L'indépendance belge

206 0
14 december 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 14 December. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 23 januari 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/7940r9n249/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDEPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE. CONTINENT: 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) J^KSK. VENDREDI 14 DECEMBRE *917 abonïtkments fî ïï£ 7r ÏÏÏÏSt CONSEkvOT PAK LB BBOCKES. tudor house, tudob st., ji.u rm.} 31t^7 ot 238.75 En vente à Londres à 3 h. le jeudi 13 décembre U an, 32 shillings. NOS BUREAUX DE RÉDACTION ET D'ADMINISTRATION SONT ACTUELLEMENT TRANSFÉRÉS TUDOR HOUSE, TUDOR STREET, E.C. 4 (WHITEFRIARS). LA SITUATION Jeudi midi. L'offensive allemande que préludait le violent bombardement des dernières quarante-huit heures sur le front de Cambrai s'est produite mais elle n'a donné jusqu'ici que de médiocres résultats.L'attaque porta sur un front de 1,500 mètres et eut pour théâtre les positions britanniques à l'est de Bullecourt, en direction du Rien court. Sur les deux-tiers du secteur attaqué l'offensive, à laquelle participèrent des unités de deux régiments d'une division bavaroise, que supportèrent des troupes saxonnes, fut nettement repoussée, mais sur l'autre tiers l'ennemi parvint à pénétrer dans la tranchée de première ligne do nos alliés. Les correspondants de guerre disent qu'il en fut de nouveau expulsé, mais le rapport officiel dit que la tranchée en question avait été rendue intenable par le bombardement, qui l'avait complètement démolie. Cette affaire a été très coûteuse pour l'adversaire, qui a subi des pertes sérieuses, et lui a en outre coûté des prisonniers. Une attaque allemande dans la région de La Vacquerie n'a eu aucun succès, mais les fortes concentrations ennemies dans toute la région de Cambrai font prévoir de nouvelles attaques de l'adversaire, dans le but de rassaisir les positons qu'il a perdues lors de l'offensive du général Byng. Il est à espérer que les Allemands n'auront plus, comme ce fut ce le cas lors de leur contre-attaque précédente, le bénéfice de la surprise, et qu'on ne verra plus des généraux et officiers d'Etat-major entourés subitement d'ennemis et obligés de se battre en pyjamas. Ces faits, révélés par les correspondants de guerre, ont provoqué des commentaires acerbes et ont même eu un écho dans les milieux parlementaires, à la suite de quoi une enquête officielle a été ordonnée pour établir les responsabilités. Il est, évidemment, inadmissible que, dans un secteur aussi exposé, l'adversaire parvienne, sans que l'alarme soit donné, à pénétrer jusqu'à près de quatre kilomètres à l'intérieur des positions britanniques, comme ce fut le cas, et fasse irruption en plein quartier-général.La guerre est, il est vrai, un jeu de surprises, et les régions fraîchement conquises se prêtent admirablement à des raids fructueux de la part d'un adversaire audacieux et qui connaît admirablement la topK>grapiiie du terrain, mais c'est précisément la tâche de la partie adverse de déjouer, par sa vigilance, toute tentative de ce genre. L'enquête est d'autant'plus nécessaire que les opérations des Alliés sont, depuis quelque temps, passées au crible de la critique. C'est là une excellente chose, a condition, bien entendu, que la critique , s°i|; purement objective. Il est compréhensible et parfaitement logique que les Etats-Unis, qui auront bientôt à supporter le poids principal de a lutte, scient anxieux de voir leurs -oui des contributions en argent, en ma-eriel et bientôt en hommes, utilisées au mieux des intérêts de la cause commune. es Américains sont gens pratiques; ils )ie rechignent pas devant les sacrifices, mais ils entendent que ceux-ci ne soient pas faits en vain. C'est ce que fait comprendre M. André Tardieu, Je Haut Commissaire français aux Etats-Unis, qui, dans une interview accordée au "Petit Parisien " a déclaré que ce que les Etats-Unis nous demandent, c'est de la discipline et de l'unité dans l'action. Les mêmes restrictions qu'ils se sont imposées chez eux les Américains désirent les voir appliquées chez nous. Quant à l'unité d'action ils ns désirent pas voir se renouveler les expériences de la bataille de la Somme, où le point de jonction des armées britanniques et françaises se trouvait être un marécage. Les Américains estiment que s'il y avait un commandement unique, des faits de ce genre n'arriveraient pas et ils persistent, avec raison selon nous, à réclamer un commandement unique. Nous avons toujours, quant à nous, été du même avis et nous disions que les Alliés — oertains alliés — ne s'y résoudraient probablement que lorsque des événements graves les y contraindront.Le dernier contre-temps britannique fournira sans doute un nouvel aliment à la discussion sur la question du commandement unique — auquel M. Lloyd George s'est déclaré hostile — et les arguments qu'on met en avant pour combattre cette mesure ne sont pas de nature à nous faire changer d'avis. Il nous semble qu'avec les armées alliées sous le commandement unique des Français qui, eux seuls, possèdent le cadre nécessaire à un organisme de ce genre — parce que grande puissance militaire "avant" la guerre — avec les flottes alliées sous les ordres directs de la marine britannique, incontestablement supérieure aux autres; et avec une organisation des services de transport et de l'intendance confiée aux incomparables organisateurs que sont les Américains, les forces vives des Puissances de l'Entente seraient réellement utilisées d'une façon rationnelle, scientifique et vraiment pratique. A quoi bon avoir les meilleurs soldats, les meilleurs marins, les meilleurs organisateurs, les plus clairs cerveaux-^ sr c'est pour restreindre leurs capacités par des mesures dictées uniquement par des considérations, sérieuses sans doute, mais néanmoins secondaires ? Toutes les fautes se paient et nous avons chèrement payé les nôtres. Ce qui serait vraiment désolant, ce serait de n'en tirer aucun profit. Sur le front italien, les Austro-Alle-mands ont renouvelé leurs attaques entre la Brenta et la Piave (région du Col délia Berretta), mais malgré une lutte qui s'est prolongée pendant toute la journée, et à laquelle l'artillerie de tous calibres a pris part, l'ennemi fut repoussé. Certaines positions que nos amis avaient dû évacuer en présenoe de la violence du feu de l'artillerie ennemie, ont été réoocupées par la suite. L'entrée des troupes britanniques à Jérusalem a eu lieu sans incident et toutes les mesures ont été prises pour sauvegarder les monuments historiques de la Ville Sainte. En Russie, sudistes et nordistes sont aux prises, mais il est difficile de savoir exactement ce qui se passe. Fait important: les nordistes reçoivent des renforts de la flotte de la Mer Noire, qui a débarqué des hommes qui soutiennent le mouvement léniniste. L'Assemblée Constituante s'est réunie, mais elle est vue d'un mauvais oeil par le gouvernement et le Soviet, qui ne désirent pas partager leurs pouvoirs, et encore moins les abdiquer en faveur d'une Chambre Constituante. Les Bol-shévistes jouent avec dextérité le rôle d'autocrates, muselant tous ceux qui ne sont pas de leur avis, découvrant partout des complots contre la sûreté de l'Etat et rejetant à l'avance sur l'Assemblée Constituante, qui n'en peut mais, la responsabilité de la famine qu'ils ont eux-mêmes provoquée. La plupart des représentants et agents diplomatiques et consulaires russes à l'étranger ont été mis à pied pour avoir refusé de collaborer avec le gouvernement léniniste, et d'autres mesures suivront. Il n'y a qu'à les attendre. Le rapport hebdomadaire sur les pertes en mer n'est pas pins satisfaisant que le précédent. Quatorze bateaux de plus de 1,600 tonnes et sept d'un tonnage inférieur ont été coulés, et il y a lieu d'y ajouter un vapeur italien de plus de 1,500 tonnes, un de moins de 1,500 tonnas et trois navires à voiles, qui ont été coulés pendant la même période. Au Portugal l'ordre semble être rétabli . Le président de la République, Dr Machada, qui a refusé de se démettre de ses fonctions, a été arrêté, et le comité révolutionnaire a dissous le parlement. LA GUERRE MONDIALE EN PALESTINE Entrée du général Allenby à Jérusalem Le général Allenby et son état-major sont entrés dans Jérusalem mardi midi, et ont été bien reçus par la population. Une proclamation qui établit la loi martiale dans la ville, fait connaître que tous les édifices sacrés seront maintenus et protégés. La proclamation du général Allenby a été lue à la population de Jérusalem en arabe, en hébreux, en anglais, en français, en italien, en grec et en russe, sur les marches de la citadelle. Entre Jaffa et Jérusalem, la ligne a été avancée vers le Nord. Les Gourkhas (troupes de l'Inde) ont pris deux villages, tué 50 Turcs et fait 10 prisonniers. L'explication allemande La déclaration suivante a été transmise hier par les postes de T.S. F. allemands : "Jérusalem a été évacuée. La raison la plus importante de cette évacuation volontaire se trouve ,dans le fait qu'aucune nation du monde qui croit en Dieu ne pourrait souhaiter que son sol sacré soit- le théâtre de batailles sanglantes ! La possession de la ville au point de vue militaire est sans importance en comparaison de cette considération." A rapprocher de toutes les destructions antérieures et notamment de la cathédrale de Reims. SUR LE FRONT ROUMAIN Une trêve Un communiqué roumain daté du 10 décembre annonce qu'un armistice a été signé avec l'ennemi et que les hostilités ont été suspendues le 9 décembre à 10 h. 30 du matin, jusqu'à nouvel ordre. Une dépêche de Jassy datée du 5 décembre annonçait que le général Pre-zan, aide de camp du roi Ferdinand et antérieurement commandant le 4e corps d'armée (Jassy), a été nommé commandant en chef de l'armée roumaine. OPERATIONS NAVALES Les pertes sur mer Arrivées et départs des navires de toute nationalité et dépassant 100 tonnes (non compris les bateaux de pêche et locaux) dans les ports du Royaume-Uni pour la semaine finissant le 8 décembre 1917 à minuit : Arrivées, 2,426; départs, 2,384; contre 2,174 et 2,133 la semaine précédente.Navires marchands britanniques coulés par sous-marins ou par mines : de plus de 1,600 tonnes, 14; de moins de 1,600 tonnes, 7 ; contre 16 et I la semaine précédente. Navires marchands britanniques attaqués sans succès, 11, contre 8 la semaine précédente. * * * La statistique hebdomadaire italienne poifr la semaine finissant le 8 décembre 1917 ne donne pas le nombre d'entrées de navires marchands dans les ports italiens, mais signale que leur jauge totale est de 315,785 tonnes, alors que les sorties comptent 369 navires d'un total de 337,935 tonnes. Un navire marchand italien de plus de 1,500 tonnes et un navire marchand italien de moins de 1,500 tonnes ont été coulés, contre un navire de plus de 1,500 tonnes la semaine précédente. Trois navires marchands italiens ont été attaqués sans succès, un de ceux-ci ayant été endommagé. Trois petits bateaux à voiles italiens ont été coulés, contre trois la semaine précédente. Un navire de guerre autrichien coulé Rome, 11 décembre. — Dans la nuit du 9 au 10 décembre des unités légères italiennes sont entrées dans le port de Trieste et ont lancé contre deux navires de guerre du type "Monarch" quatre torpilles, qui toutes ont fait explosion. Un de ces navires, le "Vienne," à coulé. Bien qu'ayant été l'objet d'un feu violent de la part de la défense ennemie, toutes les unités italiennes ont regagné leur base. (Le "Vienne" est un vieux bâtiment de guerre, jaugeant 5,512 tonnes.) OPERATIONS AERIENNES Raids britanniques en Flandre Dans la nuit du- 10 au 11 décembre, les aviateurs de la marine britannique ont exécuté un raid sur l'aérodrome d'Oostacker (au nord-est de Gand) et sur les docks de Bruges. De nombreuses tonnes de bombes ont été jetées sur les deux objectifs. D'excellents résultats ont été observés. Tous les appareils britanniques sont rentrés. L'aviateur Bôhme tué Le lieutenant Bôhme, le successeur de Boelke au commandement de l'escadrille de ce dernier, a été tué sur le front occidental le jour avant que le Kaiser lui confère l'Ordre pour le Mérite. L'OPPRESSION FINANCIERE EN BELGIQUE Protestation des parlementaires Les députés et sénateurs restés en Belgique ont adressé récemment au gouverneur général allemand une protestation énergique contre les levées de contributions excessives faites par les autorités occupantes. En attendant que nous puissions publier ce document dans son texte original, voici le résumé qu'en donne une dépêche Reuter, d'après 1' "Echo Belge" : "En dehors de la contribution de guerre mensuelle de Fr. 60,000,000, le budget belge comprend un série de chapitres qui le grèvent de Fr. 58,500,000 pour les frais de l'administration%géné-rale allemande et l'administration allemande des chemins de fer, des postes et des travaux publics; de Fr. 7,000,000 pour les frais de la séparation administrative que le pays ne désire pas,' etc. La protestation dit que ces différentes dépenses devraient être prélevées sur l'énorme contribution de guerre exigée par les Allemands et non sur le budget de l'Etat." Les signataires disent que la protestation est d'autant plus justifiée que les Allemands n'ont pas seulement imposé de nouvelles taxes, s'élevant à Fr. 27,500,000 en 1916,mais ont encore établi à présent une taxe sur les titres, ce en contravention de la Convention de La Haye. La protestation demande la suppression du budget des chapitres ci-dessus et le retrait des nouvelles taxes. LES EVENEMENTS EN RUSSIE L'indépendance de la Finlande Le président du Sénat finlandais a adressé au gouvernement français et aux autres gouvernements alliés une demande tendant à voir reconnaître l'indépendance de la Finlande. Un ancien sénateur de Finlande, qui se trouve actuellement à Stockholm, a déclaré qu'il espérait que le premier président, qui sera élu le 15 janvier, serait reconnu par le gouvernement russe. Il a exprimé l'espoir que les pays scandinaves seraient les premiers à reconnaître le nouvel état de choses. Faisant allusion à la question des îles Aland, il a déclaré que la cession de ces îles à la Suède représenterait un sérieux sacrifice pour la Finlande, mais il se pourrait que la diète trouve impossible de refuser aux habitants des îles Aland le même droit par lequel la Finlande a obtenu sa propre liberté. Combat entre extrémistes et Cosaques Le combat entre les troupes de Korni-loff et les extrémistes à Tamarovka, près de Kharkoff, semble avoir été très sérieux. D'après les récits bolshévistes, les troupes de Korniloff auraient été battues. Celles-ci consistaient en détachements de bataillons d'assaut qui s'étaient déclarés contre les extrémistes; leurs adversaires comprenaient des troupes locales, des marins appartenant à la flotte de la Mer Noire arrivés par Taganrog, de l'infanterie de la Garde Rouge, et des autos blindées envoyées de Pétrograd. Le combat aurait duré un jour et une nuit, et les pertes seraient élevées de part et d'autre. Les Japonais à Vladivostok L'annonce faite à Tokyo de l'arrivée de troupes japonaises à Vladivostok a été confirmée par l'ambassadeur du Japon à Washington. Les Japonais ont depuis quelque temps envoyé des troupes du génie pour la direction du port et du terminus du Trans-Sibérien. Techniquement, l'arrivée de troupes fraîches peut-être considérée comme un renfort. Pratiquement cette mesure signifie défense aux bolshévistes de toucher à Vladivostok et au Tràns-Sibérien. Le Japon a été en contact direct avec les Etats-Unis au sujet de cette phase délicate dans la situation russe. LES ENQUÊTES EN FRANGE L'affaire Caillaux M. Caillaux a assisté hier à la séance de la Chambre des députés et a fait une déclaration personnelle réclamant l'impartialité de ses collègues, disant qu'il aurait bientôt l'occasion d'expliquer sa ligne de conduite politique avant et pendant la guerre. M. Clemenceau, a-t-il dit, n'est pas à sa place, mais je prie les ministres présents de l'informer du rendez-vous que je lui donnerai très prochainement.Avant de quitter la tribune, M. Caillaux a déchiré la lettre par laquelle le général Dubail, gouverneur militaire de Paris, demandait à la Chambre de suspendre son immunité parlementaire. Le correspondant du "Times" analyse la lettre du général Dubail, qui fait état de l'intimité des relations de M. Caillaux avec un certain nombre de personnes actuellement accusées de trahison. Cette lettre vient corroborer les révélations faites il y a un an environ dans divers journaux et notamment par le correspondant de 1' "Indépendance Belge" à Rome, en ce qui concerne les conversations pacifistes et anti-britan-niques que l'ancien président du Conseil français aurait tenues à cette époque en Italie. LA CATASTROPHE D'HALIFAX 10,000 morts Sir Robert Borden, qui s'est rendu à Halifax, signale que le nombre des personnes qui ont trouvé la mort dans la terrible catastrophe dépassera les 10,000, et il confirme que le nombre de personnes privées de domicile est de 20,000. Une terrible tempête de neige augmente les souffrances de ces malheureux.Le gouvernement britannique a alloué un secours de Fr. 25,000,000 aux sinistres.LE CRIME OU RECENT SQUARE Louis Voisin et Berthe Roche ont comparu de nouveau hier devant la Cour centrale criminelle. Les enquêtes n'étant pas terminées, la cause a été remise à plus tard. AUTOUR de la GUERRE AUTRICHE-HONGRIE — Le contrôleur des vivres autrichien a déclaré au cours d'une conférence tenue par les autorités municipales de Vienne, qu'en présence de la mauvaise récolte, la quantité de farine attendue de Roumanie serait considérablement diminuée. L'Allemagne ne pourra fournir ni farine ni matières pouvant servir à la panification, parce que les "conditions" y sont également difficiles. GRANDE-BRETAGNE — Le ministère des munitions et l'amirauté annoncent que, à l'exception de demandes spéciales qui pourraient être faites à certaines firmes par des départements gouvermentaux en cas d'extrême urgence, il est désirable que les usines de munitions prennent les congés habituels de Noël et de Nouvel An. — L'emploi en Australie de sujets alliés d'âge militaire est interdit. Des négociations sont en cours pour les astreindre au service militaire. PAYS-BAS — D'après la "Gazette de l'Allemagne du Nord," l'indemnité payée par l'Allemagne aux propriétaires hollandais du navire hollandais "Blom-mersdyk," coulé par les Allemands, a été de Fr. 6,250,000; les propriétaires du "Ryndyk," endommagé, ont reçu Fr. 1,547,000. PORTUGAL — Le président de la République portugaise, le Dr Machado, a été arrêté sur l'ordre du nouveau gouvernement. 88ème année. No 294

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Reacties 0

Meer reacties

Locatie

Onderwerpen

Periodes