Le bruxellois: journal quotidien indépendant

163 0
12 augustus 1916
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 12 Augustus. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 25 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/jw86h4fh0p/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3rae Année - N. 674 - Ed. B CINQ CENTIMES Samedi 12 Août 1916 4B0NNESEKT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etrangen 3 mois : Fr. 4.50. - Mftr. 3.60 Les ïxnresBna. do poste en Bdgjqure et à l'Etranger n'acceptent cyie. des abonnerrretï+s 7R?MESTI^I'E1LS;, ceux-ci prennent couia las 1 J.vxv. 1 A-vtril 1 Juillet J Cctcsb On peut s'abonner toutefois jïourlea: denxr derniers mors- air même1 pour lfe dernier ta ois- der chaque trimes fire: au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr-3.00- "i'k-2,40 ?f-ï.50-Mi; î.20 TSiSÂGE ; 75.000 P-AR 10,UR. Le Bruxellois RÉBSSiOPBHR; EN: CHEF : Maro des ïsS .A. Su-lV-X )gaje«te'rWiTfrr5iîg£5!gSaSj^BEglZEia^B5SgM855E«^B3iSa^gtKi ii Journal Qaetidlen Endâpsndasit ■ I Rédaction, Administration, Pabffcité, Vente BRUXELLES^ 45-, RUE HENRI MAUS ANNONCES — La ligue Faits divers et Échos. ff. f 00 Nécrologie fOO Annonces commerciales . 1.00 * financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.1 La grande ligne. . , 0.50 TIRAGE : 75.000 PAR JOUR Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS QUART lEJi &EMERÀL; II a mît : Théâtre de Ta guerre â l'Ouest Au nord de lia Somnve les Anglais ainsi qn»& leurs soldats de eO'ui'w, ont œtVeeqvé séparément et ineffioaeem,en&-, Mes même l'assaut fréquemment répété (Le traup.es françaises an nord et tout jmèst du fleuve ai. éehowé devant la ferme vttitude de déiaelkenuemis- de sé&irm ®a«s. Pour le reste an wt mentionne aucun événe,-ment de pmhiauMète iwgœtm-c*» Théâtre nie la guerre à l'Est Armées du feidmaréchai-général von Hùidenburg : Entre le Lae Ww.mm et Smorgpn ainsi §ue dans la. région au n£»itd-4M de. Krzuio de nombreuses. attaques russes de faite* inpgo^m>ee ont été rcpentss&es sans peinte.* Sutr le pmtir du Stochud l'adversaire après ses défaites de ces deniers jours s'est hmté en général à.une. vive action d'artillerie. Des attaqu.es partielles teintées par lui à l'ouest du lae Nobel j>rès de Lai-blicesow et ctu sud de Zarecze n'ont pas réussi. Les combats commencés au sud de Zalo-eze awt ■pris une pi tu grande extension., L'attague russe qui d'abord entre Iiialo.glo.rvy. et Horodyszc-is avait gagné du terrain a été enrayée par une •;ontre-attaque allemande. De fortes attaques ennemies dans la région de Traszktniec ont été !;epi>u$*ces avee des pertes sanglantes. Les. tentatives de l'ennemi d'obtenir des avantages sur le Sercth au sud-est d'UesrodysLcze ont çoïÀplètet échoué. l' i oni ctu rcHlniarécliai archiduc Chartes Au sud-est de Ifon-astcrzysliQ ainsi que dans l'angle du Dniester et de. la Bijstrizca, de grandes forces russes ont attaqué-. Devant la supériorité numérique de l'adversaire le vaillant défenseur a dû recidec sur quelques joints iso-Us. Des contre-attaques ont de nouveau, tenu tîte à l'assaut de V ennemi: et. ont apporté dans le combat un temps, d'arrêt. Le mouvement de transformation en cours dans le groupement des troupes alliées a été donné pour tenir compte îles mouvements des forées russes et continue à s'exécuter. Dans les Oarpa-thes, l'ennemi s'est efforcé en vain au sud de Zabic de nous arracher les avnitagts Que u&ets a rem* obtenus. Dans les Balkans . Au sud du lac Doiran l'adversaire entreprit avec de faibles détachements des attaques par- -tielles isolées qui ont été repotcssêes par notre feu sans combat sérieux. AUTRICHIENS VIENNE, 10 août theàtre de la ijlierre tusse. Année, du lieutenant. Eeldmaïéehal archiduc Charles : Sur les hauteurs situées au sud de Zahie, des ! traupeg aitstro-lcongroiiscs ont repoussé une attaque des Eus.ses en leur infurjeant de lourdes pertes. L'ennemi est arrivé hier en contact plus prononcé,dans la région de Delatyn, (iv c l'armée du colonel général vmi Eoven. Au nord de N iz-niow, les Etcssts ont re- ; commencé leurs vaines attaques, Partout ils ont été repousses, par endroits après des corps à corps. .-Y ri née dit général feMmarëefrat voaf ïïru-(ieoixrrg : Au sud de Zaloeze, de- n&tewiimx combats, sont survenus depuis ce matin. A l'ouest et. au nord-ouest de Ltuk, accalmie ehes l'ac&ncrature, après ses graves échecs dut S. Par contre, au nord du chemin de fer allant de Sang.' à Eoird, il a *ee"mmeuee, de jowr et de mut, à lancer ses masses à l'attaque ait delà du Situ chod. La plupart, de ses evihmnes a&pjilhmtes se sont écroulées déjà demsit. nos ai&steieïïet, ce qui a infligé de le-urées défaites à l'ennemi, d'jnt les pertes redeviennent, très fortes. Théâtre de la guerre sa lien. En confOT-mtié ace la si&UMtiem créée par l'êvaen'itum de la tête du pont die G9t%, la ville a été vèaitd»nuéê et, après a» ehm $an-glant de noicreths attaques italiennes sur le fntui platiau de û^éenia, l'align"- atcmt de nos ;po ti/ai/s a put être rectifie sans entrave de la part de L'enmevm. Nos trompes »utr ces derniers jmrt, fait, dents, cette zame, IpL&O Italiens | prisonniers. Lorsque &'ennemi entra data la tête de p*ut de Gârz, «x de nus. tanam ne purent être, emporte". Hier., les Italiens ont dirigé leur ma&mxttn . d'efforts fmrtre le s et «m- de, Pletgtr. Après . 12 heures de f(U concentré d'artillewe,l'i*fan- ; te rie' ennemie attaqua à quatre reprises Zagp-rà à trais rtprtse* les hauteurs se tuées â l'est de Pïttvt. 2'eius ces assauti s-'éeronièrcnt devant l « f< rnte résistance de nos trempes, peu ma lesquelles des détachements des ii'ie et &.'$ régu- \ m.ents d'infanterie se s»nt destin gué s à nmt- '• veau. \ * Au front tyrolien ./échec de plusieurs tentatives d'attaq wt e'nw raies dans les Dolomites, ainsi que d trui.-, attaques contre nos positions, (la ta zone du l'aniHi*. l'iiealre- de: la ijuerre: Surf-Est. Aucun événement important. Sur akiiï. En riposte à la visite des grands avions de ; combat italiens à Fiv.me (le 1er de ce mois), nous avens, ta nuit du & au 10, fait attaquer Venise par une < smebille de 21 hydro-avions-de marine qui a j tét ecfe ef'ets destructeurs trois tonnes et' demie de bombes sur l'arsenal, la gare, des installations militaires et des éta- \ blissements industriels, ce qui a provoqué une douzaine d'incendies dont deux de très vaste-envergure, à la filature de coton et dans la ville,. qu'on voyait encore à Sâ miÊes cTéToi-gmeimni„ Le fe.w, violent des GatUries, de défense ai été totaîevimt iueffi,caae.To,us les avions sortit veueuiu/s, •muiemnesL TURCS'. CONSTANTNOIV'.E, lli cmêt. — Dm grmcl ' quartier général : Au front' de Virait,, fers d'événement, important.. Les campements ennemis situés à Nas-siri'e/l d'ans le secteur de VEiuphmte, ont été ravagés par nos attaques- nocturnes, qui nous ont' permis de capturer d'W bwtin à l'ennemi. En Perse, l'aile droite de- notre- armée continue à poursuivre les Busses dans la direction 1 d'Iiamadan. L"cmiemt chercha vivement à se défendre dans; le défilé à l'est de S'ahnct, mais fut contraint à se retirer vers Edntjavar,nous laissant lion nombre de prisonniers, 2 chariots de munitions, des attelcug/'s powr 8. canons et une fmd'e d'autres «ngins miii-t«me&. tin sier ennemi fwt déinut par notre artillerie. ' Les prisonniers disent qu'un, général français 1 a été, dès le début, chargé de fortifier le défilé à l'est de Eangti/vm* An front diu Caucase, à l'ail® draite^ m# t trompes çmtim-tM à «mvc«f centre lies défilés de Mttis e-t de MuseJi. L'oflemrm que nous avons commencée contre 2r* pt&ttttn* ennemies me» eut:irons dot vdlage d (ïgnoittt, au nord-owLst de iMusthy « enmm W' kdo-nmitne$ d'Er- ( grrauw, prend tme to&mvre favmaMe à nos ( arrives-. Par vin vèûient assaut, une partie dt ne» trompes s'est emparé6-'de la h&w'e-yr de Mu- ( ffkam et du plateau élevé dentre j Mu*eh et Qg,iio-tt,. ainsi que de la hauteur Ta-ehedi-G-eut, à 2 kilo-mètres d'Ognott, et des pmiti&ns ennendcs, à l'ouest du vdlage précité, sur une étendue de 5 kilomètres. Aon* * avons capturé, lors de ces combats^ IfiQ* fusils, une quantité de maaitWMt, et de matériel du génie„ et pj-isomuins. Vue autre partie de ; nos trou nés, fyui, opérait à ./0 h/lo-inètres au stiil de M'tmo-chalum, dans, (et dîreetem de M"i- ' ghi, s'usè approché de ce dernier village. Att centre et à l'aile 'janche, l'ennemi a été pu. u actif iier. An jifout d'Egypte, pas d'événement im- » ni ait-r olf-iwiw^ tlg Ktttiél. COMMENTAIRE C'ONSTAA T1NQPLE, Il août.. — Le dçr- L. nier rapport arrivé ciMcernnret les combats des 2.2 et 2-S juillet dams la région de Eomani et de Mat m, t'exprime ainsi : a Nos détache- ; usent», qat avançaient avec le projet d'opérer -une tournée de reeo-nnamanee, se sont sacri- ; fiés pour assaillir des postfi,Jibs très foi tifiées j pat l'ennemi, et sut occupé ht première ligne des tranchées ennemies■ le soir, ils sont corivés aux fils barbdés des principales positions e une mu es. E nstrete inps, des tempêtes de sable entravaient le mouvement de notre aile (jeu- ( che, et il fut impossible de prolonger la re- ] connaissance. Cesf ce. dont l'ennemi profita pour envoyer des détachements de cavalerie L et des renforts des directions de: Montant et (te \ t Dncidar, et -pour opérer son attaque de dos ( sur notre aile gauchet dont une partie fut faite l vriso-muer, après un combat pénible et long. ■ t Quelques-unes de «&» niifiarilîeifses.qm étaient < restées dans la position ont été abandonnées j après leur détériora tion. C'est par m te de ces . circonstances que nos troupes furent retirées, ta nuit du i'? au 23 juillet, dans la direction de KaJia.. Le 23, l'ennemi fit attaquer par toutes ses forces et ses renforts précipitamment appelés de Kantaia, u»s trsmpes cantonnée* dans la zone de Mafia. Mais notre emitrc-alia-2Ue l'en repoussa avec de imurdcs pertes. Lee , mat du m an 2'h nous amns retiré nos tram-pi'i sur la ligne -ut-née à l'est de Mafia. ( FRANÇAIS PAMI&, M août. — Officiel. — Si, à., p. m.: An rirurcl de- la. Homme an cours de ta riait noni< avons act&mplt des pmgrès au nard de la région da buis de if (-m et pbrié à une- centaine \ le chiffre des pri^o-nniers, faits par nous hier dans cette région. Aaus avons en outre ca.ptu- ' ré s'ï mitrailleuses. La 'pluie et le brouillard gênent les opérât.ans. Au, smd de la Sernime une rccrm-nuissatice e mm "mie qui tentent, d aborder f nos lignes. eM faisant usage de liquides enflam- \ * més a été d ii*perse a par no.rc feu à l ouest de. YerntandavilU-rs. Sut ta iivc droite de la Mcu-s*, b">w.ha-i'denent intermittent de la région de Flcnnj et de T(Iu.l-L'ha pitre. Dans les Vosges un cup de main ennemi précédé d'un hoàeèar-d m ■ ut sur un saillant de nos lignes au noffl-owst d'Al-tléirch n'a eu aucun succès et a coûté des pertes aux ms&illants. Aviation : Sur le f/unt de la So-mnic nos a-vions ont hvré hier quinze combats. Un appareil a été abattu entre ifn-by et Eefhonvillers. Deux autres appareils ont été contraints d'at- , tenir dans la région de Combles. Dans la journée dus 9 et dans la nuit du 9- au 10 'des escadrilles de bombardement ont jeté equatre-vincjt-die ofri>» sur les gares du front Letssigny-Combles, tren-t'-huit abus sur la gare de Vi-fjny, rpiurant'c sur celle ci" I ppiïly, trente-huit sur une batte rie en set) «m. dam la région de 'A o-ijom, quinze sur la gare de '&é-.tme«mrt (nord-est de If"m»), qieafr"-n-ngt-et'ou ze sur les gares de Sp ncintrt, Danvdters et des bivouacs, environnants.PARIS', 10 août. — Officiel. — 11 h.., p. m.: E deh'rrs d'une canonnade ass-ez vive au nord de la Somme et dans la région de l'ouvrage de Tl'i niu-mont la journée a été cnlme sur l'ensemble du front. Le mauvais iemw eonti-uy,e, à gêner les opérations « RUSSES' PETB'dMrEA D, 9 aoiîj. -— Dans 1er région, à ï'esf die Sivineucny no9 troupes s'emparèrent l.arzm emisp de main d'une partie, de tranchées ennemies- et s 'empiire-rcnt de- M officiers et i'environ 663 soldats-. Sur la, rîvière de Moropetz. mm, êélfagfiêatet '.'e-tmemi (Vwn fortifié et ®e& trompes ie paunswi'tv/nerit jmq/U.'aa, eimflmi.it dut Dmcs-tCA,«£» sud éw M'nicssttet, les tawqm dm général l.eûMhim&ky e»mKenukrmt la pmwsiuite d& l'en-mm>\ h èHfrigtmh eom-éeutine-ment d'une s$r-ie iec villages et de: fmutcusrs q,Ui'elles, occupèrent. Elles, at.teigiiiinmt. la vmikre de Tluimataht un confinent du Dmester,. Le 8 aoûtH à. 6 heures du spir, nos, troupes s'emparèrent de la ville de Tys/nenica et. du -,ol et des. lUtuHwrss au nord-est de. cette ville, iusqu'à la rive droite du Dniester et la rive Iroite du Voron;■ onu sud/ de Ty-sr/aeiHcai jusqu'à 'a source. ITALIENS IW'ME, Q mât* — A os, tryup.es $mt entrées. I l Qo.-j, a-upj.uJ'd'huL Notre in-famtcnc. avait, le wtm déjà (après une vigpurnuse eanwmadc <)i'éparatMrc/ empiète la conquête des bailleurs d Qsmuia et de. Prutgwtt en en e<ap<Vilsfmt es détachements enn nus qui y étaient encore il&ttts. A vus avons irijuva les tm:mckée.s et l'es ibris souterrains remplis de cadavres *teu-i-enii-s, et, partout, des. armes, des -ummti&ns ■ t du matenel de tonte espèce aèamdomné par 'ennemi com-'pJètement désagrégé. 4 la tom-)ée de la mat, des deiath m«nts des bvigades le- Vasale et Pavie Jrcmçhu/tnt un pmsmg-e à tm dans é'isvnzo, où i'enuem» avon-h fait sent--er une pm-tie d!s liants, et se rh'trimghèremt ■m» la rive gauche. Une eolo-nne mnstitme de ■avalerie et de bersagiicri cyclistes fut 4m*sti-ôt. dépêchée sur l'autre rive pour la po-ur-■mte. Nos i-nfacigautcsi troupes du gé.nte pro-•édèreiLt rapide/tant, sous le feu des canons nne-m-is:, à ta construction de n'iwi/eawx peints t à la réfection de ceux détériorés par l'ad-■evsaire.Sur le Karst, de -non l 'iîes attaque* de l'en- evnx,4 oftttt c'fït fc'jïq'ïïfpfetrs §tl t i ç su jkwliz'v cltc t7cvtui km Mnhcle., et de nouveMes tranché*» <mt hé pris s d'assaut dans le voisinage de la ommiis-e de San Mari t no. Le chiffre total des prisonniers eapturés j,us- • m'à présent dépasse: lO^QOO, et il «•» arrive antinuéltement d'autres. Il n'est pas encore tossible d'évaluer le total du. butin acquis, en ont cas, il sera très aibom.da.nt. ANGLAIS L ON DE h'S, » arrût„ O&mnucntqwé officiel. I — Au nord-ans est ele PozHrfs, les A nstrahens mt avancé terni s lignes de 2&0 -yards sur nn Tant de 600 yards. LONDRBS, S» août. —- Avtpmr-l'hui, de grand matin, la eâle d'Angsle-'crie et du nord de t'Ecosse as été visitée pat les dirigeables ennemis^ Sans aller loin à 'intérieur du 'pays,ifs ont jeté un ecrtmn nom.-,re de bornées, et, en différents endroits, ont H& chassés par les eano-ns de défense. Il p a. 'r p rs'mncs tuées, îJf blessée* et. des dégâts wSi ta ires insig-ri jfiemts. Dermeres Dépêchés 2:^3> crEX^I Ht ri in, 11 aoûfe. «— Ott maiîd'g de Bâi-e an rLotal'. Anzeigarw qu'à Loffidi'Es les tis&as of-Icielles font voir, à propos des perhaa d'off-riers, que (icpn-.s le 1er aaâti oa a encore anis sel ligne huit dïviskïHs eatièna»e83t noKveîtea, î© foiffiiatiam la jpIus fée®nte. L«s P&rtiitjiîïss pour le iront de li'Oaesl. Berlin, 11 aoàfc. — Les jowr»aœx franeais ;onurment que l'armée expéditionnaire p«r-:.ug»is» coxapoctet» déctd&nemt d-rax «firi-."jcœfi, soit ào®c 40,006 keîïtines. vÎM'fOrre aHeimiiMîe en Aïriçtie rarknlalc. Badin, 11 août. — Les jOBrsraax de Parie soufe informés- die Lisbonne que, dam» la 2©ne ie Kioag© (Afrique aneotaie), les AlLe»aii«fe jrntéa die naiibrsil'lkrwss®, eut vktmâeBscœucsi ittagmé Saiigaidi et eart .«ans! des pertes «m. Portugais. TFWmfee i.rewrlHÈre aav EÉ£»t:vlJftïS. CTiarfestow-m (Virginie), 10 aairt. — L'Ag. KeuteT s'gïiale les ravages d'une trombe qui In» la vallée de- la Ccal Kiver ai ttié pins de 1QQ; p- rsonaes et esiHsé des dégâta évalués- à .m miiiiw do dollars. L'etïensïtt' anglaise jujée par Cadnma. Le général Cado-rpta vieut de déclarer, au 30ttr3 d'na eniKtiem avec un reperter du sud :lei l'Italie : « On m'a souvent reproché de n'être pas par veau- à poroar îa froaifc austri-di>an, malgré ma forte mise de troupes, ni à L'Isojeîo, ni à la trffatïèro du Tyrol; des com-=eils m'ont été do-nfiés par des prefeies et des izieorapétenceâ > k® atflrés ele l'Italie TOnlaiaÉi me rendre resjwnsafele de ce qa'offl. n'a. pas vu mes tïo-npes aux portas de Vienne nu mots après-leur entré© en guerre-. Je suis tenté d'en rire; qu'o-n veiKîle bî-en ii-otar que le snecès dépeints non seuiemeiit- de» facultés- d'un eibsi. d'aimée, mais d» celles de son asd^-ersaire. Et le& dbefs anglars peuvent s'e® rendre campf? à présent; je nue doutais Me® que, leur «iat-&ive tant claironnée à l'avance, n'ata-ictirait pas si prompte ment an succès qu'on l'a cru à Londresj le gain de terrain des Anglais et des Français ae constitue pas un succès défi.-nxtif et a été acheté au prix de pertes qui, en un mois, atteignent % total des pertes de l'Italie depuis, quinze nmis ; si je vaida s sacrifier u®e teffie- pi o-portioa d'hom.nîes, j'ari'i^eiravs aussi à enlever deux ou trois mo-n/tagnea et quelques kilomètres, de terrain. En somme,, le front allemand a un peu reculé, mais nulle part il n'a été percé j le-gain de terrain angl-ov fiançais ne reprétents pas la millième partie du tearritoi-re- occupé par les ABeman-cfe ; les gros, effectifs de l'Angleterre n'amwot pas à délivrer la Belgique et lé nord 'de la France. Il ne fa-ut guère compter qne sur dea succès partiels d?s Alliée, et. ils oseront, équilibré^ par les- Allemands- à Fwseaâoa qui se présentera pour eux de- coûtre-at-taqner. Aussi n'air|e garde d» faire miroiter des, espoirs eliimériques aux yeux de la nation itaEenne* », DEPECHES /rtfasy . i . .. It.* .. „ i L'évaçtfâ-ttent tfc la tète- de pont de Otteinr. Le co-rreepeasitiant du « Berliner fagefet&tt » écrit à son jcurna-l du quartier de la prsss» dg guerre, en date ch» S a«m,t : La garnisoB héroïque de ia- tête de p>ont # Gttirz s'est maintenue brilïamimemt depuis 14 ni-o-iis contre la supériorité- numérique îtaiiei*-ne d-ang une posit on qu-'on oe comptait pas tnaintenir au début de la guerre, car îa pore-tiiière ligne tie défense projeté courait le long il; la ri ve ga-nehe de l'Isonzo. CJ-râee à la bravoure de l'armée de flsonao, il était donc possible d'eau pêcher la prise de €fo-ra,. Les deraters îomhitts ont également prouvé la s»péri©r:tê Etiorale et pitys-îque dt défe-nseur. ©épiais le ô août, dans 1 a-pres-m-i-d-i, nos troupes ont., constamment repotissé Les att-aqnss itafennes, satœ. exempte jutsqn'ici. Eîles ont fait dans ce lernps 72 offiçeers et pins de 2,90®- hommes prisonnier». An|onrd' hui ics troupes de la- défense ' ïnt évaeaé sur ordre supérieur, après, avoir fait sauter complètement les ponts de Flsoetza de 3ôrz, la tete de pont et se sont retirées snr la rive •gauche de l"isonzo. La raison >ersévérance héroïque^ la ville àe- Gorz, contre ie bombardement et la desitritction perfid-s ptr .. es œîibéïa-tîwrs» pour fui épargner de nou-ve-fles nert-es inutiles et peur mettre l'Isonzo entre ïîlé et Fenn-mî. Gorz, qni malgré qu'elle sort-situés derrière notre front, est- toujours sous, :e feu de ta lourde artillerie- itaKenire, et brnte sur différents points. Au plateau de Doberdo, toutes les attaques D-nt été reponssées avec! des pertes très considérables pour les italiens. Des aviateurs navals ont bombardé avec jrand succès les positions de L'artillerie ennemie prêts de l'embouchure de la Sdohba et le lépot d'foydropîanes près de Grogo. L'ne critique anglaise des nïtiviers lirnanuiqttcs. Londres, 10 août. — La. feuille militaire anglaise « Broa-d Arrow » déptore l'allure trop peu martiale, affectés depuis, quoique temps par les officiers anglais. Le journal dit entre autres. » ce sujet : « |j'ancien esprit militaire, soucieux de la tenue et d'une attitude irrépro-prochabfe dans la rue, qui était anoré dans tt Faneienne armée », semfoîe devoir être cherché en vain dans fa « nouvelle armée ». U n officier ne peut rien: obtenir dfe ses subordonnés^ • Lorsqu'il leur donne le mauvais exemple. Que doit-on penser de oe- qu'on peut- voit courann-ment dans les rues- de Londres, des, offieiers en uniforme ponssant df^/ant en iF-s voitures d'enfant, fumant la pipe en publie,, on se b-al-i»dant. dans nue attitude négligée, ks mains «afœïeéea jusqu'au fond des- poches de leur pantalon. » Les coiiïhals à Cîôrz. Genève^ 10 .août. — Du «Petit Eariaien» : « Le bombardent nt de Gorz a commencé dimanche matia- avec une effroyable violence. Un grand nombre d'o<bas touchèrent la vitie ; 1rs gares Saint-André et Saint-Pierre en furent incendiées. Les AuloiielL&ns résistaient vaillamment dans les maisons où avaient Lieu da sanglants corps à corps. Les lourd s pertes des. Italiens sont avouées dans les • journaux français, de même que l'imminence de nouveaux combats acharnés-. Bâle, 10 août. — On annonce que les journaux italiens renferment des colonnes entières d'annonces nécrologiques d'ofiiciers, dont un grand nombre de majors et de capitaines. A Udine, Trévise et Venise de nombreux édifices publics et écoles sont transformés en lazarets. Tous 1-s hommes légèrement blessés actuellement soignés, dans Les lazaret» de La haute Italie, ont été transférés- en Italie centrale .pour faire place à- eças, gravement blessés, qui arrivent du froint*. Bestmctia» d'un grand vatsb.-.'aa de combat Malien ? Genève, 10 août. — On mande de Turin au «Petit Journal» que le sup:rdre-a-dnought italien «Leonardo da Vinci» aurait été détruit dans le port de l'arente. On ne sait pas qu'il s'agit d'un torpillage^ choc de mine on combat, naval. Ce navire avait été lancé en 1911, jaugeait 22,500 tonnes et portait 10QQ hommes d'équipage; sa vitesse était de 22 milles marins à- l'heure-. Le géaëraî îvoarojiafkïne mis à l'ombre. Petregrad, 11) août. — De L'Ag. télégraph. pétersb. : Le général Konropatkine, chef suprême au froajt de l'Est, vient d'être désigné au poste de gouverneur général du Turkest-aa, L'explosion de îiirearest. Bucarest, 10 août. — C'est à 10 heiu-es du matin qu'eut lien l'explosion de la poudrerie et fabrique d'armes de Dudest lez-Bucarest, deux réservoirs d'étker ont sauté l'un après l'autre, pars un réservoir d'alcool; tes magasins principaux d'essences et d'alcool ne sont pas atteints. Comme ravages, o© cite 10,000 kilos d'éther, 6,000 kilos d'alcool, 62 pri-s-on-hïs tuées> 108- hLesaés. L'exiiiosion à lîncaccst. Bucarest^ 11 août. — Il a été établi officiellement que. l'explosion, dans la poudrière de Du-desti s,'est produite par hasard et non par acte, criminel. La protection des neutres»* Berne, 11 août. — On mande d'Atb&ms an «Temps» ;Les ambassadeurs dea Puissances dé ta Quadruplic-e ont fait, savoir au gouvernement grec,, que leurs gouvernements ont fixé Fimportation des vivres, pour la Grèce de la façon suivante : Blé et- farine, 36,0W tonnes par moisi sucre, 2,00.0 tonnes par mois; maïs, 3,000 tonnes par mois; charbon, 25-,000 tonnes par mois (les quantités nécessitées par la marine et l'Etat n'y sont pas, comprises) ; riz, 17,000 aa.es par mois. L'importation du o»fe a été interdite jusqu'à, nouvel ordre, des stocks importante se trouvant encore dans, le pays. L'Espagne et ]e Pertngai. Berne, lî atout. -— D'après une nouvelle du «Tempo», de Madrid, nn conseil des. ministres, sons, la présidence du Boi, s' sfc tenu afin de délibérer au sujet des relations de L'Espagne• avec le Portugal. Des négociations privées ont eu lieu également hier et avant-hier entre les ministres et le paréeidint du coti-setf. Le roj Alphonse- reste à Madrid afin di> confirmer les résolutions définitives adoptées par le Cabinet des minrstres. La guerre aérienne. Berlin» 11 août (officiel). — tïn aviateur esnemi a jeté plusieurs bonit*® sur Bdttvwit e® Wurtemberg dans la nuit du S au 9 août-Une maison particulière a été atteinte, ptn-s'etirs ps-raonnes furent blessées. Des dégâts militaires n'ont pas été occasionnés. Christiant() -mût. — Oa ma-nâe- de. Bergen que le grand vapeur anglais «Jupiter», dont l'arrivée était attendue vendredi déjà, a été torpillé par un sons-marin ailenu-uid. L'équipage, débarqué à Bergen, raconte avoir vu, dans Je trajet de Londres vers la Norvège, trois grands navires en Samtues; leur nationalité n'a pn &tre fixée, car ifs étaient- déjà incendiés jusqu'à la Ligne de flottaison. Le vapeur norvégien qm a recueilli cet équipage a été témoin de L'attaque nocturne des zeppelins sur l'Angleterre. Londres, 10- août. — On mande de Washington que te tribunal cantonal a rejeté Le pourvoi eu fibératrod de F «Appani» et qu'on attend fa décision de'la Cour suprême. Les experts évatuent à 2 millions de Livres sterling la valeur du navire av-c sa cargaison. i ii -mmics-»- ETRANGE! AIX.EM A.Q il. — L n ikht'di L'eu.LC îy?'i)rV dt zeppelin. — Le correspondant du «Ttjd» à Berlin prétend savo-ir que d'ici qite!qne-s mois, Les plus grands zseppelma qui aient jamais été cons&'uifcs, entreprendront- la traversee de l'Atlantique. Lés zeppelins destinés à "asisureT des communications aériennes tégulîères avec-L'Amérique ne sont pas armés et ne serviront qu'au commerce. Le «Tijd» ajouta que le non-veau type de zeppelin aura une force aseew-aiounelf» et portative très puissante et pouria développer une vitesse' maxima de 200 kilomètres à l'heure. S'a vitesse, ainsi que 1a- pess.b:-lité de voyager à des hauteurs extraordinaires, ie préserveront efficacement contre toute attaque des aéroplanes ennemis. ANGLETERRE. — Encore La question t r- -landaise. — Dans son billet à I' «Echo de Paris», J unius étudie- le problème irlandais. Il est persuadé qu'on tiniijib par le résoudre, mais au prix de quelles peinas L a La difficulté que ie gouv-rnemetit anglais trouve à régler ta question d'Irlande démontre une fois de plas^ clit-il, combien sont complexes Les problèmes où nns longue histoire est engagée. Je n'ai pas visité la «Verte Enn» depuis un quart do siècle, maïs je doute que ces vingt-einq ans aient beaucoup changé la mentalité de ces insulaires qui me p-arla-.ent. de la capitulation de Limerick, arrivée en 1691, comme d'un événement datant de la veille. A cette époque, je m'en souviens, un voyageur demandant à un paysan d. l'ouest : « A qui appartiennent ces ter tes? » sJatUra cette ra-ponse l « C'est la terre des Mac-Mahon. Ils La possédaient toute depuis 6 milles au delà j d'En ni s, jusqu'aux rochers de Loop Ile,ad. | C'était une grande race, monsieur. Mais ils ont quitté le pays. » Et quand ces Mac-Mahon étaient-ils partis \ En 1688, quand Jacques II tomba du trône et que les nobles Irlandais emigrèrent avec Lui. La tradition, populaire appelle encore cet exode : « L'envolée des oiea sraivâgee. a Pour ie rustre qui prononçait avec un respect admiratif cette phrase : « Tliey ■were a great people, sir », ces ehefs de son ci an étaient encore Les vrais propriétaires du sol. Ceux d'aujourd'hui lui paraissent des usurpateurs. Ï1 n'est que juste de dire que, «ercdfiiià tout le XVIIIe siècle, les domaines d'Irl<a»cB*-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes