnemi. La kaiser fait flèche d< tout bois. Ainsi, parmi les prisonniers allemands on voit desi gossesi de seiz< ans <gt des: vieux de cinquante ; c'es' un .méli-mélo indiquant un affaiblis-sement profond de cette fameuse armé» qui devait nous- avaler sans boire. Tout de. {même c'est long, et le succès définitif n'est pas encore pour demain mais, quand il se (dessinera., quelle dé bâcle ! A l'appui de son opinion, mon am: du .front de Belgique ajoute: Les soldats allemands, eont harassé: de fatigue e,t crèvent (de faim. i J'ai vu des prisonniers n'ayant et pour toute nourriture que des- tranches de bœuf rôties au. feu de bivouac parce que ,1e pain leur faisait défaui ou arrivait id'Allemagnei moisi, immangeable.Pâles, hâves, misérables, ces gens-là paraissaient contents d'avoir été pris, et quand on leur offrait du pair blanc jls se jetaient dessus comme, ides loups sur .une proie. V Et mon iviedl ami de conclure : Quand l'heiure de la .retraite, sonnera on, ramassera les Allemands à la, pej.le et leurs officiers, qui proviennent d< la landwehr, du landsturm, les autres ceux de l'active, étant morts ou blessés1, n'auront pas une meilleure contenance.Encore une fois, l'événement jn'es; pas encore pour demain. En attendant, il faut continuer s lutter pour assurer l'inviolabilité Idf notre front en rendant vaines les (attaques !d'un adversaire à bout, de souffla et que les victoires russes! Contraignent à se dégarnir pour renforcea son front oriental et couvrir la Irégiot des bords du Rhin. Donc, patience et ténacité an plu; de la ,,Furia francese", dans l'attentf de la victoire des Flandres1, laquellf na saurait longtemps tarder, surtout s: nous prenons résolument l'offensive avec des forces suffisantes et .au bo,r endroit. (L. M. Ps.) Général Bonnal Nos Télégrammes. Dans les Flandres. PARIS, 19 novembre (N.R.C.' Le correspondant du Temps à Furnes télégraphie qu'un officier français très haut coté estime qu'au nord du front de l'ouest, le résultat décisif (favo- | rable en tous points pour le; alliés) est proche. Vne mutinerie à Alost AMSTERDAM, 19 nov. (Fr.) On annonce qu'une mutinerie se serait produite parmi les Bavarois cantonnés à Alost. Cinq cents d'entre eux auraien nettement refusé de partir pou | le front. Les promoteurs de cett sédition auraient été arrêtés mais on ignore si d'autres me- - sures de répression furent exer-; cées contre eux. Les vivres à Bruxelles LONDRES, 19 nov. (Fr.) Dans une interview, M. Willian ; Schles, qui revient de Bruxelie: - où il avait été envoyé par L comité de secours, a déclaré qui plus de trente pour cent de 1; population bruxelloise, n'avai pour toute nourriture que de h soupe et du pain et que de pommes de terre n'étaient dis- j tribuées qu'une fois par semain , aux indigents. Les forts de Lié£e. LONDRES, 19 nov. (L.M.Ps. ! Les Allemands n'ont pa: ■ réussi à réparer les ^orts qu ' entourent Liège que les troupe: , belges ont complètement détruit; avant de les évacuer. Le travai ; de réparation a été entrepris ■ mais les Allemands ont dû l'abandonner sous prétexte qu'i ^ n'y a plus que des ruines et qu< les ingénieurs allemands se trou-; vent dans l'impossibilité d'obtenir un résultat quelconque. El réalité, ces forts étant d'un» construction ancienne, ne peuvent plus abriter les troupes ! allemandes qui passent par Liège La valeur militaire de ces ancien: travaux de défense sera dont absolument nulle désormais. Les théâtres Parisiens PARIS, 19 novembre, (L.F. Nous pouvons annoncer qu< depuis quelques jours, le gouvernement étudie la possibilité d< permettre la réouverture — er matinées, le jeudi et le dimanch( , — des théâtres, concerts e ■ cinémas. Il est bien ontendu que l'autorité militaire aurait le contrôle du programme de; spectacles autorisés. Mais il est bien certain — e les membres du gouvernemen ; en sont les premiers persuadés — que le tact des directeur; des divers établissements rendre 1 ce contrôle superflu. Ajoutons qu'il ne se passerc pas longtemps avant qu'une décision ferme ratifie ces projets Les dernières réserves Autrichiennes. ROME 19 novembre, (Mess.)-(H.) — L'envoi de soldats italiens du Trentin sur les champs de bataille de Galicie continue sans trêve. Les derniers bataillons partis sont composés de i très jeunes gens et d'hommes âgés de plus de quarante ans ainsi que de nombreux blessés revenus de convalescence, i Le même fait se produit er ; Dalmatie où les magasins d'approvisionnement sont complète-: ment dépourvus d'équipement Suivant le correspondant di même journal à Ancône, tous les mobilisés dalmates doivent emporter de chez eux des tricots das couvertures et des capotes ainsi qu'une iomme de 20( 3 couronnes que :e gouvernemeni s'engage à leur restituer quanc la guerre sera terminée. Les Tchèques 3 en Angleterre LONDRES, 19 novembre (Fr." Les autorités ont décidé de t ne plus considérer les Tchèques " comme" des étrangers ennemis 3 Ils ne seront plus détenus dans i des points de concentration ■ ceux qui s'y trouvent actuelle-" ment vont être remis en liberté L'Exode des Allemands COPENHAGUE, 19 novembre i <Fr"> Le nombre des déserteurs alle- ' mands augmente considéra ble- ^ ment de jour en jour ; un certair " nombre passent en Danemarl t et se rendent ensuite en Suède i et en Norvège, non seulemen pour être plus éloignés de l'Alle- • magne, mais surtout pour s'em ~ barquer à destination des pays d'outre-mer. De riches familles allemandes ont abandonné leur pays, e" . particulièrement Berlin, pour se l réfugier en Scandinavie. Ces • familles vivent à l'hôtel et leiu | chef déclare bien haut qu'ils1 ne ' retourneront en Allemagne qu j après la guerre. , fr? château du baiser. I LONDRES, 19 novembre (L 3 M.Ps.)-(D.E.) ^ Le kaiser, craignant que h Grèce se joigne aux alliés, e j offert à un syndicat d'hôteliers , suisses de lui vendre à bas prh ^ son château de marbre l'Achil-. leion, à Cor fou. Ce château, construit poui j l'impératrice Elisabeth d'Au-' triche, avait coûté 100.000.00( de francs. Le kaiser craint ss confiscation si la Grèce se joinl . aux alliés. ) Les Pertes Allemandes COPENHAGUE, 19 nov. (T.; ; Les listes des pertes officielles , allemandes renseignent aujour-, d'hui comme total-549,247 morts l blessés et manquants. , Dans ce chiffre se sont pas » comprises celles des Bavarois ; Saxons et Wurtembergeois, estimées à plus de 400.000 hom-- mes. J Blessés allemands guéris 5 BERLIN, 18 novembre (W.B/ i Depuis le 15 septembre nous avons renvoyé au front 660C l hommes ; 8 % inaptes au service ! de campagne ; 36 °/o aptes à toul • service ; 56 °/o bons pour k service de garnison. Volontaires Italiens. PARIS, 19 novembre. Les journaux annoncent le ; départ pour le front de deux i bataillons de volontaires italiens. • sous le commandement de Giu-i seppe Garibaldi. ; Garibaldi a lancé une procla-, mation se terminant avec ces ; mots. Vive la France! Vive l'Italie i et les Alliés! Le commerce à Hambourg. WASHINGTON, 19 novembre, s Le New-York Sun raconte, : d'après un Danois revenu de , Hambourg, où il vécut pendant , vingt ans, que le commerce dans l ce'port est complètement sus-; pendu. Les travaux ont été aban-[ donnés faute d'ouvriers. Tous les hommes valides se trouvent en effet sur le front ou dans les camps d'instruction. Les faillites ' à Hambourg sont énormes et , les pertes dépassent actuellement , 625,000,000 de francs. 5 Le cadre de l'armée turque. ; ROME, 19 novembre (L.J. Ps.) Selon des nouvelles reçues de . Constantinople, plusieurs centaines d'officiers manquant en-. core à l'armée ottomane, celle-ci les aurait demandés à Berlin ; les autorités allemandes auraient répondu qu'elles ne pouvaient pas envoyer autant d'Allemands, mais qu'elles enverraient égale-. ment des Autrichiens. ; Les officiers gagneront Con-; stantinople en civils. La prise de Valjewo. 5 BUDAPESTH 18 nov. (W.B.) Les pertes serbes à Valjewo < dépassent toute attente. La : résistance de l'ennemi est > enrayée. 5 Malgré le repos imposé à nos ' troupes de deux jours, nous » av> ns poursuivi l'ennemi pendant > 2 kilomètres. Nous occupons toutes les hauteurs au N.E. et au S.O. de Valjewo. Notre butin est énorme : nous avons pour six mois de munitions.1 A Aljaba. LE CAIRE, 18 novembre. * Le croiseur anglais «Minerva» a de nouveau bombardé les . bâtiments du gouvernement d' , Akaba, en Arabie : une division I anglaise fut débarquée et celle-ci dispersa une troupe ennemie commandée par des officiers allemands. Les Anglais n'eurent pas de pertes. | Emile Verhaeren nommé Membre ' Honoraire de l'Université de Leeds. ROTTERDAM, 19 nov. (La B.) L'Université de Leeds vient de 1 conférer à notre éminent compatriote, M. Emile Verhaeren, le titre de membre honoraire. Le 17 novembre M. Emile Verhaeren a donné à la dite université, une conférence sur l'Esprit de la Belgique. Lta rentrée du gouverne* ment français à Paris. ROTTERDAM, 19 nov. (La B.) La rentrée du gouvernement à Paris est attendue d'un moment à l'autre. Ce qui nous permet de croire que cet instant ne tardera plus guère, c'est que les départements administratifs et législatifs des chambres viennent de réintégrer la capitale. AVIS. Les gardes Civiques Belges Les gardes civiques belges résidant en Hollande sont priés de faire connaître leurs noms et adresse au comité central des gardes civiques belges <r Neder-landsch Kofflehuis » Groote Markt Bergen-op-Zoom. Ils sont en outre invités] à assister à la prochaine réunion qui aura lieu au dit local le lundi 23 novembre à 11 H. Ordre du jour très important. Le Comité. Dépêches de Nuit. A l'Ouest. Le communiqué allemand. BERLIN, 19 novembre (W.B.) En Flandre occidentale et au nord de la France, la situation est inchangée. Une attaque française dans la contrée de Servon, au Nord ouest de la forêt de l'Argonne a été repoussée, avec de fortes pertes pour l'ennemi. Nos pertes étaient minimes. PARIS, 19 nov. : 3 heures. L'ennemi a tenté de reconquérir Tracy le Val à l'Aisne. Après un combat acharné, l'attaque allemande fut repoussée avec des pertes énormes. Sur les autres parties du front, les Alliés maintiennent leurs positions.Un avion allemand avec 2 officiers a atterri derrière les lignes Françaises, près de Reims. Les officiers furent fait prisonniers par la cavalerie Française.PARIS, 20 nov. : 11 heures hier soir. La journée s'est terminée très calmement et il n'y a rien de spécial à annoncer. A l'Est. Le communiqué allemand. BERLIN, 19 nov. (W. B.) Au front oriental la bataille a recommencé et le résultat n'en est pas encore connu. VIENNE, 19 novembre. La bataille dans la Pologne Russe prend une tournure favorable.D'après les avis qui nous sont parvenus jusqu'à présent, nous capturâmes 7000 prisonniers, 18 mitrailleuses et quelques canons. Mort du général-quartier maître allemand. BERLIN, 19 novembre. Le général quartier maître allemand, général-major Voigts-Rhets, est mort subitement, dans la nuit du 18 au 19 novembre, d'une maladie cardiaque. Le „Goeben'' endommagé. PETROGRADE, 20 novembre. Une division Russe découvrit, en rentrant à Sebastopol, le ((Goeben» et le «Breslau» à 25 lieues du phare de Chersson. Les Russes firent feu : la première salve toucha le «Goeben», dont le flanc fut percé. Une explosion se produisit ensuite et un incendie éclata. Le «Bieslau» resta en vue, mais ne prit pas part au combat.Le «Goeben» disparut dans le brouillard. Le navire amiral russe fut légèrement endommagé : les pertes s'élèvent à 3 officiers et 29 matelots ; il y eut en outre 25 blessés.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho d'Anvers behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Bergen-op-Zoom van 1914 tot 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes