Le bruxellois: journal quotidien indépendant

123 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 22 Maart. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 22 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/np1wd3rr41/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

BIX CENTIMES JOÜRKAL OJOTIDIEK IND BI» B> KT I» A JS T r '■ ■",- * ■'■ -■ •• -»• •• ■ ■1 »■ abonnement Bruxelles - Province - Etpangef Les lèngomcnn »»nt r»i;us «xtluslrement par toiia U« BUREAUS DE POSTES. Lee réeiom&Mons cone«rn**it les ahonne* ments d«rraet êtr© a<lr<"»s«iei exoliisirftment au bureau de p»ste qal a délirré l'aboim»moot, PRIX DES ABONNEMENTS : 3 nois : 2 mol* : 1 mnis : Pr. 9.00 Fr. 6.00 Pr. 3.00 Tirap : 125,000 par jour ANNONCES Faits divers et Echos la llgnc fr. § C$ •) Nécr©loj*ie 3 00 Annonces commercïales. 2 00 Annonces financières 8 00 PETITES ANNONCES: la ffrande lijjna 2 (0 i Rédacteur en chef : ItaÉ AltMAKD. Xiédaction, Admlnistration, Publicitó, Yente BRUXELLES, 33-33, me de la Caserne» Tirage : 125,000 par jour LA GUERRE communiqués Urncieis ALL.EIVIAMDS BERLIN , 21 mars. — Officiel 3 lüé.üre do ia guerre a 1'Ouestr. Groupe d'arméedu feld-maréchal gónêral piineo bériticr Rupprccht de Bavière i Entre Dixmude et La Bassée l'activité de reconnaissance e^st êgalement restée vive hier, Le temps s'étant éclairci le combal d''artillerie augmenta d'mtensité vers le soir. Sur le reste du front, l'activité combat-tive ne s'est ravivée que passagèrement. Groupe d'armée du prince iinpérial allemaud Sur la rive méridionale de l'Oise, au nord 'de Rc'ms et en Champagne le feu d'artillerie a fréqucmment augmenté d'inte*sité. Groupe d'améc von Gallwitz : Devant Verdun, le combat d'artillerie a ycquis Une grande violence vers le soir• des compagnies jbavaroises ont citlbuté au cours tl'une attaque par surprise au sud-ouest d'Or-iies les premières lignes itinemies. Elles s'a-vancèrent jusqu'au ravin de Britlé et firent f isonniers uu état-major de bataillon et plus de g/fO Frangais dont 2O officiers. A Vouest d'Apremont la landwehr rhénane et basse-saxonne a pénétré dans les tran-chces frangaises et ramené 78 prisonniers. Groupo d'aruiéc du géaéral i'cld-iaaréehnl duo Albert de Wurtemfeerg : Sur la rive orietitale de la Moselle et prés djt Nomeny, nous avons exécuté des entrepri-SPSj couronnées de succes.Le feu de destruc-tion de Vartillerie frangaise dans la forêt dt Parroy continue. La bataille d'artillerie s'estf déchainée ce ïnatin dans tante sa violence dans de vas-ies sicteurs au front de l'Ouest. L'artillerie pust.ro-hongroise a participé au combat con-ire les Anglais et les Francais. A 1'Esl. Groupe d'anuée von Mackensen : Les troupes du général d'infanterie Kosch p.nt fris en Otikraine la ville et le port commercial de Cherson. La guerre sous-marine. BERLIN, 20 mars, — Officiel : Par les mesures gtierrières des Puissances Centralesj ont ètè détruites au mois de fè-l'rierj 080,000 tonnes de cale utilisée en fa-tveur de nos ennemis, en ajoutant la partie pas encore comptée des succes obtenus par ie croiseur auxiliaire « Wolf », pas encore (ompris jusqu'è présent dans les publication tnensuëlles. De ce fait le rèsultat total de la destruction, dcpuis le d&but de la guerre jsous-marine sans restrictiorz, se chiffre a 10 piillians £70,000 ionnes. Par les mesures gtierrières des Puissances jCentrales toute la cale marchande existaniz a la disposition de nos ennemis est diminuée depuis le commencement de la guerre jusqu'au 11 janvier 1918 de 15 millions 100,000 tonnes en chiffre rond. üe ce chiffre 9 millions 400,000 tonnes en chiffre rond tombent sur le compte de la marine marchande an-glaise.La gut'iTc aérieijae. BERLIN, 20 mars : Les gttccès de nos aviateurs au courant du ïnots de fevrier 1918 : A'os adversaires ont per du au mots de fevrier par nos moyens de combat sur tous les fronts au total 138 avions et 18 ballons captifs. Nous avons perdu 61 'avions et 3 ballons captifs. De ces appareils 26 sont restés au-dela de nos lignes, les au-tres out etc detrmts au-dessus de 7iotre ter-ritoire.Sur le front ouest seul, des 188 avions ennemis abattus èchoient 182, des appareils fillemands' 58. 108 avions ennemis ont été (zbattus au cours de combats 'aèriens, 25 pa♦ des canons spéciaux de defense, 5 appareils ont éte contramts a atterrir derrière nos lignes■ 59 se trouvent e?i notre poss'ession.Les fiutres sont tombés distinctemcnt au-dela de nos 'ifnes. BERLlN, 20 mars. — Officiel du soir ; Ritn de nouveau des thédtres de la guer-je Devant Verdun le combat d'artillerie a Viminué d'intensité par suite de la pluie et du brouillard. AUTRiCHiEN yiENNE, 21 mars. — Officiel : Sur le théatre de la guerre a l'ouest, l'artillerie austro-hongroise a pris part au combat contre les Francais et les Anglais. En Vénétie l'activité combattive s'est souvent consiièrablement ravivée. VlENNEj 20 mars. —Officiel de ce mi-Ui : Pas d'opération spéciale a signaler. L'armistice avec la Roumanie a éte pro-\ogé jusqu'au 22 jnars. BULGARE SOFIA, 19 mars : Front de Macédoine : rA l'Est du lac de Prespa, notre artillerie h bombarde avec succes plusieurs groupes d'infanterie dans l'hinterland enncrni. A la Cervena Stena, dans la plair.e a Vouest de jUitolia et dans la bouclé de la Cerna, prés 'Ac Makowo, il y eut plusieurs attaques en-nemies, aujquelles ré-pondit notre artillerie. Au sud du village de Huma, l'artillerie 'ennemie a été de temps u autre plus animée. t)es aviateurs ennemis ont jcté des bombts sur nos hópitaux a Vest du Vardar, bien qut aux-ci fussent aisément recontiaissables. Pront de la Dobroudscha : TArmistice. TURC 'CONSTANTINOPLE, 19 mafs. — Offi-'(iel : Sur le front en Palestine, la canonnade 'fst devenue extrimement violente sur eer-iains points des seeteurs occidentaux. FRANQAéS PARISj 20 mars. — Officiel, 3 Tl., p. m.i Asses grande activité de l'artillerie enne-'Viie en Champagne, sur la rive droite de la AIeuse et en Woevre. Après de vifs bombar-ianents, l'ennemi % engagé sur. fjliisieur£ points du front des actions d'infanterie qui n'ont pas obtenu de rèsultat. Au nord-est de Reims un coup de main ennemi a été aisément arrêté. Dans le secteur de Souain,,l'eh-nemi a par trois fois tenté d'aborder nos lignes et a dü se replier sous la violence de nos feux après avoir subi des pertes scrieu-ses. En Lorraine wie forte attaque ennemie Sur nos positions au sud d'Arracourt a don-né lieu a un violent combat corps a corps. Nos troupes ont partout gardé de l'avanta-' ge et repoussé l'ennemi en lui faisant des prisonniers. D'un autre cóté nous avons ef-fectué des incursions dans les lignes enne-viies a Vest de la Suippe. Rieu a signaler sur le reste du front. PARIS, 20 mars. — Officiel, 11 h.3 p. ut.: Activité intermittente de l'artillerie entre Rliette et Aisne, ainsi qu'en Champagne, as-sta violente sur la rive droite de la Meuse et en forêt de Parroy. En Woevre, dans la région du bois Brülé, l'ennemi a lancé au-jourd'hui une forte attaque sur nos■ positions. Après un vif combat nos troupes ont rejeté les fractions enne mies qui avaient réussi & prendre pied dans quetques-uns de nos éléments avancés. D'après des rensei-gnements co'mplémentaires, l'attaque ennemie déclanchée c'e matin dans la région de Souain a été menée par deux bataillons de troupes d'aisaut qui ont subi de lourdes pertes et essuyé un échec complet. Rien a signaler sur le reste du front. ITALIhN ROME, 19 mars. — Officiel : Canonnades intermittentes et peu viölen-tes iout le long du front de montagne; elles ont été plus mtenses duns le secteur com» pris entre Zenson.et la vier. Dans le secteur de la vallée de Dobriadane, duels d'artillerie. Dans la Valtelina et a l'est de Garde, nos postes avances ont. dispersé des patrouilles ennemies. Dans la vallée de l'Or-nière, nous avons fait quelques prisonniers. Aujotird'hui, sept avions ennemis ont été abattus au cours de combats aériens, dont deux par nos aviateurs dans la vallée de Lagarma, deux par des aviateurs francais sur le kant plateau d'Asiago et trois par des aviateurs britanniques è Vest de la Piave. La nmt, un de nos dirigeables a énergique-ment bombarde les installations de chentiu de fer de l'ennemi dans la vallée de Lagari-na,ANGLAFS LONDRES, 19 mars. — Officiel ; Ce mat in, un detachement ennemi a tenté dlatteindre notre ligne au nord-est d'Ar-msntières; il a été repoussé avec pertes-Dans le secteur ii'Y$res, l'artillerie allemande continue a bombarder le terrain situé a l'a-yant de nos positions aussi bien que celui situé a l'arrière. Les baiteries ennemies ont ausst été activtg au sud-est de Cambrai, a o.'., 'niCC de Vermei les et sur un certain nombre de points entre le canal de La Bassée et Armentières. * Des coups de main exécutés par nos troupes la kuit dernière vers Villers-Guislain, La Vacquene et- Bois-Grenier, nous ont permis de faire un certain nontb. e de prisonniers.Les Portugais ont ramené des prisonniers et deux mitrailleuses a la suite du raid sur les tranchees ennemies a l'est de Neuve-Chapelle,Trois tentatives de coups de main effec-tuè'es cette nuit par l'ennemi vers Fleurbaix et %>:s-Grenier ont échoué avec des pertes pour les assaillanls. — Derr.ièrss Dépêches jüi'.a tujsïisijlüHï LES HAVJKKS HOLLAND AIS Washington, 30 mars (Keuter). — Le président Wilson a fait u-n© déclaiation dans iaquelic il autorise la confiscatioa des navxres hollauciaii's dans la nuit de> mererecti. La démarche a été faite après que le ministère de guerre commercial avait !«<,' u la nouvelle que la Hollands avait décliné 1'ultimatum amérieain de livrer les siavires. Les officiers dc l'Entente expüisés d'Otikraine. Berlin, 21 mars. — ÜQ2 circulair® du miiiiistre d» 1'intérieur en Oukraine ©n-joific aux offi-ciers francais, anglais et beiges qui sont co.eore restés k Kiew et d-aas les envrrotis, de quitter 1'Oukrainc. Katifieation du traité germauo-oukrainien.Kiew, 18 mars. — La Rada a adhéré hier, a un® forte majorité, a la ratifica-tion du traité de paix entre l'ALlemagDe et 1'Oukraiiie. Projet du nouveau chef de .cabiuet roumaiu. Bucarest, 20 mars. — Alexandre Mar-ghilomaiL, oom-me on !•© sait, avait, Iots des pourparlers de Brest-Lit-owsk, fait ilastammeutc observer a Bratianu et a Tak» Jo-neseu, que le momemt ébait «p-portum pouT en tam er dos négoeiations avec les Puissances centrales. Oes décla-ratioDs de Marghiloman. ont oausé un« viv* impression on Moldavië, oü 1'antipathie a 1'égaird de 1'ancien gouverne-iiDsnte était poTtée au oomb'e. Los jour-n&ux chi parti Bratianu convieonent d« oe qta» Macrghiloman avait averti 1'ex-ch'fflf d® <*bir»«t de 1'opporfcunit/é de né-gociar a-nec l«a Oentraux pour arriver au pl<u« ttfc h la. p*.ix; ils objectcnt que Bra-tiwnu n'a pu suirre oe oon.seil tant qu'il j arraifc esooans quelqu® espoir da vqir réaisiar 1'arméa au front de 1'Eeto. Lo parti Tak o Jeneocu déclare n'avoir pas eu oonn*.i«s*EOd do la propasdtion Mar-ghilon*n; que, oelon toute probabilitó, Brateiamu rne 1'aura, pas oommnmiquéo afin d'évrber uoe crise mraistórielle, sa-chaint bien les démoerateis du parti Bra-fiaüu4 £(SsplM ^ can<ilur« Jat p^ix, 2— : Li politique de M. Marghiloman. •Vialo, 20 mars (Wiener Korresp. Bureau)»— Les journaux annoncent que le nouvèu président du Conseil, M. Marghilo-man, iQursuit une politique d'alliance avec' les P ij$san-ces Centrales, qui «» montrent favortóes a oe plan et y voient la preuve que l^Roumaiiie reconnait oü se trouve son vériia !£ avantage et qu'elle considère la paix jjonclure comme une paix d'entente. Le ga^ernement roumain ne poursuivrait pas ui® telle alliance si olie considérait la conclt*on prochainc da la paix comme une humil®ion ou corame une menace des in-tércts Jjitaux de la Roumanie. (Srande bataille en Pinlando. Stf^lhoitn, 20 mans.— Oe soir,le grand quart>4' géaéral de la Garde blancbe a été tfefasféré k. Ha.apahaapama.eki. Une gran|#batailfè serait, d'après 1' «Afton-blad'itil, livró? sur tuut le front. A Vilp-pula^les gardes blanches auraient • pris l'off.aièive; Orivefix et d'aiitres loaaii-tés esraieoit déja en leur pouvoir. Entne-temps las gardés rouges conjtinuent leurs netesÖte oruauté a l'é®aTd de la popula-tion. \u nord de Bjorneborg, la presque tcutaii-s dss employés d'urjï usaine au-raien ^'cé maasaerés par eixx après avoir été ei s%raints d.» mare har nu-piedfi daas la im et de aéjourner sans a-ucuno nouri 3ur» dans des ©aves. Leis gardes rouge ont tué égaiemifat plusieurs pro-priétii ipas tejTieiaa -et, aidés par das fein-mes ':.'i paupile, ont pillé un grand éta-blisse»-3nt comm.e.rciaJ. k Abo. Une jsiinission permanente des affaires étrangères k Londre3. Am;|o!-dam, 20 maïs. — D'après 1' « Al-gemc a Handelsblad », le pacifiste TreVe-ly*n . i«rait dépos«, hier, a la Chambre des Communes uno mötion en faveur de 1'insti-tutiol .d'une Commission permanente pour les aïfaires étrangères, qui aurait toutefois été épsrgiquemexut repoussée par Balfour. i i>ans la navigation anglaise. La Hfcye, 19 mars (Korrospondenzbureau) — L'arabassadeur anglais a communiqué au ministère des affaires étrangères flue tous les navires de commerce qui accoSfent un port anglais doivent porter en inscription - blanclie sur fond noir, le nom du navire, <jui doit êtj"e lisible a une distance égale au doublé de la longueur du navire. Tous les na-■vires dpiveht porter de chaqu-e cöté du pont, une planche pour les petits navires, deux pour las navires plus grands. Paux oruit. Berlin, 20 mans. — De la « Gazestte de 1'Allemagne du Nord » : La nouvelle an- non-;.' jv Uescfvortation <iu charbon vexs la H-ollaade cst^suspendue, est inexacte. 9 IjCs oonstraetions navales auglaises et les navires hollandais. Amsterdam, 20 mars. — On mande de Londres : L'bn s^ttend au cours de la séance de demain a la Chambre des Communes, ü une déclaration. importante concer-nant les constructions navales. Peut-être le premieT ministre fera-t-il êgalement une déclaration.L'agence de presse indo-néerlandaise mande de Batavia, que les navires hollandais & Singapore n'ont toujours pas pris la mer. A Hong-Kong, Calcutta, Penang et Colombo, des navires hollandais ont été retenus. Encore un tr&nsi'ert du gouvernement rasse. Berne, 20 mars. — Le « Progrès » de Lyon annonce qu'k Moscou de nombreux chefs bol-chévistes réclament un nouveau transfert du siège gouvernemental. II serait question de choisir Nijni Nowgorod ou bien Perm en remplacement de Moscou. Les préeautions a Paris en vue des attaques aérienues. Genève, 20 mars. — Les journaux francais annoncent que tout autour de Paris aux Champs Elysées, au Bois de Boulogne et a toutes les esplanades de la ville on a creusé de profonds souterrains bétonnés a destina-tion du public en cas d'attaque aérienne. Berne, 20 mars. — D'après le « Matin », l«s aviateurs allemands descendus lors de 'a seconde attaque sur Paris, seraient le comte Scheibier, de Miinchen-Gladbach; le lieutenant baron von Meinsingen et le sous-officier Wulf, d'Oldenbourg; ils auraient été enterrés avant-hier au cimetière de Chateau-Thierry.La erise ininistérielle, en Espague. Ge.iève, 20 mars. — Les journaux pari-siens sont.informés de la frontière espagno-le que Mai ra serait candidat a la présidence du Conseil des ministres, avec des chances croigsantes. On parle êgalement d'un cabi-net unifié comportant Villanueva- comme ministre d© la guerre et Alba comme ministre des affaires étrangères. Madrid, 20. — L'ag. Reuter apprend que Garcia Prieto, président du Conseil des mi-ïiistres, aurait informé la Chambre d'une prochaine retraite du cabinet. A la Chambre espagnole on assure que La Cierva aurait déclaré cette fois sa décision irrévocable de se retirer. L'explosion de CouriieuTC. Paris, 90 mars. — Au cours de Ia scancode la Chambre, tenue hier, M. Pams, ministre de 1'intérieur a demandé un crédit provisoire de 5 millions pour venir en aide aux victimes de la catastrophe de Courneuve-Neurille et Moulin. Plusieurs députés entre autres, M. Laval, ont demandé qu» le crédit soit porté k 20 millions; M. Klotz, ministre des finances s'est pourtant opposé 4 cette demande en. faisant remarquer que la gouvernement diaposait déja d'un crédit aatérieur de 130 millións pour les aecours & acconder ultérieurement. Au cours dc 1'in-tcrpellation au sujet de la catastrophe de Courneuve, Laval exposa qu'on avait logé 15 millions de grenadea a Courneuve alors qu'il n'y avait de la place que pour 200,000, on y aurait êgalement déposé toutes les gre-üuJfe:. i iliilaètELt.ipii afesi giis_ls3 göeJiades au phosphore, qui ont explosé automatique-menit au contact de 1'air. Le dépot avait maintes fois attiré 1'attention sur le danger sans que le gouvernement y eüt porté remè-de. Le ministre des munitions Loucheur, a pris des mesures a l'égard des coupables et contre la répétition d'une pareille catastrophe,Explo3ion d'une poudrière a Angoulèrae Berne, 20 mars. — De Limoges au « Progrès de Lyon » : Au cours d'une explosion dans la fabrique de poudre d'Angoulême, 10 ouvriers ont été tués et 2 grièvement blessés. ïfégociatioiis entre la Ckinc et le Soviet sibérien. La Haye : On télégraphie de Pétrograd que le Soviet sibérien a décidé d'élaboreV avec le gouvernement chinois un reglement qui mettra fin aux conté stations de frontiè-res.Uno interpeliation en Franee sur les raids aériens. On mande qu'Jl la séance de mardi de la Chambre frangaise, le député Mayeras a. soulevé la question de la suppression des raids aériens sur des villes ouvertes. L'ora-teur a fait valoir qu'une 6olution rapide s'imposait, pour quS les récents bombarde-ments de villes allemandes n« puissent ser-vir de prétexte a des représailles. Ou bieu, il faut mettre une fin aux représailles ou bien, il faut évacuer une partie de la popu-lation de Paris (protostations orageuses). M. Mayeras a critiqué ensuite la conduite de nombreuses families riches qui ont fui Paris. M^Clemenceau a déclaré qu'il re-mettatt la déclaration du gouvernement jusqu'après les discussions qui doivent avoir lieu la Commisaion de 1'armée. L'ajoume-ment de 1'interpellation de M. Mayeras a été adoptée par 336 voix contre 126. Le service auxiliaire agrieole en Franee. De Paris : Lo jwojet de loi gouverno-mental tendant a introduire. le service auxiliairo agricole, est moti'vé par lo fait que la situatie® de 1'agriculture, tout en n'étant pas aussi précaire que 1'a.n der-nier, imspire enoorei des soucis ; en. effet, par 1'sppal sous les drapeaux de la clas-se de 1919, et des réformés tÓ2xaminÓ3, par la graaide dimüjution des réserves dans los dépè'ts, ainsi que par 1'émigra-tion des ouvriers agriooles vers los industries de guerre, 1'agriculture sa v4Sit ravir en perman ence une main-d'ceuvro importantie. Les personnes qui devront du ©ervioe auxiliaire, én vertu de 1a, nouvelle loi, qui atteimdra êgalement les neutrcis résidant en Franco, geront orga-nisées militaircmori't et se trouve ront soa», la •ooTKluk-e- d'ï^ficiers nommés pair la gouvernement. La Finlaude et la Bussie. Le «Petit Parisien» apprend de Stockholm qöe les négociatioms entre la, Fin-lande et la Bussie touchent leur fin. La conelusion d'un aecord n'est.retardée que par les re vendication s finlandaises sur la Carélie orientale et la province do Kola. La lutte contre le cancer. Les jourruatix francais annoncent que dans 1'auditoire de la faculté de méde-cine de 1'Université de Paris a eu iieu 1'assemblée constitutive de la sooiébé fraaioo-anglo-aanérioame pour la lutte contre le canoer. La présidence de la róu-nion a èbé a.ssumée par M. J. Go dart, ancien seerétair« d'Etat pour 1'hygièns. La lutte contre le pacifisme en Italic. La «Libeirté», paraisseunt a Fribourg, en Suisse, annonca que la cesrusure ita-lietnme a saisi a Padoue 4500 images de la Madone, portant 1'inseription i Bekte de la paix, priez pour nous! DÉPÊCHES Ü138QUPS cis LüüSlon a ia ühaiübfe hsüandaise La Haye, 20 mars. — En reprenaiit la discussion de la question de navigation a la Seconde Chambre, M. Loudon, ministre des affaires étrangères, décla-ra avoir eu 1'impression que sa note du 11 mars n'avait pas été lue assez atten-ïivement, ni qu'une oreiile assez atten-tive avait été prêtée a sa déclaration du 18 mars. La colèi» et 1'indignation pro-voquées jiar la pression exercée sur la Hollaude, l'ont rempli, dit-il, de satis-k faction, voire même de fierté e.n sa qua-lité de Hollandais et de ministre hollandais. Intériounament, lui aussi est hos-tilo aux actes arbitriaires dont la Hol-lande a été si souvent vict-iras au cours do Ia guerre actuelle. Le gouvernement aa sent appuyé par la réponse que Lo j>ays tout entier a.formulé*. II est bon, dit-il, qu* les beiligéraints entendent nettemont la voix du peuple hcllandais. L» refus des exig«ncfts des alliés par 1« gouvernement hollandais eüt sans doute eu un vif suocès. Mais un gouvernement qui se contenterait d'un auocèa populaire, no swr&it pas un gouv«m«nent eé-. rieux. Lo gouvernement pourrait ajou-b*r qu'il en sait plus long et ae trouve mieux on contact avec tooi les imperialist*». Pour oes motiïs, le gouvernement » beaoin de la confi*aioo du pay3 ei le ministin» espèret qu'il saura garder oetlto oonfianoe. Dès le début, dit-il, lo gou-v*>rtn»meint a ou 1'ihtention d<s n» pas oéder, mais flprès rnftre réfloxion sur les intéréts d© 1'iodustrie, d© la marine marchande, des ©olonies ©t du ravitail-lem.pnt. il a'eat. Jw rêtó ,a la décisioa ac- —— 1 tueUe. La déclaration allemande, aussi caltégoriqu© qu© bienveillainte, a été d'un ' ® grand poids pour cett© décision. Le gouvernement en assum© la responsabh lité, responsabilité dont il ne peut Si3 dé- charger sur la Chambre. Le ministro ia- siste seulement sur le fait qu'il n'a paa eu de délibérations confidemtielles préa- lableis av©c les chefs de partis ou avec la Chambre tout entière. 1 Le ministro donna ensui;© un nouvel apergu sur les n»gociat?ions avec les gouverri' ments associés et dit entre autres qu© Ie même jour oü 1'on eut oon-i naissance des conditions des Alliés, rela« ^ ti\->3« è, la livraison de 100,000 tonnes die céréalgs, on avait recu une communica* tion de Londres ©t de Washington d'après laquelle le tonnag© offert ne pou-' ait plus &tre utilisó- exelusivemenj en dehors de la zon© dangereuse par suitq des modificatians survenues dans la navigation au cours do oes deux derniera mois. Simultanémenf le gouvernement apprit par des informations officieuseï. d© la presse, qu'en cas de refus, les « Alliés » mettraient la main sur un million de tonnes. L© gouvernemeint au-. ra.it é^é disposé a céder 500.000 tonner eu dehors de la zone dangereuse. II ful certain qu'en oas de refus, un millioa do tonnes auraient été réquisitioainées et ; utilisóes dans la zone dangereuse. C'est pour ces mofcifs que le gouvernement n'a i pas résisté plas longteiups, bien . que 1», pnession exercée par les Alliés rendit trèis blessant pour le gouvernement le fait de céder sur un point, auquel tous. les autreS neutres avaient déja consanti. Bépóndant a une question de M. Sa^ vornin-Lohman. qui demanda quelle ver' ston était la vraie, celle de Beuter ou cello du gouvernement, le ministre ré-pondit que le gouvernement avait dit la vérité. Dès le mois de février, lo ministre de 1'agricultuT© avait attiré 1'attif.ntion sur Je fait qu'il eüt été souhaitabl© de de-mander 100.000 tonnes de froment & 1'Al. lemagne. Le ministre aurait eu ensuite un entretien k ce sujet avec 1'ambassa-deur allemand a La Haye, mais n'au^ rait pas obtenu san consentement- Lors^ qu© le 8 mars, les u Associés » formulés rent leurs nouvelles ©xigences concernan t 1'utilisation des vaisseaux hollandaia dans la zone dangereuse, le conseil des niin*strt-s aurait décidé do demander a Berlin la livraisoin de 100-000 tonnes de fromenj; endéans les deux mois. Le délaj de deux mois avait été accordé eu égard au délai d© livraison fixé par les Etats-Unis. Au cours de cette négociation ave© les « Associés », le gouvernement aurait exigé une garantie express© d'après laquelle 400.000 tonnes da froment auraient été fournaes, doat 100.000 tonnes déja. avant 1© 15 avril. Le ministr© concéda que Les conditiona posées par les associés étaient extraor-dinairement lourdes et blessantea, ea raison de celles posées par lo gouvernement lui-mêm©. H n'aurait pas négligé do fair© savoir cela a Washington. Les armateurs ont ét© ©ntendus confKlen,tiejl-lement pajr 1© gouvernement-, leurs oon-• seils techniques ayant é'té nécessaires pour les délibératons. Les négociati-oiis avec 1'Allcruagne n'étaieut pas assez avancé es pour qu© 1'on put conununiquer quelque chos© a leur sujet. Le ministi-a assura qu© les Etats-Unis livroranSnt lps céréales si les associés acceptaient la propositioin de la Hoilande aux oondi-. tions sltipulées par oelle-ci. Ils y étaient h tout 1® moins engagés. Le gouvernie-ment espère que 1'Allemagne non plus ne mettra pas d'obstacie a i'importation, attendu qu'ell© a déclaré elle-même n'ê-t tre i>as en roesure d© pouvoir compléte-ment satisfa-ir© aux besoins du ravitail-lement du peuple hollandais. L© ministre poursuivit en exprimant sa convietion de n'avoir point violé ~ la. neutralté, oar la navigation dans la zonij dangereuse n'a rien a voir avec la neutralté. II ©st absolument inexact d'af-firrner que le gouvernement se serait en-teadu avee un des partis belligérants et aurait abandonné sa neutralité. Aujour-d'hui ou demain, le ministr© désignera des délégués qui doivent discuter 1'ac-©ord économique avec 1'Allemagno. Une commission spéciale avait déja posé des jalons a, oet égard. Lo ministre ajouta qu'il n« doutait p'oimt que, d'après la réponse du gouver nement allemand,. 1'importation de cérea. les d© I'Oukraine pourrait se faire sans grandes difficultés. Lors de la décision du gouvernement coïiosirnaint les exigences des « Alliés », les intéréts coloniaux n'ont%pas été nïif au premier rang. II ne s'agit pas ici d'un© garantie pouT garder las oolonjes. maüs bien do leur situation précair© qui doit être prise en ©oinsidération. Finaie-mont, lo ministre déclara qu© 1« gouvernement était convaincu d'avoir fait 6on devoir et d'avoir term compte de tous lea facteurs qu'il dovait prendn» ©n consi-dóration. II dit : « Nous avons cru devoir céder a cett© exigonc© blessant©, mais sous des conditions trés restreintes et, 4 ■ note» avic, nout no pouvotis aller plus löinj Le doute émis par M. le c!é-_ puté va,n Dporn, a savoir ei 1© gouver- S™ année. - Bi® 1243 • Ed. 3 -..u il .l ii. ...ij j. .!'! l. Igg» Vendredi 22 Mars ISIS.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes