Le télégraphe: journal quotidien d'information

427 0
17 november 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 17 November. Le télégraphe: journal quotidien d'information. Geraadpleegd op 21 juli 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/7h1dj59m46/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Rédaction et Administration s Rae de îa Caitiédrale, 37, Liège Bureaux ouverts de 8 à 5 h LE TELEGRAPHE TARSF: Nécrologie, la ligne . , . fr, 5,00 Extraits prescrit par la loi „ fr, 2,50 QUOTIDIEN LIÉGEOIS D'INFORMATION COMMUNIQUES ÀtÉiEMAND. — Berlin, le 15 (soir4. — l'iou de particulier à l'ouest et à l'est-. Dans les montagnes des deux; côtés de la vallée KrctiUi, uos troupes progressent en combattantBerlin, le 15. - Officieux. — Le feu roulant €u li novembre aa matin, entre Poelcapelle Vit le chemin de fer Tpres-Koulers, s'est ralenti après nue demi-lieure à peine et n'a ftô suivi d'aucune attaque d'infanterie. Vers midi seulement, l'atmosphère s'étant éclair-cie, l'activité d'artillerie ennemie se renforça sur tout le front. La ville et les environs de Dixnmde ont été violemment bombardés par intermittences ; un feu violent accompagne d'accès do tir inten'»s, a également été dirigé sur iios positions, depxûs Poelcapeiie jusqu'au Keiïberg. L'activité du tir ne s'est quelque peu ralentie qu'après la tombée do la nuit. Snr lo front, à l'est et au sud-est d'Yprea, nos "8tos.vtr.upj»» ont ramené, sur divers points, des prisonniers et mitraillcte es en nombre asséz important. Nous avons fait t «auter an blockhaus occupé par l'ennemi. A la suite du mauvais temps persistant, les positnma dos Anglais en Flandre se transforment de piua en plus en un marécage boueux 'd'où ils ont en vain tenté do sortir, au cours fda combats qui ont doré des mois, et où la fleur de l'armée anglo-canadienne, sacrifiée sans égard, a trouvé son tombeau. Nos escadrilles-do bombardement ont lancé de nombreuses bombes sur l'unies et sur la, gare de Dunkcrque. Do nombreux éclatements et 'incendies ont été observés. De part et d'autre de Reims, nous avons repoussé des tentatives efîéetuées par plusieurs patrouilles ennemies de pénétrer, sous le couvert du brouillard, ♦ li divers points de nos positions. Le tir s'est activé passagèrement entre Meuse et Moselle sur. les deux rives du canal de la Marne au Rhin et en Sundgau. En Italie, les Alliés avancent continuellement, do Fe-nsaso et de Feltre. ver.- le sud. Toute la région de Primolano. qui a été occupée le 13 novembre par les coalisés, était pourvu-, des fortifications les plus modernes. Il n'y a plus un seul Italien en territoire 'uutricMen,depuis le Pasubro jusqu'à l'Isonzo, tandis que les coalisés ont- occupé des milliers de kilomètres carrés du sol italien le pluS" i'îrtiie. Berlin, le 1G. — Théâtre de la guerre occidental. — Lo matin, recrudescence la lutte des tirs au front des Flandres le long de l'Ailes et sur la rive orientale' de la Meuse. In'ous avons repoussé, k la contre-attaque, des détachement.: français qui, le matin; avaient pénétré en nos lignes. Pendant toute la tjournée, l'activité combative a été minime .auprès de toutes les armées. Le soir, elle s'est accrue à nouveau près de Dixmude et de St-. Quentin. Depuis le 9 novembre, nos adversaires ontjierdu 24 avions en combats aériens pu par notre feu de défense. Le vice feld-•tvebol Puckler a remporté sa 26o victoire. Tfeéâire de le guerre oriental. — Rien de carticultca Fronl macciSo2sen. — A l'ouest du lac 'Ocm ida,aou3 avons occupé les positions évacuées par k . Français. * Théâtre ce ïa guerre italien. — S'avançant tu nord-est de Galleo et des deux côtés de la ■-ailcc de la iiteiaa, nos troupes ont pris aux Italiens plusieurs posit ons de hauteurs. Cismon est en nos mains. Au Piave inférieur, !e feu de l'nr-( illeric s'est accru. Prè3 de la mer, des détachements de la honved austro-hongroise, s'avançant iur la rive occidentale, ont fait 1000 Italiens prisonniers.AUTRICHIEN. — Vienne, le 15. — Théâtre de la guerre îtefica. — Sur le haut plateau des Botta Gommuni, des bataillons austro-îiongrois ont pris hier d'assaut le monte Cas-tel Comberto. Dans la vallée de la Sugana, nous avons rejeté l'ennemi au-delà de l'nmo-^ano et au sud-est de Felire; nous avons gagné du terrain en combattant. Sur Je Piave, pas d'événement important. Sur ie théâtre de la guerre à ï*ib.st, rien de particulier à signaler," Ea Albanie, è l'ouest du !ae d'Oehrida, les ; Français ont évacué leurs positions les plus avancées. Vienne, le 15 (soir). — Le groupe d'armées du général feld maréchal Conrad a fait de nouveaux progrès dans la vailéi Sugana, TURC. — Constantiïiopîe, le 11,— Sur le 'front du Siuaï les combats d'artillerie et d'infanterie continuent. faur les autres fronts, pas d'événement im- ! partant à signaler. FRANÇAIS. — Paris, 1e 15, à 15 h. — Nos 'reconnaissances, opérant dans la région de l'Ailette, ost tait des prisonniers. Wuit calme, saui dans ;a région de Caurrières. .où le bombardement s'est maintenu assez vif. Aviation.- Dans la journée du 13 novembre, quai rtx ayions ci ncnsis ont été abattus par nos pilotes et quatre autres sont tomots désemparés 'dans leurs lignes. Notre aviation de bombardement a eireciua plusieurs opérations et arrose de projectiles divers dépôts et cantonnements enne-•mis dans la région de Mulhouse. Des avions ennemis -ont bombardé violemment la région de Calais dans la nuit du 13 novembre. On signale un certain nombre de victimes dans la "population civile. Pc-ris, le 15, à 23 h. — Rien à s'gnaler en de-tors d'une lutte d'artillerie assez violente dans la région au nord de liraje-en-Laonnois et sur la rive droite de ia Meuse. Armée d'Orieat — Activité moyenne sur 3'enseir -.-le du front. Rencontre de patrouilles Jdpns la région des lacs. - ANGLAIS. — Londres, le 14. — Après avoir augmenté la violence de sa canonnade 3'ennemi a dirigé hier après-midi une attaque Seontre les positions que nous occupons sur le jhaut terrain têtuau nord de l'asschendaele; fil a été complètement repoussé. Pour le reste, li'i'Mi à signaler. Loadres, le 15. — Un contre-torpilleur et (un petit monilor anglais, qui collaboraient Javee l'armée en Palestine, ont été coulés par iun Bous-marin ennemi, oept hommes de jl'equipage du contre-torpilleur et vingt-six du m ,.;itor manquent à l'appel. Londres, le 14 (soir). — Le 13 novembre ■après-midi, ainsi que le signale le communi-iqué du matin, une attaque d'infanterie eune-p-iiie s'est produite le long de la route de iWesteoosebeke. Nos feux a artillerie et. d'in-Sfanterio ont complètement brisé l'attaque. jNotre ligne est indemne. Pendant la nuit, nous avons quelque peu amélioré nos ligmes fau nord do Passciiendaele. • ITALIEN. - Rome,le 14 (officiel). - Hier, au aever du jour, après une courte mais violente {préparation d'artillerie,l'ennemi a dirigé une 'attaque acharnée contre nos positions établies du lac oe Ledro jusqu'au lac de (iarcte. prâce à la \ aillante rèsisiance de nos troupes, jfcette attaque a échoué et l'ennemi a été forcé Vie se retirer» Sur lo haut plateau d'Asiago, la Wit du IS, e aies de nos troupes qui occupaient les positions avancées établies sur !e (monte Longara ont repoussé la quatrii ie et, splus dangereuse attaque ennemie. 1 Iles se Jf-out ensuite repliées sur une ligne (ie résis-ggj.ee-établit* pius à l'arrière. Hier . di l'ei iiemi a tent • 4» descendre des kauieurs qr,i se dressent au sud de Galiio vers le monte Sisenool ; H a été forcé de renoncer à «m projet. Depuis le secteur d'Asiago jusqu'à la vallée de la Sugana, nos avant-postes ont livré de violents combats à l'ennemi, qui avait réussi à avancer du front Piano di Marresina - manie délia Fareelluna-muute Lasser. Ente- ht fkenta et le Piu\ e, i'ennenii occupe la ligne Tozzc-Lauion-Fonzaso-Arteu-Feltre. A Tezze et dans tes' anciens forts Cirai dl Càsapo et Cima di Lano, nos troupes de couverture ont" offert une résistance énergique au. cours de combats partiels. Le long du Piave, les opériitjpiis ont gagné en importance. Les deux arfrilbries ont été très actives. L,ennemi a tenté à différentes reprises de passer le fleuve entre Queroa et Fener, ainsi que psàb de San Doua di Fiane et d'Inde;- tadurra;ses teaiativoB ont échoué et il a subi de fortes pertes.De violents combats se sont livrés k proximité de Grari di Papa-dopoli et de. Tenson, où notre contre offensive coriliu j sans qu'elle ait réussi jusqu'à présent à repousser entièrement l'ennemi. Près de Gri ojeiii, des d'ébvebermcnts enneanis ont réussi à progresser dans le terrain marécageux qui s'étend entre le Piave et Veecliia-Piave ious avons enrayé leur marché' en avant., ajourd'fatœ, nous avosas fiiife 121 pr'-sonniers et a . oas capturê; quelques mitrailleuses. Nos aviàfimzs ont de nouvean exécuté des bombardements elBicaces. .ni ... .1 fmmm " U..WI. . L' " LJ L——1 INF JkMATïOKS «t ARRÊTÉS de F Autorité Agents et salariés de l'Etat Arrêté du Gouverneur général r.n Belgique en date du 29 oetobi-e 1917. Par modification et comme complément aux arrêtés du 1er février, du 30 mai et du 23 août 1917, concernant l'allocation de secours exceptionnel > pour cherté de la vie, aux agents et aux préposés salariés de l'Etat, j'arrête ce. qui suit pour les deux régions administratives, flamande et wallonne : Article 1er. — Les agents et préposés salarié* de l'Etat dont le traitement annuel fie dépatssaiii pas 3.000 francs le 1er juillet 1&17 recevront, une seule fois, un secours exceptionnel pour cherté de ia vie, équivalent à leur tra ■ ornent mensuel à la date du i r novembre 1917, Pour les surnuméraires de l'administration de l'enregistrement et des domaines, ce secours sera de 170 francs. Art. 2. - Les agents et préposés célibataires ou Weu veufs, séparés judiciairement ou divorcés, sans enfants, dont le traitement annuel ne dépasse pas 2.000 francs, recevront un secours exceptionnel mensuel de 27 frs, avec effet à partir du 1er novembre 1917 au lieu, du sceoms exceptionnel pour cherté de la vie qui leur a été accordé antôrieuremer S. Art. il. — L'article 5, § 1er, chiffre 2, 2e alinéa, de l'arrêté du 1er février 1917, est complété ainsi qu'il suit : Excepté à l'administration de l'enregistrement et des d -maines, où, aussi longtemps qu'il a été et sera aile ni un secours exceptionnel pour cherté de la vie. on portera les remi s eu compte d'apms lejfc moiitartt de l'année courante. Art, 4. — Les dépevr es pont les agents et préposés salariés qui exercent leurs fonctions dans une des administrations désignées h l'article 1er, ]itt. a, h et c de l'arrêté du loi-février 1917, seront imputées sur les crédits ouverts, en ce qui concerne la région administrative flamande, & l'article 37 do l'annexe au budget du ministère des finances pour lo second semestre de l'exercice 1917, et, en ce qui concerne la région administ: itive wallonne, à l'article 37'du budget du Ministère des finance-» pour le second semestre de l'exercice 1917, Les dépenses pour les agents et préposés salariés qui exercent leurs fonctions au Ministère de la marine, des postes et des télégraphes ou dans le' service des postes (art. 1er, litt. d de l'arrêté du l«r février 1917), seront imputées sur les dépenses de l'Administration allemands des postes et télégraphes. A l'Extérieur ALLEMAGNE. — Uns nosîicatioa. — Berlin, le 15. — Le baron von Faikenbsussn, sous-seeréiaire d'état au ministère de l'agriculture prussien, fds du gouverneur-général en Belgique, vient d'être nommé gouverneur-civil des territoires occupés par l'Allemagne en Lithianie et dans les provinces baltiques. FRANCE. — La crise ministérielle. — Frontière suisse, le 15. — Havas mande à propos de la crise ministérielle française : Mercredi matin, M. Poincaré a reçu MM. Painlevê, Dubost, Deschauel, Bourgeois, Bar-thou, Doutaer et Peret. Après-midi, il s'est entretenu avec MM. Clemenceau, Eené Re-noult, Georges Leygues, Viviaui, Briand, liibot, Albei't Thomas et Hembat. M. Poincaré continuera ses pourparlers aujourd'hui. Le groupe radieo-socialiste de la Chambre, a décidé de n'accorder son appui qu'à un Cabinet s'appuvant sur les groupes de gauche du Parlement' et sur les forces démocratiques du pays. Le groupe réclame une répression sévère de tous les mouvements anti-patriotiques. Mercredi soir, des délégués des radi-caux-secialistes, des socialistes républicains et des socialistes unifiés ont discuté ensemble. Genève, le 15. — Lo "Petit Parisien,, annonce que la candidature do M. Clémenceau a beaucoup de chance d'aboutir ; on parle également de MM. Viviaui, Pams et Briana. La presse radicale combat M. Bai-thon qui a profondément désillusionné ses partisans par ses déclarations maladroites, de la semaine dernière. La Conférence de Paris est provisoirement ajournée. Rotterdam, le 15. — Le " Nieuwc Eott. Courant, apprend de Paris que, parmi les personnalités reçues aujourd'hui par le président Poincaré, en suite de. la crise ministérielle,se trouve également M. Clemenceau en sa qualité de président de la Commission do l'armée et des affaires étrangères du Séuat. C'est la première-visite que fait M. Clémenceau à l'Elysée depuis que M. Poincaré est élu président. SUISSE. — Bruits erronés. — Berne, le 15. (Wolff.) A. T. S, — En Suisse et dans les pays belligérants limitrophes,des bruits circulent actuellement et selon lesquels la Suisse serait prochainement mise en demeure de laisser passer des troupes et du matériel de guerre par son territoire. Le département politique déclare ces bruits sans fondement : le gouvernement Suisse n'a reçu d'aucun gouvernement une demande quelconque dans ce sens. ANGLETERRE. — ■ Une réponse sic Lîoyd George. — Londres, le, 15. — Répondant à la question de M. Asquith relative au Conseil supérieur des Alliés et aux personnalités militaires qui en font partie, M. Lloyd George a dit à la Chambre des Communes : , "Isa me.Heure réponse queîe puisse faire [ ». cette question e-,t de vous donne • lecture Les Opéraios en Italie MO ;T D'UN GESfffiRAL. Borne, e 1 >. —--De Home à ia "Mouvelie Gazette de ■vitriclt,, : Le géuéral di. feioanciL Giovanni Villani fot Umbô au champ d'honneur, eu Haute-Italie, m Msasenfi On télégraphie de U ne e au '- JtrurnKl des Débats^: Le député radical Gicerti, prononçant un discours devant électeurs, a exposé, avec une franchi»" brutale, la situation difficile de l'Italie et l'impossibilité où elle se trouve de. conclure une paix séparée. Chiffres en main, il a prouvé que l'Italie dépend des Alliés en ce qui concerne les vivre*, le e!' vrbou et le coton. Il ne fautdone pas penser — s-t-H dit — â un ralentit.cernent de la guerre ai à une paix, séparée, à moins de donner aux Alliés le droit de prendre les mesures de précaution nécessaires en coupant tous les arrivages, La fidélité mue traités est donc, non seulement un devoir commandé par l'honneur, m: is encore une nécessité matérielle. Si l'ou'priv ut l'Italie do ses arrivages maritimes eu lui barrailfi le détroit de Gibraltar ci 1e canal de 'inex, «lie* connaîtrait bientôt ht fam >,e, car l'Allemagnenepourrait la ravitailler malgré - s victoires militaires. OPINIONS ET « i.-UMi NTAiRi.-i Londres-. — Du cfJail*r Télégraphe 5 A supposer que les 1 i , ns ne piàsseiit arrêter l.'ermemi entre le Tagliamento et l'Adige, l'Adige sera un obat-a le insurmontable pour les Allemands tant que la Suisse restera neutre. La caiEStroplio italienne n'ayant pas, selon toute apparence, été prévue par notre commandement supérieur, il faudra du temps pour aller aux seeoui s de nos A lliés, et par suite il serait puéril d'< ,-compter une modifl-cation hmsédiate de ia situation, tes niouve-MBèais de troupes qui s'imposent ne peuvent i se faire que très lent .m'eut, que le transport s'en fusse, p n- mer ou par 1er: jusqu'à ce qu'ils soie: i terminés. l'Italie ne peut compter que sur .l'habileté de ses chefs et ta force de ! résistniMO âe son artiée. La situation est cri- I tique : la distance est plus courte entre i iVUtoich et Milan qu'entre la somme ou ht Marne et Milan. CADOKNA RESTERAIT La front, suisse, ie 15 — Le "Temps., assure que le génère 1 Cadorna, à la suite des instances pressantes qui furent faites auprès | de lut, s'est décidé à représenter l'Italie dans l'état-maj or i uteralli é. UN DISCOURS DE M. ORLANDO Rotue. —• M. Orla ;do, président du Conseil de.- ministres» a prononcé à la Chambre un discours dans lei uel il a dit entre outrés : " Les ivéncm. nts- militaires de» trois dernières semaines ont créé à i'iulie une situation dont il est impossible de dissiruJer l'extrême gravité. Des é-, énements malhci..;. us ont foit qas laretraitc de nos troupes est dt venue indicpeasable pour sau« ver le gros, de l'ar .'t Des raisons stratégiques nous ont forcé.; à ouvrit à l'invasion les portes d'entrée de l'Italie 2 "est ; l'ennemi occupe les villes qui constituaient les boulevards sur lesquels nous coTiptio: i. Notre armée est victime d'un de ces coups du sort auxquels les armées les plus g orie-usas et les mieux ins-? truitt i n'ont pu s-e soustraire. Le gouvernement, qui se rend parfaite ent compte de la gravité de l'heure, réclaiee une discussion rapide et appro-foEdie de la situation ; l'heure est à l'action et non au discOî-ira j M. Oriando a ensuite insisté sur la solidarité de l'italie et de ses alliés, la France et l'Angleterre, qui lui ont envoyé des renforts. Il a parlé des décisions prises à la Conférence de Rapallo, concernant la création d'un Conseil politique des Aliiéj et d'un Comité militaire délibé-ratif permanent composé de généraux éminents. L'Amérique sera représentée dans ce Conseil. Le gouvernement a le sentiment qu'il a le devoir de rester en contact permanent avec l'armée et le commandement supérieur. Il étudiera les moyens de mieux organiser aes relations avec eux. Ces derniers jours, ^ex-ministre président M. Giolitti a répondu à un appel désespéré de son troisième successeur et ami personnel Orlaudo par la .déclaration prudente qu'il ne désespère pas de l'avenir de l'Italie et souhaite bonne chance à M, Oriando. Aux heures les plus pénibles pour le sort do l'Italie, l'homme d'état piémontais est également parti vers Rome pous assister à ia Courte séance de la Chambre. UNE DECLARATION DE M. GIOLITTI Dans une allocution à la Chambre italienne, M. Giolitti a déclaré entre autres : " Il faut regarder la réalité en face, avzc courage et sang-froid, 11 faut agir avec un maximum d'énergie et de rapidité. Le gouvernement a, seul, une connaissance complète de la situation militaire et diplomatique ; c'est à lui de montrer le chemin : la nation lo suivra. Le gouvernement et les ministres doivent bien, se pénétrer de l'immense responsabilité qu'ils assument. L'avenir de l'Italie, pendant une longue période de son histoire, dépendra de leurs décisions et de leurs actions.,, li pire Éii 11 km LE NOUVEAU MINISTÈRE Copenhague, le 15. — Ou mande d'Hapa-randa à la "Berlinskè Tidende., : Le ministère Lénine est composé comme suit : présidence, M. Lénine ; affaires étrangères, M. Trotzki ; justice, M. Rjikof; intérieur, M. Njaskof ; guerre, MM. Qraianikof, Grilenkof ou Bibilenko ; postes, M. Glabo ; finances, M. S.chwarsil ; agriculture, M. Mlljutin. De deux en deux heures, le gouvernement lance des proclamations en quantité énorme. Aux carrefours, des orateurs l'ont l'éloge du nouveau gouvernement. LA PRESSE JAPONAISE Amsterdam, le 16. — On mande, le 14, de Tokio : Le journal „ Kolruemin „ dit qu'il n'existe aucun motif de croire que la Russie conclurait une paix séparée parce que, tout d'abord, il n'existe eu Russie aucun gouvernement possédant assez d'autorité pour décider de la paix ou de la guerre. A LONDRES La Haye, le 15. — Le correspondant A Londres du "Handelsblad,, annonce : Jusqu'à ce matin à 9 heures, les cercles officiels londoniens manquaient de toutes nouvelles autorisées sur la situation à Petrograd. du texte do l'accord intervenu entre les gouvernements français, italien et britannique en vue de créer un Conseil do guerre supérieur des Alliés. Le voici : 2 En vue d'une meilleure collaboration de leurs armées sur le front à l'Ouest, les Alliés créent un Conseil de guerre supérieur composé du premier ministre et d'un membre du gouvernement do chaque puissance. Les prérogatives de ce Conseil ne pourrout s'exercer sur les autres fronts qu'après entente avec les autres grandes puissances intéressées. Il assure la direction générale de, la guerre, prépare les décisions des gouvernements, veille à leur exécution et en fait rapport aux gouvernements. L'état-major et le commandant, en chef de l'armée de chaque puissance sont chargés de la direction des opérations militaires et en restent responsables vis-à-vis de leur gouvernement. Les plans généraux élaborés par les autorités DERNIÈRE HEURE FRANCE. -— Conférence ajournée. — ! Berlin, le 16. — Différents journaux annon- ' cent de. Londres que. la Conférence de Paris qui devait s'ouvrir le 16 novembre a été ajournée " sine die,, par suite de la crise ministérielle. CLÉMENCEAU AU MINISTÈRE Paris, 1er 15.-Havas. — M. Clemenceau a accepté la mis; ion de former le Cabinet. M. Gerges Clémenceau est né en 1811. Après avoir collaboré au journal "La Justice, (1000), il s'occupa d'un petit journal curieux '■Le Bloc,, qu'il dirigea deux ans. En 1902, fut élu sénateur du var. Eu 1903, il prit la direction de l'-'Aurore,,. En 1906, il devint ministre de l'Intérieur dans le Cabinet Sar-rlen et président du Conseil au mois d'octobre de la même année. Son ministère ne fut pas da longue durée. Il y a quelques années, M. Georges Clémenceau, ftmd-i un nouveau,] ouruai <:L' homme libre,.. Interdit par la censure française, il réapparut bientôt sous le titre "L'homme . enchaîné,,. Ce j.ourûal paraît encore actuellement a Paris et a pour principal collaborateur M. Renaudel. ATsGLETBît&E. — Pour l'emprunt. — Berlin, le Ht. — Selon un télégramme de La Haye, M. Bonar Law a communiqué h la Chambre des Communes anglaise que l'on venait d'établir une commission aux fins d'émission de l'emprunt anglais. AMERIQUE. — Si c'était pou r nous? — Berlin, le 16. — Du "Financial News„ : Selon les renseignements des Commissaires du - gouvernement, sa trouvent prêts â l'embarquement en Nouvelle-Zélande : 2.:i00.000 moutons et agneaux. 500.000 pièces do bétail, 140.000 balles de laine et 20.000 caisses de fromage, La guerre civile en Russie AU PALAIS D'HIV ER Berlin, le 16. — Le "Berliner Lokal Auzei-ger.. mande de Vienne : Les journaux de SI oc k bol m annoncent qu'au cours d'une déclaration, le nouveau gouvernement an-non • qu'au palais d'Hiver, 011 a découvert trois traités secrets de Kerensky. LES TROUPES DE PETROGRAD Berlin, le 16.— Le "Lokal Aimeiger„ mande de la frontière, suiise : Le "Daily Télégraphe apprend do Petrograd : Les soldats du district militaire de Petrograd réclament la paix immédiate. Aucune troupe de Kerensky ne ne se montre dahsdes faubourgs de Petrograd. Par contre Havas mande de Petrograd : I' : Mercredi matin; les troupes qui ont passé aux Rolscheviki,. sont entrées £1 Potrograd. La dépêche Havas ne fait aucune mention d» victoire de Kerensky, COMMUNICATIONS RETABLIES " Stockholm, le 15 (Agence télégraphique suédoise)* — Depuis 6 heures de l'après-midi, la communication télégraphique est1 rétablie avec Petrou ."ad, LES DOCUMENTS SECRETS Berlin* le 15. — Selon kw journaux anglais te texte des traités secrets conclus entre la Russie et les Alliés se trouve au local de l'imprimerie d'Etat, occupée lundi par les Bolscheviki, En conséquence, lundi, les ambassadeurs de l'Entente ont à nouveau rompu les relations qu'ils venaient précisément de reprendre avec le nouveau gouvernement et se sent préparés à quitter Petrograd. LES SOCIALISTES FINLANDAIS Copenhague, lo 16. — Le "Berlingske Tidende,, mande de Happarânda : Les socialistes finlandais ont exigé des partis bourgeois qu'ils ratifient la constitution votée par eux le 18 juillet. Cette exigence ayant été déclinée, ils ont déclaré la grève générale dans tout le pays. Des désordres ont commencé hier soir â Helsingfors. On croit que la grève s'étendra â toute la Finlande. Les cheminots chôment également en sorte que les trains militaires ne circulent plus. Selon une autre information, le conseil des ouvriers et matelots d'Helsingfors a déclaré déchu de ses pouvoirs le gouverneur-général Nakradof. PETROGRAD EN FEU ? Scockholmf.te 16. — Selon une information d'Happaranda au " Dagens Nyheter „ des voyageurs auraient déclaré que Petrograd est en feu. A part de nombreux Anglais, aucun voyageur n'est arrivé à Tornéa. L'IMBROGLIO Stockholm, le 16 On mande de Pétrograi que tous les magasins ont été fermés a la suite des combats dans les rues. Les télépho nés ne fonctionnent plus. Les trains ne cueillent que vera la Finlande. Un train blindé doit avoir joué un grand rôle dans le camp Kerensky, LES- REPRESAILLES Stockholm, le 1:6. — Le conseil^ municipal de Petrograd a communiqué à la Douma que plusieurs cadets arrêtés au Palais d'Hi-e.r ont été fusillés à Pierre et Paul. L'un d'eux est devenu fou. militaires compétentes sont soumis-au Conseil de guene supérieur, qui les examine concur- -- ramaient et y introduit toutes les modifications l\ entuellement nécessaires. Chacjne puissance envoie au Conseil supérieur 1111 délégué militaire permanent dont la tâche exclusive est de le conseiller au point de \ ae technique. Ces délégués reçoivent du gouvernement ei des autorités militaires compétentes tous les documenta qui concernent la direction de la guerre ; ils examinent au jour le jour la situation des troupes, les ressources dont disposent les armées des Alliés et celles do l'ennemi. Le Coaseil tupérieur siège de droit à Versailles où résident les délégués militaires permanents et leur état-major ; il peut toutefois se réunir ailleurs si les circonstances l'exigent ; ses réunions auront lieu au moins une fois par mois. Pa r ce que je viens de dire, on voit que le Conseil n'a pas de pouvoir exécutif, les décisions suprêmes en matière de stratégie et de ravitaillement des diverse sarmées restant rése \ ces aux deux gouvernements des Alliés, Les délégués militaires permanents rece ront des bureaux d'information des Alliés toutes les indications nécessaires pour être â même de remplir leur tâche auprès du Conseil supérieur. Le but poursuivi par les Alliés est la création d'un organisme centralisateur ayant pour mission de surveiller sans relâche les opérations militaires dans leur ensemble, de mettre au point, grâce aux informations venues de tous les fronts et fournies par les gouvernements des divers Etats les plans préparés par les divers états-majors, et de faire, en cas de besoin des propositions spéciales en vue d'assurer une meilleure direction de la guerre. Si la Chambre des Communes désire discuter cet objet très important, ainsi que mon discours à Paris, je lui propose d'en fixer la discussion à lundi prochain. „ JAPON. — La question de l'intervention en Eairope. — On mande à la " Koelnische Volke-zeituag., : Amsterdam, le 15. On annonce de Tokio : A la suite des événements en Russie, on envisage de nouveau, au Japon, l'éventualité d'envoyer un corps expéditionnaire en Europe : en général, on se montre adversaire du projet. Interrogé à ce sujet, le ministre de la guerre a déclaré que le plan était inexécutable car le transport et l'entretien d'une armée de 20 divisions, effectif minimum d'un corps expéditionnaire utile, exigerait 2.000.000 tonnes. SUR MER. — Berlin, le 14. — Le premier navire Stândaert américain " War Clover „, qui avait pris la mer le 20 août, pour transporter 8,003 tonnes de marchandises à Malte, a été coulé le 19 octobre peu avant son arrivés à destination. Petites Informations —o— Les Blessés qui Guékisshnt Les énormes bienfaits dus aux découvertes do Pasteur dans cette guerre ont été exposés à Londres par le docteur américain Moods Hutchinson, qui fait autorité dans les questions d'hygiène, au cours d'une conférence sur le rôle de l'hygiène dans la guerre européenne." A ces deux anges : l'anesthésie et l'auti-septie, dit le conférencier, nous devons que les amputations de membres sont plus rares qu'elles ne furent jamais dans toute l'histoire des guerres.., ■MB L'aide hollandaise a l'agriculture D'importantes quantités de semences vont être impoitées de la Hoilande pour les besoins de l'agriculture. L'ensemble de la commande qui vient d'être faite 11e s'élève pas à moins de 1.248.400 kilos. Dès que les semences seront remises aux autorités, celles-ci les répartiront entre les différentes régions du pays. ■HBH Chez les Sionistes Le bureau central Sioniste à Bruxelles nous commuait ue un appel dont le texte fut élaboré par ie Comité d'Action Restreint réuni ea séance à Copenhague, à l'occasion du XXe anniversaire du premier Congrès Sioniste. Dans cet appel, le Comité déclare qu'il faut déblayer pour le peuple juif le chemin qui conduit vers le pays juif, afin que l'un et l'autre acquièrent une vie nouvelle. Cet appel est devenu l'exigence du peuple entier. Le peuple est sûr que, lorsque cette exigence viendra devant le Congrès de paix, les représentants de tous les peuples en reconnaîtront ie bien-fondé. Lo peuple juif croit que ia guerre achève la première phase préparatoire de son travail en Palestine et que ia paix indiquera la seconde phase d'un travail libre et grandiose, ■BBH Au Tourimg-Clur de Belgique Le calendrier pour 1913 va paraître. îi est composé de quatre planches exécutées par les excellents artistes Beraier, Georges Jacqmotte, Willy ïhiriar. Les sociétaires du Touring-Club pourront l'obtenir au siège social au prix de 50 centimes l'exemplaire. Il sera en outre présenté à domicile, moyennant 10 centimes de supplément. Le Touring-Glub prépare de nouvelles publications d'un grarsd intérêt. S93SB Le Traitement du Psoriasis. M. Bory, chef de clinique dermatologique à Pans, conclut de ses recherches cliniques que le psoriasis est une maladie parasitaire, due probablement â une myco-bactérique spécifique de cette maladie cutanée. Le traitement de celle-ci consiste, d'après lui, dans l'emploi d'une solution de soufre pur dans l'huile de sésame (2 centigrammes du premier pouï 2 cc. de la seconde), en injections intra-ceilu-iaire. Celles-ci doivent être faites par séries pendant une période de temps assez longue pour éviter les récidives, SSBB Le Mariage en Turquie. D'après une nouvelle venant de Constan-tinople, une modification importante qui a été ratifiée par le Cheik-ul-Islam, vient d'être apportée aux lois matrimoniales en usage en Turquie. La nouvelle loi ordonne que tout mariage doit être conclu devant le juge, après publication des bans et inscription préalable. D'autre part, la femme obtient le droit de divorcer, ce qui jusqu'ici constituait une prérogative du sexe masculin. De plus, la polygamie se voit limitée en ce sens que lorsqu'un mariage a été conclu à la condition que l'époux n'épousera pas une seconde femme, la première femme, a le droit, dans le. cas où cette condition ne serait pas respectée, de demander l'annulation de l'un ou de l'autre-de ces mariages. A TRAVERS LES JOURNAUX Les Perî es De ^Intransigeant'» : " Encore cette belle période de M. Ripault ; emporté par un mouvement oratoire prolongé, l'orateur radical invectivait contre l'union sacrée : " L'Union sacrée, ce chloroforme à l'aide duquel on veut bâillonner la République pour la mieux étrangler !,, Pour les Daines. De 1'" Eclair „ : " Un périodique italien, la " Revue d'Italie „, signale, ea lui infligeant un blâme sévère, le développement exagéré de la coquetterie féminine qui, dans les circonstances actuelles, a un caractère attristant. La revue italienne note que le directeur d'une usine de guerre de ia ville de Spezia a publié un ordre du jour dans lequel il recommanda aux jeunes filles qui sont employées dans cet établissement de s'habiller avec plus de simplicité. 11 fait observer que l'élégance de certaines toilettes est choquante et n'est pas en harmonie avec la gravité des heures que nous traversons. Celles qui ne se conformeront pas {t cet ordre du jour seront licenciées. „ Pondant cette guerre, le sexe que nous croyons faible s'est partagé en deux catégories bien distinctes. D'un côté, celles qui se dévouent, qui souffrent, qui se consacrent, avec une abnégation subhme, à toutes les couvres qui peuvent atténuer les terrible» épreuves et les immenses douleurs qu'ontt uàuÀ Troisième année - M 314 Edition A B € P- LE IIUMEIOCENTIMES Samedi 17 Novembre 1917

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le télégraphe: journal quotidien d'information behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Liège van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes