La semaine politique: journal socialiste hebdomadaire

233 0
18 januari 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 18 Januari. La semaine politique: journal socialiste hebdomadaire. Geraadpleegd op 19 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/r785h7cs9k/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Troisième Année. - N° 3 Dimanche 18 Janvier 1914 Le Numéro : 10 Centimes La Semaine JOURNAL SOCIALISTE HEBDOMADAIRE Politique Antony Neugkens 43, rue de l'Education, Bruxelles Î^ÉDflCTIOri : Max HALLET et Camille HUYSMANS 17, rue Joseph-Stevens, Bruxelles RBOflflHJVIHflTS : Belgique : 5 francs par an. Etranger : 8 francs par an. SOMMAIRE : Le travail parlementaire. — Chronique de la Semaine. — Ce qui s'est passé en Chine. — Les Elections complémentaires portugaises (César Nogueira). — Les Bases de l'Autorité dogmatique (Willem Vosel) — Bibliographie.— Théâtres Demandez tarif des annonces à l'Administration : 43, rue de l'Education, Bruxelles. Le Travail parlementaire Le débat scolaire touche à sa fin. On discutera encore copieusement la question de la langue véhiculaire et la question des cantines. La première de ces questions-est particulière à la Belgique et elle pourrait se résoudre par un peu de bonne volonté, si l'on se bornait à la considérer sous son aspect pédagogique. Il suffit, en effet, de se rappeler l'axiome fameux : « On ne va pas à l'inconnu par l'inconnu. » Mais, il se présente deux obstacles. Le premier, la sacro-sainte administration.Le second, le préjugé de certains parents.L'administration agit souvent au rebours du bon sens parce qu'elle dépend de bourgmestres et d'échevins qui, parfois, sont aussi imbus de préjugés que leurs administrés.Quant aux parents, on leur fait croire que l'enfant qui sait baragouiner dix mots d'une deuxième langue est un puits de science. Et les voilà sur la pente, collaborant à une œuvre sotte. Administration et parents fabriquent des estropiés. La deuxième question vise les cantines scolaires. La droite entend faire œuvre négative. La gauche veut faire œuvre positive. La droite veut affecter ses fonds à ses œuvres exclusivement et avoir sa part des fonds officiels. La gauche entend instaurer un régime de tolérance et de liberté, faire ouvrir des cantines accessibles à tous les enfants et en créer là où il n'en existe pas. La bataille s'engagera sur ces deux conceptions au courant de la semaine prochaine ■— et elle soulèvera de la poussière. Immédiatement après, la Chambre discutera le projet sur les habitations ouvrières, et, après le deuxième vote du projet scolaire, elle commencera l'examen du projet dit « d'assurances sociales ». Ne pourrait-on ajouter à tout cela la discussion des propositions de loi relatives à l'industrie à domicile? L'expérience n'a-t-elle pas démontré que l'on fait surtout de la bonne besogne en Belgique quand on se trouve à la veille des élections ? Le projet français a été examiné et voté au cours d'une seule séance. Nous n'en demandons pas autant, mais nous constatons que la question est retenue en commission depuis plus de deux ans, sabottée systématiquement par le gouvernement et la droite. On ne convoque pas les réunions — et l'affaire traîne, tandis que les travailleurs à domicile crèvent de faim. Il nous paraît que le temps est venu de déterminer les responsabilités des divers partis. Les élections sont proches. + Chronique de la Semaine M. RENKIN a savouré à la Chambre les joies du triomphe. Il a aplati M. Brifaut et le Patriote, et il a été félicité par les neuf dixièmes de la droite. Au sortir de la Chambre, plusieurs droitiers paraissaient néanmoins furieux et reprochaient à M. Woeste et à M. de Broqueville de ne pas avoir « arrangé les affaires ». C'est pour ce motif que le leader de la droite tentera une diversion mardi prochain et attaquera violemment la gauche. Et celle-ci se laissera faire en riant. UN MEMBRE DE LA DROITE nous disait:— M. Brifaut n'est pas un méchant homme et il a quelque talent. Mais c'est l'homme d'une idée. Il ne voit que des francs-maçons et il est intimement convaincu qu'il sera un jour victime de la secte ténébreuse. C'est dommage ! Nous lui avons répondu: — Vous voulez dire que le séjour d'Evere ou d'Uccle lui serait favorable? — Pas précisément. Il suffirait peut-être de lui ordonner une cure d'air, de lui prescrire un régime de douches... — Mon cher collègue, M. Renkin n'a-t-il pas commencé la cure? NOUS AVONS EU réellement pitié de M. Brifaut à la séance de mardi dernier. Le pauvre diable semblait abandonné de tous, même de ses copains dont les noms figurent sur la couverture du Bulletin antimaçonnique: MM. de Liedekerke et de Jonghe d'Ardoye. M. de Liedekerke ne savait à quel saint se vouer. M. de Jonghe lâchait très décidément M. Brifaut, car s'il n'a pas applaudi M. Renkin, il a joint les mains et il a esquissé le geste de l'approbation. On prête à M. Brifaut l'intention de répondre du tac au tac à M. Renkin et de donner sa démission ensuite. Mais il paraîtrait que M. Helleputte a combattu cette manière de

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La semaine politique: journal socialiste hebdomadaire behorende tot de categorie Socialistische pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1912 tot 1914.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes