Le nouveau précurseur: journal du soir

526 0
24 augustus 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 24 Augustus. Le nouveau précurseur: journal du soir. Geraadpleegd op 22 augustus 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/0r9m32nz4d/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

« a z 6» m « 1 « 80m aimée - IV0 »3o Le Nouveau Précurseur ABOICISj_tjIVL_fc;IsrTS z _ y? "O TVT A T T\ TT O T T") ANNOISTOES- ANVERS. un an 12.00 fr.; six mois 6.BO fr.i trois mois a.BOfr. U U 1\ IN A Lf JL»U ùUli\ ORMtunus, la petite ligne. tr. 0.30 I Réclames, la ligne. ; . fr. 1.50 INTERIEUR, » 15.00 fr.; » 8.00 fr.; • J £• •» » 1 à i lignes . » 1.00 PàJTS divers, la ligne. . » 2.60 HOLLANDE. » 83.00 tr.; » 16.00 fr.; » g W» £. FraANCtta»;. la lime . . » 0.50 I Chronique Anvers . . . - 3.00 LUXEMBOURG, • 83.00 Ir.; » 10.00 ir.; » JMW.g. 6 . iintan pnwATJ? w *42 00 fr * * 81.00 fr>j • iO.oO lr» umra ruoiaua, • • > . f . _ i— —,. - „ Les annonces de lilranger et de la Belgique sont reçue» aussi par PAoencè Tout «bonnement se poursuit Juajttà _ TÉLÉPHOÏES { ^d^Sri^ation: K* { 39. VIEILLE BOURSE. ~ ANVERS. Bavas, S, place de Martyr,, à BruaMes, S, Place de la Bornée, à Paris, et IX), oagABQNKB& AttV«CT an tmreae dn joarn»! et dan» torn» V» bureaux daa t «mmusB»™. i Slgh Solborn, t Londres. gggg— .y■ ri. mii ■ ■■ ■ ■ i - Le Japon déclare la guerre à l'Allëmaarne EN REPONSE A L'ULTIMATUM ENVOYE ET DE REMETTRE SON PASSEPORT A L'AM- PAR LE JAPON A L'ALLEMAGNE, LE GOU- BASSADEUR OU JAPON A BERLIN.» VERNEMENT ALLEMAND A FAIT COMMU- CETTE DECLARATION A ETE AUSSITOT NIQUER A L'AMBASSADEUR JAPONAIS A TRANSMISE A TOKIO. BERLIN LA DECLARATION SUIVANTE: LA REPONSE DU GOUVERNEMENT JAPO-«LE GOUVERNEMENT ALLEMAND N'A RIEN NAIS K'5 S'EST PAS FAIT ATTENDRE: LE A REPONDRE AUX PRETENTIONS DU JAPON. JAPON 8ECLARE LA GUERRE A L'ALLEMA- DAIJS CES CONDITIONS IL SE VOIT OBLIGE GNE ET S'APPRETE A OCCUPER KIAO- OE RAPPELER SON AMBASSADEUR A TOKIO TCHEOJ. A ANVERS Les chevaux de selle Le bourgmèstre rappêlle à ses conci toyens que, par ordre de l'autorité, mili taire, tous les chevaux de selle doivent et r présentés au colonel du service de remont de l'armée, hangar 28 des bassins du nord tous les jours de 8 1/2 heures à midi, et d 2 à 5 heures .de-relevée., . Au Hachtegalenpark Le public a de nouveau accès aux doma' lies «Vogëlzahg» . et «Middelhéim», entre heures du matin et 7 h'eufès dii soir. "L restaurant, la laiterie et les deux buvette sont également accessibles au public.. Dans les bassins I.e capitaine du port, M. Bulcke, noi prie de' porter à la connaissance des int ressés, que tout bateau d'intérieur ou toul allège, avant de sortir des bassins, devr faire vérifiée sa nationalité par M. Fouloi désigné à cet effet par la Commission d« bateaux n^archandssaisis, et' sié£eani£toi; les jours de 10 1/2 heures à 111/2 heure: canal des Brasseurs, 26. Le capitaine du PQrt fle délivrera-des bi lots de sortie, "qu'à la vue d'une déclaratio du délégué nommé 'ci-dessus, et attestai que cet examen.a eu lieu.' .- Pour l'Enfant du soldat A partir d'aujourd'hui lundi, toutes h mères de familles dojit le mari ou le soi tien sont sous les armes, peuvent, quel qt soit- le nombre de leurs enfants, s'adresst à l'œuvre pour être secourue et rêcevo 15 francs par mois et par enfant pour durée de la guerre. Le comité ne s'est occ pé jusqu'ici que dès familles nécessitèus comportant plus de trois enfants. A ce m ment, les ressources semblent lui permet! de secourir également les familles aya un nombre d'enfants moins considérable. Mobilisation de la garde-civique L'arrêté du 17 août 1914, relatif à la m bilisation de la gard£ civique d'Anvers, t étendu aux gardes, de Bruxelles et I.iégc, i corporés dans -la garde civique d'Anvers. A la population Le gouvernement de la République frn çaise vient d'adresser à la nation belge manifeste que le bourg/nestre, à la demt de du lieutenant général, gouverneur de position fortifiée d'Anvers, s'empresse communiquer à ses concitoyens. Manifeste du gouvernement de "la Ré[ blique française: L'entrée des Allemands à Bruxelles pour les Belges une épreuve douloureu Elle est cruellement sentie par tous Français. Le gouvernement de la République a te à affirmer que .les souffrances de la Bs que étaient aussi les siennes. Du jour où le sol belge a. été foulé- ] des soldats allemands, où du sang a versé pour s'opposer à leur passage, causes des deux pays sont devenues ini solublement liées, elles se confondent dé; mais. La France est résolue à tout faire pi libérer le territoire de son alliée. Elle coi li.-re que son devoir n'aura été eritièrem ftccompli que lorsqu'il ne restera plus soldat allemand en Belgique. il n'a pas été possible en raisonne né< sités stratégiques de participer plus avec l'armée belge à, la défense (lu p: mais les engagements que nous avons j n'en sont que plus solennels. Notre cot ration n'en sera qvie plus étroite: Elle poursuivra avec une extrême énergie. La retraite de l'armée belge sous le ca. d'Anvers est une opération prévus qui porte aucune atteinte à sa valeur ai à incontestable puissance. Lorsque le moment en sera venu, l'ar belge se trouvera aux côtés de l'armée fi caise à laquelle les circonstances 1 étroitement et fraternellement unie, (s.) doumergu: Une exceilente mesure Le 'Bourgmestre a reçu du gouven militaii» l'avis que, dans les circonsta présentei la vitesse des autos dans la • d'Anvjrs ne peut être supérieure & 10 ou 15 kilomètres à l'Heure. Les portes de la ville et les ponts seront traveisés à l'allure du pas. il est strictement défendu aux autos de passeTlsurte macadam des parcs de la ville ^ d'Anvers. j. Ravires et marchandises saisis La commission des navires et marchandises jsaisis porte à la connaissance des intéresses.Attindu que dans certains vapeurs saisis, rj se trouvent des marchandises appartenant c à des, neutres qui les réclartiçnt par l'inter-s. médiaire do firmes belges. établies sur place, • Attendu que vu les. circonstances spéciales plusieurs dè cës firmes ne peuvent produira- aucun connaissement et Vu'iJ échet cependant de prendre des mesuras excep-s tionijelles pour mettre ces màrchamlisek en lieu'Biir et neutre. e Lai commission décide que . moyennant a. payement du frSt'arf étant a Ces marchan-i, dises entre les mains de M. le délégué â ce' s désigné et dépôt des frais éventuels de dé-s barquement, cfflîîîô'hnagB'ët ërhïiiagasinage s : à évaluer, les marchandises pourront être : mises dans un magasin de la ville qui en 1- remettra le certificat de dépôt au susdit dé-n légué pour échanger ultérieurement contre ^ ' connaissements ou preuves suffisantes de propriété, le tout aux risques et périls de la -marchandise' et sans assurance. Le débarquement, â défaut de se faire par les agents des vapèur's, pourra être effectué par des firmes à désigner par la commis-sion. ^'enlèvement et le camionnage des " marchandises débarquées pourront de mê-_r me être confiés aux firmes également à dé-[r signer par elle.' il La navigation 2s o- Le gouvernement militaire a construit un re pont entre Burght et l'extrémité amont des nt quais d'Anvers. On appliquera à ce. pont les mêmes règles édictées jusqu'ici pour le pont militaire flottant construit entre la Tête de Flandre et le Quai Van Dyck. Mesures de surveillance et de 0- st contrôle n- Le lieutenant général gouverneur militaire de la position fortifiée d'Anvers; Revu l'arrêté en date du 20 août, Considérant que l'intérêt de la défens( m commande des mesures" âtrictes de surveil n_ lance et de contrôle sur toutes communica ia tions échangées avec des sujets ennemis de Arrête: Article unique. — Toutes communica tions, lettres ou documents qui, émanan de sujets allemands, seraient parvenues ; des^ personnes habitant à l'intérieur de 11 g'e position fortifiée, dans la période du 9 au 2' les août inclusivement, ou se trouveraient dé 1 tenues par elles à quelque titre que ce soit . devront être délivrées à l'autorité militaire Les personnes habitant Anvers, Berchen ou Borgerhout déposeront ces pièces, entr )ar les mains de M. le procureur du Roi prè été du tribunal de Ire instance d'Anvers; le ]et; habitants des autres communes de la posi tion fortifiée entre les mains du bourgme? or. tre de leur commune. Toutes personnes qui, après la date d yur 26 août à 2i heures, seraient trouvées e isi- possession de pièces, correspondances o ent documents quelconques de la nature vise un ci-dessus, ou qui continueraient à en dét< nir soit en leur domicile ou résidence, so .eç. en leurs bureaux seront considérées comm tôt espions et déférées à la juridiction mil vs, taire. ,ris Fait à An\ers, le 24 août 1914. >pe- se Le gouverneur militair DUFOUR. non ne son Arrivée du ''Baron Bayens., ei d née " 2eeiand „ •an- orit Hier sont arrivis dans notre port dei navir-s belgeSj le Baron Eaeyens et le '/.e larid,. T-e premier avait plusieurs Allemam à bord qui ont été auss'tût arrêtés- et tran férés à la prison dt la rue des Béguine Un grand nombre d'Allemands qui se tro valent à bord du '/.ee[avd ont été retenus < leur Angleterre. oOO Autricfiiéna qui sont an ices vés à Anvers par ce> même navire ont é ville arrêtés. La Commission d'enquête des droits des gens et des règles de la guerre On sait que,cette commission a été institue à Bruxelles pour examiner et contrôler 1< actes Ùe barbarie commis par les Allemand Bruxelles étant investi cette, commissio ne peut plus fonctionner dans la capitale < le «Moniteur» d'Hier publie un arrêté inst tuant une section anversoise. •Cette commission a été installée à Anvei par M. le ministre Carton de Wiart. Elle si ge tous les jours dans la salle de fêtes c l'Ath'é'néé ou est établi le ministère de la gue re. Toutes lés personnes qui pourraient tionn< des renseignements sur lès abus ou sur 1< cruautés commis par l'ennefni sont priées c se présenter devant cette commission tous 1< jours ci 9 heures du matin. La commission convoque spécialement S Janssens, commissaire de police d'Aerschi poin1 qU'îl fournisse (Tes détails sur les meu très commis dans Cette commune-. A propos de barbaries, M. Cooreman, prés dent de la commission, a dédlaré à un co-frère gantois que les Allemands vont jusqu châtrer, les..hoimnes;.qui .tombent en leur ->>o voir. Une enquête sera faite ù. ce propos dai les hôpitaux. Pour nos soldats A l'Ecole professionnelle de jeunes fille rue des Architectes Des œuvres multiples travaillent poiir vetî en aide a. nos soldats, toutes rivalisent c dévouement et d'ardeur patriotique. Nous venons de visiter une de e.es œuvre Elle siège, nous l'avons déjà- dit, dans beau local de l'école professionnelle de je' nés filles,, rue des Architectes. Des jeunes femmes, de,charmantes filles oi organisé là daiis ces vaste's locaux une œuvi pratique qui rend les" plus grands services, Confectionner des chemises de linge et ( flanelle, tricoter des bas,. arranger de vièt vêtements, faire des bandelettes pour L pieds, "des objets de pansgment, des pantaloi en "toile bleue pour les soldats et un tas ( choses utiles aux militaires. La direction de cette œuvre composée c quelques dames déploie une activité int( ligente et un esprit d'ordre méthodique daj la réception des nombreux dons en natu qu'elle reçoit, comme dans l'expédition d. objets confectionnes, et dans la rémise de m tières premières qui sont confiées avec d modèles aux nombreuses dames qui travaille: à domicile. Des boy-scouts sont à l'école pour rêcevo les objets;, lès transporter: ce travail se fa avec une précision militaire. |\ Tout ce qui se confectionne est envoyé 'a direction du magasin d'habillement mi tyre â Hemixem. Mais hélas, les fonds recueillis à l'origii s't^uisent et il faut de l'argent. L*s dames parcourent.la ville, vont.de nu sonçn maison tendre la main à la géné'rosi publque avec une ardeur infatigable. Les\habitants d'Anvers si généreux, poi déjà \nnt d'œuvres de secours, de solidari social\ seront sensibles ;ég-alement à l'app qu'à leix est fait pour fournir soit de l'arger soit de\ dons en nature à cette œuvre éç; nemmeiy utile, de haute, philanthropie social et de ptVriotique résultat. Nous ei\ sommes certains! carKegie et l1lle1agn! Lfl fpndîàtWr (lu Palais cl© ! I»aix Kaiser re»pou sable <!o « guoiTe qui <lé-eliiA l^a£ua*ope Andrew Carnegieiie milliardaire améric; qui fournit les fonJfe nécessaires pour construction du Pals® Ueja P;aix;.à La tta a répondu au télégifcnme qui lui a>fété voyé le priant* de se Vindre à la protestât: contre la participatioiAcîe l'Angleterre à guerre européenne. \ Voici sa réponse: \ « La protestation estjnutile.. L'emperi d'Allemagne a refusé l'iVitation amicale l'Angleterre à une icoh'féilce' de la paix puissances, bien qu'elle f^ sijgnée par Edward Grey, un excellentJet pacifique h( me d'Etat. Au lieu d'acceptA l'erhperour i posa que l'Angleterre donnV son çonfièi ment à ce que l'Allemagne, j^ssât par -le ritoire belge pour livrer batajie à la Fra et pour que la Belgique, la Irlande, la S de et la .Norwège donnassent iWe accès à flotte allemande. L'empereur d'Allemagne, puis dts années le plus pacifiée emper du monde,'est devenu actuellenfcnt la ca principale des complications Pimentes. i » Nous, les amis de la Paix «tles enne i Nde la Bataille infernale, nous ne ryuvons i nous empêcher de mettre au piloAcelui î. est la cause de cette guerre. » Immédiatement après la réponsepéga ^ de l'empereur d'Allemagne de prendi»; pai î la Conférence de la Paix anglaise eiAiiei déchaînement des démons de la gua?o. » Je crois que l'empereur ne savar. pas qu'il faisait quand il refusa Ja» bran<|c d 5 vler et actuellement il doit regrettei ^m ment sa faute, » 11 Les Âllemsnds eo Boloqu On annonce l'approche de troupel t x mandes aux enviions d'Audenarde. ' Hier après-midi vers 5 hppvres on on s tait que plusieurs détachements de s|< >- allemands s'approchaient d'Alost. \ D'un moment à l'autre, on s'attq i*- à devoir mettre les cabines du chenil n fer hors d'usage. i- On a signalé aujourd'hui le liassag é troupes allemandës à Ardoye. 1 Un i chement se dirigeait sur LichteiVelde. Un important corps d'armée, dit-on, a passé par Cruyshautem. On s'attend à tout instant à uiie rencontre entre éclaireurs français et allemands à Courtrai. :r Une défaite allemands ? Des voyageurs arrivés hier de Pienaix à Gand disent qu'on y a répandu la nouvelle j. de sérieuses pertes subies par les Allemands aux environs de Manage. * •s Pointes de cavalerie >r De nouvelles troupes.de uhlàns àyant été ;s vues dans lès environs de mou, des lanciers è et des guides sont partis ce matin dans ;s cette direction pour leur faire la chasse. I. ^ )t I Nouvelles victoires ; russes Les armées russes se comportent admi-rab' meiit. Une voireélle et retentissante victoire est à inscrire à leur actif en Galicie où les troupes du Tsar avancent continuellement infligeant aux Autrichiens des g ' .pertes très sérieuses. Les troupes russes envoyées contre les Ir Allemands effectuent eux auss' une mar-e che triomphante dans la Prusse orientale, 5. où les divisions allemandes sont mises en f. déroute par le colosse russe, abandonnant t decombreux morts et un important maté-•e riel de guerre. » Que fera l'Italie ? Quelle sera l'attitude, de l'Italie dans le ls formidable conflit qui met le monde en •e deuil? ?s Ciardera-t-elle sa neutralité ou bien se défi- cidera-t-elle à se mettre, résolument du ''ôté de la Triple Entente qui s'est vue contrainte à prendre les armes pour châtier ir les .hordes germaniques qui rêvent de met-it tre "l'Europe à feu et à sang afin d'arriver . à'ia dominer et lui dicter la loi? à ' Les nouvelles parvenues de l'Italie ne i' semblent guère laisser de doute à ce sujet. La population ne cache pas ses sentiments. ie en acclamant avec un enthousiasme indes-. i_ criptible les nouvelles des victoires remporté tées sur les armées allemandes. D'autre. part, une dépêche do Rome annonce que ir le marquis Di San Giuliano a eu ces der-té niers jours de nombreuses et longues con- . férences avec les ambassadeurs des puis-j' sances belligérantes et la présence de M. le\ Giolitti, ancien chef du cabinet, a été signalée à Paris et S Londres. Tout permet ■ donc d'espérer que l'Italie . se mettra aux côtés de cèiix qui luttent pour la cause de la civilisation. p L'ITTITUDE ÛE Z LA TURQUIE Le Budapestc Tlirlap déclare apprendre ■ de Constantinople que l'armée turque marchera, bientôt contre la Russie. Déjà la se- ! >in maine dernière, la Russie a voulu déclarer ja la guerre à la Turquie, si on ne mobilisait pas et si la mission militaire allemande ' n'était pas congédiée. Cependant-, lorsque la flotte turque, à la on suite de l'acquisition du Goeben et du 1:1 Breslau, devint dangereuse pour la flotte russe de la Mer Noire, l'ambassadeur russe préféra attendre les déclarations de la Por-te. Enver pacha et le ministre Talaat bey sont persuadés que le soit de la Turquie est intimement lié au résultat de la guerre mondiale. Sir II ne faut accepter cette nouvelle que sous »ni- réserves, la source dont elle provient pa-ro- raissant des plus douteuses. îfe-' :cr- ice r i « Les mines sous-mannes de-- eur On mande de Londres : use Une communication officielle du département de la marine fait remarquer que la navi-nis gation dans la mer du Nord présente des dan-,Vls ger.s. En dépit des Stipulations de la conven-' lion de La Haye, les Allemands continuent a C*U1 semer des mines flottantes sur le parcours des navires de commerce. Ces mines ne répondent ive pas aux exigences de la convention, notàm-t à ment en ce qui concerne le point qu'elles doi-i vent devenir inoffensives après un nombre d'heures déterminé, En outre elles ne sont pas placées suivant un plan militaire déterminé ou 1 ce destiné à servir contre l'activité de la flotte 'oli- ennemie.Elles paraissent plutôt être employées jsrc. au hasard, afin de provoquer du danger poulies navires marchands anglais et ceux des puissance neutres. En conséquence la navigation des pays neutres est exposée aux plus grands dangers. Dans la mer du Nord -- à une importante dis- 8 tance de la côte anglaise — deux navires danois ont péri. Dans' le golfe de Finlande deux navires hollandais,venant de ports suédois.ont, lie- heurté des mines et ont coulé. L'amirauté anglaise .appuie spécialement sur sta- la liéeessité qu'il y a pour les navires neutres lats d'entrer dans les ports anglais avant de se risquer dans la mer du Nord, afin qu'ils soient -lait renseignés sur les passes que l'amirauté anj: -, glaise a fait dégager et dans lesquelles la navi-■ gation est en sûreté peur autant que les circonstances actuelles le permettent. L'amiraut£ ! cle anglaise se réserve l'entière liberté çle prén? (Ha- dres les mesures n'eessaires contre qette nouvelle manière de faire la guerre. Elle-même n'a pas encore fait placer une seule mine et elle s'év ertue à conserver ouVerte, autant que possible, la navigation. Proclamations polyglottes Un correspondant du Nieuiue Rotterdam-selle Courant télégraphie que les proclamations affichées à Liège par les Allemands i sont faites en allemand, en français, en polonais et en russe. La vie à Paris Dès nouvelles qui nous parviennent de Paris disent que la vie y devient admirablement bon marché, maintenant que la mobilisation est faite et que le ,service du chemin de fer est rétabli. Les vivres de toutes sortes y sont à profusion. Les consommateurs ne sont'plus si nombreux et les: prix baissent toujours. La viande est accessible ù toutes les, bourses, les fruits et légùmes peuvent s'ac-. quérir en t£bOntlan'<!S"ëF se vendent à bon compte. Le poisson seul est rare, encore que les prix soient normaux. LA MOBILISATION ALLEMANDE De l'agence Wolff, du 23 août: « L'empereur a fait proclamer l'ordre de cabinet suivant: » La mobilisation et--concentration de l'armée aux frontières sont terminées.Avec une ponctualité et une sûreté extraordinaires les chemins de fer allemands ont fait des transports considérables. »*A<vant tout, j-e me souviens -avec reconnaissante de ces • hommes qui, depuis •'la" guerre de 1870-71, ont créé l'organisation qui actuellement a subi victorieusement l'épreuve. Cependant, à tous ceux qui, suivant mon appel, bnt contribué à amener l'armée allemande, par voie de chemin de fer, en face de l'ennemi, et en particulier aux Commandants des lignes et fondés de pouvoirs militair.es auprès des chemins de fer, aussi bien qu'au personnel entier des chemins de fer allemands, à tous indistinc-, tement j'adresse remerciements impériaux pour leur fidélité dans l'exécution de leurs, devoirs. » Ge qui a été" fait jusqu'à ce jour, me donne la meilleure certitude que, pour les événements futurs, dans la grande lutte pour l'avenir du-peuple allemand, les chemins de fer repondront à toutes les exigences dictées par la. direction de l'armée. » Quartier général, 22 août 1914. » N. g. WILHELM. T. R.» Entr-a Allemands et Hesacgues Dans un article sur les affaires de Eydt-kuhnen, le Novoée \Vremja démontre combien peu la fameuse armée allemande est invincible. Quelques escadrons de cosaques descendus de cheval et appuyés par de l'artillerie et des mitrailleuses, ont empêché pendant des heures la marche en avant de deux régimënts d'infanterie allemande. La lutte fut désespérée. Des deux côtés les morts furent nombreux et deux officiers des cosaques furent tués. Les Allemands brûlèrent leurs morts, mais laissèrent les corps dés officiers russes dans les champs disant que les cosaques sont de la bonne nourriture pour les -corbeaux. Cette opération a eu pour résultat de balayer tous les Allemands du territoire russe. L'enthousiasme ii@s Polonais L'enthousiasme qui règne à-Paris parmi les Polonais est indescriptible; enfin, ils voient leur rêve sur le point de se réaliser; la reconstitution du royaume de Polo-' gne. Lors de la guerre des Balkans, les Autrichiens ont fait tout leur possible pour soulever les Polonais contre les Russes, line commission autrichienne, la «Commission de Tymtsjassof» distribua des procla-. mations rédigées en polonais, recommandant la révolution de la Pologne contre la Russie, au cas où ce pays devait entrer en guerre avec l'Autriche. C'est /pour ceLa qu'actuellement l'Allemagne comptait sûrement sur un soulèvement des Polonais contre la Russie et déjà le gouvernement du kaiser avait fait annoncer, — trop tôt — cette révolution par le AVolffbureau. Or, il ne faut pas méconnaître l'importance des Polonais. En Prusse, le long de la frontière russe de Danzlg, jusqu'à ?a Silésie du sud, il y en a 3 1/2 millions et 5 millions en Galicie et en Silésie d'Autri-| che." Les généraux allemands prévoyant . que les miliciens polonais se battraient à contre-cœur contre leurs frères russço les ont envoyés autant que possible vers ly frontière française, pjuum'! iin ont êr>.Voy< les Alsaciens à In frontière. î'V.Ssë. Mais oi peut s'aitendre que dans" la Pologne aile mande et autrichienne, la population m soit pas trè^. aimable pour les hordes ger maniques. Çariïïùr de Woznickv, le directeur de l'A genee Polonaise, à Paris, interrogé sur li point de savoir si les Polonais allemand et autrichien.» pourraient être mis au coii j'ant de la bonne nouvelle, a répondu: «N'ei doutez pas! La domination prussienne nou: a appris passer la frontière et à faire cir culer les pièces prohibées.. Le cri de joie de la liberté prochaine résonnera au milieu de l'armée allemande. Les 400,000 soldats de notre nation que la Prusse a incorporés sauront que le Tsar leur a promis la liberté. Il y a un point sur lequel les 20 millions de. Polonais dispersés sur le monde entier n'ont jamais été divisés: l'union et l'indépendance de leur patrie.» Dans l'armée allemande Selon la Germania, le chancelier de l'empire allemand, von Bethmann-Hollweg et le ministre des affaires étrangères von Jagow, resteront dans le «piartier gén<Ml auprès de l'empereur, comme le firent Bismarck le ministre des affaires étrangères en 1866 et en 1870-71. La direction supérieure des affaires de l'empire allemand et de la Prusse refera jusqu'à la fin de lft gtierfe entre les mains du ministre d'empiré' et d'Etat Dr "ïî'elbrûck. Avance de fonds La France et l'Angleterre ont décidé de faire à la Belgique une avance d'un demi | milliard. ;> iv ... IP-.. • J r. . IMncle et la Mie Nous, avons signalé, la formidable défaite infligée par la vaillante armée serbe aux troupes autrichiennes.il faut croire que les Autrichiens en ont assez; ils opèrent une prudente retraite, mais la façon dont ils expliquent leur impuissance mérite d'être signalée. Voici donc ce que dit le «Bureau hongrois d'informations»: <( L'expédition envoyée par l'Autriche pour châtier la Serbie a provisoirement suspendu ses opérations pour permettre au gros de L'armée de tourner ses efforts contre la Russie. Il reste en Serbie des forces autrichiennes suffisantes pour maintenir les positions conquises.» Et voilà comment Allemands et Autrichiens écrivent l'histoire. IRONIE DES CHOSES Le 18 octobre 1907 était.signé à La Haye l'acte final de la deuxième conférence cle la paix. En voici quelques extraits: Gonvention pour le règlement pacifique des conflits, internationaux: Titre I, article. 1er. — uEn vue de prévenir autant que possible le recours à la force dans les rapports entre les Etats, les puissances contractantes -conviennent d'employer tous leurs efforts pour assurer le règlement pacifique des différends internationaux.»Gonvention concernant les droits et les devoirs des puissances neutres en cas de guerre sur terre. Chapitre I. Art. 1. — «Le territoire des puissances neutres est inviolable.» Art. 2. — Il est interdit aux belligérants de faire passer à travers le territoire d!une puissance neutre des troupes ou des convois soit de munitions, soit d'approvisionnements.L'acte portait en tête les signatures des délégués de S. M. l'empereur d'Allemagne, roi de PrusseI A U CATHEDRALE Comme toutes les années, à pareille époque, on vient de célébrer à la cathédrale la «neuvaine» de l'Assomption; elle s'est terminée hier. Dans les allocutions prononcées, la note patriotique occupait une large part. On a été d'autant plus péniblement surpris du fait que la plupart des morceaux de musique exécutés au jubé étaient empruntés "au répertoire allemand. Nous aurions mauvaise grâce à y redire, s'il s'agissait de compositions de Beethoven, Haydn, Mozart, Mendelssohn, • consacrées par le temps. Mais on sait que tout" ce répertoire-là est prohibé par le comité de censure — très peu compétent, du reste; demandez à no» maîtres de chapelle — que le cardinal Mercier a institué. Mais il s'agit du répertoire moderne dont nous inonde l'usine de pédants germaniques qui fut patronnée par feu Edgar Tinel et qui continue à trouver grâce auprès de nos censeurs' épiscopaux, Dieu sait pourquoi! —Ce n'est pas le moment d'examiner cela de près. Nous le Serons peut-être quelque jour. • ■ Nous avons entendu plusieurs fidèles exprimer leur "hidignation de voir, dans les circonstances actuelles, admettre la musique teutonne: ce serait un geste joli qqe de la proscrire impitoyablement. Le réperto®re français et hslge de rnusi-quo religieuse est assez richement fourni. "RECOIAMIS ET PITIE Le 'Comité anversois d'assistance aux fa-!ullles éprouvées par la guerre a reçu; les dons . suivants: Report des listes précédentes Fr. 569,890.— Journal «Le Matin», (troisième verse-' ment 10,000.— M. Jos. Vets, (premier versement sur vente de charbons) 38.75 M. Jac. Van Geel 50.— > Elèves-pilotes d'Anvers GO — ; M. et Mme. H. Serneels-Van Haute 10.— Du jeune Emile Serneels: a) à l'occasion de la «journée des,mères» 1 b) collecte faite à l'occasion de la 3 fête de sa «bonne» Mme Van Haute 8.—^ M. John Lombaerts 150.—

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le nouveau précurseur: journal du soir behorende tot de categorie Liberale pers. Uitgegeven in Anvers van 1902 tot 1914.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes