L'écho d'Anvers

351 0
24 november 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 24 November. L'écho d'Anvers. Geraadpleegd op 23 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/0000000p6c/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

No. 45. ]\fardi 24 Novembre 1914. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît 2 fois Direction-Rédaction ; ARTHUR DE GERS. Paraît 2 fois A midi et 6 heures. Bureaux Bergen=0p=Z00m, Boschstraat 68. A midi et 6 heures. EDITION DË MIDI. En Belgique. A Anvers ANGERS, 21 novembre (D.M.) Hier, aux forts (Nord) de l'Escaut, les Allemands ont fait des essais de tir. Le 25 et le 26 novembre, des essais seront exécutés au Polygone de Brasschaet. Tout ceci prouve que les Allemands vont remettre Anvers en état de délense. A Knocke. SLUIS, 22 novembre (D.T.) Outre les réquisitions de vins et de vivres, les Allemands exigent aussi des cigares. Un commerçant m'a dit qu'il a du fournir 7000 cigares ; n'en ayant que 6000, il dut payer 25 centimes par cigare manquant. Les matelas et les couvertures de tous les hôtels et villas sont enlevés. Toutes ces i équisitions découragent fortement la population. EIN D HO YEN, 22 novembre. La circulation des trains sur les lignes, de Landon, Gem-bloux, St. Trond seia supprimée les dimanche 22 et lundi 23 novembre. A Tirlemont, il en est de même: on s'attend à des déplacements ds troupes allemandes.Déserteurs. EINDHOYEN, 21 novembre (D. T.) Hier, 5 uhlans avaient attaché leur monture à un arbre, aux environs de Peer: ils ont disparu depuis. Au camp de Beverloo, 15 hommes manquèrent hier à l'appel. Les désertions continuent nombreuses.Le courrier de Notre Souverain. AMSTERDAM, 22 nov. (E.B.) Notre souverain n'a pas reçu moins de 20,000 lettres à l'occasion de sa fête patronale ! Toutes ces correspondances remplissent deux grandes chambres de la « Villa Maritime )) où l'on commença immédiatement les opérations de triage. Il n'y a pas que des lettres parmi ces touchants envois, mais des dessins, des pastels et même.... de l'argent. Une brave Italienne envoie une pièce de cinq lires à notre souverain ! Le journal français « L'Echo de Loire-et-Cher » lui fait parvenir un numéro spécial, imprimé en lettres d'or. De nombreux soldats belges, de leurs tranchées des bords de l'Yser, n'ont pas, eux non plus, oublié leur Roi. Il iaut lire les touchantes lettres qu'ils lui font parvenir ! Un club de San-Francisco lui adresse les 3.000 dollars qu'il avait réunis en vue de son banquet annuel ! Le Roi a été profondément touché de ces démonstrations si jolies, si touchantes. Il avait peine parfois à cacher son émotion devant une telle unanimité de souhaits, tous animés de la plus parfaite sincérité. Nos Télegrammes. A l'Ouest. PARIS, 21 novembre : 3 heures En Belgique, notre artillerie placée près de Dixmude a remporté l'avantage. Près de Verdun et dans les Vosges, nous avons fait des progrès et en quelques points nous avons creusé des tranchées à 30 mètres des positions ennemies.PARIS 21 novembre : 11 heures Aujourd'hui rien d'important à signaler, si ce n'est en Woevre, où les Allemands firent 5 attaques en 2 heures, qui toutes furent repoussées. Le communiqué allemand. BERLIN 21 novembre (W.B.) Sur le front ouest, la situation est en général inchangée. Partout il y eut un violent duel d'artillerie. A l'Est. PETROGRADE, 21 novembre (Renier). Aux environs de Cracovie une bataille acharnée se déroule. Les Allemands comprennent que cette grande place fortifiée est leur dernier retranchement. Le communiqué allemand. En Prusse orientale il n'y a rien à signaler La poursuite de l'ennemi refoulé au-delà de Mlawa et Plock continue. A Lodz nos attaques avancent. A l'est de Czenstochowa nous luttons avec nos alliés et gagnons du terrain. Nos aviateurs. FRIEDRICHS HAFEN, 22 nov. (W.B.) Deux avions ont survolé le hangar à Zeppelins de Friedrichs-h'afon et jetèrent 6 bombes. Un aviateur dut atterrir : c'est un officier de marine anglais, il fut conduit blessé à l'hôpital. Deux maisons de la ville furent endommagées ; 1 homme tué; 1 femme blessée. Le hall à Zeppelins est intact.L'autre aviateur a fui. Le baiser abattu. LONDRES, 22 novembre (H.) (D.E.) cc Après plus de cent jours de guerre, l'empereur d'Allemagne est rentré hier désappointé et taciturne dans une ville d'où, il y a trois mois, il lançait des ordres ronflants à son armée. » A l'occasion de son retour, la ville n'a même pas pavoisé. )) Le lfaiser à Coblentz. GENEVE, 22 novembre (L.S.) Il n'est pas sans intérêt de faire remarquer que c'est précisément à Coblentz que le souverain s'était installé au début de la guerre, afin d'assister au départ de ses troupes pour la Belgique et la France. Il y revient au bout de cent jours. Il serait difficile de conclure autrement qu'à l'échec de la campagne allemande en France. Le „Berlin". LONDRES, 21 nov. (D.T.) -(C.N.)Le croiseur auxiliaire «Berlin» s'est enfui à Drontheim en Norvège. Ce lait a fortement émotionné le public, car Drontheim est un port de guerre, protégé par des forts et de puissants projecteurs.' Le « Berlin » a passé inaperçu par les forts et rentre, sans pilote, dans le port. Les Norvégiens ne s'expliquent pas pareil fait et commencent à douter de leur sécurité. Le commandant d'un fort a été congédié. Une enquête a lieu. Nos Gouverneurs? BERLIN, 21 novembre (O.V.)-T. R ) Voici la liste des gouverneurs allemands dans? nos diverses provinces. Liège ! lieut. gén comte Schu-lenberg. Luxembourg: lieut. gén. Hurt. Limbourg: gén. maj. chevalier von Longchamps-Berior. Brabant : lieut. gén. comte von Rôdern. Flandre orientale: gén. maj. von Manteufïel. Hainaut: gén. maj. von Gladis. Flandre occidentale: lieut gén. von Kram-stra. Anvers: lieut. gén. von Wfiller, Que de «von» dans cette liste ! Décidément les provinces Belges sont en bonnes mains! La mission de M. Caillaux. BORDEAUX, 22 nov. (H.) M. Joseph Caillaux a été chaigé d'une mission économique au Brésil. Cette mission a pour objet de procéder à une enquête sur les denrées et matières premières existant au Brésil et susceptibles d'être utilisées pour notre alimentation et pour la fabrication d'objets intéressant la défense nationale. Elle porte également sur les produits fabriqués qui sont actuellement fournis par l'Autriche et l'Allemagne au Brésil et que nos manufactures françaises pourraient expédier: tissus, porcelaines, produits chimiques ou pharmaceutiques, machines et outillages mécaniques de toute nature, etc. La mission porte enfin sur les relations télégraphiques sous-marines avec le Brésil et sur les modifications qu'il conviendrait d'apporter à l'organisation des câbles nous reliant avec cette partie de l'Amérique, en vue de remplacer les lignes allemandes de Téné-rifï'e, Monrovia et Pernambuco. Le départ pour le Brésil de M. et Mme Caillaux, qui a eu lieu hier, a passé inaperçu. L'ancien président du Conseil et Mme Caillaux étaient arrivés la veille incognito. Les cabines, dit la Petite Gironde, avaient été retenues vendredi pour le prix de 4.000 fr. sans que le nom de l'intéressé fût indiqué. 7.000.0c© de soldats Anglais. LONDRES, 22 nov. (L. M. P.) Le chancelier de l'Echiquier, M. Lloyd George, en présentant aujourd'hui son projet de budget à la Chambre des communes, a fait les déclarations suivantes: — Dans quelques mois, a-t-il dit, l'Angleterre aura trois millions d'hommes sous les armes. «La première année de la guerre coûtera au moins 11 mil liards 250 millions de francs, il faut donc trouver pour toutes les dépenses auxquelles nous aurons à faire face une somme de 13.384.172.000 francs.)) Le chancelier propose dans ce but de doubler l'impôt sur le revenu, d'imposer la bière, d'augmenter les droits sur le thé et d'émettre un emprunt de 8.750 millions à 37î °/o, remboursable en mars 1928. Le prix d'émission serait fixé à 95, ce qui ferait un revenu net de 4 %. Les Turcs mécontents. PETROGRAD, 22 nov. (H.) Tous les prisonniers turcs déclarent unanimement qu'ils font la guerre à contre-cœur ; ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent combattre pour les intérêts de l'Allemagne. On constate que de nombreux officiers allemands travaillent aux fortifications d'Erzeroum. Saisie de vivres destinés à l'Allemagne. LUGANO, 22 novembre (Fr.) Le gouvernement italien a fait saisir dans la gare internationale de Luino un millier de wagons contenant des denrées alimentaires destinées à la Suisse et principalement à l'Allemagne. Le transit a été suspendu. Néanmoins 1-e gouvernement a autorisé le départ de cent de ces wagons : quarante sont destinés à la Suisse et quarante à l'Allemagne. Les vingt autres seront mis à la disposition des maisons de commerce qui les attendent. Vt) bopital Belge à Paris Le président du conseil municipal et le préfet de la Seine ont fait part à la cinquième commission d'un projet de création, à Paris, d'un hôpital pour les blessés de l'armée belge. Cet hôpital serait installé dans la partie de l'Hôtel-Dieu en bordure de la Seine, et la comtesse de Béarn serait chargée d'installer dans les locaux du rez-de-chaussée un ouvroir destiné à approvisionner de vêtements chauds les convalescents quittant l'hôpital. L'hôpital serait placé sous le haut patronage de la reine des Belges dont il porterait le nom. Le projet d'organisation, étudié par M. Mesureur, a été approuvé à il'unanimité de la commission. A Angola. LISBONNE, 21 novembre (D.T.) Le 17 octobre, près de Cua-mato, à la frontière d'Angola, une escarmouche se produisit entre troupes Allemandes et Portugaises. Le 31 octobre, les Allemands firent une nouvelle attaque contre Cuangar. Des renforts ont été expédiés de Lisbonne. Dépèches de Nuit. A l Ouest. PARIS, 22 nov. : 3 heures. Sur tout le front, la situation a été calme. PARIS, 23 novembre : 11 heures hier soir. Le 22 novembre, Ypres fut violenunent bombardée ; les HALLES et 1' IOTEL DE VILLE SONT DÉTRUITS. Près de Soissons et de Vailly la canonnade fut interne. Sinon, rien à signaler. »» Le communiqué allemand BERLIN, 22 novembre. La situation à l'ouest est inchangée.DOUVRES, 23 novembre. La flotte anglaise prête de nouveau son concours aux opérations en Belgique (Sud-Ouest). Les navires ont énergiquement bombardé toutes les positions allemandes à la côte. Le tir est si violent, qu'on perçoit le canon à Douvres. LONDRES, 23 novembre. La ville d'Ypres est aux mains des alliés : à part quelques espions et des prisonniers, on n'y rencontre aucun Allemand. La position des Alliés à Ypres ne saurait être plus favorable. A l'Est. PETROGRADE 22 novembre. Entre la Vistule et la Wartha, on se bat toujours avec acharnement.Nous avons'remporté quelques succès en maints endroits ; la bataille au front près de Czens-tochowa-Cracovie n'apporta aucun changement notable. Nous capturâmes 2000 prisonniers et quelques mitrailleuses. En Galicie, les Autrichiens furent obligés d'évacuer Novi Sandes. Le communiqué allemand BERLIN, 22 novembre. En Pologne la bataille continue aux environs de Lodz et de Czenstochowa, ainsi qu'au sud de Plock, En Serbia. VIENNE, 22 nov. (W. B.) Nos troupes ont franchi le Kolubara en grand nombre. L'ennemi offre encore résistance dans des positions retranchées avantageusement situées. Pendant les 2 derniers jours, nous fîmes 2440 prisonniers; le total depuis le 6 novembre se chiffre à 13.000 Serbes. Communiqué Turc. CONSTANTINOPLE, 22 nov. Nous avons attaqué les troupes russes à travers la vallée de la rivière Moerad. L'ennemi subit des pertes sérieuse-* et s'çnfuit. Nous avons pris 3 canons de campagne. En Afrique. PRETORIA, 22 novembre. Les tentatives de rébellion diminuent fortement. Tous les jours, des rebelles se rendent ; parmi ces derniers, 2 fils de De Wet. Dans les camps d'internement anglais LONDRES, 22 novembre. Jeudi dernier, des troubles sérieux se sont produits dans le camp d'internement d'étrangers à Douglas, à l'île de Man. La discipline — ces derniers temps — laissait beaucoup à désirer ; les choses s'envenimèrent- et les gardiens furent même forcés de faire usage de leurs armes. 5 personnes furent tuées et 12 grièvement blessées. Une enquête a lieu.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho d'Anvers behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Bergen-op-Zoom van 1914 tot 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes