Le bruxellois: journal quotidien indépendant

464 0
06 december 1916
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 06 December. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 20 augustus 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/rj48p5x50r/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Année - N. 788 - Ed. f| Elfifil EEflTIMÉS Mercredi 6 Décembre ï91i ÂafiMiMEST POSTAL, ÉD. BmmMks - Pfovhicc - Etrangi 3 mxst : Fr. 4.50. - m. 3.6 Vto ** poste en et à 3ëjk*«*er n'accepteal <jue ci qkmmmÊÉÈF&mzs ïïtf ELS,"Cdui. }*?♦!»#** !fS 1 jAi^r. 1 A1 Jctt.ÎET 1 OCTOî €r veta* s'irboiîfler toutefois pour fc tfettx n*&is ou même pour «termer mois de «iuqrc trimestre a prix de : 2 M«î9 ! Mou pf. 3.0O-M&2.40 Fr.L50-Mk.L2 TIRAGE :-90.000 PAR JOUR Le Bruxellois r Rédacteur en Chef : Maro cl o ®A.Tvlvr ■ ■ afccy.. „_,.r_fnntmnmm a losraal Quotidien Indépendant I Rédaction, Administration, Publicité, Vente : j f BRUXELLES. 45, RUE HENRI MAUS j ANNONCES — La Hgn* Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 2.0' Annonce» commerciales . 1.5C » financières. . . 0& PETITES ANNONCES La petite ligne ...... 0.4* La grande iigne O.îî T!RA«?-:90.00C PAR JOUR DERNIERS COMMUNIQUÉS OFFICIELS ALLiiiu/iWDa BERLIN, S décembre* — Midi : ïheâire de la guerre à l'Ouest. Groupe d'armée du prince héritier itupprechi de Bavière. Dans ie brouillard du malin, des détachements an. glais, après une courte action d'artillerie, ont prononcé une poussée à l'est de la route Albert-War-lencourt. Us ont été repoussés par notre feu. L'après-midi, par un iemps plus clair, la lutte d'artillerie est devenue plus intense sur le front entier de ta Somme et la nuit également est restée plus vive que dans ces derniers tmps. Ihéàirt' de la guerre à l'est : Front au générai leld-uaarèeisar prince Léopoid de Bavière : Au sud d ta voie terrée Tainopol-Krasne, des détachements russes ont piononcée vainement une poussée près d Angerstowka contre lun élément de tranchée qui leur avait été arraché récemment. i<roiu du «joiieiai-eoioiiei archiduc Joseph. Tandis que des attaques renouvelées des Russes sur le Capnl "... nord-est de DornaAVatra, dans lès vallées de Putna, Trotosul et Uz, restaient sans aucun suceès, des troupes allemandes et austro-hon-groises ont reconquis d'assaut des positions de hauteurs perdues les jours précédents et peu importantes pour nous. Ces combats en partie très acharnés nous ont rapporté sur te Werch Debry (au sud du défilé des Tatares), plus de 100 hommes et cinq mitrailleuses, au Mont Nemira (au nord de la vallée tfOitoz), 350 prisonniers ainsi que huit mitrailleuses.Groupe d'armée du ïeUSm an visai général von MacU rusen : Dans la pourswte, brisant la résistance des arriè-re-gardes ennemies, la neuvième armée a traversé la ligne ferrée Bucarest-TargovistePietrosita du côté est. L'armée du Danube, après sa victoire, obtenue sur ï'Argesul intérieur contre une forte supériorité numérique, victoire à laquelle particulièrement la 217e division d'in/anlerie a pris une glorieuse part, a poursuivi l'ennemi qui cédait jusqu'.is secteur, combattant avec l'aile gauche et ait delà. L'aile orientale a repoussé dans les bas-fonds du Danube des attaques russo-roumaines d'une manière san-ëlante.Le nombre des prisonniers faits, annoncé hier, dn .1 <ttccnti>fê',~TS"e$ï accru a 12,500~;~ff)a neuvième* armée il faut encore aiouter 2,000, à l'armée du Danube encore 2,500 soldats, les deniers appartenant à 22 régiments différents d'infanterie e' d'artillerie.Dans la Dobrom'ja pas d'opérations essentielles. FrUBl iiiareiliiii.cn : A l'est de la Czerna de nouveaux combats se sont développés ; des poussées serbes à Ba'novo et Nou-te au front de la Moglena ont échoué. BERLIN, 4 décembre (soir) : Une poussée en avant anglaise échoua de bonne heure à l'est du Surs. A pari cela, rien de remarquable dans la région de la Somme. Les combats au sud et à l'ouest de Bucarest se poursuivent en noire faveur. A'UïfiUUfcilENS VIENNE, 4 décembre. —■ (Communiqué officiel l'hier soir) : Nouveaux succès importants en Roumanie.G ran-ie quantité de matériel de guerre et beaucoup de vrisonniers capturés. Dans les Carpetr.es activité combattive peu im-tortante ces derniers jours. VIENNE, 3 décembre. — Officiel : fheûiro de la yucrre a l'Est. Groupe d'àrm,->e un leidœaréclia! général von iVfetciieiaien La bataille ae l'Aiesul -a conduit à une victoire le sigmtication décisive. La poussée en avant de [armée du Danube sur i'Argesul inférieur n'a pu lire écartée par la contre-attaque des Roumains et le leurs aùiés, sur laquelle ils tondaient les pins •rondes espérances, tlne shie d'aiiaques ennemies |ut arrêtée au nordr-est de Draguniesci et rejetée it:-delà du Njeslow par notre marche en avant en-lerclante. Des troupes de chasseurs de frontière lutrichiens prirent part à cas combats, à côté des ïoupes allemandes, bulgares et ottomanes. Simultanément, un groupe d'armée se fraya vit tas âge à l'ouest ae Bucaiest à travers le fleuvâ Irgesul. Hier, ce groupe s est avancé jusque Tiiri, ni il rencontra les débris do la première armée oumaine, qni avait <ié battue la veille au sud-est ^ Pitesci par les troupes austro-hongroises et alle-tandes du lieutenant générai Kraft von Delmensin-fn. De puis aiiackements roumains furent anéan-Ss. Plus au nord, les Alliés ont pris possession de lingovist. De leur côté tes fractions de troupes roumaines pupees dans h petite^ Valachic furent peu à. peu ialayées dans un cercle se rétrécissant toujours. Le Danube est ouvert. On ne peut encore émet ire au-trne donnée approximative quant au butin extralor-inairement riche que nous avons fuit, et il s'ac-roît constamment. Front du colonel-général arc'.ùdnc Joseph : Pendant que le plus récent allié de nos adversni-fs se faisait battre de far,on décisive'dans la plaine e Valachie, . les Russes essayaient en vain lie emporter sur tes troupes austro-hongrvises et al-imandes des généraux von Arz et von Kœvess tin liccrs qui devait avoir sa répercussion sur les 'oumains. Quoique cette tentative de décharge ne Sit pas encore complètement finie, on a pu toule-i/s constater hier, pur la diminution des attaques isscs adns les Carpathes, que l'ennemi, épuisé et irt malmené, avait besoin d'une période urgents e repos. Ce n'est que des deux côtés de la vallée •i Trotus supêrieui que les Russes continuèrent ïuts attaques avec la même violence. Par endroits i montèrent jusque dix fois à l'assaut, mats, ab- !straction faite de quelques faiblesses msi^nitiameh ils furent repoussés partout. Dans le sud du secteut nous avons enlevé à l'ennemi une hauteur perdu précédemment. i' l'uni au teidmaréciia] générai princ£ Leopold de liavii*re : De-ci, ae-là, des opérations de combat d'impor tance secondaire. 1 Ueaire de la guerre iialien. La canonnaae continue aans le secteur du Carso Les combats ae tance-mines ont également recoin mencé. Une escadrille d'hydro-avions italiens t jeté, sans effet, des bombes sur Datojl/é, Orosz Repen et Sesana. Nos aviateurs ont attaqué l'enne mi et ont obligé les quatre occupants d'un Capron à atterrir. Le lieutenant de vaisseau de ligne ban fietdt et le premier lieutenant Brurwwstà se son particulièrement distingués dans ce combat aérien Evénements sur mer. Vers 3 heures du soir, une de nos escadrilles d'avions a bombardé avec succès les positions en-naïves près de Dobcrdo. Malgré une violente canonnade, elle retourna indemne. Communiqué autrichien de dimanche soir : VIENNE, 3 décembre. — Officiel: Nouveaux succès importants en Roumanie.Beaucoup de matériel de guérie très étendu et nombreux prisonniers. Dans les Carpaiites, activité mo v.Are que les iours nrécédcnts. TURCS CONSTANT1NOPLE, .4 décembiv. (Communiqué du 3 décembreJ : iront eu l'erse : Au nord de Salas noits avons exécuté une heureuse attaque imprévue et avons nepoussé victorieusement une contre-attaque russe. Noos sommes en outre entres aans la localité de Savillc, a 100 km. au siul de Hamadur. i'ioUl uU LaUCaîjU : Par une attaque imprévue, exécutée par le centre de notre front, nous avons avancé jusqu'aux derrières des positions ennemies. En même temps nous avons brillamment tepoussé des tentatives d attaques prononcées par l'adversaire contre notre aile gauche. fciu.a ue la ïîobruscha. uni pris ie 2 xtéuètnbre une automobile blindée ennemie avec las officiers anglais servants et 6 soldats. Elles ont pris en outre un canon et fait prisonnier 50 hommes. Au nord du Gtiiiube nos troupes se trouvaient devant Bucarest, s'avançant dans de pet,tes escarmouches. Aucun événement important sur les autres fronts- FRANÇAIS PARIS, 4 décembre. — Otjiciel, 3 h., p. m. : Au sud de la Somme deux coups de main menés par l'ennemi sur un de nos petits postes de la région de Barlcux ont été aisément repousses. En Alsace un coup ûe main dirigé après un ■<"' bombardement sur une de nos tranchées de l'Hilsenfirst (sud-est de Metzeral), a également échoué. Nuit caimc sur ie reste du front. PARIS, 4 décembre. — Officiel, 11 h., p. m. : Activité marquée des Seux artilleries sur le front au nord de la Somme et dans les régions de Vaux et de Domiumont. Partout ailleurs journée vatme. PARIS, 4 décembre. — Officiel : Année d'unent : A l'est de la Czerna les Serbes w enlevé les hauteurs au nord de Grunise; l'ennemi s'est replié en desordre sur St.iravma. Aucun événement à signaler sur le reste du front. ï&U&ËéES PETROGRAD, 3 décembre (officiel). — Dans le voisinage de le.ùskoweis, au sud-est de Swin-juka, i ennemi a ten.é de prenare l'ofjensive, mais il a été repoussé. Sur la tSysirica, nos éclaireurs ont fait irruption avec succès dans ia région du village do Kosmatsj etont fait des prisonniers. Dans les Carputhes boisées, l'ennemi a dirigé deux violentes attaques contre la colline que nous occupons à 6 versies au sud-ouest de Vorochta, mais .1 fut fv cé de se retirer avec de lourdes pertes.Dans la région au nonl-cst de Kirlibaba, l'ennemi ah.'4. i «t.; troupes. Deux attaques successives ont été repmssfes: En Transylvanie, nous avons opère des attaques heureuses dans la vallée de Trotosul et de Sculla. • Nous avons fait S00 prisonniers et nous nous sommes emparés de mitrailleuses. iviîUiMA-N BUCAREST, 3 décembre. — Officiel de l'état-major : Sur le iront à l'ouest de ia Moldavie et au nord de la V-uiachif, violents combats d'artillerie et d infanterie. A ous avons attaqué l'ennemi sur divers points et nous avons fait 120 prisonniers. Dans la vallée de la Dambovita, pas de motftii-cestions. Sur le iront ouest, l'aile droits de l'ennemi, a violemment attaqua nos positions et a forcé, nos troupes à .se i etifer vers Tilu, sur la Glavaciocu et te Neajlovu. Nos troupes ont combattu dans ta région de Dragcwcsci contre une division turque et dans la région de Clunpatri et 4e MihaiesU contre h:s postes principaux allemands et bulgares; elles les ont refoulé veis le Sud, Nous avons fait des prisonniers et 'toits nous sommes emparés de matériel de guerre. ITALIENS ROME, 3 décembre. — Officiel du grand quartier général. — Sur le front de bataille dans le Trentin, duels d'artillerie dans les vallées de l'A-dige et de Breutan. Escarmouches avec issue iavo-'d'oie pour nous, sur les versants septentrionaux du Dorso Casino (rivière Caméras) et du monte Pe-Ittggio (torrent de P'osina). -s , j Sur le front julien, taillerie ennemie a deve-, j loppé une plus grande activité dans la zone de la *■ Plava, de même que dans celle des hauteurs depuis l'est de Gorz jusqu'à la mer. Notre artillerie a éneigiquement répondu au jeu de l'ennemi et a entravé d'importants mou vements de troupes à Varriéré de son front. Sur Je Karst, une attaque hardie de notre infanterie a avancé notre Iiroi .ie 300 mètres sur une largeur d environ 1 là.om '.tre. ( Nos avions ont atiuqué les cantons de Dorinberga (Dornberg) et Tabor dam. la vallée de Frigio (Vi-pacco); il a clé constaté ;ue des dégâts ont été produits. Tous nos avion i sont rentrés indemnes. LONDRES, 3 décembre i officiel de l'après-midi). — Penaant la nuit, aoiM avons attaqué les tranchées ennemies au su.; de Fauqnisart et à l'est d'y pies. LONDRES, 3 déccmb.v. (officiel du soir). — Activité de l'artillerie et ces mortiers de tranchée sur diverses parties du font. iîuearss! abandonné p .r lus iiouaiains. Londres, 5 décemferejl — Une nouveue émanant de isucarest annonce que îa ville ne peut plus etre considérée comme lori4Sk.se, œais qu ehe aurait été déclarés viUe ouveitc. Lies démarches auraient été faites pour que ia ville ût évacuée par les troupes et non- par des civils. La t«i-cce $ l'Enïente. Londres, 4 novembre. — Le correspondant du «.Daily Mail » écrit a sut journal ce qui suit au sujet dea combats de veruredi : Je me trouvais au H-ree, afin d'assister au débarquement ces troupes grecques, lorsque souoafifeftb coups ue ieu se .firent entendre sur les collines f.i sud d'Athènes. La ré-£k»n du combat se trou vaut ;ur ia colline de Mais et près du Scadion. Les coupi ae teu avaient commencé à 11 h. 1/2 dans ia eavêi rie- du génie. En môme temps des cou; ; ue feu furent tirés sur une ligne s'étenuant Qeiia,/-olime de Mars jusqu au monument de X'UîJooygr.^ fpi * i Aerorcsla et jusqu au Stadioà: De temps à autre il y eu: également une vive fu-siiiaue uans la région du Zoppeion où se trouvaient les quartiers du détachement françdfe. Des hauteurs avoisiuames le bâtiment avait été pris sous ie teu. PVcs du Siaciion des mitrailleuses et des lusùs fonctionnaient. Les combats Ultérieurs sur la colline de Mars, furent également très violents. Là les so.cats grecs attaquèrent les Français ee la lisière au sud de l'Acropole e; sur les versants du ïti-asein. Les habitants, pris oe panique cuerclièrent par groupes un refuge contre -les murs d;s habitations, tandis que les balles sifflaient dans les rues. Des milliers de personnes s enfuirent flans ia p.aine d'Attikon, vers Igqueiie se dirigeait également une longue file de chariots. Vendredi après-midi trois ou quatre violents combats entre les troupes grecq- es et celles ae i'i^:uen« eurent lieu dans les teuboi.rgs d'Amènes. ils commencèrent dès qv. ua aécacnement français eût essayé de saisir aes armes dans ia caserne du génie, qui fut canoanée à cette occasion. Les Français ripostèrent au teu et tuèrent un ofiieier grec. 1 La situation e.i Grèce. Londres, 4 'dëcimbre: — iLe « Daily Te'egraph » d'Athènes, en date du 2 décembre : La presse tidè-le au koi publie aujourd nui une déclaration ou gouvernement, disant que 1 ami; al Fournet a consenti à accepter la livraison de 'j i.tueries de canons de campagne et qu'il a renoncé à ses demandes primitives, relatives aux autres armes. On dit que les réservistes grecs sont moDilisés. Amsterdam, 4 décembre. — D'après un journal de cette ville, le « Times » annonce d'Athènes, en date du 2, vers 5 h. de l'après-midi, 3 torpilleurs français ont bombardé ia colline Ardentos, d'où un canon avait tiré sur le Zapeion, le quartier des matelots français. Un obus t.rnba dans ia cour du Palais située près de la coltine, où se tenait précisément une coniérence. Les journaux vénizélistes sont suspendus. Athènes, 2 décembre (Reuter). — 20 Cretois armés se sont retranchés dans ia maison de Vénizé-los. Ils refusèrent de quitter le bâtiment et tirèrent du toit sur tous'-ceux qui s'approchaient d'eux. Le ministre de la guerre donna l'ordre de mettre des mitrailleuses en position. Entretemps cm somma encore une fois les Cretois de se rendre, ce qu'ils firent après avoir iongtemfft délibéré. lis furent conduits sous forte escorte au bâtiment du Parlement, qui sert provisoirement de prison militaire. En cours de route, l'escorte eut tontes les peines pour 1er. défendre contre la foule. L'ordre était rétabli à 4 h. La fusillade cessa dans les rues. De fortes patrouilles de cavalerie surveillent la ville. Londres, 4 décembre. — Le « Times » -apprend d'Athènes en date du 2 décembre : 3,000 hommes de l'Entente-on! été débarqués en tout, vendredi matin, à Athènes, et ils se sont diriges en trois détachements vers Athènes. Arrivés aux points qui leurs avaient été désignés, ils les trouvèrent occupés par des troupes grecques qui, lorsque les alliés se retirèrent, firent feu sur eux. Le combat cofhmença à Il h. 172 du malin et se termina à 2 h. de l'après-midi, après la conclusion d'un armistice. Les alliés eurent des pertes importantes, les Italiens notamment ont souffert beaucoup. On croit que 200 Français ont été fait prisonniers. Les troubles recommencèrent samedi et durèrent toute la journée. Des matelots tirèrent des balcons des hôtels et des bâtiments de journaux. Des vénizéjistes ont été arrêtés pendant toi"-» «a imuaéR d'hier. La presse d'Athè nes annonce qu un obus est tombé dans le jardin du Palais, un autre dans la cuisine du Palais et un troisième dans ia cour intérieure du Parais. Athènes, 3 décembre (Reuter). — La journée a été calme, mais l'inquiétude est grande. Le soir il y aura un conseil de cabinet ait Palais. La situai ion it Atiiènos. Le « Daily Taisgraph » apprend d'Athènes, à ia date du 2, qu'au cours des collisions, qui ont marqué la journée du 1, les troupes de marine alliées se sont retirées devant les soldats grecs, qui leur étaient supérieurs en nombre. La flotte alliée a tiro en tout environ 25 coups de canon ; trois obus sont tombés à proximité du palais royal. Plus tard, les ministres de l'Entente sont parvenus à faire arrêter Vis hostilités. On confirme que les réservistes grecs SGnt mobilisés. D'après les dernières nouvelles publiées par la presse parisienne, le roi Constantin se trouve au palais d'Athènes, tandis que les ministres de l'Entente résident dans leurs nôteis respectifs. L trairai du Fournet se retirera à bord du vaisseau qui porte son pavillon. Les ministres de l'Entente ainsi que leur personnel évitent le contact avec les troupes royalistes grecques. Le gouvernement grec a ordonné ia mobilisation générale de l'armée grecque.En Thessaiie, notamment à Volo et à Larissa, il y a eu des troubles graves que ies journaux locaux attribuent au manque de vivres. l>n prêcha J'économie en Angle terre. Londres, 29 novembre. — Le mirusière du commerce a publié un avis notifiant que l'utilisation des chemins de fer pour les nécessités de la guerre exigeait la plus grande économie. C est pourquoi 1 on dtmande au public de voyager le moins possible. Le gouvernement ne veut pas encore intervenir quant à présent afin de voir si cet avis sufiira pour amoindrir la circulf.'ion ces p^rsonne-s. En outre, on a demandé aux entrepreneurs ue transports de veiller à ce que l'on ne f.rde pas de temps lors du chargement ou du déchargement de marchandises. La casa uiiiu-SÈériaHe en Angleterre. Londres, 4 décembre. — Le « Times » communique ce qui suit, au sujet de la crise de cabinet : Vendredi dernier Lioyd George fit à Asquith la proposition écrite, que ia Commission de la guerre U«fui£> «c Ciib-Si.c4 jX ». UvcUiF aC <$&&&€ membres, notamment : Lioyd George, Sonar Law, Carson et un membre du parti ouvrier. Samedi matin, Asquitn n avait pas encore donné de réponse. Dans le courant de la journée de samedi Asquith fit pan à Lioyd George, de ce qu i' *""■ pouvait accepter la proposition dans la forme qui lui avait été donnée. La question resta quelques heures ea suspens et cueiques ministres quittèrent la ville. Hier matin, les ministres «tournèrent en toute hâte. Les membres du cabinet tinrent conseil sous 1a présidence de Bonar Law. Tous les membres du cabinet présents étaient des unionistes, à l'exception de Baiîour, malade, et de Landsdowne. Mercredi, Asquith, a eu une conférence avec plusieurs de ses collègues parmi lesquels Lioyd George et Bonar Law . Samedi soir, la situation était la suivante : Asquith n'acceptait pas la proposition de Lioyd George, mais se déclarait disposé à accorder une augmentation du nombre des membres de la Commission de-guerre. L'obstacle à l'accord proposé consistait en ceci : que la Commission de guerre aurait disposé d'un pouvoir illimité pour faire !a guerre et pour trancher certaines question personnelles.Toutefois Asquith a donné nettement à comprendre à Lioyd George, que la situation de ce dernier n'était pas iso. -s. Boçar Law avait — dV-nôs ce qu'on croît — également don; con assené aent à la proposition Se Lioyd George. Lioyd George et Bonar Law désirent tous deux que Carson' fasée partie de ia Commission de guerre. On peut considérer 13 nomination de Carson comme une condition moyennant laquelle Lioyd George et consorts resteraient au pouvoir. Lord Derby s'est également déclaré solidaire de Llovd George et est prêt à se joindre à eux. Les relations ileV^-snî'- es. Berlin, 5 décembre. — On annonce de Lugano au « Berliner Tageblatt « : Le trafic de frontière est interrompu constamment au point qu'en dehors de l'écliange de correspondance et de journaux, aucun voyageur ne peut pi us passer. La mesure est fortement commentée ici. La Franoa et la guerre. Berlin, 5 décembre. — Ou annonce de Zurich au « Berliner Loltal Anzciger » : Un voyageur venant de France a raconté è un représentant de t'agence télégraphique suisse, que le peuple éprouve de plus en plus le sentiment que la France ne se bat qtte pour l'Angleterre. Les sentiments du peuple ne sont contenus que par des moyens artificiels. Le mécontentement parmi les paysans placera ie gouvernement devant de nouveaux problèmes. \ la Ch.usbrr: t.tos Conintunos. Londres, 4 novembre. — En réponse à une interpellation au sujet de la nomination du dictateur des vivres Le Roi a sccédé au conseil qtte ie lui ai donné de remanier le cabinet et je -rois que toutes les questions politiques seront ajournées, jusqu'à ce que le processus de reconstitution se soit accompli. Asquith proposa, en outre, que la Chambre s'ajournât après sa séance d'aujourd'hui, Jusque jeudi. Asquith déclara vouloir bien faire comprendre, que quelques changements qu'il pût y avoir dans le cabinet, cela ne changerait en rien la ligne de conduite politique suivie depuis le début de la guerre. Si quelqu'un croyait qu'il y avait en l'air des signes de changement dans ja politique, je pourrais lui donner l'assurance qu'il est complètement dans l'erreur. Pendant cette déclaration Sonar Law qui siégeait à côté d'Asquith avait l'air mécontent. Quant à Lioyd George il était absent. Le général russe Sacfcatfow démissionna, Berlin, 5 déc. — Divers journaux annoncent : Le général Sacharow a transmis au Tsar une lettre annonçant qu il se démet dê son poste de coi» mandant en chef des troupes russo-roumaines, a t. tendu qu'ii n'a reçu ni de la Russie ni de la Roumanie les renforts d'artillerie nécessaire. Le couronnement da roi de Hongrie. Budapest, 5 déc. — On pense dans les milieux gouvernementaux que le couronnement du roi Cari aura lieu le 30 décembre. Las sociaiîstas français contre la politique Jinaneièra tW &f. Ksfcot. Les journaux suisses annoncent que les membres du groupe socialiste ~de la Chambre française se sont réunis dimanciie, en une séance extraordinaire, où il a été décidé de protester auprès du gouvernement contre la politique financière de M. Ribot, notamment contre le système d'impositions qui n'atteint pas assez les classes aisées. Le uiunque <iy charbon en ïsollandsi. La Haye, 5 déc. — La pénurie du charbon se fait Si durement sentir en Hoilande qu'à Harlem l'éclairage public au gaz a éié réduit de moitié. Tout l'é-ciairage électrique de la ville a été arrêté. Guerre maritime. Rotterdam, 4 décembre. — Le vapeur hollandais « Kediri » qui a été coué, il y a quelque temps, au cours de son trajet à Marseille, avait à boid un chargement de sucre destiné à la France. Londres, 4 décembre. — Lioyd annonce que la vapeur anglais « King Bleddvs » (4287 tonnes bru-, tes), a été coulé. lîCtiiÊS (Reproamtes de l'édition prccédeniS«J LA, SITUATION Eli SBEC-E La Situation ^ Athe»i<«. Berne, 5 déc. — Le «Cornere délia Sera» mande d'Amenés. Les troupes de l'Entente ont perdu au cours des rencontres qui ont eu lieu à Ataenes 100 morts et blessés et environ 40 prisonniers. Du coté grec, un capitaine, 2 lieutenants et environ 40 soldats ont ete biessés ou tués. Les marins italien? n ont pas eu de pertes a déplorer. Api ès la conclusion ae 1 armistice, à 3 heures de la nuit, ie feu cessa, mais à 5 heures il recommença de plus beile, avec une vigueur encore plus intense, après que la flotte eût tiré environ 30 coups de canon. Trois coups de fusil auraient été tires sur le palais royal. • Quelques cnefs du parti v.énizeliste ont été arrêtés. Les troupes de i'hntentc, fortes d'environ 3000 hommes, se sont retirées hier vers le Firée, escortées par de la cavalerie grecque et se sont ensuite embarquées. Londres, 4 déc. (Tél. Reuter.) — A la Chambre des Communes, Lord Robert Cecil a déclaré, en repense à une interpellation : je regrette de devoir déclarer que la situation eù Grèce est extrêmement grave. Aiaigré 1 assurance fermehe et répétée du roi de Grece et du gouvernement qu au-cun trouble ne serait tolété, aes attaques trâitreu. ses et provocantes sont prononcées contre les ce^a-ch^ments des Allies, qui ont été débarqués le ter décembre par 1 amiral français. De nombreuses per tes en ont été les conséquences.Un récit complet ne nous est pas encore parvenu. Le gouvernement britannique, ensemble avec les autres puissances, entreprendra immédiatement des mesures afin d'à-mener une solution radicale dans la situation. krnàs;kse à AUieties. berne, 1er déc. — On mande d'Athènes au «Se* colo» . Apres les premières collisions entre les troupes grecques et les marins de l'Entente, ua armistice a été conclu, en vertu duquel les troupes de l'Entente se retirèrent. L'amiral Fournet aurait déclaré vouloir accepter la remise de six batteries et proposer aux gouvernements alliés de se désister de I exigence du matériel de guerre restant. Les victimes. Amsterdam, 4 déc. — 1-e général Kalaris communique que lors des combats du 1er décembre, 29 Grecs, dent 3 oiheiers, furent tués et 15 hommes blessés. Les Français eurent 45 soldats et 2 officiers tut s et 79 blessés, iUHour d'officiers loyalistes, Athènes. 3 déc.(Havas).— Makuris, ancien bourgmestre d'Athènes et chef des réservistes, a repris son poste en remplacement de Venakis. Le général Dusmanis et le colonel Metascas ont égaleme.nt repris leur poste à la tête de 1 état-major.. Les aÎHés et la Grèce. Athènes, 3 dée. -- Havas annonce : Le feu s'est relâché et cessa peu à pétt le soir. En réalité, les troupes des Alités retournées au Pirée. Le gouvernement a offert à l'amiral Fournet six batteries de montagne, mais les ambassadeurs des Alliés ont reçu 1 ordre de leur gouvernement de déclarer que la question était beaucoup plus grave que l'abandon du matériel de guerre. Le gouverne-"1 ment devra donner une satisfaction positive et appropriée aux circonstances. îlisette du matières Cfriorantes en Norvège, Copenhague, 3 décembre. — Le « National Ti-dende » annonce de Christiania : En raison de la, disette en matières colorantes, toute l'industrie textile norvégienne est menacée d'un arrêt dans sou exploitation. Il attend, il est vrai, un chargement de colorants de l'Allemagne, mais celui-ci ne sut* fira que pour peu de temps.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes