La Flandre libérale

483 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 20 Maart. La Flandre libérale. Geraadpleegd op 14 december 2017, op https://hetarchief.be/nl/pid/6688g8g49w/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

minimin 40* Inn�s � Vendredi 20 lars 1914 QUOTIDIEN. - 10 CENT I� I. 79 � Vendredi 20 Hars 1914 LA FLANDRE LIB�RALE BELGIQUE x UNION POSTALE t I molt. I nota. Fr. 2.00 4.00 Pc 3.75 9.00 ( moto. 8.00 18.00 lm 16.00 36.00 On t'abonna m bureau dn journal at �ana tous les bureaux la poste R�DACTION, ADMINISTRATION ET IMPRIMERIE 0AND, l, RUE DU NOUVEAU BOIS, I, GANO -- R�DACTION � ABONNEMENT! ET ANNONCES : T�l�phone 32 T�l�phona 13 3S N�IS RE SOMMES PAS PB�TS� �?*?� La situation de la Belgique au point �e yue international n'a jamais cess� de pr�occuper les esprits clairvoyants. C est pourquoi cette angoissante ques- tion de la d�fense nationale a toujours passionn� le parti lib�ral et o'est pour- quoi, avec une compr�hension tr�s nette des r�alit�s, il n'%n* h�sit� � collaborer- � toutes les tentatives qui ont �t� faites pour am�liorer l'organi- sation de l'arm�e. une nouvelle loi de milice a �t� vo- t�e il n'y a pas bien longtemps. Elle devait �tre la cause et la raison d'une refonte compl�te de notre r�gime mili- taire.' Ceci a-t-il �t� fait et dans quelle me- sure ? Tel �tait le point int�ressant qui se posait. La gauche, par* l'organe de M. Dev�- ze, a voulu en avoir le c�ur net et a questionn� M. le ministre de la guer- re. L'arm�e est-elle en �tat de se mobili- ser? Les forteresses peuvent-elles se d�- fendre ? Le moral de l'arm�e est-il meil- leur?* , Questions pr�cises assur�ment et qui " sont la clef de tout le d�bat. Que peut l'arm�e si elle n'est pas en �tat de r�- pondre � des ordres de mobilisation ! Qu'est-ce que la d�fense nationale si celle-ci ne peut compter sur le concours effectif des forteresses ! Quelle force de r�sistance pourrait offrir a l'enva- hisseur une arm�e d�moralis�e t On le voit, le terrain sur lequel M. Dcv�z� s'est plac� est excellent. On a r�organis� l'arm�e. Soit. Mais comment? M. Dev�ze a apport� des pr�cisions � l'appui de ses dires. La p�nurie des effectifs est ind�niable: il y a eu une d�ception d'un tiers pour 'les compagnies 'sur pied de gu�tre. Soixante -huit bataillons,.pr�vus don- naient en temps de guerre" soixante- huit mille hommes ; aujourd'hui cent et huit bataillons ne donnent plus que les deux tiers de cent et^huit mille hommes, soit soixante-neuf mille hom- mes, c'est-�-dire- que l'augmentation r�elle de l'effectif de l'infanterie est de 1,000 hommes ! Voil� un exemple de ce que valent les efforts faits jusqu'ici. Il y en a d'autres. Non seulement on manque d'hommes, mais on manque de chefs et il faut, pour combler cette la- cune, er�er des officiers dans de d�plo- rables conditions scientifiques. Rst-ce tout? Non. � "' Les effectifs de guerre comprennent non pas 50 pour cent de r�servistes mais plus de deux tiers ! On a mainte- nu sur les contr�les, en phis des classes des treize derni�res ann�es, des classes plus anciennes. Dans l'artillerie on ne manque pas seulement d'hommes et de chevaux, mais aussi de canons ; or, M. de Bro- queville aura beau ergoter, pour qu'une artillerie puisse �tre utile... encore faut- il la pourvoir de canons ! Il en manque si bien que pour les prochaines grandes manoeuvres les divisions agissantes " emprunteront ?'� les canons des divi- sions qui resteront inactives ! Et si en- core les projectiles ne faisaient pas d�- faut, mais s'il y a en a, us ne sont pas fournis en nombre suffisant. Il ne serait donc pas possible, dans ces con- ditions, d'op�rer une mobilisation utile. Ce serait le g�chis, le d�sarroi, la d�- route avant m�me de s'�tre mis en cam- pagne. Ah! si d'autre part nos forteresses �taient l� pour donner une participa- tion op�rante, brillante, victorieuse. Mais elles sont aussi mal outill�es que l'ann�e de campagne. Nos forts man- quent de mat�riel, d'approvisionnement, pour la fabrication du pain, de chloro- forme pour op�rer les bless�s en les anesth�siant. Dans la place d'Anvers certains canons n'ont pas encore �t� mis la o� ils doivent l'�tre et d'autres se trouvent toujours chez Krupp! A-t-on des vivres? On vient seulement de'don- ner l'ordre de les r�unir... et il manque pour la seule position d'Anvers pr�s de 500,000 projectiles ! Les services acces- soires sont aussi insuffisants, d�fec- tueux, incomplets et, d'autre part, il n existe pas de plans d'op�rations de Ruerre correspondant � l'organisation nouvelle de l'arm�e. Tout cela, M. Dev�ze l'a 'montr� avec une grande nettet� et cette situa- t'ou, qu'il est humiliant de r�v�ler 4 '�tranger qui nous regarde, le nays la d�plorera am�rement. On avait l'espoir � < Ans noafelte fourr�e if* naturalisations Venray (Pays-Baa), le S� avril 1879; 24. Marie-L�ontine Vigier, ' institutrice, � Eben-Emael (lambourg), n�e � Saint- Just (Puancp), le 19 mai 1882 ; 26. Marie Desrousseaux, institutrice-religieuse, � Binche (Hainaut), n�e � Tourcoing (France), le 7 avril 1870j 86. Marie- Claire-Joseph Dhalluin, institutrice, � N�chin (HaanaUt), n�e � Tourcoing (Franca). le 26 d�cembre 1870 ; ff. wilhelmine Drees, institutrioe-,reli- gieuse, � Petit-Rechain- (Li�ge), n�e � wickede (Allemagne), la 14 juillet 1878; 88. Julia EyrolLes, institutrioe-rel�gieuse � elihs (Li�ge), n�e � Meyssac (France), le 16 novembre 1881 ; 29. D�sir�-Victor Fidry, religieux, � Ixelles (Brabant),"n� � Paris, le 3 avril 1863 ; 30 Victoire-Jos�"- phine-M�rie Jeuland, institutrice, � Che- ratte (Li�gie), n�e � Cornijl� (France), le 31 octobre 1879 ; 31. Marie�Luce-Au- stine^ Mangin, JjMtitntrice-reBgieuse, � Laquisine (Luxembourg), n�e � Pierre- villeirs (France), le 25 d�cembre 1868 : 32. Henri-Corneille Melis, instituteur � l'Institut des sourds-muets et aveugles, � Maeseyck 'Limbourg), n� � Helvoirt ('Pays-Bas), le 31 mai 1882; 33; Pierre- Jcweph Schuller, direetftir de pensionnat, h 'Hachy f Luxembourg), n� � Stierihgan- Wendel (France'�, le 8 octobre 1859; 34, Pierre-Jean-Guillaume van Osch, insti- tuteur � l'Institut des sourds-muets et *veugles,"� Maeseyck fLimbourcr't. n� � Chaam ( Pays-BasV le 10 ao�t 1886; 36. Emile Fuchs, prefes�f�>ur, �-Mons, n� � La-Chaux-de-Fonds (Suisse), le 18 avril 1880. Soit 35 sur 56. felV FR ATVCTE La mort irag^ua de M. CiIm&He �*f- ### \ 104,170 p�cheurs! En 1913 il a �t� d�livr� 26,638 permis simples � 1 franc; 2,775 permis doubles de 8 francs ; 59,754 permis simples � 2 francs ; 7,691 permis doubles de 4 fr. ; 862 permis simples de 8 et 4,566 permis simples � 10 franca. Soit un total de 104,170 permis, Doux paya! Un ing�nieur albanais, M. Cutearida, �crit � La Politique", de Bucarest, ex- cellent journal fran�ais de l�-bas, une lettre sur la r�ception du roi d'Albanie � Durazzo. Et il annonce cette lettre en ces ter- mes, que reproduit notre confr�re de l�- bas: " Je vous �cris au crayon, parce qu'� l'h�tel o� je me trouve, et o� je paye 30 francs par jour, il est impossible da- voir de l'enore. " Le patron de l'h�tel m'a dit qu'il en a eu une petite bouteille, mais qu elle s'est renvers�e, et qu'il n'a pu s'en procu- rer une autre. " Voil� un heureux pays o� les pol�mi- ques de presse ne doivent pas avoir gran- de importance. ->-�i> ��?-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Flandre libérale behorende tot de categorie Culturele bladen. Uitgegeven in Gand van 1874 tot 1974

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Reacties 0

Meer reacties

Locatie

Periodes