La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

295 0
11 februari 1915
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 11 Februari. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Geraadpleegd op 18 juli 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/vm42r3qm4g/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

m Jilil tfNif liyf m il H H m H B KMf LA DLLUlUUL ADMINISTRATION ET RÉDACTION JOURNAL QUOTIDIEN £*£?Sies'ai^oic^ .* .' I.OO H, Rue Hontagne-de-Ston, K, BRVXELLEg ANNONCES Corps du Journal ......... 4.00 Bureaux : de iO à 12 et de 15 à 17 heures LE NUMÉRO t TO CENTIMES SoÎ^T ! 2^0 LA GUERRE 192™* Jour de gusppa Sor le front dans l'Ouest, l'artillerie â gron kvfx: fracas près de Cuinchy (à l'ouest de La Bass< eî au nord de Massiges (à l'ouest de l'Argonn Une tranchée a été détruste par les Français scoyen de mines au sud-ouest de Carency (au no d'Arras), tandis que les Allemands en ont fait s: ter trois à La Boisselle (au nord-est d'Albert). E foi, les adversaires ont été aux prises au nord de Mesnil (sur la ligne Souain-Perthes-Massiges) dans l'Argonne, aux alentours de Bagatelle, sa çue l'ensemble de oes opérations ait eu pour res tat d'entraîner une modification appréciale du fr< de bataille. Tels sont les menus faits de guerre c tésuincnt les plus récents comimuniqués de Paris, dont là dépêche de Berlin parlait hier en quelqi bouts de phrase laconiques en disant qu ils ne p sentaient qu'un intérêt secondaire. ^ ^ L'importance des événements, dans I Est de I I ftïpe, continue à ne pas être en rapport avec la fo tomêrique des années qui s'y sont récemment li sur divers points de violents combats. De la dé: che officielle de Pétrograd du 7 — celle d'hier Berlin ne parle que de succès locaux — il faut in fer que les Russes, après s'etre avancés dans ; ïallée de Scheschuppe, au nord-est de la Prii •caientale, ont dû se mettre sur la défensive pour pousser l'attaque des Allemands dont les effect avaient reçu des renforts. Sur la rive droite de la Vistule, dans le nord la Pologne, Pétrograd relate diverses escarmouch mais les effectifs mis en ligne sur ce front sont ti réduits pour qu'il faille s'attarder à en commen U portée. A l'embouchure de la Bzura, dans la fart du village de Kamiony, les Russes continu déployer beaucoup d'activité et disent avoir lé scœerrt progressé. Par contre, plus au sud, à 1' de la Rawka, là où précisément la violence de 1' Jion faisait présager cies événements décisifs, nikne relatif s'est éiafoli. Dans les Carpathes, le communiqué russe coi cae à situer les hostilités à l'ouest sur la ligne s du col de Dukla-Mezô Laborcz. Dans ce sectc 5'offensive appartient aux Russes; par contre, la pèche de Vienne d'aujourd'hui annonce l'échec plusieurs de leurs attaques. Ce dernier docum n'accompagne d'aucune indication spéciale la br cotation qu'elle fait de violents combats livrés su: eestamt du front dans les Carpathes.de sorte qu'il rient difficile de se faire une idée claire de la sit tioa sur ce frcœt. Disons, en nous basant sur le c< SHKàqué russe, que l'offensive autrichienne, poi jusque près de Lutowiska, a été enrayée aux envir de cette localité située à une trentaine de kilornè œa nord-ouest du col d'Uszofc, ainsi que dans les filés de la Tucholka dont il a déjà été qtiest avant-hier. Nous ne savons rien, en revanche, d< qui se passe près du col de Wyszkow, tandis nous voyons le champ d'opérations dans les Car tbes se développer encore vers l'est. Sur la rc qui conduit en Galicie à Nadvorna — route a mandée par le col des Tartares qui réunit Oken zo, ville hongroise située au nord-est du comi de Marmaros à Jablonica en Galicie — les Ru; disent s'être retirés lentement devant des forces osmies considérables; elles ont fait de même en ! \ fiprnnitjin i /.ntilnm & V covine. Vienne confirme aujourd'hui l'avance troupes autrichiennes dans cette province, où e ont réooeupé Wama, localité située à 10 kilomèl aas nord-est de Kimpolung". ■¥+ UN MESSAGE la demande de la presse américaine, le roi Aib >envoyé le message suivant aux Etats-Unis : » ^Mandez un message; au moment % acnevent Jessix premiers mois do la guerre, je 4.-1?1 j v"îlr aaisif cette occasion pour exprimer gratitude et ma. sympathie aux Etats-Unis d'Amériq Avec une générosité et une délicatesse vraiment t «liantes, les citoyens américains sont venus au seco de mon pays. Sans l'aide fraternelle des Etats-Unis, îftœnie se serait- étende ç0mme un fléau sur nos proi dévastées. j^PlûiJiates qui se soèfc dévoués p< ..a ^Uicittids dans des cifcotistau oiincîles et à tous vos compatriotes qui ont si bien or. msé le ràvitaLUemetifc, j'ai à cceiir de rendre un hc mage public. Une fois do plus, la grande nation à,œi came, naelë à une tradition séculaire, a voulu s'às «ter 0 une œuvre de solidarité humaine, affiriilaiLt ai swaiiu- xq monCi.e son îddàl de justice et de liberté. % ++ : « A BIS L'ALCOOL I p® tous les miraefes de l'heure présente, il en est aonne, au règne du tsar Nicolas II, son vérit-a ^^cwre : à savoir les résultats prodigieux, sdmirabl fcmnYiafc« de la suppression de l'alcool et des débita Ru«sie, écrit un diplomate dans le « Figa.ro ? 3 * trJnsfonnée. Dans ies villages, dans ies bou £»» ub^"urSs, l'aspect des choses et de3 gens MUetam changé qu'on ne le reconnaîtrait pas. È mines do Briansk^ où 12,000 ouvriers travaillent à cabr-eatton des obje4js militaires, un ordre parfait, i «sctrvité fcnanqinlle, le calme ni le bien-être sur les Pf™ k® nîeat le dimanche, les famille® sont Œnnsnchées ei groupées, comme jamais cela ne e'ét fa en Kussidj » En un district éloigné, où j'étais envoyé pour u mission à reaupirr, los f«mmes eont venues vers mod m ont dit : « Excellence, puisque vous approchez l'E p&reuTf dites-lui bien que nous baisons la trace de f pas. Il nous a rendues à la vie. C'est notre père. Il fait le bonheur de sas enfants. Les hommes ne ne quetre^ent plus, ne nous bar-tent plus. Nous pouve nourrir et élever nos familles... * Et cette tr-ansforn de tion s'est faite sans difficulté, sans récrimination, sa ïe) protestation. Tout le monde a compris que c'est pc 2). k* bien général ; et, de même que le malade obéit au méedein, les buveurs eux-mêmes, docilement, so se rcj laissé faire... ». .u- ++ — u LES FAITS DU JOUR et Ij_ Tokio, la Cax>ix-Rouge japonaise vient d'envoj en France st» médecins les ptus savants et see iiu ^fit 'mières les plus experimentée*à, en tout une trédita; ucj de pexeonues doist le concours &ea*a infiniment utile. e|' be groupe e&t arrivé samedi à Paris. i<^ medccine, que conduisait et commandait un p rg_ fçseeux émérite, le docteur Sciiioda fljrooohiguie, mè« * | cin chef principal, portaient avec élégance un costu , | de toile iaune assez semblable à l'uniforme des of£k>i 4- anglais. :Çe Les infirmières étaient vêtues d;'une robe bleue; ; •je leurs cheveux nciis, soigneusement tirés à la me jç._ d'Exu-ème-Orient, était posé un coquet petit boen p pareillement bleu, r, — Nous sommes 4 3a disposition do votre gouyer: rf~ ment., dirent-elles en un ïran^iûs qu'elles gasouiilaii ; la très correctement. Nous ferons tout ce qu'il n< kse commandera. Une seule chose nous chiffonne : c' r€_ que, paraît-il, on ne voudra pas nous envoyer sur ifs c.aamPs_de bataille. Nous y serions retournées vol tiens, car, presque toutes, nous y sommes déjà allé* nous ne craignons ni les balles, ni les ennemis, de es, La « Deutsche Tageszeitung » reproduit un disco op dans lequel le docteur Weiekirchiier. bourgmestre ter Vienne, a reproché aux femmes de Vienaie leur niant r^_ de conscience devant la situation créée par la guei l — Pardonnez-moi, leur a-t-il dit, mais je no p m'empôcher de faire d'e vifs reproches à la populat ?e~ viennoise. Des milliers de personnes vivent encore et est me si la guerre n'existait pas. Quand je circule d ac- rues de la ville, je vois un grand; nombre de îeun ujq élégantes boire du café à la crème et manger des tiaseries finee. . » J'ai envie de leur crier : ru- » Feananos, filles, ignotrez-vous que la guerre exi iUKl que des milliers de vos fils et de vos frères donr» ur, l«ur vie et leur feang pour i'evmjve reur et la patrie 1 Ig dé- rez-vous que nous sommes entourés d'ennemis puss^ô tle qui veulent nous affamer? Ignorez-vous que le mom * est venu de 6-onger à l'économie? Nous ne craignons f la tamine, mais en ma qualité xi'-e bourgmestre, je < défendre les intérêts ée notre ville en vous disant : : le sistez, résistez et encore résistez. » aa_ . Au^Ët^ts-Unis." " , >m_ / Les Aicéricaines, loin de se déssnfcérefsfier du sort , / combattants, ^occupenv activement de ta^'onner des iec 'tements chauds pouf Tes soldats; deux petits faits n caiS i en fortmisse lit "la pre'u ve. :res^ A Phiiâ^alphie, au concert de la Philharmonique dé| chef d^orchestre, ces joufT^emiem, fut obligé de p ioîi J®*5 assistantes de ceaser leair tricotage, lo bruit k c'i aiguilles couvrant les « pianissimo ». Enfin no m'or sont les pasteurs qui ont autorisé les fidèles qui vient aiux offices à faire du crochet ou de tricoter pend P^"\ leurs sermons. >E3- Le bombardement du district minier de Béthun ne- causé, dit un télégramme <te Gériéve, des dégâts *ad atteignent de nombreux millions de francs? Lin gr charbonnage-dffvTir chômer longtemps, le puits de ( oente ayant été détruit, en- ^u" Le comité qui s'est constitué à Baara, en Hollai et qui pourvoit depuis pJsfifceoK» mois au_x besoins nombreux réfugiés belges recueillis par les habita va être obligé de demander au gouvernement do s Cfuper die ces malhenjreurc s'il ne> parvient pas rap; ment à trouver de nouvelles re*seourees. Pour la t sième fois, le comité a fait un appel pressant aux; ] sonnes charitables en vue de pouvoir poursuivre œuvre humanitaire. S • ""7 . —— , pe Daçia a fait escale à Norfolk, en Virginie, p faire du'cÏÏarbon. Le correspondant newjorkais du « Daily Chronicle Il int-erviey/é le propriétaire du Dacia, qui lui a décj que l'achat du navire n'avait pas d'autre mobile qu désir de faire une bonne affaire commerciale : il au d'abord essayé, a-t-il dit, mais sans succès, d'acbi ■N des navires anglais et français,^, Le propriétairetdu Dacia à^Tait part én eutre de ? intention dvâShetor d'autres navires encore. Déjà acquis le Segurança, de la Exward' 'line'. Oe bâtkr est réservé au"transport du coton en Europe. Le commandant, militaire du camD des prisonnier? Munster a mis à la disposition des agriculteurs groupes do 80 à 100 prisonniers, en vue de les ai dans les travaux agricoles du printemps. Il exigé : 1 lement qu'un logê'ihéSt" oonvonalDÎe soiit mis à leur position. res Samedi dernier, dans la mer du Nord, à Lange< une seconde épave d'aéroplane a échoué sur la rive. Les boys-scouts ont trouvé en Angleterre. une < cirrrenee sérieuse dans les jeunes Girl Guides — e sont déjà 3,000 pour Londres seul — qui"sono empkrç commo « messagères » dans les hôpitaux, dans ies ert bulances et tous les services convenant à leur sexe 1 leur âge. où me L'Université de Poitiers s'est attaché'un des maî: Dia' les plus renonirr^li dé l'Université dé Louvain, M» ue. Wujt. jnembre de l'AcadémieVoyaïe de Belgiqué.Le £ 3U~ vrier, le célèbre médiéviste, qu'une richissime univer d" Amérique eût bien voulu enlever, a commencé .ia cours tfur « Une philosophie d'az*t » devant un audits m" comfne peu <le conférenciers en ont jamais eu à Poiti Des applaudisSt^Qienta ont accueilli le distingué pro. [ur &fïur à son entrée d^rns Ui galle et l'ont saJué à la ^'9 de sa remarquable ieçon. Un produit national de l'Uruguay, l'alcool, vi d'êtf-e exporté, pour la première fois, en Àngletej Un premier envoi do deux. millions do litres a été ; et sftra suivi, sous peu, d'uil autre million do lit! Cettfci exportation, si elle continué, favorisera grau ment la culture du maïs en Uruguay. On télégraphie de Pétrograd que le Tsar a déœ la croix cle BamtMjî-eoi'gea h une jeune fille, élève gymnase, Mlle Tylchinine, qui, soiss des vêteme d'homme, a combattu vaillamment et a été blessée ti un fois. ile 65j ^ L'Association d-es pâtistiers de Berlia a convié lo blic pour le 10 et le 11 fé\Tier à pyf », teaux de guerre conlectionaés avec dè la farina de • 'gs gie, du sucre"'et des fruits, est : u.x On mande de Rome que lo roi d'Italie a reçu en *a dienoe lo député Enrico Ferri et s'est entretenu ( LT1.e dialemeait avt* lui {jeaidant une heure environ. Dans V1~ milieux politiques, on rapproche cette réception d* su- formation possible, lors d'une crise éventuelle, d'un ait binet de concentration dans lequel seraient représ en lea socialistes-réformistes* s COMMUNIQUÉS OFFICIELS OS ■ ■' ■ ■■■ ■ a u® Csmmuîiiqués aîleraaads ns ta- ns Berlin, 10 février (Officiel de ce midi) : Théâtre de la guerre à l'Ouest. — Abstractio faite de légers succès que rhvs troupes ont obtenu dans PArgorane, sur le versant ouest des Vosge: près du Ban de Sapt et de la forêt de Wiirzbach, : n'y a rien de nouveau à signaler. , Théâtre de la guerre à l'Est. — Les combats isc lés, à la frontière de la Prusse orientale, se dévelop pent çà et là et se transforment en combats de plu gTsjide envergure. Ils se déroulent partout nonnal< ir- ment. En Pologne, à droite et à gauche de la Vi; oe tule, pas de changement. * *» Vienne, 8 février : te- Rien ne s'est modifié dans la situation généra' 33/5 en Pologne russe et à l'ouest de la Galicie. 1-6 Notre artillerie lourde, favorisée par le temf gjj. clair, a bombardé avec succès le terrain aux enviror 'da de Taxnow sur la Dunajec et a dirigé un tir visibli et, mnet efficace, même sur des buts vivants. Dans les Carpathes, on a combattu partout hie ie" Eji avançant plus loin dans la Bucovœe, nos c< '°®nes OIxt atteint la vallée supérieure de la Suczavs °nt fait prisonniers 400 hommes, ies » *« ™". Vinene, g février (Officiel) : Pas de changement en Pologne et à l'ouest de ! Galicie, où il y a eu des combats d'artillerie, ura Dans les montagnes boi-.ées, les troupes allié ont réussi, hier après-midi, à prendre, après d< combats qui ont duré pusieurs jours, une locali opiniâtrement défendue par les Russes au nord t ion la croupe rocheuse, de Volovcc. Ils ont fait de nor >m- breux prisonniers et pris beaucoup de munitions VBJÎ de matériel de guerre. 0,lï3 Violents combats sur le -reste du front dans 1 Carpathes. Datis le secteur ouest, plusieurs att ques russes ont échoué; nous y avons fait 340 pi ïte, sonniers et pris 3 mitrailleuses. c'nt L'avanoe dans la Bucovine progresse. Nous avo. ^ occupé Wama. ent * * aas Coî>staniinople, 9 fé'.Tîer : Le quartier généial a communiqué hier : L'avant-garde de notre armée opérant conl l'Egypte, a entrepris une marche de reccmnaissan efficace dans le désert et a refoulé les postes avanc .As Arglais contre le canal. Elle a même, av ous compagnies d'infanterie, passé le can de Suez entre Tr.ssum et Serapeum. Malgré le f , le des croiseurs et des traLns blindés anglais, nos tre rier pes ont occupé l'ennemi pendant toute la journée ont exploré dans toute leur ampleur ses moyens défense. Un croiseur anglais a été fortement endo; ant magé par nos canons. Notre avant-gaTde maintiendra le contact &\ l'ennemi et accomplira le service d'exploration à e a rive du canal jusqu'au moment où notre force pri qui cipale pourra commencer l'attaque. ^ Une partie de notre flotte a bombardé efficai ment Yalta et a coulé un navire russe sur un au' point. de, des Comicunlqués des armées alliées •de- roi- Paris, 8 février (Communiqué officiel de IK ht res) : son De la mer du Nord à l'Oise, il y a eu descomb; d'artillerie, qui ont été particulièrement viola our dans la région de Cuinchy. Au sud-ouest de Carency, nous avons attaqué u tranchée allemande. 3 ]0 Sur le front de l'Aisne et en Champagne, il y rait eu des canonnades intermittentes. >ter au nord de Massiges, à l'ouest de la hauteur ic son notre artillerie a fait échouer une attaque ennem il a En Argonne, une attaque allemande dans la dir< eut tion de Fontaine-Madame a été repoussée. A Baj telle, l'infanterie ennemie attaque furieusement c puis ce matin. Suivant les derniers renseignemen nous nous maintenons dans nos positions. der * * » Paris, 8 février (Officiel de 23 heures) : Dans la cuit du 6 au 7 février, l'ennemi a f; sauter trois mines à La Boisselle, devant les m: tog, sons que nous occupons. Deux compagnies et den ont été jetées à l'assaut contre nos positions; m: elles n'ont pu dépasser les excavations formées da lîes terre Par l'exPΰs^on- .^es Au nord de Le Mesnil-Les-Hurlus, nous avoi 5,m- dans la nuit du 7 au 8 février, conquis une par it à d'un bois dans lequel l'ennemi s'était retranché. Dans l'Argonne, le combat gui a commencé pi de Bagatelle a duré toute la nuit du 7 au 8. Les / lemands ont tout d'abord réussi à avancer, mais lever du jour, le 8 février, ils n'occupaient plus q sité quelques petites parties de notre ligne avancée. ! son combat a continué pendant ]a journée pour la 1 nrc prise de ces parties. P- /es- fia Pétrograd, 7 févriei' {Communiqué officiel t grand ttai-major général) : En Prusse orientale, dans là vallée de la Sch< fn' chuppe, nos troupes ont repoussé une attaque !ajt l'crmcnii, qui avait reçu du renfort. ■os. Dans la région de la rive droite de la Vistule, de- y a et! des escarmouches sur un grand front près < village de Nadroge. Les cosaques ont attaqué 1 escadron soutenu par de l'infanterie ennemie ; ils o fait prisonniers vingt hussards et ont dispersé 1 n{" troupes emetnies. La nuit, à 3 heures, nos hussar vis ont attaque les Allemands et ies ont obligé à a.ba donner les villages de Puesjije et de Prondysvar ils ont pris des armes, des munitions et du fil de f P\l" barbelé. Un combat plus important a eu lieu cet nuit dans les environs du village de Orschulew Sur la rive gauche de la Vistule, sur la Bzura la Rawka, la canonnade a continué vendredi, ai; au. l'adversaire n'a entrepris aucune attaque. Dans or- région du village de Kamiony, nous avons pris l'e les fensive et nous avons avancé légèrement, malgré résistance acharnée de l'ennemi. Notre artillerie camonné une colonne allemande qui se dirigeait « Zemiary vers Bolimow. Dans les Carpathes, les combats continuent sîtr tout le front. Les attaques des troupes ennemies, qui vendredi avaient traversé le col de Toukhollca, ont été re-n poussées. s Sur les routes vers Nadvornaïa et dans la Buko-> vine, nos troupes ont arrêté l'offensive de forces ' ennemies considérables qui attaquaient nos positions montagneuses et difficilement accessibles et se sont retirées lentement^ * * * s PétrogTad, 7 février (Officiel) T Nos torpilleurs ont bombardé KhopS.-"" Le croiseur Breslau est apparu devant Batoum et â tiré sur nos torpilleurs des coups de canons., ++— — * . 0 Dépêchas diverses lS Tokio, 8 février : LS Les autorités maritimes japonaises à Robe ont saisi î- le vapeur norwégien Christian Bors et. en conformité de l'article 107 de la loi sur les prises aie mer, ont fait hisser le pavillon japonais sur le navire.. , *** a Londres, 8 février : _.... A la Chambre des communes, M. Asquith a déclaré que, jusqu'au 4 février dernier, les pertes anglaises sur le front ouest atteignent environ 104,000 hommes. 1 ' " f- # Londres, 8 février : a M. Rark, ministre des fmances russes, a rendu visite ce matin à son collègue anglais, M. Lloydl George. Il îs sera reçu demain par le Roi. îs **# lê Londres, 8 février : [e Le « Daily Telegraph » reproduit une déclaration "du ministre LJoyd George disant que les représont-ante , d«3 Alliés qui viennent de^ se réunir pour régler la * question financière eont très satisfaits des mesures qu'ils ont adoptées. Le ministre insiste spécialement îs sur La satisfaction unanime des Alliés. « Le mot tous signifie tous, dit-il, et pas l'Angleterre seulement. * i- . * * * Athènes, 7 fevrieT : Suivant un avis de Ténédos, quatre torpilleurs al-liés, apçè«8-avoir été eux-mêmes bombardés, ont répondu ejr^envoyant ,174 obus sur le fort de Karatepe aans les Dardanelles. Quatre entrepôts ont été incendiés. Oettigné, 7 février : Un aéroplane autrichien a survolé la ville penldant re une heure ; il a lancé de nombreuses bombes qui n'ont ce pas causé de grands dommages. és Un de oes engins est tombé près du palais du prince-qq héritier, un autre près de l'hôpital où sont soignés les aj blessés, et un troisième près de la cathédrale. Tous ont ^ édlaté, produisant une forte détonation. u * * * Anvers, 8 février : ^ La nouvelle de Bergen-op-Zoom d'après laquelle le 5 février un avion anglais aurait survolé Anvers est in-II- exacte. Le 5 février, un avion allemand a paru à ] 5 kilomètres au sud et im avion étranger à environ 12 kilo-mètres au nord d'Anvers. Ni l'un ni l'autre n'ont été , bombardés. la Paris, 9 février Les Allemands ont dirigé un violent feu 'daartillerie contre les installations des charbonnages de Mazin-re garbe et la gare de Bully-Grenay, près de Béthune, en vue d'empêcnejr des mouvements de troupes. Les dégâts sont considérables. Tokio, 9 février : L'Amirauté japonaise fait connaître que le croiseur-cuiras^^appnais Asoma a touché un récif à la côte du Mexique. U- , *** Chicago, 8 février : L£S Le steamer Iowa a é té pris dans les gltaces e-t a coulé à trois milles au large du port. Cinquante des passagers et l'équipage se sont sauvés en marchant sur la glace. ne ^ .Buencs-Aires, 8 janvier: \ a , ' Le Sénat national argentin a voté, à \m ^edi.t de 100,000 piastres destiné à secourii* les Belges )i,/ ^piivés de ressonrbeS; ie. « » * « Athènes, 8 févriorî ■a- Où déclare oonitrouvées les informations publiées par [e_ certains journaux étrangers, d'après lesquelles le ma-, riage du diadoque avec la princesse Elisabeth de Eou- manie serait célébré au printemps prochain. * * » Athènes, 8 fevrier: En raison de la hausse survenue dans le prie du pain, le gouverneraent a l'intention de supprimer lea droits . d'ieautrée sur leB farines étrangères., u- # * n.e Athènes, 8 février: 115 _ Le journal du Pirée, la « Sphera >, qui s'est spécia-hs li'sé dans les questions maritimes, publie une étude documentée où il évalue à plus de 100 millions de francs les is, bénéfices nets que devront réaliser, en 1915, les lignes do navigation grecques, dont Les navires représentent un tonnage d'un million de tonnes. ' * * * Naples, 8 février : Ce matin est arrivé d'aus le port id'e Naples le vapeur 3U Taormina, ayant à son bord' une centaine de personnes ue composant les familles des officiers allemands de La. gar-\jq nison de Tsing-Tao. Le navire avait été arrêté dans la Méditerranée par un croiseur français, puiç relâché peu après. **» Londres, 9 fevrier : for On annonce que le ministre de Belgique à Londres, } Si- comte de Lalaing, a donné sa démission içour motifs de santé. - ' / s / Londres, 9 février : / ; Le vic^roi id'es Indes, lord Hairding, est parti pour le il ffolfe Persi^ue. jivant son. départ, il a remis au nom lu du Roi des «"ecorations aux cheiks qui avaient mérité m line récompense pour les services qu'ils ont rendus à Bah^rung, à Kov/eit ci à Mohammerah. Qt * * * e-\' Londres, 9 février : On mande de Rome au « Times » que l'exportation ii| des céréales et du macaroni a été inixadite. pair le gou-vcmement italien. • 11 ■ cr * * 4_e Rome, 9 février : ** Le « Giornale d"Italia » annonce que le gouvernement * italien ne répondra, pas aux questions posées par W députés concernant la violation do la neutralité da ,is Grand-Duché du Luxembourg, ni à celles oonoe^nant t^.une récîà1TTàtSSïï^aares9é>e par l'Italie à VAutriche au. ç_ *^ttjct du placement de mines dans l'Adriatique. la * * * Amsterd#B*5^*^VTier : , Le gîfuvernemeirfc néerlandais publiera prochainement ■le ua Livre les événements do la politique étrang&r^pèrïdaffb'ces derniers temps. 1 i PETITE GAZETTE Services postaux. La correspondance pour T Allemagne, le Gra®.d-T>uciio do Luxembourg et la Hollande est admise au dépaaf de^3a«se3tc^-A«viCjçgj Liège et Vervieas. mlnervaLfm,iTfi'rifîiHfTir5* — : Nous avons l'autre jour reproduit la lettre d'un ccfp-respondant qui proposait de supprimer le minerval de# athénées pendant la durée de la guerre. — La mesure se comprendrait d'autant mieux, disait-il, que le personnel des écoles no reçcit pas sas appointements au complet pendant ies moments difficiles que nous traversons. j> Un de nos lecteurs riposte : — H-élas ! si cette proposition était adoptée, les professeurs d'Athénée no recevraient plus rien du toetf Ka fait d'appointements, ils ne voient plus rien vesîr. ■< Quant au minerval, c'est un casuel que les intéressa se partagent. Ce maigre revenu est lour unique-^ revissa en ce moment. Ne trouvez-vous pas qu'il serait irJiît-main de le leur supprimer? » Collectes hebdomadaires à IxeHes. ^ L'Administration communale d'Ixellcs -nous fait o^ft-cieliliemenit conniaître qu'eile va organiser, incessaîa-me«i-t, la visite hebdomadaire de tous les habitants <5* la commune, à l'effet de recueillir des dons poar- i» Comité National de Secours et d'Alimentation. _ Pour l'orgianisation d© cette collecte, l'administ;»^ tion a divisé la commune en 25 quartiers. Chaque- oonafàé de quartier comprendra un président, choisi parmi Isa membres du Conseil communal, et un ce^-tain ïionïbra de délégués. De nombreux concours se sont offert spontanément. Il est cependant nécessaire qu'il y && un assez gi'and nombre de membres dans chaque Coniîté de quartier, afin que, par une répartition judicieisae^ chacun des délégués n'ait que q-uelquec rues à vieifca* chaque semaine. L'Administration communale fait appel aux ses£& ments généreux et à la bonne volonté de ses habita : '.* honorablement connus et dispesant de loisii-s. Lee fo&> tionnaires et les employée des divers dépaTtemenis ministériels ,des administrations publique -; et des banqrces, comme aussi les commerçants, sont particulièrement éà* signés pour faire partie des Comités de quartier. Lee pecisonnes désireuses dJapporter lc-:ir collabos tion désintéressée à cette organisation sont imitées à en aviser sans retard ^administration communale' o» à se présenter jeudi ou vendredi prochain, entre 4 efcfl heures, au bureau de 1" Instruction publique, chansséa d^Ixelles, n^ 187. Les délégués remettront aux donateurs une affiche!^® signalant les maisons dont les habitants foat un vense^ ment hebdomadaire à l'œuvre et ne donnent rien a&sfi mendiants. Les représentants de commerce. On ne «ait s'il faut plaindre davantage les représesf tants de commerce qui ne voyaf?ent pas ou ceux voyagent. Voici à quels frais sont pour l'instant astrek&a oes derniers, quand ils- se trouvent dans le «as de devons prendre placo dans .un vicinal. Ils ont à payer : 1° Une somme de 10 francs pour frais de passepor'-.At 2° Une somme de 7 francs au profit de la Caisr ^ "•alimentation de la ville de Bruxelles, soit une taxe de 17 francs par quinzaine ! — Si, nous écrit un voyageur qui parle au rjfcn ft'mj groupe important de collègues, on décompte dimaâw ches et le temps quo l'on doit consacrer au ^ -démarche» nécessaires poiuv obtenir son passeport, ^tte taxe t$a 17 francs par quinzaine correspond à ^ inipôt d'asS moins fr. 1.50 par jouT ! Beaucoup de représentants de ooy&merce ne parçw. naient déjà poss à gagner de quoi '■/Ouvrir tous les frei» de route auxquels ils étaient 'astreints. La taxe 7 francs créée au profit de la baisse do l'alimcnûtica rendra leur situation encore jyius malheureuse, en k* mettant dîins I impossibilité de continuer d'exercer leur métiea-.^ Ne pourriez-vous, continue notre correspondant, d#-i mander h, M. Qui-d/e-Droit de vouloir bien examiner sî ■les représentants de commerce n'ont déjà pas à payer {suffisamment de frais ^le train, de voiture, de tramway^ ',de passeport, etc., et s'il n'y aurait pas Heu de (■exempter du paiement He la taxe de 7 francs au ;de la Caisse de F alimentation 1> Très volontiers 1 | Observations fondées. - Fondées à mon hamhîe av% - ce qui B8 veut pas dsv \ le même appui ailleiae. Je m6 pt»! vui^s toutefois d y attirer la bienveillante attention èm' fm-igeants de la Société des Tramways Bruxellois • f6® fleures de travail et le montant des saiaiï» u uni très grand nombre d'ouvriers de BnïXeJles et âi» i agglomération se trouvent sensiblement réduits dcnsîsf l occupation allemande. Atob* J» guerre, alors qu'ils touchaient encOT© ôa fat. lnure suuisant pour subvenir aux besoins de leurs &*» malles, presque tous possédaient un certificat pour l'obtention de ticfcets à prix réduits. Oe certificat, dont cas petit nombre d ouvriers seulement peuvent encore bésé-neier pour la raison qu'ils travaillent moins d'heusas qu avant, n'est valable que le matin jusque 8 1/4 heujx* (heure belge) et le soir à partir de 4 1/2 heures. Ôïv Monsieur, comme beaucoup d'ouvriers commencsa* maintenant^ plus ta/rdl et qu'il y on a aussi un giTsdi nomb-re qui cessent leur travail à partir de midi-, m pourriez-vous pas obtenir que les heures kïurant' l<a*n quelles les certificats sont valables fussent, modifiées? n Je souhaite grandement que cette requête rencoi^E» un favoirable accueil. Ce n'est du reste pas cette requête seulement. qu,«aB me_prie de transmettre aux T.B. Un groupe d'employée qui habitent Vilvorde mais ont leurs occupations galières à Bruxelles, m'en font tenir une autre : — Les employés, m"7 exposent-tils, ne se différenci^ai g>énéralement _ que par le ooetume, des ouvriers qaâ bien souvent jouiesent d'un salaire beaucoup plus élwé qrie leurs appointemeaitB et ne sont pas astreints h Es dépense d'un vêtement correct. Précédemment, lea employés jouissaient d'im siîbsu* cemmt au chemin de fer qui leur coûtait 77 francs psg an, soit fr. 0.20 par jour et leur donnait icfooit à un. caon^ bre illimité dlo voyages. Aotuelement nous payons, pour ïo même trajet ■f et retour en tram, fr.0.50, soit un© drÊférence de £r. 0.S&. Awuez que c'est excceaif pour des employés obligés càs /aire le trajet journellement, «surtout si ïJaa considèsM» • qrae les ouvriers ne paient quo fx. 0.20. Vu lea tristee circons'tajicee que nous travemons, Qjcesfi avons recoure à votre influence pour obtenir que l'asê» mindstration des Tramways Bruxellois dorme une favorable à nos justes revendications. » J'apostille bien volontiers cette seecade requête. Çs, c'est gentil t Un de cr» bonB deesanateurB est venu nae demsnxîap an Et pour un «nfant auquel 0 e'intéiress©. — Je ks& premete de hii trouver cet ustensile 4 bref délai. —• Maïs cet artiste a voulu qu'un souvenir restât t£e es eaïfirevue — c'est pou.rquoi il m^en a laissé deux 5 d«ix jolis tawvleeuifcms très jolinient vua et tout aoss£ sxjJirTjKnt dfifBÎnéK. L'un — vous Pavez deviné, Madamcu montre une petite fille dont be visage sosrriaos f/ éclaire des lueurs a une bougie an devant de fcaquedîtf elie a mis sa menotte en écran, et qui e& dirige vers eon dodo — vers le dodo que vous lui donnerez peut-être : usS lit-oage, tout simple, mais qui fait un effet t.. L'aartrS petit machin tout autant artistique 1 Du bébé assis fc le sol, et qui fait une tête terrible à constater qu® eds de certain soldat de bois ee ©ont détachés cDat sur lequel ils étaient, collés. Il a, devant lui : nffi canon, un grenadier de la Vieille Garde, des arbres* Jeudi 11 Févrierl915 Jeudi il Février 1915 —^3«aaaaMf

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes