L'écho de Sambre et Meuse

113 0
21 januari 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 21 Januari. L'écho de Sambre et Meuse. Geraadpleegd op 19 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/0g3gx45r2k/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Almlnis'ration-Rédaction : J.-B. COL* ARQ 37, rue Fossés Fleuris, Namur L'Echo de Sambre & Meuse jourival QUOTIDIEN Les Communlqués des —o— ALLEMANDS. — Berlin, 20 janvier (officiel de ce midi). Théâtre de la guerre à l'Ouest. Des navires ennemis ont bombardé Oitonde. fie violent* combats d'artillerie se sont livrés jusque tard dans la nuit dans la boucle 4ue forment nos positions au Nord-Sud d'Ypres. Sur les deux rives de la Lys et sur le canal de La Bassée, ainsi qu'entre Lens et Saint Quentin, les opérations sont devenues plu* actives. Les Anglais ont bombardé toute la journée, avec une violence particulière, nos positions établies au Sud de la Scarpe. L'artillerie française a été active dans peu de secteur* seulement. La canonnade a augmenté momentanément de violence dans la région de la Meuse, ainsi qu'au Nord et au Sud du eanal du Rhin à la Marne. Théâtre de la guerre i l'Est. Rien à signaler Sur le front en Macédoine et sur le front •a Italie, la aituation n'a pas changé. Berlin, 19 janvier (officiel du soir). Violente canonnade dan* la boucle d'Ypres. Sur le* autres fronts, rien i «ignaler. AUTRIGMIENS. — Vienne, 19 janvier "(officiel de ce midi). Rien à signaler. BULGARES. — Sofia, 17 janvier (officie ). Sar le front en Macédoine, à l'Ouest du lac d'Ochrida, dan» la boucle de la Gzerna, *ur le Dobropolje et dans la région de la Moglena, la canonnade a été plus violente par intermittence. Dans la région de la Moglena, engagements entra patrouilles. Près du village de Dobropolje et au Nord du lac de Takino, notre canonnade a mis en fuite plusieurs importants détachements de reconnaissance ennemi*. Sur le front do la Dobroudscka, armistice.TURGS. — Gon*tantinoplo, 15 janvier. — Officiel : Pas d'événement particulier à signaler. Corotantinople, 18 janvier. — Officiel : Le temps s'étant éclsirci, la canonnade est devenue un peu plus violente dans quelque* secteurs. Les opérations sont restée minimes sur tout le front. A* large d'Alexandrie, un vapeur de transport anglais chargé de troupes et un contre-torpilleur ont été coulés A l'ouest d'Alexandrie, un vapeur de Port-Saïd, vraisemblablement chargé d'explosifs, a aussi, été conlé. Sur les autres fronts, la situation ne l'est pas Modifiée. FRANÇAIS. — Pari*, 19 janvier (3 h.). Pendant la nuit, actions jd'artillerie assez vives en Ghimptgne, dans la région d'Auberive et sur la rive droite de la Meuse au Nord de Bfionvaux. Rien à signaler ailleurs. Paris, 19 janvier (11 h.). Rien à signaler en dehors d'une activité d'artillerie au Nord dn Chemin des Dames ot sur la rive gauche de la Meuse. ANGLAIS. — Londres, 19 janvier (officiel)L'ennemi a vainement tenté d'attaquer à diverses reprises la nuit et àl'jubenos tranchées établie* près de Neuve Chapelle ot au Sud de Lens. Par ailleurs, rien à signaler. Londres, 18 janvier. Officiel de l'Amirauté : La nuit du 12 au 13 janvier 2 torpilleurs qui regagnaient leur base, se sont échoués sur la côte de l'Ecosse par une vie:ente tempête de neige; ils ont été complètement détruits. Tous les matelots, à l'exception d'un ■oui, ont péri. ITALIENS.—Rome, 19 janvier (officiel). La nuit du 17 au 18. l'ennemi a tenté d'attaquer le secteur de la tête de pont de Capo Sile. La rapide intervention de notre artillerie a fait échouer cette opération. Las détachements qui avaient réussi à atteindre nos obstacles en fil de fer barbelé ont été décimés par le feu de nos canon*, de nos fusil* ot de no* mitrailleuses. Hier, canonnade plus violente sur les deux rives de la Brenta et dans le secteur situé ê l'Est du Montollo. Sur le haut plateau d'Asiago, nos détachements de reconnaissance ont sis en fuite des avant-postes ennemi* et se sont emparés de matériel de guerre. La guerre sous-marine — Berlin, 17 janvier (officiel). Un de nos sous-marins, commandé par le capitaine ^,:\\3."iant Eckmann, a coulé récemment six vapeurs, presque tous armés, jaugeant 33,000 tonnes brut eu chiffre rond. La plupart de ces navires ont été torpillés dans la mer d'Irlande, soit lorsqu'ils voyageaient isolément, soit hors de convois puissamment protégés. Parmi cas navires se trouvait «o vapeur jaugeant environ 12,000 tonnes, dont le profil était celui du type « Afric ». — Berlin, 19 janvier (officiel). Dans la Méditerranée orientale, nos sous-marins ont encore coulé quatre vapeurs et un voilier jaugeant en chiffre rond 25,0 0 tonnes brat. Undenossou*-marins a coifé, en vue de la cête de la Tripolitaine, le vapeur italien de transport «R*gina Elena» (7,940 tonnes brut), qui avait un chargement plein Les canons des batteries de la cô'e n'ont pu empêcher le sou» marin d'exécuter méthodiquement •on attaque Les autres vapeurs détruit», en raison de leur fort tonnage et de leur cargaison, représentaient des objectifs particulièrement précieux. Us se dirigeaient oresquo tons vers l'Est sous forte escorte. Pare?i eux se trouvait le vapeur de transport anglais chargé « Spiréa » de 3,620 tonnes qui a été habilement torpillé d*n» un convoi puissamment protégé. Des deux autres vapeurs, l'un, de nationalité anglaise, était armé; à en juger par ses nombreux canots et radeaux de sauvetage, il «'agissait d'un navire affecté au transport de troupes. L'autre, qui a paru être un paquebot do la Peninsular Orientale ou de Whitî Stene, était chargé d'exp'osifs. SUR MER — Amsterdam, 18 janvier. Du « Maasbode » : Le voilier « Marga », qui a quitté vers la mi-novembre un port de la Baltique pou? se rendre à Stockholm, manque à l'appel et est considéré comme perdu. Le vapeur anglais « Seapoint » (593 tonnes brut), de Londres, a été avarié et a coulé. Le vapeur « Pluton » de Las Palmas, s'est échoué et est réduit à l'état d'épave Le voilier « Saint-Louis », (98 t. brut), de Nante», en entré en collision avec nn vapeur norvégien ot a coulé. Le voilier « Nikita » (1,086 t.), de PJy-mouth, s'est échoué. La voilier « Maple Leaf » (2511 ) a dû être abandonné en mer. Le voilier < Aainge Nendi » (2.424 tonnes brut), transportant du charbon à Barcelone, s'est échoué et s'est brisé. Le voilier espagnol < Familia » a subi même sort près de Tarragone. Le voilier espagnol « Carlos » a coulé. La guerre navale — Paris, 20 janvier. Du « New-York Herald » : — A la suite du torpillage du vapeur américain « Texas », le gouvernement américain a déclaré zone do guerre toute la cête de l'Atlantique. — Paris,'19 janvier. On mande de Nevr-York au « Herald » : — La lifte officielle des navires torpillés en décembre comprend les noms de dix-neuf bâtiments américain*. nï m r " km nw min - Négociations de Faix A BREST-LITOYSK — Pétrograd, 19 janvier. Du «Rietech », qui s'appelle aujourd'hui le < Wjek » : —A l'Institut Stnolny on prétend qu'une scission s'est produite à Brest-Litovsk au sein de la délégation russe. MM. K^menef et Jofie, ainsi que Mme Bitsek'iuko, seraient d'avis que les conditions de paix de l'AUeaîîgae ne sont pas absolument inacceptables, tandis que les autres délégués, entre autres M Pawlo witseh et l?s experts militaires, estimeraient qu'il n'est pas possible de les accepter.— Brest-Litovsk, 19 janvier. Le correspondant de l'Agence Télégraphique de Vienne a été reçu le 15 janvier par le comte Czernin qui lui a dit : — Les négoeûtions avec les représentants des gouvernements de Pétrograd et de Kiew battent leur p'ein. Elles sont longues et actives. J'espère et quant à nous j'en prends l'engagement, que la paix n'échouera pas pour des visées de conquête. Je ne retire pas un mot de ce que j'ai dit et défendu lorsque j'ai fixé le pro- | gramme de paix de la monarchie austro- ' hongroise. Nous ne demandons â la Russie ni ees- -sion de territoire, ni indemnité de guerre. ? Notre but est de créer entre voisins des v rapport* amicaux solides et empreints d'une confiance réciproque et durable. — Brest-Litovsk, 19 janvier. La Commission économique austro-hongroise-allemande à délibéré aujourd'hui avec les commissions économiques russe et oukrainienne. Ces délibérations ont donné des résultats satisfaisant* Les délibérations confidentielles de caractère politique avec la délégation de l'Oukraine continuent. En France. — Paris, 19 janvier. fis l'Agence Havas : MM. Démangé et Ceecaldi, défenseurs de M. Caillaux, ont adressé â M. Clémen- a ceau une lettre de protestation contre les ; m Derniers ComctiDipés to Belligérants, ALLEMAMDS. — Berlin, 21 janvier (soir). La situation est sans changement sur les théâtres de la guerre * * * Barlin, 21 janvier. Tkéâtre de la guerre à l'Ouest. Groupe d'armées du Kronprii_z Rupprecht de Bavière Au Nord-Est et à l'Est d'Ypres, de môme que sur le front depuis Lens jusqu'à.... (?), l'activité plus intense de l'artillerie s'est maintenue. Au Sud de Bandhuille, en rejetant une poussée anglaise, des prisonniers sont restés entre nos mains. Groupe d'armées du Kronprinz impérial. Dans plusieurs secteurs du front ainsi que de part et d'autre de la Meuse, activité combativs des deux artilleries Au Nord Ouest de Reims et dans les Argonnes, de petites entreprises do nos détachements d'assaut ont été couronnées do succès. Dans ces deux derniers jours, nous avons descendu 11 avion* ennemis et un ballon captif. Théâtre de la guerre à l'Est. Rien de nouveau. Front macédonien. Entre les lacs de Vsrdar et de Doiran, le feu d'artillerie a intermittemment repris. Dsns la plaine de la Strouma, plusieurs combats heureux pour les Bulgares se sont déroulés dans le terrain entra les lignes. Front italien. Pas d'événements notables. Dîr ersta Generalquartiermeister, LUDENDORFF. —«o»— FRANÇA.IS. — Paris, 20 janvier (3 h.). Nous avons aisément repoussé deux coups de nain ennemis : l'un dans la région au Sud-Est de Saint Quentin, l'autre au Nord de Courtecon. Canonnade intermittente sur le reste du front. Pari», 20 janvier (11 h.). Au Nord Oaest de Reims et sur la rive droite de la Meuse, lutte d'artillerie assez active. Un coup de main ennemi sur nos petits postes de la région de Loivre a échoué. Au Nord de Saint-Mihiel nos patrouilles ont ramené des prisonniers. Aviation Dans la journée du 19 nos équipages aériens ont livré de nombreux combats aériens. Six avions allemands ont été détruits et deux autres gravement endommagés; ils sont tombés dans leurs lignes. informations publiées par la Presse au sujet du contenu du coffre-fort du Florence. Il est faux, disent-ils, qu'il renfermait pour des millions de titres ; quant anx informations sur la valeur des bijoux, elles sont tout aussi inexactes. M. Caillaux a déclaré l'ontièreté de *a fortune au fisc et demande lui-a ême que son avoir et ce'ui de sa femme fussent fixés par des experts. Les défenseurs de M. Caillaux terminent par ces mots : — Dans l'intérêt de la paix intérieure et de la justice, nous espérons que vous or- I donnerez que désormais les droits de la défense soient mieux garantis. » — Paris, 19 janvier. II L' « Heure » dit que le document mettant en cause le président de la République que l'on a découvert dans le coffre-fort iloué par M. Caillaux à Florence est un télégramme adressé par M. Poincaré au | Vatican à titre personnel et â l'insu du ? gouvernement. ! Le but de M. Caillaux était probable-• ment de démontrer que M. Poincaré préparait un nouveau concordat avec le I Vatican : le télégramme aurait d'ailleura été déchiffré âu ministère de l'intérieur et \ n'aurait été supprimé que récemment du dossier à la demande de M. Pichon. Grâce & ce document, M. Caillaux était à même de montrer que le crime dont on ' l'accusait d'&voir eu des relations secrètes avec le Vatican avait été commis en réalité par M Poincaré en personne, pour qui sa situation constituait une circonstance eg-gravante, la Constitution interdisant au Président une initiative semblable. — Paris, 20 janvier. De l'Agence Havas : — La Chambre a discuté l'interpellation de M. Poncot, député socialiste, relative â l'œuvre de secours créée par 1' « Action française » sous le titre : « La part du guerrier ». M. Ponoet estime que cette k .i I œuvre est illégile et porte atteinte au prestige de la République. M. Puglieai Conti attaque violemment les socialistos. Le ministre de l'intérieur dit que le gouvernemsnt sévira avec une extrême rigueur contre tous ceux qui fomentent la guerre civile. Il expose les mesures que compte prendre le gouvernement pour la surveillance des œjvres de bienfaisance. Le ministre interdit à quiconque do lui prescrire quoi que ce soit en matière d'aide à donner sux soldats. L'Etat ne négligera rien pour améliorer leur situation. Au cours do la discussion, M. Pdgliési-Conti continue à invectiver les socialistes. Le président lui retire la parole et suspens la séance. Lorsque les députés rentrent en séance, la Chambre vote l'ordre du jour déposé par M Faisant, approuvé par le gouvernement, et eorçu comme suit : — La Chambre condamne les manœuvres royalistes et les menées «yant pour f but de déchaiaer la guerre civile et de semer la désunion dans le pays devant l'ennemi et, confiante dans l'énergie que mettra le gouvernement â le* réprimer et à protéger les institutions républicaines par une application rigoureuse des lois, f passe à l'ordre du jour. » En déclarant accepter l'ordre du jour Paisant, M. Clemenceau dit : — Le gonvernement est décidé & répri- S mer toutes les maE œuvres antirépublicti- ï nés, qu'elles soient bon partistes ou mo- | narchistes ou qu'ello-s soient l'œuvre d'une | personnalité qui poursuit un avantage s personnel en complotant contre la sécurité s ds la République. » La partie de l'ordre du jour exprimant jj la confiance de la Chambre dans le gouver- I nement a été votée par 404 voix contre 1. § La séance a été ensuite levée. —<o»— En Russie. — Pétrograd, 19 janvier. Les délégués des comités de l'armée ont | fait parvenir au Conseil des commissaires £ du peuple de vives protestations contre le | retari apporté avec intention dans le ren- | voi des troupes en congé. Le < Djen » dit que les comités maxima- | listes, devenus les maîtres dans* l'armée, 1 l'ont désorganisée à tel point que le nombre des officiers n'y atteint plus que 12 °/„ de ; leurs effectifs normaux. De» bandes de soldats pressurent les régions situées à l'arrière du front et y constituant nn grave danger pour la séevrité publique : on peut évaluer à 300.000 le nombre des pillards qui les composent. Le commissaire du gouvernement russe ' a déclaré â une conférence qui s'occupe ï de la démobilisation que si l'on ne se hâte ] pas de renvoyer le* soldats en congé, ils | mourront par milliers sur le front et que | les survivants, ehassés par la faim, enva- < hiront le pajrs et commettront d'irrépara- | bles ravages. — Berlin, 19 janvier. Le « Berliner Lpksl Anzeiger » apprend de source autorisée qus l'armée russe est en pleine dissolution; elle n'est plus commandée et les officiers ont perdu toute influence. En outre, toutes les industrie* . de guerre chôment. Toutefois, les véritables raisons de l'état lamentable de l'armée, c'est que les soldats ,• en ont assez de la guerre. A présent, les Russes ont déjà évacué deux cents kilomètres de leur front. — Berlin, 19 janvier. De la « Gazette de Voos * : — Des divergence* de vues se sont élevées entre M. Lénine et M. Trotzki. dont les rapports se tendent tous les jours da- I vantage. Les amis de M. Lénine disent : qu'il a l'intention de se retirer pour permettre au Congrès des soviets de se prononcer entre lui et M. Trotzki. Dans l'entretemps, M. Lénine est rentré , de Finlande. — Pétrograd, 19 janvier. L'Assemblée constituante a élu président provisoire M. Tchernof par 244 voix contre 151 données à Mme Spiridonwa. — Stokholm, 20 janvier. On mande de Pétrograd au « Stockholm* Dagblad » : D'importante* manifestations en faveur ■ de la paix ont eu lieu dans la capitale â l'occasion de la réunion de l'Assemblée constituante. — Londres, 19 janvier. On mande de Pétrograd â l'Agence Reuter : — Quelques heures avant l'ouverture de l'Assemblée constituante, des troupes maximalistes ont assailli le cortège de la ; Fédération des défenseurs de l'Assemblép, en ont arraché les drapeaux et ont ouvert un feu de mitrailleuses qui a tué plusieurs manifestants, parmi lesquels M. Boganof, membre du Comité exécutif des délégués des paysans. — Londres, 19 janvier. Les maximalistes ont saisi le solde créditeur de l'Etat roumain à la Banque de l'Empire. —€0»— 1 à i En Italie — Lugano, 19 jan^î^r. On mande de source autorisée : — A la Conférence socialiste qui s'est tenue à M»ntecitorio, M. Turati, chef des socialistes officie's, a déclaré qu'un accord était intervei u entre les socialiste* a* glais, f.aiçais, smérioairs et italiens en vue d'exercer une setioa commune dans la question de la paix. Il est presque certain qu'une Conférence socialiste interalliée sera convoquée; elle f ura pour mitis on de rechercher s'il est possib e de mettre d'accord le programme de paix de M Wilson et les condit 0 s formulées par les Puissances centrales à B e?t Litovsk. Si uo terrain d'entente pruvait être trouvé, les socialistes de tous les pays alliés mettraient tout en œuvre pour forcer les gouvernements A le prendre en considérât on. — Francfort sur le Mein, 18 janvier. f On msnde da Lugano à la « Gazette de Francfort » : — Le gouvernement italien a ordonné une enquê p au sujet de la défaite de l'armée italienne sur l'Isorzo et de la façon dont s'est opérée sa retraite sur le Piave i L'Enquête fera faite par une commission dp sept membres présidée par 1« général ; Canova, chef de l'expédition de Tripoli- Itaine. — Rome, 18 janvier. Le « Seco'o » adjure les S'aves, les Italiens et les Roumains de modérer leurs exigences et de se mettre enfin d'accord sur leurs revendications, attendu que le jj programme « maximaliste » de l'Entente | n'est plus guère réalisable après la défec-| tion de la Russie et que le désaccord | entra ces peuples r.e peut profiter qu'à la | monarchie austro-hongroises. —«0»— | En Amérique. f — New-Yo:k, 19 janvier. I D'accord avec les milieux financiers | intéressés à la question de l'approvisinne-| ment en combustible, les frères Morgan | ont fait des déclarations pessimistes. i Ils sont d'avis que cette question peut I peser lourdement à bref délai sur la vie ? économique des Etats Unis. 1 •— Bsrne, 19 janvier. | La légation des Pays Bas dément catégoriquement la nouvelle de l'achat de la Guyane néerlandaise par les Etats Unis. — La Haye, 18 janvier. Oa mande de New York que les grandes firmes Armour et Co et Swift et Co ont fermé leurs usines faute de charbon. | ? — Paris, 18 janvier. (s On mande de Washington au « Matin » : — Les Etats Unis adopteront vis à vis des maximalistes la même attitude que | l'Angleterre. Les deux gouvernements sont d'accord à ce sujet. —«0»— L'Angleterre et l'Irlande L<>s journaux anglais viennent de publier P un avis officiel du € postmaster général » | qui prouve que les autorités anglaises sont | loin d'être i leur aise, malgré la tranquil-; lité apparente qni règne tn Irlasde. ? L'avis en question rappelle notamment | su public que tout colis postal destiné à l'Irlande, et dans lequel on aura trouvé ides armes, des munitions ou des matières explosives, sera remis à l'autorité militaire compétente en Irlande; les expéditeurs de semblab'es colis s'exposent à être ; poursuivis en vertu de la loi sur la défense ! du royaume. ' DERNIÉRFSDÉPÉfiHES I — Pétersbourg, 20 janvier. ! Le comité exécutoire principal du Conseil des Ouvrierp, Soldats et Paysans s'est réuni en une session extraordinaire et a , décidé, à 1 h 3 ', la dissolution de l'assem-b'ée constituante. — Middelburg, 21 janvier. | (Agence Télégraphique des P»ys Bis) : Hier après-midi, un bi-siège ang ais a ■ atterri dans les environs de Hulad. Le pilote James Brandt a déclaré avoir ^ pris part à une attaque aérienne sur Zee-brugge.I Immédiatement après l'atterrissage il a incendié son appareil. — Bsrlin, 21 janvier (offlaid). Dans l'extrémité occidentale de la zone f barrée autour de l'Angleterre, nos sous-marins infatigables ont de nouveau coulé . 19.000 tonnes brut de tonnage marchand | appartenant à nos adversaires. C'est- dans la Manche et dans le canal de Sandford que la plus grande partie de ces navires a été envoyée «u fond de la mer malgré les mesures de défense les plus énergiques. Au nombre des navires anéantis se trouvaient 3 vapeurs de plus de 4000 tonnes ; un navire a pu être identifié comme le vapeur anglais < Colmero » qui faisait route pour l'Afrique avec une cargaison de charbon. — Pétersbourg, 19 janvier (Reuter) : Suivant une information de la Presse, k 4ne année N* 17 Le N° JLO centimes Lundi-Mardi 21-22 Janvier 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho de Sambre et Meuse behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in - van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes