L'écho de Sambre et Meuse

126 0
16 januari 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 16 Januari. L'écho de Sambre et Meuse. Geraadpleegd op 27 mei 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/901zc7ss80/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Aimînis'ratiofl-Rédsction : J.-B. GOL'ARO 37, rue Fossés Fleuris, Nsmur L'Echo de Sambre & Meuse JOXJRIVAL QXJOXIDIK1V Les Communiques des Belllgerants —0— BULGARES Sofia, 12 janvier (officiel). Sur le front en Macédoine, canonnades et opérations de reconnaissance. A certains endroits, grande activité aérienne. Sofia, 13 janvier (officiel). Sur le front en Macédoine, dans la vallée supérieure de la Skumbi, nous avons dispersé d'importants détachements de reconnaissance ennemis par notre feu. Sur les deux rives du lac d'Ocbrida, dans la région de la Moglena et au Sud-Ouest de Doiran, activité de l'artillerie; la •anonnade a été un peu plus violente entre le Vardar et le lac de Doiran. Nos postes ont mis en fuite un détache-memt d'infanterie anglaise qui tentait d'approcher de nos tranchées. Dans la région de Bitolia, ainsi que le long du Vardar et de la Strouma, grande activité aérienne. Sur le front de la Bobroudcha,armistice. TURCS Gonstantinople, 14 janvier (officiel). Pas d'événement particulier à signaler. ANGLAIS Londres, 14 janvier (officiel). Das troupes canadiennes ont pénétré par surprise cette nuit dans les tranchées enne-^,'mies établies au Nord de Lens; elles ont f fait des prisonniers. Nos soldats n'ont pas subi de pertes La nuit, à l'Est de Méricourt, des engagements eatre patrouilles se sont terminés •n notre faveur. Sur le reste du front, nuit aalme. * ITALIENS Rome, 13 janvier (officiel). Hier, à l'Est du Tonale et sur l'Ada-me lo, notre artillerie a bombardé des dé ehements de reconnaissance ennemis, tins! que des troupes en marche sur le haut plateau d'Asiago et dans la vallée de la Stizzo. N03 eanons ont aussi détruit des maisons mises en état de défense par l'ennemi à l'Ouest du Piave. Des batteries britanniques ont pris à diverses reprises sous leur feu des positions d'artillerie ennemie établies sur la rive gauche du Pi&ve. L'artillerie ennemie a été plus active dans le secteur du monte Assolone et sur le saillant du Solarolo, où elle a été éner-giquement contre-battue par la nôtre, appuyée efficacement par des batteries françaises. Sur le Piav* moyen, nos patrouilles ont été très actives. Dans la vallée du Loppio, au Nord du monte Melago, des détachements ennemis ont été dispersés. LA SITUATION MILITAIRE Berlin, 14 janvier (offlaieux). La canonnade a été violente à certains endroits et les opérations aériennes actives malgré le mauvais temps. L'ennemi a aussi poursuivi ses opérations de reconnaissanca le 18 janvier dans quelques secteurs du front à l'Ouest. Entre autres, sur le chemin de fer Boesia-ghe-Staden et au Nord de Lens, ainsi qu'au Nord de Reims, nous avons repoussé des attaques de reconnaissance ennemies prononcées après une heure de violente préparation d'artillerie. In Champagne, de? patrouilles ennemies ont pris l'offensive et ont aussi été repoussées par des combats livrés à coups de grenades à main. Par contre, au Nord de la route Liîle-Armentières, nos patrouilles ont pénétré dans les tranchées ennemies et en ont ramené 9 Anglais Au Nord de La Vacquerie, elles ont fait prisonnier l'officier britanniqiie et se sont emparées, près de Villers Gnislain, d'un avion anglais malgré la très violente contre-action de l'ennemi; elles ont, en outre, fait prisonniers quelques soldats français prés de Juvincourt. -aMt*T^mnmirv.nrfiTifiriniriîwrrri SUR MER Berlin, 13 janvier (officieux). Le 9 janvier, la station de radiotélégraphie anglaise de Poldhu a lancé le sans-Il suivant : — Un nouvel et horrible acte de violence vient d'être commis par les sous-marins allemands et montre eombien peu il est permis d'accorder créance aux assurances officielles de l'Allemagne. Cet acte a été commis le 4 janvier, lors du torpillage du navire hôpital anglais « R wa * coulé sans avertissement préalable vers minuit dans le canal de Bristol. Les blessés que les navires ramenaient de Gibraltar ont été tous sauvés, mais trois lascars manquent à l'appel. Le « Rawa » voyageait tous feux allumés et portait les signes distinctifs prescrits par la Convention de La Haye. L'Amirauté anglaise affirme qu'il ne se trouvait pas dans la zone barrée déterminée par la déclaration du 29 janvier 1917 du gouvernement allemand. » Ce r&dlotélégramme renfermant une déclaration officielle de l'Amirauté britan nique, nous estimons nécessaire de déclarer qu'il 4 été nettement établi depuis que le navire-hêpital « Rawa > n'a pas été torpillé par un sous marin allemand. Il psrcît très vraisemblable qu'il est entré dans le barrage de mines que nous avons récemment placé dans le canal de Bristol. A ce sujst, il est bon de rappeler que le gouvernement allemand n'a g*ranti en aucune ft çon la navigation contre les dangers des mines placées dans la zone barrée. Dans ces conditions, il est inutile d'insister sur le caractère des informations britanniques. iarw mi——i imn—rsn La guerre sous-uiarfue — Barliu, 15 janvier (officiel). Un de nos sous-marins, brillamment commandé par le lieutenant de vaisseau Lohs, a coulé dans la Manche cinq vapeurs et trois chalutiers jaugeant au total 21 000 tonnes brut en chiffres ronds. Ce résultat est d'autant plus remarquable qu'il a été obtenu par un petit sous-marin dans des parages où la contre-action de l'ennemi est particulièrement importante. A l'exception d'un seul, tous les vapeurs détruitsétaient armés et fortement chargés. Parmi les vapeurs coulés, il a pu éïre établi que se trouvaient le vapeur armé anglais « Jolanthe » (5 081 tonnes brut) et le vapeur citerne armé « Arco » (4,889 t. brut). Par une attaque habile, ce dernier a été torpillé e:^i plein convoi puissamment protégé.Les chalutiers à vapeur coulés étaient de nationalité anglaise et s'appelaient : « Gratitude » (B. M. 26), < Yaruna » (B. M. 43) et « B. M. 210 ». La guerre navale — Christiania, 14 janvier. Des marins anglais rapportent que, le 6 janvier, un convoi comprenant seize navires a quitté l'Angleterre. Au cours de la traversée, il a été surpris par une tempête qui a dispersé les navires. Quatre d'entre eux ont réassi à atteindre des ports. Jusqu'à présent, on est sans nouvelle des douze autres. — La Haye, 14 janvier. Dimanche, un grand nombre do mines te sont échouées sur la ctte d6 la Hollande méridionale. La semaine dernière plusieurs «adavres de matelots finnois ont été jetés sur la côte; anjourd'hui, on y a découvert les corps de trois officiers de marine anglais qui faisaient partie de l'équipage de trois torpilleurs anglais coulés il y a quelques semaines par des unités navales allemandes. — Paris, 14 janvier. On mande de Londres à 1' « Echo de Paris » : — Un navire de guerre anglais et un navire de guerre américain se sont joints au croiseur japonais entré, il y a trois jours, à Vladivostok. Négociations de Paix A BREST-LITOVSK — Barlin, 14 janvier. Du « Barliner Lokal Anzeiger » : — A Brest-Litov«k, la délégation de l'Oukraiae s'est déelarée satisfaite de la réponse donnée à sa note par les représentants des Puissances centrales. Il est permis d'en conelure que la question d'une paix générale est écartée des pourparlers entre la Qaadruplice et l'Oukraine. qui négocient donc uniquement une psix séparée. Ce résultat ne peut qu'exercer une influer ce favorable sur la suite des négociations.— Co'ogne, 14 janvier. Du correspondant à Vienne de la « Gazette ùs Cologne » : — Il est vraisemblable que les représentants de la Pologne seront admis aux négociations de Brest Litovsk. — Berlin, 15 janvier. Du « Berliner Tageblatt » : — Le chancelier n'a pas conféré avec les chefs des partis, mais M. von den Bussohe, sous-secrétaire d'Etat, leur a donné cet après-midi quelques détails au sujet des négociations de Brest-Litovsk. Il en résulte qu'elles ont été reprises hier après midi. Ce matin, les délégués de la Quadruplice : y feront une déclaration. • • • A la séance du 12 janvier, M. von Kuhl-mann fait le résumé des discussions^ antérieures et dit en guise de conclusion : — Nous avons exprimé l'opinion que les peuples habitant la frontière occidentale de l'ancien empire russe ont d'ores et déjà : manifesté leur volonté librement et dans ; des conditions que nous trouvons satisfai- j santés. Répondant à une observation du prési- \ dent de la délégation russe, nous avons dit que nous consentions absolument à examiner la question de savoir si et dans quelles conditions ce* nouveaux Etats Derniers Comminiqués te Belligérants ALLEMANDS Berlin, 16 janvier. Théâtre de la guerre à l'Ouest. Groupes d'armées du KronprkzRupprecht de Bavière et-du Kronpricz impérial Près de Lens et plus au Sud, l'activité d'artillerie a été plus intense. Combats de patrouilles dans plusieurs secteurs. Nous avons fait des prisonniers au Sud-Est d'Ornes. Groupe d'armées du duc Albreclit Après une préparation par le feu de plusieurs heures, des détachements français ont débouché au Nord de Bsdonvil-lers et ont passagèrement fait irruption dans nos tranchées. Dans les Vosges supérieurs, nos propres reconnaissances ont ramené des prisonniers.Théâtre de la guerre à l'Est. Rien de nouveau. Front macédonien. Activité combative plus intensive dans la boucle de la Tscherna. Front italien. Entre la Brenta et le Piave, en plusieurs points, violente lutte d'artillerie, d'une violence particulière dans la région du Monte Asolone. Seulement au Sud de Monte Fontana Sena, les Italiens ont réitéré leurs attaques infructueuses : ils furent rejetés. Le f8u de l'arlilleri8 anglaise s'est accentué dans les secteurs du Piave au Nord de Montello. Dar erste Generalquartiermeister, LUDENDORFF. —«o»— FRANÇAIS Paris, 15 janvier (3 h.). Sur la rive droite de la Meuse, actions d'artillerie violentes vers la fin de la nuit sur le mont Hautmont-Bois-des-Caurières. En Alsace, nos patrouilles ont ramené des prisonniers. Nuit calme ailleurs. Fa-ds, 15 janvier (11 h.). Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont attaqué aos positions du Bois le Chaume sur un front de 200 mètres environ.L'attaqua, brisée par nos feux, s'est dispersée; quelques fractions allemandes qui avaient réussi à prendre pied dans un élément avancé, en ont été rejatées aussitôt. En Lorraine, nos troupes ont réussi une incursion dans les lignes allemandes de la région de Baronviller et ont ramené une vingtaine de prisonniers. Rian à signaler sur le reste du front. pourraient participer aux négociations de paix. Seulement, la délégation russe ne nous a pas fait savoir si elle considère ces Etats comme existant déjà en tant que personnalités juridiques autonomes et si par suite pour me servir de l'expression de la délégation russe, ils peuvent prendre part à nos travaux comme diplomates ou s'il faut les considérer jusqu'à nouvel ordre commis l'objet de nos négociations. Je serais reconnaissant à la délégation russe de me faire à ce sujet une réponse excluant toute espèce de doute. » Sans répondre à cette invitation, M Trotzki prie le président de donner la parole au délégué russe M. Kamenefi, qui s'exprima ainsi : — La dé égation russe pense qu'en vue d'éviter tout malentendu, il serait nécessaire d'apporter aux métholes de travail adoptées jusqu'ici certaines modifications. Je propose que les deux parties consignent par écrit un résumé des opinions qu'elles ont défendues au cours de la discussion.Conformément à cette proposition, la délégation russe déclare qu'elle ne consent pas à reconnaître, comme étant l'expres-| sion de la volonté de là population des territoires occupés, les résolutions votées par un groupe ou un organisme représentatif quelconque si ces résolutions ont été votées sous le régime d'ure occupation du pays par l'étraBger et si elles émanent d'organismes ne tenant pas leur mandat d'une élection populaire ou vivant d'une ; manière générale dans un milieu non hos- | tile aux volontés des autorités militaires j I occupantes. La délégation refuse d'admettre qu'il I f soit possible à des organismes élus démocratiquement d'être constitués soit en Polo- | gne, soit en Lithuanie, soit en Courlande ou d'y exister ou d'avoir le moindre droit à être considérés cornue l'expression de la volonté des masses de la population. En ce qui concerne les déclarations fsites ici concernant la tendance de ces nationalités à se constituer en Etats complètement indépendants la délégation russe déclare : 1. Le gouvernement russe ne tire, du fait que les territoires occupés oui fait i à t partie de l'ancien Empire russe, aucune conclueion qui aurait pour effet de leur imposer des ob'igations que'conques dans leurs relations avec la République russe Les arcîennes frontières de l'ancien Empire russe, déterminées par des sctes de violence et des crimes dont ont été victimes les peuples et particulièrement le peuple polonais, ont disparu avec le tsaritme. Les nouvelles frontières, celles de la fédération fraternelle des peuple», doivent être dé'erminéas par le libre choix des po pulations intéressées, celles de la République russe et celles qui désirent se séparer de cette République. 2. Dans ces conditions, la tâcha fondamentale du gouvernement russe dans les négociations engagées ici ne consiste pas à réclamer d'une manière quelconque l'Obligation du maintien des territoires en question dans le cadre da l'Empire russe, mais à assurer aux populations de ces territoires la véritable liberté et le droit de décider de leur sort, à leur garantir le ' régime d'Etat de leur choix et une situation nette au peint de vue international. i La République russe ne sera rassurée I contre le danger d'une immixtion dans les | conflits de frontières et de toutes autres -j divergences de vues quelconques, que ! quand elle aura la conviction que la ligne | de démarcation entre les territoires de ces | nationalités et ceux de leurs voisins a été s constituée par leur libre volonté et non I pas imposée par une autorité supérieure f qui ne s«ra capable d'opprimer leur volonté ï que pendant un court laps de temps. 3* Cette tâche présuppose l'accord préa- ? lable de l'Alips^agne et de l'Autriche d'une | part et de la Russie d'autre part, sur les g quatre points essentiels suivants : L'étendue du territoire dont la popula- f tion sera appelée à exercer son droit de | décider elle-même de son sort; les questions de politique générale préalables à l'exereiee de ce droit par les nationalités intéressées; le régime de transition à adopter jusqu'à ce qu'elles foient organisées définitivement comme Etats; enfin, la forme dans laquelle les dites nationalités seront appelées à manifester leur volonté. Ce sont les réponses sur ces quatre points qui devront constituer les artic'es du traité de paix que nous voulons voir substituer au paragraphe 2 de la proposition allemande du 28 décembre 1917. La Conférence de Stockholm — Stockholm. 14 janvier. M. André Walfz écrit dans Ip « Sozial-demccraten » : —- En principe, les socialistes français ne sont pas adversaires d'une Conférence internationale à Stockholm, mais il n'y assisteront que s'il est hors de doute qu'elle puisse donner un résultat. Commentant cet article, M. Branting constate que les socialistes français dont parle M. Waltz sont donc partisans d'une oaix basée uniquement sur la décision par les armes. Or, une pareille décision ne paraît pas être dans l'ordre des choses possibles et n'aboutirait, du reste, qu'à épuiser totale ment l'Europe. En Allemagne — Berlin, 14 janvier. L'Empereur a reçu hier matin le prince héritier, le chancelier de l'Empire, et le feld-maréchal von Hindenburg. — Berlin, 14 janvier. Il est permis de dire que les réceptions 1 du chancelier et l'entrevue des deux chefs \ militaires allemands avec l'Empereur ont % eu pour résultat d'amener un complet f îccordau sujet des questions militaires et politiques en suspens. La manière de voir du haut commandement a été entièrement admise. Il paraît certain que la Conférence plénière qui se tiendra aujourd'hui en présence de l'Empereur confirmera le résultat des délibérations préliminaires. — Berlin, 14 janvier. Sous le titre : « Faits et Bruits », la « Ga- f zette de l'Allemagne du Nord » écrit : — Le Chancelier de l'Empire a remis * récemment plusieurs rapports à l'Empe- -reuret a reçu de nombreuses personnalités. | Une délibération empreinte de la plus \ grande confiance a eu lieu entre le comte von Hertling et les chefs de l'armée. Les informations disant qu'un Conseil | de la Couronne se tiendrait aujourd'hui ? sont inexactes, aucune divergence de vue . ne nécessitant la réunion de pareil Conseil. s D'autre part, la Presse publie encore une I série de nouvelles inexactes; c'est ainsi f qu'elle annonce erronément que M. von ï Kiïihmann et le comte Bennstorff sont ar- ? rivés àBerlin. j, 1 — Berlin, 14 janvier. \ | Le chancelier de l'Empire parlera à la \ ? Commission principale du Reichstag dans • quelques jours seulement. ■4 —«0»— En Autriche-Hongrie. — Vienne, 14 janvier. Les représentants du gouvernement finlandais et du Conseil d'Etat finlandais oat été reçus hier au ministère des affaires étrangères par le baron von Flotow, qui, au nom de l'empereur Charles, a reconnu la République de Finlande en tant qu'Etat autonome. I — — Budapest, 14 janvier. Les souscriptions su septième emprunt de guerre hongrois dépassent 3,000,000,000 de couronnes. Jusqu'à présent, les emprunts de guerre ont produit plus de 25 rr illiards de couronnes en Hongrie. — Vienne, 14 janvier. Les régents et le président du Conseil des ministres du royaume de Pologne sont partis cet après-midi pour Varsovie. — Vienne, 15 janvier. Oa mande de Sofia à la « Politische Korrespondetz » : — Das combats d'un caractère révolutionnaire se livrent actuellement à Jassy. Le mouvement contre le roi Ferdinand grandit de jour en jour. Le Cabinet Bratianu n'a plus le prestige nécessaire pour soutenir efficacement le Roi. ï, | ~«o»— i En Amérique — Londres, 14 janvier. | Oa mande de New York au « Times » : i —M Hoover, directeur du département de l'alimentation, exige que ses décrets I soient rigoureusement appliqués afin de I mettre un terme aux agissements des I accapareurs. \ M. Hoover espère limiter la consomma-! t;on du froment en créant des produits qui (peuvent la remplacer. Il pense économiser ainsi pendant l'été 175 à 90 millions de bushels qui seraient réDariis »ux Alliés. Pendant les cinq derniers mois, 25 à 50 millions de bushels économisés aux • Etats Unis ont été exportés. » i — Paris, 14 janvier. Oi mande de New York qu'une vague de froid passe en ca moment sur l'Amérique du Nord. On croit qu'elle atteindra sous peu l'Europe. —«o»— En Italie — Rome, 14 janvier. Le Conseil des ministres a approuvé hier le décret de la mobilisation agricole prévoyant des mesures d'un caractère exceptionnel. Ce décret autorise le gouvernement à occuper les terres non cultivées, à réclamer la main d'oeuvre de l'élément civil, ainsi qu'à désigner les catégories de c'toyens des deux sexes qui, avec les militaires, pourront y être employés. Le Comité de la mobilisation agricole sera composé de sénateurs, de députés et de représentants des propriétaires et des ouvriers. — Rome, 14 janvier. Le ministre des finances a autoiisé la Banque d'Italie à émettre 2 millions de billets de banque de 50 lire, soit 100 millions de lire au total. — Berne, 14 janvier. Les journaux annoncent que l'Italie a exprimé à son tour le désir de se voir ouvrir un crédit commercial en Suisse et a fait connaître son intention de conclure un traité de commerce spécial. Les négociations avec l'Angleterre en vue de la conclusion d'une convention similaire ont commencé ces jours ci. —«o»— En Rusale. — Paris, 14 janvier. Oa mande de Pétrograd à l'Agence \ Ha vas: | — Les résultats des élections pour l'As-| semblée constituante connus jusqu'à présent donnent 260 mandats aux socialistes révolutionnaires et 154 aux maximalistes. — Pétrograd, 14 janvier. M. Michaïlovitch, député de Tobolsk, est arrivé dans la capitale; il représentera la République sibérienne à la Constituante. — Francfort-sur-le Mein, 14 janvier : Oa mande de Stockholm à la « Gazette i de Francfort ». 1 — Le bruit court à Pétrograd que M. Lé-a nine aurait l'intention de se retirer. .■ M. Trotzki deviendrait alors président | des commissaires du peuple. * — Paris, 14 janvier. | On mande de Stockholm au « Matin » : f Ua Etat autonome a été proclamé à f Arkhasgel; il comprend sept gouverne- Iments parmi lesquels ceux de Perm. de Vologda et de Kestroma. Ce nouvel Etat aura quinze millions d'habitants. — Londres, 14 janvier : i Le « Times » apprend d'Odessa que les [ scènes de terreur de Cronstadt se sont re-l nouvelées à Sébastopol, où plus de soixante i officiers de marine, dont quatre amiraux, f ont été assassinés par des matelots maxi-1 malistes. L'amiral Nemetz, de la flotte de ■ la mer Noire, a donné sa démission à la ; suite de ces faits. — Paris, 14 jinvier. On mande de Moscou, que le manque de vivres s'accentue de jour en jour ; la ration de pain a été ramenée à 100 grammes. Ua nouveau journal a paru sous le titre : « Le roi Famine ». — Londres, 14 janvier : Le « Times » apprend d'Odessa que, pendant les jours de Noël, la ville de Cilla a 4M# année, — N8 13 Lt H* J.O estime» Mercredi-Jeudi 16-17 Janvier 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho de Sambre et Meuse behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in - van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes