L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations

806 1
09 november 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 09 November. L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations. Geraadpleegd op 26 mei 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/nv9959d23n/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'ECHO DE LA PRESSE INTERNATIONALE Adresser les lettres et communiqués à la Rédaction. Les annonces et demandes diverses à l'Administration. RÉDACTION ET ADMINISTRATION : 20, rue du Canal, Bruxelles ANNONCES : La petite ligne ou l'espace équivalent ... 10 cent.. On traite à forfait. Demandes d'emploi : 40 centimes l'insertion. Liste des Réfugiés belges en Angleterre A nos lecteurs Le succès obtenu par notre organe a dépassé — et de beaucoup — notre attente. Nous remercions vivement nos lecteurs pour la sympathie qu'ils nous ont témoigné. Nous ferons de notre mieux pour être toujours au courant des dernières nouvelles, afin de donner satisfaction à leur légitime désir d'être informés vite et bien. LA GUERRE Communiqué officiel français PARIS, 5 nov. — Communiqué officiel : Malgré les attaques violentes allemandes, les alliés ont fait de grands progrès dans la région d'Ypres. Cela a été surtout une bataille d'hommes, de corps-à-corps et d'attaques à la baïonette, où les Anglais excellent, de l'aveu même des ennemis, mais qui entraînent des pertes terribles, surtout quand l'ennemi est supérieur en nombre. Les Anglais ont bien tenu leur partie, mais au prix de grands sacrifices.Communiqués officiels allemands BERLIN, 7 nov. — Le Norddeutsche Altge-meine Zeitung écrit concernant l'emprisonnement des Anglais se trouvant en Allemagne : Les sujets appartenant à l'empire se trouvant dans les pays ennemis, étaient depuis le commencement de la guerre, pour ces gouvernements, un sujet de précautions sérieuses. Des poursuites contre tous ces délits, bien fondés, furent introduits, avant que les mauvais traitements des Allemands en pays ennemis, principalement en Angleterre, s'accumulaient.D'après une enquête officielle, dans laquelle nous devrions nous servir de l'intervention de pays neutres, plusieurs cas n'étaient pas les mêmes dans toutes les circonstances, comme il était dit dans les descriptions de la presse. Dans certains cas, ils restaient en-dessous de la vérité et d'autres étaient exagérés. Ce qui reste des communiqués officiels est si grave, que cela justifie, surtout contre l'Angleterre, toutes les mesures justes et nécessaires que nous devons prendre contre elle. Ces mesures ne sont pas calculées pour ouvrir avec nos ennemis un concours de brutalité contre des sujets de pays ennemis. De cruautés contre les Allemands 11e sont pas à imputer aux Anglais; c'étaient cependant des duretés inutiles qui, sans la négligence des autorités, n'étaient pas possibles. Nous ne saurions avoir une satisfaction entière 11 noaj vengeant sur des innocents, pris par des échanges de vue, avec l'appui des états neutres, ni par un arbitre. BERLIN, 6 novembre. — Notre offensive au nord-ouest et au sud ouest d'Ypres fait de bons progrès. Nous avons également gagné du terrain près de la Bassée, au nord d'Arras et dans les Argonnes. En infligeant des pertes graves aux Français, nos troupes ont pris un point d'appui au Bois-Brûlé, au sud-est de St-Mihiel. BERLIN, 7 nov. — Communiqué du quartier général : Nos grands et petits croiseurs ont fait le 3 novembre une attaque contre les côtes anglaises, près de Yarmouth; ils canonnèrent les forts ainsi que quelques petits bateaux qui étaient à l'ancre, et qui s'attendaient certaine-mont pas à une attaque, n'ayant pas mis des plus grandes forces pour la garde de ce port. Comme l'Amirauté anglaise l'annonce, le sous-marin D 5, qui poursuivait nos croiseurs, a touché une mine et a coulé. VIENNE, 7 nov.— Le Korrespondenzbureau écrit : Des avis de Téhéran annoncent que le consul général d'Autriche-Hongrie et le représentant de la Turquie à Taebres ont été empris-sonnés par les Russes et envoyés à Tiflis. Le gouvernement perse ainsi que l'envoyé américain à Téhéran ont protesté auprès de l'envoyé russe contre cette infraction au droit des gens. Une pareille protestation sera faite parle gouvernement perse à St-Pétersbourg. SOFIA, 7 nov. — Le ministre de la guerre a pris des mesures pour le rappel par degrés de six classes de réserves en trois divisions se suivant pour une période d'instruction. A chaque période les classes rappelées seront congédiées. MILAN, 6 nov. — Le journal Secolo se fait télégraphier de Bucarest : Un croiseur turc a fait couler, près de Sébastopol, le navire russe Grand-Duc Alexandre. L'équipage, ainsi que les passagers, furent transportés à Constanti-nople. On croit que le vapeur Jerusalem a partagé le même sort, puisqu'il n'a pas répondu, dimanche,à un appel par la télégraphie sans fil. Le général Joffre Le Times reçoit un long télégramme de son correspondant de Bordeaux, concernant le générai Joffre. Ce n'est pas, dit-il, un général comme Napoléon. Celui-ci avait pour tactique de rechercher un point faible dans les lignes ennemies et de diriger, ensuite, sur ce point, tout l'effort de ses attaques. Avec nos innombrables armées modernes, cette tactique ne serait plus applicable. Joffre n'est donc pas un Napoléon. On le voit très rarement à cheval; il passe la plus grande partie de sa journée en automobile, qui le conduit, à grande vitesse, sur tous lés points du front. Il s'occupe seulement des grandes lignes de la campagne : les diverses parties du plan générai sont confiées à ses généraux. C'est un homme tranquille, calme, ayant confiance en lui-même, inspirant confiance à ses collaborateurs et à ses subalternes. Très aimé par le peuple, il n'a rien fait pour trouver cette popularité; toute réclame lui répugne. Son grand mérite, avant la guerre, est d'avoir formé le grand état-major général. Il a réuni les meilleures têtes de France, les a organisées pour un travail commun, et a dirigé leur travail avec méthode. Autant que possible, il a banni la politique de l'armée, et c'est un de ses grands mérites : lui-même, franc-maçon et républicain, s'est adjoint comme principaux collaborateurs des hommes, qui sur le terrain politique et religieux sont ses adversaires; ses plus lidèles collaborateurs sont les généraux Pau et Cas-telnau; aucun des deux 11e partage ses opinions politiques. C'est sur avis de Pau, devant le Grand Conseil de la guerre, qu'il fut nommé généralissime. Aussitôt on se rendit compte qu'il ne voulait pas de la politique à l'armée. Comme preuve de son énergie, signalons qu'il écarta de l'année cinq généraux, qui, au cours des manœuvres, ne s'éLaient pas montrés à la hauteur de leur tâche. Joffre s'était distingué en 1870-1871 comme lieutenant; il fut chargé plus tard, comme officier du génie, de plusieurs 'grands travaux de défense. Il commanda des troupes de flTl1 I n DAM(5 de Charleroi et du Centre. Anthracite, briquettes. Remise en cave par sac et en vrac. WMAllIÏUil M H. DONNAY, 18, rue Ivan Gilkin, SCHAERBEEK I^Année. — N° 4. PRIX 5: CENTIMES. DIMANCHE 8 et LUNDI 9 NOVEMBRE 1914.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1917.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes