Le bien public: courrier des Flandres

116 0
20 februari 1916
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 20 Februari. Le bien public: courrier des Flandres. Geraadpleegd op 20 juni 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/f18sb3zg6b/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Nom des s 4) O» — «28 a-as en CO M ra2 H co co aliments w Sa 8 eg Pi U '1 Viande de manuni- I 1 I fère 780 170 50 [4' 9 a 15 Breuf ï6ti 699 229 52 t—i 10 CEufs 756 122 107. 5 10 Lait 'de vaehe 865 36 4» 55 4/ Poisson 740 135 '45 __■ 15 Fromenf 140 146 12 679 16 Orge 130 134 28 630 45T Avoine 140 139 55 615 3o: Mais 'VEL 128 ?Ö 599 ' W.3 ' ;rnal" o«ofIdloh \ ï\mm 20 PEÏRIER 1916 40 centime* ligne. HECt-AME* irant lei Annonce» t I franc h lignë RECLAMES dans le nivorce ,■ | f? fl^£%frö^'1 •. ' iVoici notamment le tableau eniprurifé aU livre du professeur Lefèvre: Examen scientifique du vegetarisme, et qui doune en grammes la teneur alixnentaire des principales ctenriées, pap 'kilp^i, de substance anaïvsée; 5>ofl o «2 9 1,180 2,000. 1,530 I 750 ' 170 3,649 3,500 3J80; 3,645 POUR L'EMBELLISSEfiSEMT OE LA VIE RURALE Les services 'du 'département de ^agriculture sö sohï préoccupés de donner aux intéresses les conseils et l'assistance voulus pour la reconstruction des fermes et des habitations rurales, qui ont eu a souffrir des faits de la guerre. On s'est entendu a ce sujet avBc la Commission pour rembellissement de la vie rurale, créée par les comités prganisateurs du Village Mp.- BULLETIN D£ L'EXJlRlEÖB La viande consommée a Paris f tfjjg rècente cpnimunication faile iSrF Académie laflicuiture nous apporte quelques rcnseigncmeals JL les besoins de la population parisïenne en Cnde die boucherie. i»u cQurs de l'année 1915, il est arrive, au marfché K ja Villette, 317,305 têtes de gros bétail, plus d'un Ellion et demi de inputons, 255,810 veaux et felflO pc-res. ■Compares a ceux de 1914, pes chiffres deno- L uu deficit die 11 p. c. pour Ie gros bétail et Ie Kuton 22 p. c. pour Ie veau et 4 p. c. pour Ie BK. Kji prix de vente du gros bétail a augmente de I p. c, c'est-a-dire beauc&up plus que ceux dlu ijutan et du veau, qui ont monté de .6 a 14 p. o., [celui du porc de 26 p. q,'■fff-'' Itaxe suf les benefices de guerre a la (Jhambre i'rancaise L Chaiabre a terminé In discussion générale du gsl de loi concernant 1'établissenient d'une contribu- xlraordinaire sur les benefices exceptionnels uises pendant la guerre. 'fikjé. |Aii nom de la commission de legislation fiscale, jEclouard Andrieu a élevé de réserve» sur les Idaiiiés de la future taxe. |. Mistral, au jiom du parti socialiste, a invoqué Ipiire theorie iiscale doiit son parti s'cst toujlcws plu."ie." w^Mr-i lii, a deinende Je depute de l'Isère, prendrez- demain i'argent qui sera nécessaire pour équiler nos budgets ? Le demanderez-vous a de noules taxes sur les danrées? C'est impossible!. E Ja dome s'adresser a la richesse, aux gros pus, et établir nou pas uu impöt sur les bénéguerre, mais nm veritable impöt de guerre). I. Lairolle a exprimé la craitato que la loi en Eussiotn n'arrête l'essor après la guerre des indus- Douvelles qui se seront créöes et déveüoppéiei? Baat la guerre et pour ses besoins. ■est aussi l'avis du marquis de Dion, qui demands |la Chambre de fne pas aggraver les diBicultés- i hdustriels par ,une loi qu'il juge ins'uffisamjnent Jfiée.' Ka discussioai générale s'aehèvo sur quelques mots JiL Ribot.-^ I- Le primcipe du projet, dit le ministre dies Finan^la'a^ été contesté par personne. La justice, en effet, lit qu'en temps de guerrei» eeux qui ont pa faire liêaéfices exceptionnels eontribuent largement a defease nationale par des sacrifices librement ptis. Ce qu'on a fait en Italië, en Angteteirre!, totains pays neutres, pourquoi la Franco ne lerait-elle pas? j [la question financière en France i mande de Paris, que le projet de lei tléposé |le miaistre des «Finances portant de nouveaux d'un import de «8,457,000,000 francs, évalue Iranees faites par ia France a ses Allies en 1915 V müiious, dont 592 millions a la Belgique, 165 ■ons a la Serbie et 4 millions 100 mille francs au jténégro. La Grèce a «beneficie de 5 millions. Les Iks faites a la Russie, sous forme de bons dn m, ne sont pas comprises dans les chiffres donnés TRibot. A la fin de 1915, le montsnt des bons ►% se trouvent en Angleterre et Ejn Amériqu^ ■ * 1,164,000,000. francs, jj.<£ pénurie de papier et les journaux § 'Journal,, Ie 'Ma-tin, Ie Petit' Journal et Ie E Parisicn se sont mis d'accord' pour paraïtre ■ jours par semaine a quatre pages, et les aulres • a six. D'autres jourpaux encore dimimieront yuibre de leurs pages.- j"'--.*■'- J femmes et l'agrïculture en Angleterre f gouvernement anglais vient de decider qu'il yf urgence a prendre des mesures énergiques ■ tavortser le travail des femmes en ce qui non*., travaux agricoles. Dans cbanue cb-mrnüne, mms a domicile seront faites par les membres I6commission spéciale, une sorte de commissioiï jertument féminin, pour perniettre le rcmplade| des cultivateurs et ouvriers agi'icoles appelésles drapeaux,:■ ■ • Le sucre en Angleterre I «amission du sucre en Angleterre a annon'ejë -j°sProvisions en sucre seront de 20 a 25 o', l'dio]6eV fDS^Ue*esann^esprécédentes. Dans 'cies Ë s > laquantilé du sucre employee doit être ta neutralité de l'Espagne |esn !em^redelaCommission d'inspectioii du lean en . cemoment a Madrid. Il s'y est % en|aV fCdiversespersonnalités et a rapporté Pument f 1'imPressic>n Oue l'Espagne désire JbellicT rneutreetsoutenir également tons la nrZ \ Sansdoute ' l'extrêmc-gauche fait ■e-S f enfaveurdesAlliés > mais1>&x" Iset i'n — eufaveurde5Puissances Cen- bV» l'un lni-°npubli(Iuenes'est encore décidiée iCettp ja*? pourrautredecesattitudes extré^i leur d,, fratiaafutfaiteMbunment par le h cPlusimportant journal de Madrid', i^philes M °UVresescoloanes également a,ux:f raetaux germanophiles.' ■ •■'■ ^centenalre de la mort de Cervantès en Espagne Itó lJt 9 M fMoKM-e uTZ- decetteflmée«Tue I'Espagöe f8 - Le Gol (ir riltenairedetemort* Cer-, rltedate ÏÏ ^ s,6taitP^P036de donner, l^oiS» -l*rti8li<ïlie8üaastout Ie T^tesSr vwitdèir° rapportée et toutes f de te £lxSem* remis£si"VR la c^ Riz 144 64 '4 781 Lenlilles 115 26S 25 580 Pommes de terre 760 15 2 200 Raisin 810 ■&?■ —: 150 Noix 54 242 537 72 Bouillon 985 6 r-i — Pain blanc 339; 'i%8 10 550 Nouüles -^'^ 131 90 3 76& Fiöni!. (Gruyère) 346 335. 250 KTT derne de l'Exposition de fiandl Les renseignieamants préliminaires qui suivent, ont été rédigés k l'intentiondes sections agricoles des comités provinciaux de secours et d'alimentation, par divers specialistes, agronomes, architectes, artistes, représentants dissociations agricoles, techniciens, délégués de la Commission des monuments et des sites et des administrations chargéesde l'hygiène, de la voirie, etc. ' .=^^^; On s'est préoccupé die choisir, dans chaque region, les photographies de quelques types d'habitations rurales, dte fermes présentant le caractère regional dont les nouvelle» constructions dievront s'inspirer au point de ,vue du stylo. n est lecommandé de coniseiller aux intéresses d'adlopter dtes dispositions pratiques pour, les locaux a reconstruire, de facon a réduire la main-d'o3uvre et de veiller en même temps a la stride économie, sans négliger «les riüglcs de 1'esthétique et de rhygiènia, L'architecte devra 'veiller a ce que le style regional Soit scrupuleusement obsei'vé. Les conseils dtes agronpmes et des architectes dte l'Etat serpnt toujours donnés A titre gracieux. , n est prescrit de veiller avec le plus grand soin è iCe que les nouvelles constructions réalisent toutes les exigcfnees de l'hygiène moderne au pomt dö vue de l'aération, 'de l'éclairage, du bon entreoen, de Teint dte propreté, des moyeftis de lutter contre la projijagatiofn des maladies contagieuses du bétaiL ©in conseille également de profiter de la reconstruct tioin de la ferme, pour aménager, d'une facon a la fois plus pratique et plus gaie, les abords immediate des batiments. Ainsi, il serait A souhaiter qu'on remplacat par des haies ^1 -\ \ Pour completer eet interessant programmeon prévoit, quand les circonstanees deviendront opptcwtunes, la reunion d'un congres pour rembellissement de la ,vi6 rurala 6.8;3,500 16.3,725 1 IRN*902 5.614 29.6,100 330 17.2,718 83,650 33.5'3,732 La viande, surtout lorsqu'elle est djégraissée — et c'est ainsi qu'on la mange habituellement, — ne jcJojbh tieut done gu^e que-.dci* malières azotées, fournissant un milieu propico aux fermentations, ^ ia production dies toxines. La combustion d'une ration exagérée d'azöte animal s'opère d'ailleurs aveö diffioulló dans notre organisme, et bien dtes personnes doivent a l'alimentation azotée — défectueuse lors-. qu'elle est excessive — la goutte, raft^rio-sslérose, etc., qui les usent prématurément. i iïi'^ij&^ii Les céréales et les légumiheuses, jclonühe on peut le voir par les chiffres ci-üessus, nous fournissent a la fois l'azote et le reste. Les qualités nutritives du froment, du seigle, du riz, du maïs, sont connues dte c'hacun, voire du plus ignorant.; Malheureusement, en ce qui pjoncterne des diveVses denrées, se présente la même objection que pour la viande. Leur prix est trop élevó.l;.]' Nous sommes, pour la presque totalise de notre. alimentation — ie pain* exceplé— tributaires ducjommerco particulier. Or^ nombreux sont les imjpprtateurs, grossistcs, demi-grossistes, négociantsmarrons el aceapareurs occasionnels, qui profitehtde la cpnjoncture, non cértes pour se dévouer a Ja satisfaction des besoins'générauxy, mais pomr. leftexploiter sans merci.-yr^ï.-fe D'autre part, la' quantité, de denrées qu'on peut «se procurer dans les magasins américains, et quij pOiUr certains produits, est limitée a une petite ration mensuelle, ne suffit pas pour déjouer toutes les entreprises de la spjéculation. Il est a noter, au surplus, que les magasins américains se bornent a vendre des marehandises im-i portiées d'Antórique. Si d'autres denrées font l'objet d'accaparements cöupables, c'est aux administrations dommunales £ a^r, de concert avec le Comjité aaj-j tional. POUR LES PÊCHEURS A LA LIGNE Les recéveurs des contributions viennent die receh voir, par les soins de Tad^niinistration civile des pnavinces, les permis de pêche pour 1816. Rien n'a lété mpdifié diaps les règilements en usage, et comme précèdemment les amateurs dte pêche A Ia ligne peuvent se prpjeurer les permis de 1 franc1 , 2 frauds, 4 francs et 10 frauds, lesquels, selon les dispositions réglementaires.. leur permettent de se livrec aux difTérents moütes de leur sport favori. L'an dernier, on await constate^ dans 1'ensemble jdu pays, une augnrentation notable dlu nombre dej permis en circulation sur les périodes correspondantes dtes années antérieures. On presume que poiur l'année courante, Ie nombre des pêcheurs Dje diminuera pas, au contraire. Ces mesures ne concjernent pas rEtape ni Ie terrain, des operations,. ^^---~ f **■?£■ Dans ciertaines villes, 1'adnnnistratLoin n'a pas 'hèsité a établir des magasins cömmunaux pour ta vente des dènnées a piix reduit. Nous avons dit le danger qu'offrent de pareilles insütntions pour le niégoce du detail. Nonüjpe de détaHlants aè trouvent» par Ie fait de la crise, clans une situation, déja bien assez pénible sans qu'on ajoilte encore a leurs difftH eultés par une concurrence nouvelle. Toutefois, si taertaines denrées atteignent dies cours formidable^ par suite daccaparement ou de speculation, U faut bien que, pour «ces denrées, d'une maniere ou de r-autre, l'autorité communale défende l'alünentatioa pOipulaire par "des mioyens approipriés. La question ne -doit dfouc pas se résoudre pjar Une formule absolue et simpliste. Si le commereje. particulier se trouve en mesure de faire face aux besoins de la pojpulation, et qu'il n'y ait pas spècu-; lalion, tiSn!olns qtoe piuBieurs 'de nos artisites, guides p^r Un généreux esprit de solidkrité arusüque ont decide d'orgamser dans la Salie Taete, une séri|0 de pjetites expositions d'une réelle tenMel d*art Aux tableaiUK sucoèderont les peü'Jas sculptures, Ids dessins eaux fortes, etc. Una large part dlu produit dfes I ceuvres vendues sera employee A secourir les artistes lque les évènements dB guerre pnt mis dans une situation pénible. . .i Le premier salonniet ctoanprteladira les ceuvres dé MS^ RpcJolphe De 'Saegher, Os«^ar Coddron, Carolus TrétnieTie et Charles Van Belle. Elle sejra ouvgrte d'u samedi 19 février au vendredi 3 vaars. A' la clötui» tolus les ppssesseurs d'un catalogue illustné padlfciperont a la llombola d?lune oeuvre chain le pain doit-être vendu par les bjo|UiIa3p|gers $ rajson de 0.42 {rsle kUoi. :*'fi'i-\' MSI0IIPS «AISON BETER, fondée en 1816. PAUL tfUflLL/fl sTRDTF, succ, 27, rue de Brabant. Gand tl.iJL.^^MJ^i-1 il m U I I£20551 LA QUESTION DES SUCRES I Leis négociants en denrées colomiales a Gand, faisant le OPiïiinerce de SUCRE EN OlKtS, informent le public, que pour le moment, ils ont cessó totalemenit la :vtente du sucre blanc, fauce de marchandise, | ils informent également les personnes mal iutentionnêes qui répandent le bruh\ que les soussigniéacachent dans leurs magasins ou ailleurs dte» stocksde sucre, espérant réaliser pjus tard des bénéficèB exagérés, qu'ns se réservent Hq djroit de les attraiiie |gn lupfice, 1" l 1 f .j;.. ' 1 'j 1 1r 1 ; 1 y W . Eugène Bracq, 'Charles De Potter, Peeters- ypt«baert, yap Campenhout-Stalenö, (/ t I I !>s 1 1 1 ";.'. 1 1 , iCpnantinique)]. ' « MAISON O. iTHIEMfi, marchand taflleur, rue du SoIeiL 11. Oand.1 • ■ ; «1QV12Ï COMITÉ PROVINCIAL DE SECOURS ET D'ALIMENTATION. GROUPE DE GAND i Lte Comité a decide de faire une nouvelle distribution 'de charbons aux indigents de la ville, pprteurs d'un 'carnet noir et inscrit dans les locaux de soupe. Dans chaque local on affichera le jour de I'inscription en indiquant 1'endroit et l'heure oü se (era I'inscription et le jour et le lieu que les charbons staront déljvréa^ — G. VAN PEENE, dentiste, rue de la Station, 17j Gand,P#J ^£Wl(4629X / BIBELOT D'ART Les objets seront re«jus a l'Hötel de Ville (entré|6ajMarché au Beurre) de 10 a 12 h., le lundi^ 21 flMjvrier (lettres A jusqute D inclusivement) ; lé' mardi|22 février (lettres E ju%rae_ S inclusivement); lgjmercredi 23 février (lettres T A la fin).1 j[ Les objets qui n'auront pu 'être admis seront'! deposes dans une salie de la Cour StGeof^jes,Ld'oü les intéresses pourront les retirer k une datg'i qui sera ulbérieurement «annoncée.| fj Ai9/3ooiAn nnï«iiA Superbe ch. a coucher en acajou fumé UeCdblOIl UIIHJUÜ. ma'ssif, 8tyla Louis XV, 740 fr„ SO,! Place d'Armes, Gand. JEAN DE MOERLOOSK. BAINS DOUCHES ; Les bains douches de l'école communale Chausséflde Meulestede seront temporairement inacccssiblesau public è partir de samedi 19 courant.& — AVIS. — On est certam de passer une agréablelaprèsmidi ou soiree Chez LEONlDAS-TEA ROOM;,: 34, rue des Champs. Orchesire synipliomque et artis:tique:. Auditions toüs les jours de 5. K. a 7 h. 1/2 etdte 9 h. 1/2 A 1 heure.(2144J. ENSEIGNEMEMT HORTICÖLE Dimanche 20 février k 10 h. 30 le professeufcf O. Burvenich donnera sa neuvième lefon de cul-i' ture maraiehère au Jardin Bptanique rue Ledten! ganck; è 11 h. 30 le professeur Van Eeckhautg; donnera sa neuvième Iejon dte floriculture. 1^1* AU NOUVEAU CIROUE Pour la continuation des representations en voguöi, Vendredi 18 'Février et jours suivants: MONSIEUR CHASSE, l'inimiiable succes de «foMj, rire», de Feydau (cinéma). Les frères Theo, ac^obailea, sur les echelles; les FiedO, équilibre sur le» mains; la troupe Delahaye, sa'uteurs. J(1952) CONFÉRENCE '; Dimanche 20 février, k 5 Si., au local de la chaus^jsïéie de Bruxelles, 22, k Gentbrugge, chez M. ThienJpont, conférence pubüque et gratuite par M. 0V^iffvenich sur les Engrais,,. -j 'M TOÜS les articles vendus è Ia MAISON DES; 100,000 CHEMISES, 1, rue de Brabant, a Gand, sont de coupe et de forme élégante, de conleciion et de fabrication soignée, de qualité irréprochabla (9743]] MUSIQUE POPULAIRE ! Dimanche 27 féivrier, k 6 h. 30, k l'école de Ia rue aux Barres, grand «Liedteravond» avec le prlh', cieux öoncours des artistes suivants: Miles J. NieUM: ïtvejaers, pianiste; C. Coppens, soprano ; MM. J, Van' ider Voodt, baryton; ■£. Van Eeckhaute^ tenorjj S. Dispa, baryton-hasse, et une quarantaine d'élèves.;j CEuvres de Mme Mathyssens, P. Benoit, Blaes,'LWambach, Vian Duise, Lebrun, Duvosel, De Xoge.j'laere et Max Trenteseau.ji Les enfants de moins d'e 10 aas ne sont pas adi,mis. Entree libre et gratuite.\ J\ — O. WTTERWULGHE, AGENT DE CHANGE AT-! GRËE paie au PLUS HAUTS COURS et SANS FRAISla purpart des COUPONS. ETRANGERS, 59, Coupurej[rivê gaucne), Gand,(1673)^ NIARCHÉ AUX BESTIAUX I Vendredi il y a eu 14 animaux de plus que la geHj {amine précédente, soit:jj 1 Porcs 11; moutons 16; ,veaux 6; porcelets 130} i iVaches laitière» 2; jeunes boeufs 4j génisses 6, vachtes grasses 4; taureaux 6,|t . ■ :".^ffl e-r- PAIEMENT DE COUPONS. - NEGOCIATIONJDE FONDS PUBLICS. --• RENSEIGNEMENTS; FINANCIERS. •—: Les soussignés, agents de changtj: agrees, tiennent k informer leur honorable clientèlequ'ils sont TOUS A même de payer et de nêgoclec AUX MEILLEURES CONDITIONS ET AUX PLUS HAUTS PRIX, tous les coupons. Belges et Êtrangers payables,^T>?*r'v| ' ils se tiennent également a la disposition' de leuis; clients pour la vente et l'achat de tous litres onpour topt renseignement financier. C. BLONDEEL' 49. rue de Flandre; O. CLAEYS, 9, rue SaintMiehed; A. DE BUCK, 57,' rue de la Vallée:CH, D'HONDT, 7, rue Savaen; G. DOLIESLAGEBl 10, rue Borluut; R. EVERAERT, 88, rue d'AnversiE. LIPPENS, 21, rue de la Catalogue; E. MESXDAGH, 9, rue de la Monnaie; N. ROOSEN, 1, Imftdu fer a cheval (rue longue Monnaie); T. TUYPENS, 52, rue de Bruges ; P. VANDE GEHUCHTE, 65, rue Saint - Georges; G. VAN DER UNDEN, 3, Rampe Saint-Michel (Marché-aux-GRAINS): Al. VANDERSTRAETEN, 32, rue de Flandre: M, ' .WATERLOOS, 16, rue du Limbourg.| Bureaux ouvtats de 9 a 12 h. et l'apxès-midi iusqu'è 4 h, ^SiBmèdi après-midi exoeplé), MORT SUBITE ' 'Jeudi après-midi, le Di'ominé Léon Van Boxstaelei habitant rue Flobert, 6, s'est affaissé quai de la Lysi Malgré les soins les plus empresses, il mourut quelques instants après k rhöpital civil oü on l'avait transporté ó?urgejp,cea LA TEMPÊTE DANS LA PROVINCE On mande de divers endroits de la province les dégats causes par le récent puragan. A Audegem les cheminées renversées et les arbres déradnéis ne se comptent guère. Une maison s'est effondrée en parüe, heureusement sans accident dte personnes.; A Sohponaerde, un bloo dte maconnerie s'est de> taché A la partie supérieure du toit, au Couvent des Soaur», et a traverse le toit plus bas. Les dégats sont importants. A Appels, oü l'Escaut envahit encore la «conw mune a chaque marée, la brèche n'étant pas eneore réparée complètement, Ie vent a poussé les eaux ' dans les prairies qui formaient un lao immense^ Tous les habitants des rues de Rykemolen et Bokn molen ont dü fuir avec leur bétail. A Termonde, le vent a renversé le pignon titg College au coin du Marché. aux NOUVEAUX SECOURS > On avait deja remarqué que les femmes dent le mari est interne ou absent du domicile conjugal, cpmme les mères dont un fils-soulien est dans lemême cas ne peuvent obtenir aucun secours pour cause 'de ehomage. On a jugé que ces personnes put droit k rindemnilé de chömage pour elles etleurs enfants de moins dte ,16 a,ns. Deux condi^tiions sent toutefois exigées:j .1. Il n'est pas ace*L-dé d'indemnité pöur l'absent.; 2. La situation de la pro fession ou du méticn t de l'absent djoit être telle que celui-ci aurait ch^ j

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Toevoegen aan collectie

Periodes