L'indépendance belge

785 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 08 Juli. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 26 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/xs5j961d6f/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

I 40 Ges!i"tixKi.es EN BELGiQUE ET A PARIS L'INDEPENDANCE C 85' \:iNÉE Mercredi 8 juillet 1914 administration et rédaction 1 y., rue des aàables, Bruxelles BUREAUX PARISIENS : 11, place de la Bours» abonnements : ÉDITION QUOTIDIENNE QUOIQUE Un an 20 tr. G mois IQ ir. 3 mois. 5 f lllIEMliaCiai.-m » 28 !r. » Oir. » 8f XHAIfGEPt » 40 tr. » 22 !r. » i2ï: ÉDITION HEBDOMADAIRE International! it d'Outn-mcn 10 PAGES, PARAISSANT LE MERCREDI Un an SS franc moi» us franc Tsais sbxtxoks eah j/ycu. — six pages BILGi fiGSSZftVAXIOff ÏLL2. ££ PEOGlfÊa Xe 189 Mercredi) 8 juillet 1914 Les annonces sont reçues j A BRUXELLES : aux ôureaux du jou' A PARIS : ii, place de ia Bourse. à. LONDRES : ciiez MM, Jobn-F, Jones & G3, 0^""^ Snoir fliil, K. C.-, à f Agence H:>vas, -u0 4i& Cheapsiàc E, C. ; et chez Neyvoud & fila, lia Bcs 14-18, Queen Victoria Street; et '1» B. Browxiqj Ltd. n° 163, Queen Victoria Street. Il AMSTERDAM : chez Nijgh'&Van Ditraar, Rokin, g, A ROTTERDAM ; même drrce, Wynhaven. 413. m ALLEMAGNE, EN AUTRICHE-HONGRIE et M SUISSE, aux Agences de iaMal^n Rudolf Mosssç fi ITALIE : chez MM. Haaseustein & Yoglei-, à Milan, Turin et Rome. t&LÏdTïVV-VnRk- . T U ï tA 1 *<snd o« t — Édition du matin ■ A.vjourd'hu2 : Revue politique. Au Mexique, r— Réélection du présic Hueria. Su Turquie. — La réponse turque à dernière note grecque. — L'exposé fir cier à la Chambre. £n Autriche. — L'empereur François sepn exprime sa satisfaction au gr; maréchai de la Cour. En Angleterre. — Le « home rule ». Lettre au Vatican. En France. — Chute mortelle de i'avial Legagneux. En Belgique. — Encore le discours de Ti haut. Le Roi des Belges ù Eerne. Chronique monaame. Tablettes judiciaires, par Camille Rous Tribunaux. — L'aflaire Wiimart : treizii audience. Inîormatijns financières et industriel, — Nouvelles diverses de nos corresj dants. Les dépêches suivies de. la lettre iont celles qui ont paru d'abord d; notre première édition, publiée à 4 li res de l'après-midi; les dépêches sui\ de la lettre B sont celles qui ont p d abord dans noire deuxieme éditi publiée à 6 heures du soir; les dépèc. suivies de la lettre C sont celles qui paru d'abord dans notre troisième < tion, publiée le matin. BRUXELLES, 7 juillet Rewye Poiîtsqu On semble avoir compris le gr 'danger qu'il y a à exciter l'opinion bloque austro-hongroise contre le p pie serbe, à propos de l'assassinai l'archiduc François-Ferdinand, et puis deux jours on peut noter a satisfaction que le. ton des polémiq a considérablement baissé. Sans .do l'autel en chercher l'explication d, i'orçta Uu jour de l'IMnpereui'-Uoi c lôtiVtm exprimant la grande douleur François-Joseph en présence de ce n veau coup du Destin, écarte toute i 'de vengeance et de représailles : le nérable souverain y clit textueltem flue le vertige d'un petit nombre <J'hc nies induits, en erreur ne saurait cep fiant ébranler les liens sacrés qui | unissent, lui et ses peuples. Là est vérité, et la est la sagesse. Les rep «ailles ne peuvent qu'exaspérer la 1 ne au cœur des nations dressées .unes contre les autres. D'une part, Serbie ne pourrait se désintéresser sort de la population serbe de Bosi Herzégovine, si celle-ci était victime persécutions injustifiables à la suite l'assassinat de l'archiduc François-ï .dinand; d'autre. .part, l'Autriche-Hc grie elle-même a le plus grand inU à ne pas creuser un .abîme entre elle les populations slaves de l'Empire. L les violences de là polémique aetu ont eu pour effet d'inquiéter sériel ment les éléments slaves autres que Serbes. Ainsi, en Bohême, les Tchèq protestent vivement contre les mam talions antiserbés qui ont eu liei Vienne, et le député jeune-tchèque, Kramarcz, parlant dans une réun publique, a dénoncé sévèrement la c pagne antislave de la presse de Vie: I qui, selon lui, est inspirée et appu par les hauts cercles militaires qui pt sent l'Autriche-Hongrie à la guerre t tre la Serbie et la Russie. La presse allemande elle-même, fit pourtant chorus les premiers je avec la presse viennoise contre les i bes de Bosnie-Herzégovine et la Scr en revient à un ton plus calme et rec naît aujourd'hui qu'il convient de J' pas anticiper sur les résultats de 1 struction et de ne pas élargir enc l'abîme qui sépare l'Autriche de la ' bie. Pourtant, certains organes pan; manistes, comme la «Taeglicho Rur cliau», disent, que, si l'on veut ren la Serbie responsable du crime com i à Serajevo, il faut avoir le courage ne pas accuser seulement la Ser mais de s'en prendre uu panslavie tout entier, surtout au parti de la gu< à Saint-Pétersbourg. A en croire journaux pangernmnistes, la Russie W- actuellement le trouble-fête de 1' rope. Cette polémicp -là nous sen: ! plus dangereuse encore que la polé Que austro-serbe, car elle révèle certains esprits en Allemagne sont h tés par le péril russe. C'est cette han 'lui détermina, il y a quelques mois violent courant antirusse dans la pie allemande et qui faillit provoquer tension grave entre Bei;Iin et Saint-lersbourg.Il est fort heureux, en vérité, que gouvernements intéressés soient anii d'intentions pacifiques et sachent ré fer énergiquement au mauvais coui 3un certaine presse s'applique à dé miner. La tension des relations gréco-lues au cours de ces dernières sen nes et la menace d'un nouveau coi cuire ces deux puissances ont ram | attention sur la question de la 1er 'ure éventuelle des Dardanelles. On tju'au cours de la guerre italo-tur de 1911, une escadrille de torpille italiens fît des démonstrations à l'en des Dardanelles et que la Turquie nâ-te Détroit, paralysant ainsi tout fie entre la mer Egée et la mer Xoir La Russie et la Roumanie, qui l'urel ue ce lait gravement lésées aaiis leurs! térêts, viennent de mire une démaref lent à Constantinople pour qu'en cas c guerre turco-grecque le Detris.t ne se la point fermé. La»Porte a répliqué que inn- fermeture ou la non-fêrmëture des Da danelles dépendait de son adversaii -jo éventuel:si la Hotte grecque n'attaqi ,;ld- point les Dardanelles, la Turquie i décrétera pas la fermeture du Détroi La Russie et la Roumanie s'adressèren par conséquent, au gouvernemei €ur d'Athènes et celui-ci a donné les assi ranoes formelles qu'en cas de guen irn. avec la Turquie la Hotte grecque n'a taquerait pas les Dardanelles; ensui de quoi la Turquie a pris l'engagemei de ne fermer le Détroit qu'au cas où u £ej_ acte d'hostilité l'y contraindrait. Le tr: !,IJg tic entre la mer Egé-: et la mer Noir Si important pour le commerce rus; eSp et roumain, serait donc garanti en ci ,on'. c guerre gréco-turque, et les assurai ces données présentent un grand inti rôt au point de vue international. mer On ne possède encore aucune préc A sion au sujet des élections présidentie ins les qui ont eu lieu dimanche au Mex eu- que. Nous avons rapporté que, d'apri les certaines informations, .l'élection à I iru présidence provisoire de M. Pedro La: an, cubain, ancien ministre des airain les étrangères, paraissait assurée, et un Dut dépêche de Mexico au « Daily Teli icli- grapli » rapportait que le premier acl de M. Lascurain sera't alors de reme tre ses pouvoirs aux consLitutionnali: sk tes, tandis que le général Huerta ri prendrait simplement son ancien posl de chef de l'état-major général de l'a: _ mée, ou serait. pourvu d'une missio diplomatique en Europe. Les inform; tions reçues à Washington ne conco © dent pas du tout avec le bruit rappori par le journal anglais. Elles tenden au contraire, à établir que le nombi des votants aurait, été restreint et qn »ve le général Huerta serait proclamé pn pu- sident élu. S: ceci est confirmé, il l'ai eu- dioit renoncer à tout espoir d'arrangi de ment. Les Etats-Unis ne reconnailroi de- en aucun cas le président Huerta, et lt vec conslitutionnalistes se refuseront à toul ues conciliation aussi longtemps que lei ute vieil adversaire clé t i ndra le pouvcC tns L'élection du président Huerta déjoiu ui, rsfil' toutes les combhiuisons labôrieus': de inent établies pour arriver à une' p;1i ou- tion pratique des difficultés mexicain iée et la guerre civile se poursuivrait inôv vé- tablement avec vigueur jusqu'à ,'ce qu eut les conslitutionnalistes pussent s'en un- parer de Mexico. ré- LA ieâ Question Albanais* la du lje. La situation cle Durazzo, lundi, 0 juillet, de io h. soir. — ACdi fc«y a évacué Kroja ■ e:'- s'est relLié dans Mali. n" On a répondu à une délégation vem l'ûl d'Argyrocastro qu'on n. pouvait fouin : aucune aide à la ville. 37 volontaires venant de Scutari sont a illé rivés. (b) 1p5 Le sort des oîficiers hollandais nés '.a Haye, mardi, 7 juillet l'es- Au sujet de la nouvelle annonçant que t l à rebelles se sont emparés de la ville de G M. ritza et auraient fait prisonniers les officie: ion néerlandais Snellen van Yolier.hoven et M îm- linckrodt, le ministre de la guerre a me mandé télégraphiquement des renseign vée mente. U a reçu aujourd'hui une dépûcl ins- du major Sluvs l'informant que la nouvel on- en question n'est pas jusqu'ici confirmée qu'il est invraisemblable que les deux ofl qui ciers aient été arrêtés. ( urs Jer- on- Nouvelles de l'Etranger ne m- i oie ALLEMAGNE Croisière impériale jer- lcj«. Kiel, mardi, 7 j uiLlet, cire L'Empçreur est parti ce matin h tord d Tlis « Hobenzoïlerii»/pour sa croisière dai de le iNord- (a) Démission collective cle consuls serbe Berlin,-mardi, 7 juillet. La » Gazette Berlinoise de midi » annoj ce que suivant l'eremple du consul génér, de Serbie à Munich, tous les consuls gén bip raux serbes d'origine" autrichienne résida] mi en AllemaSne on^ démissionné ù la suite c 1 attentat de Serajevo, refusant mèn •i d'exercer l'intérim. (h an- M tiso r \-, — Le « vorwaeris » annonce qiie le co: :esA grès du parti socialiste allemand s'ouvi me 'a à ^'urzbui-g le lt> septembre prochain angleterre Iss Le « home rule » nPs - Londres, lundi', 6 juillet. ^I3" Les amendements proposés par le. jp _ Lansdowne au « home rule » supprime les article; relatifs au referen lum da les arrondissements 'ie l'Ulster et l'excl sion du « home rule i> pour dix nus. Lo -Ur- Lansdowne proposera demain de ne lai- veaux articles en remplacement de ce: lilit dont il demande la suppression. tt ené ne- autrsche-hongrîe François-Joseph félicite 1 " le grand-maréchal do la Co: urs M r(ie Vienne, lundi, 6 juillet. 1er- " Wiener Zeitung », joiùnal offici Ira- publie une leltre autographe cle l'Emj e. reur au prince de Montenuovo, grand-n U réclidi de la Cour, dans laquelle tl rappt 1- que la mort de l'areh.duc Françoij-l<'er (j îuind a imposé au prince mie tâche exe le tiùrmellement lourde et lui a fourni de ni il veau l'occasion de prouver hautement s a dévouement absolu envers la personne r- l'Empereur et de la maison impéria ■e L'Kmpereur saisit volontiers cette oc ie sion de l'assurer de sa très vive reconna .e sance et de son entière appréciation r t. excellents et lidèles services que le prir t, de Montemiûvo n'a cessé de rendi'e, pi lt dant des années, en se conformant t< i- jours aux intentions de l'Empereur. (. j6 L'Empereur à Ischl :e Vienne, mardi, 7 juillet L'Empereur est parti oe matin à S h. ,j pour Ischl. j. L'Empereur, qui paraissait très dispi a été l'objet à ron départ pour Ischl d'oi lions enthousiastes de la part du pub „s Ischl, mardi, 7 juillet. X- L'Empereur est anrivé a 1 h. ÏJ2. La ] >. pulation lui a fait un accueil enthousias Conférence militaire Mesures éventuelles coi .tre 'a Serbie V. 'nne, mardi, 7 juillet f- Suivant la « 2eit » ,dans la conférer militaire qui a eu lieu dimanche et lui iS au ministère et à laquelle assistait le con a Berchtold ont été discutées les mesures i litaires a prendre éventuellement dans ® cas où les résultats de l'instruction ai e vement menée « Serajevo exigeraient u action militaire: Jusqu'ici, pendant, ajoi e le journal, l'inslruciion Uiiiee apparaître u teae intervention comme improbable. Ail permet de, ,e supposer le res-'rit impéri " où il est. fait allusion a la folie d'une pet troupe d'insensés. Jusqu'au 4 juillet, auc n" fait ne fut c&rinu qui fut susceptible prouver l'existence d'une :onspiration p parée et organisée avec ie concours de p 'g sonnalités responsables d'un Etat voisin I On considère comme vraisemblable que ^ conseil des ministres commun, qui a 1: f; aujourd'hui à 11 heures, s'occupera des p chaines mesures à prendre en Bosnie ! Herzégovine. BRÉSIL 't — On mande de Rio-de-Janeiro : if. s bino Barros, président de la Chambre < e députés, est parti pour l'Europe à bord r « Cap Finistère ». (a ESPAGNE j" Incidents grévistes ■g Valladoiid, .lundi, G juillet 1- La grève dos ouvriers-des ïondenjes,-. c était paciiiqiKy s'est, aggravée - subiteir» i. ce soir, à la suite, d'entraves apportée.; la liberté du travail. La police^ et la gi n darmerie ont dù charger, après av essuyé une grêle de pierres. Plusiei agents de police, ainsi que des gvévis ont été blessés légèrement. Quelques ^ restalions ont été opérées. J Des patrouilles de gendarmerie parc: rent le centre de la ville. (; — Le Sénat, après une très courte c cussfon, a approuvé la convention relat: -t au chemin de fer de Tanger à Fez, d-acceptée .par la Chambre. ( ie ir iïALiE r- Le nouveau maire de Rome Rome, lundi, G juillet. Le nouveau conseil municipal a élu prince Prospéra Colonna comme maire. MEXIQUE Réélection de Huerta f- Londres, lundi, 7 juillet > On mande de Washington au « Times 2- L'élection présidentielle a eu lieu hier ,e Mexico. Le général Huerta a été réélu, le Cette élection est un coup sévère con ; l'administration. p On avait espéré jusqu'alors que le gé; jj rai Huerta profiterait des élections pc se retirer. On craint maintenant qi n'ait l'intention de rnsl.pp .in rinnvnîr- tn Carranza reconnu comme cheî suprêi Salfillo, lundi, G juillet I;e général VilSa reconnaît Carrar comme chef suprême. \"iiLa reste co mandant de l£ division du nord. (a Révolte parmi les troupes fédérales ,j La Vera-Cruz, mardi, 7 juillet, ' Un agent des constitutionnalistes anni s cô que les fédéraux qui campent sur la gne des avant-postes se sont révoltés, s Capero, agent du général Carranza, a p le général Fulton de le laisser traverser s i- lignes, afin de lui permettre de donner 1' il. dre aux révoltés de partir et d'empêcl ainsi toute bousculade entre eux et l'arrr it loyale du général Huerta Le général F ie ton a refusé et a donné des instructions ie ces avant-postes en vu& de surveiller \ £v£r)^rr»r»nf u f MONTÉNÉGRO Manifestations amiautrichiennes Cettigne, mardi, 7 juillet Les manifestations projetées hier îl'ayf pu avoir lieu, de nombreuses personi qui devaient y prendre part ont tenu soir ur,e réunion de protestation contre sévices dont les Serbes sont l?objet en : triche-Hongrie. Après le meeting, les jg sistants ont essayé de se porter devant U1 légation d'Autriche-Hongrie. La police les autorités sont alors intervenues én u_ giquement. La tranquillité règne mair nant. (a ) PORTUGAL Troubles démentis Lisbonne, mardi, 7 juiilel Les bruits suivant lesquels des trou! lr se sont produits sont sans fondement. gouvernement est décidé à réprimer to el, tentative quelconque de perturbation, ie- préfet de la jolioej le commandant de la- p-|Uce, le commandant de la garde répul lie caine et le général de division comm: di- dant d'armes de Lisbonne ont tenu u :p- conférence au domicile du président )u- conseil, f^e ministre de ia guerre est pa on pour ViliareaJe, Trazos Montes et Chavi de h reviendra le 11 juillet. le. -a" — On mande do Lisbonne : le gouvi is- nernent, désirant observer une stricte ni les trahté à l'occasion des opérations électoi :ce les, a prié le; gouverneurs civils de veil in- à ce. que les fonctionnaires placés so >u- leurs ordres se tiennent en dehors de to i) les groupements politiques. — On mande de Lisbonne : M. Jo Franco, interviewé, a déclaré qu'il av î'i puuuquc pour Luujuurs. ROUMANIE )S, a. L'incident buîgaro-roumain ic. Bukarest, mardi, 7 juillet, C'est M. Rad'urpsotti, ancien directe au ministère des. affaires .étrangères, qui te. été désigné par le gouvernement rourm pour faire partie de 1a commission roun no-bulgare, et non le commandant Rose' comme il a été annoncé par erreur, (a $ RUSSSE ite — Le Tsar a approuvé le budget :1e 19 ni- — La commission spéciale dés allai: le finlandaises a approuve le projet truns •ti- rant la propriété de 61,000 torn.is de ter ne aux. petits fermiers qui les cultiveront, de — Le Conseil de l'empire a adopté • ne crédits supplémentaires altérants aux ci isi mins de fer et à la réorganisation du i ni riiït,\ro /IQ.- nff.Hr..v ite TURQUÉE La réponse à la note grecque " Constantinople, lundi, G juillet. ? " La Porte a remis à ia légation de Gré . sa réponse à la deuxième note grecque. 0 On dit que dans cette note la Porte i eu clare avoir pris acte avec satisfaction I0~ f'adhésion de la Grèce à l'envoi de dé e gués au sujet de la question de l'érnig: tion. ESle ajoute que la bonne volonté di les parties ont fait preuve pour arriver ;a. une entente est une preuve de la sincér les de leur désir de maintenir des relatif du cordiales. • A LA CHAMBRE L'cxpcsé financier Le ministre des finances continue l'expc financier commencé samedi. W il reste à payer, dit-il, &)0,000 francs s fJlt le cuirassé « Suilan Osman ». Cette somi a sera versée.le jour ie la livraison du c ?n~ rassé qui est prêt, La Turquie, aura . c,il> 60in poini* les dix prochaines années irs 80 millions de livres pour le budget ext ordinaire de la guerre. Le budget de la T ir" quio sera dans dix ans de 50 millions livres.Le ministre termine en exprimant )U~ ferme conviction qu'un bel avenir est rés *) vé à la Turquie, seulement il faut travi 1er et s'engager dans la voie du progrès is- de la civilisation. (Appl. prolongés.) ve T,. . .. , _ L émigration des Grecs i) La Chambre discute, une question prés; tée par différents députés grecs relatr ment à l'émigration des Grecs. Talaat bey, ministre de l'intérieur, qu'après la récente guerre des émigrai musulmans arrivés en Turquie firent u *,? propagande qui engendra des .laines q (a) le gouvernement ine pouvait pas pré\ nir. 11 selïorça cependant d'empôclier excès. C'est la cause première de l'émigi tion. Le gouvernement fut bien forcé d' staller des émigrants musulmans dans : villages grecs, car ces émigrants était 200,000. Ils ne pouvaient tous trouver pic dans les vi/Llages musulmans. lre Le ministre rappelle les mesures pris pour réprimer lès désordres qui se sont p: ié- duits. 11 est impossible que les Grecs, d( ,ur partis, retournent dans les villages actu l'il lem^nt occupés par les musulmans. ) La Chambre,estimant, que les explicatio du mnistre étaient satisfaisantes, refusa ne transformer cette question en interpella tic za T "MA IFqIÎiîîÇ11 (De notre correspondant) li- ROME-VATICAN, 4 juillet. :es Bien des espérances se sont évanoui >r- au Vatican par la mort tragique de l't 1er chiduc François-Ferdinand, aussi .ée douleur de Fie X a-t-elie été sincère ni- profonde, lorsque le cardinal Mery c à Val lui a communiqué la triste ne les velle, arrivée au Vatican par un té 3) gramme du nonce de Vienne. . Le Pape a rédigé immédiatement : télégramme personnel pour l'Empere et lo secrétaire d'Etat a été chargé faire parvenir à la maison impériale au gouvernement lés condoléances < nt Saint-Siège. En outre, Pie X a vou îes envoyer dans la soirée même une letl ce autographe à l'empereur François-* Ie3 seph, lui prodiguant les consolatio ul" religieuses et exprimant ses profon as- regrets pour la . perte de l'archiduc-1 la ritier, perte qui, si elle est considéi et bie et douloureuse pour la monarcl -1'- des Habsbourg, ne l'est pas moins po le_ la cause de la roligion catholique. ) En l'archiduc François-Ferdinar Pie X voyait le futur souverain préd' tiné à travailler pour l'extension du gne du Christ et pour combattre ; adversaires de l'Eglise. L'archiduc les avait donné à cet effet des gages. Il s Le tait montré non seulement catholiq ule pratiquant, mais aussi très milita: 1^ Pie X voyait en lui le souverain idé 'a catholique intégraliste o.ui aurait acet 'ii- té le mot d'ordre de Rome. Le Pape s n- souvenait non seulement des manife ne tations ardentes de l'archiduc lors d lu congrès eucharistique de Vienne, ma rti il ne pouvait oublier que le défui :z- avait pris ouvertement parti pour Vatican en se mettant à la tête du moi vement catholique antisémite et err s :r- déclarant le protecteur do la Ligue ci :u- tholique organisée spécialement conti ■a- le Los von Rom. er Pie X était d'ailleurs en rapports d us rects avec l'héritier du trône des Hab us bourg et l'on prétena qu'entre les deu 'fi) avait été tracé comme un plan de d ao fense des intérêts religieux et politiqus lit réciproques. En Italie, on affirmait m< » me que lo futur empereur n'aurait pi hésité à intervenir en faveur du Paï pour régler sa situation à Rome, aus on nourrissait à son égard dans la p< ninsuile peu de sympathies et tri UJ, grande défiance. La presse du Vatica a s'est appliquée à faire l'éloge de la pe ,jn sonne de! l'archiduc, la presse italienr ia. a été très sobre là-dessus, et s'est pli ti tôt appliquée à déplorer l'attentat, i L3 Vatican ne pourra même pas a< corder au défunt archiduc les honneui funèbres officiels, l'étiquette de la coi pontificale ne permettant pas un se 'f vice de « chapelle papale » pour u es prince qui ne fut pas souverain et P. lé- X ne peut contrevenir à ce règlemen re Mais, en l'église :nationale allemanc ;a) placée sous le protectorat de l'Autrichi ïs on a célébré aujourd'hui une messe si ie- lennelle à laquelle ont assisté seize ca ,ii- dinaux, toute la cour pontificale et toi [a! le monde ecclésiastique de Rome. f. cardinal Mérry del Val a procédé à ! cérémonie finale de l'absoute et tout ' corps diplomatique accrédité près . Saint-Siège y est venu en grand un forme. Le Vatican a voulu ainsi affirme ,, même à ^.occasion d'une messe funèbr î~ la différence qui doit exister entre 1< . deux corps diplomatiques accrédités . Rome. C'est une question d'étiquett I car ceux qui savent ce qui se pas: in, derrière les coulisses pourraient dii . . que cette intransigeance officielle cacl un jeu d'entente et de conciliation ei f"! tre le Vatican et le Quirinal. a FRANCE ,Sfcî Arrestation de deux anarchistes russe: lir Ponloi'Se," lundi, G juillet. lie Le service de la sâivté'.a .arrôté à Bea u-_ mont-s'ur-Oise les nommés Kiritchek 3e. Trojanaroski, sujets russes, qui ont é £ écroués à la prison de H on toise. Ils étaie; porteurs de deux hombes et de revolvers Kiritchek aurait déclaré être anarcliis et aurait ajouté, qu'il se disposait à retou . ^ iici eu n. ii s si t. iiï- AU MAROC eL Convoi attaqué. — Vif engagement Rabat, mardi, 7 juillet. Un convoi, escorté par une partie des fo ,n. ces de la colonne Claudie, est arrivé le :e_ juillet à El-Berdy venant de Tuauine. Pei dant sa marche, il l'ut violemment attaqi (jjt dans le défilé de Fou-Senguet, par les Zaïa ,js et les Chien, embusqués dans la montagn ne L'escorte exécuta immédiatement une cor ue tre-attaque vigoureuse.L'enneini assez non g. breux faisait preuve d'un mordant extrao es dinaire et d'un entier mépris de la mort. ,a. dirigeait un feu meurtrier sur la colonne , j.n_ s'élançait farouchement au-devant des m es trailleuses en pleine action. L'artillerie ma ,n( gré les cifficultés du terrain put entrer v ce action et déloger l'ennemi. Nos troupes : montrèrent splendides d'entrain et de san: 'es froid et admirables de courage. Elles prirei ,0. rapidement l'offensive,chargeant à la baïoi ijà ne'-'e les Zaïan et les Chien et les obligeai e]_ à abandonner le terrain. L'ennemi s'est di pc-rsé bientôt ayant subi des pertes consid ns râbles. Tandis que cette action se déroula jjg le convoi engagé dans le défilé continua in_ sa route. Lo groupe mobile Andry poursu [a) vit lcs assaillants jusque dans la monthgr ahn d'éviter tout retour offensif. Au cou: s» de cet engagem.nt, les Français ont eu 1 tués dont un officier et 30 blessés. (• a .— c LE Roi des Belges à Berne es :r- On nous télégraphie de Berne : I la roi des Belges, venant de Montreux, o et il a séjourné avec la Reine, est arrh .el à Berne à 10 h. 30. u- Il a été reçu à la gare par le ministr lé- de Belgique à Berne, le baron de Groi te; le secrétaire de la légation belgi m le baron Guillaume; le consul de Be ur gique à Berne, M. Gerster; le sécrétai] de du département politique fédéral, i et Burckhardti et le secrétaire adjoint,IV lu Dinichert. lu Sur le désir du Roi, la visite n'a.é: ,re entourée d'aucun apparat. Le souv< ïo- rain et les personnages officiels so soi ns rendus directement, dans les trois lai ds daus, au Palais Fédéral, où a eu lie lé- la réception par le Conseil fédéral,dar ■a- la sy,lle des audiences. iio La réception dura quelques minuti ur seulement, puis le Roi, accompagné d Conseil fédéral, a visité le palais d d, Parlement, qu'il quitta à 11 heure js- pour se rendre, en voiture, à la lég; ■à- tion de Belgique. Une foule énorm es massé© sur tout le parcours, a acclair ui le souverain. 'é- A 11 h. 15, M. Hoffmann, présider ue de la Confédération; M. Motta, vie lt. président du Conseil fédéraL se soi il, rendus en voiture à la iégation do Be !û- giaue pour rendre au Roi sa visite. ;e A midi, à eu lieu un déjeuner à l'Hô-3- tel Belle-Vue. Le Roi était placé entre u le conseiller fédérai Muller et le vice-is, président du Conseil fédéral, M.Motta. it Le Roi avait en face de lui le préside dent de la Confédération, M. Hoffmann,, i. encadré par le général Deruette et le ;a ' baron de Groote. i,. Le déjeuner comptait trente couverts., ■e Parmi les convives se trouvaient les membres du Conseil fédéral, le prési-dent du tribunal fédéral, les directeurs 3_ des bureaux internationaux à Berne, le x président du gouvernement cantonal à j_ Berne, le président de la ville fédérale, f3 le baron Guillaume, secrétaire de la lé-i_ gation de Belgique, le capitaine Avreux, 's M. Gerster, consul de Belgique. e LE TOAST ;i DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Au dessert, le président de la Conl'é-dération a prononcé lo toast suivant : > » Sire, e » Au nom du Conseil fédéral, je souhaite i- une cordiale bienvenue à Votre Majesté dans la ville fédérale. » En-décidant de profiter du court séjour •s que nous faites dans notre pays pour sa-r iuer les premiers magistrats, vous avez, Sire, causé une grande joie au peuple suis-n se et aux autorités. Nous apprécions gran-e de ment l'honneur qu'est pour nous cette vi-L site, mais nous nous plaisons à y voir e avant tout un témoignage de sympathie ? que vous apportez au peuplé suisse, ainsi ). que la preuve de votre désir d'affermir, en > las rendant les plus étroits, les liens d'ami-it tié qui, de tout temps, ont uni nos deu* iO s. a » f.e développement de nos échange? •8 commerciaux nous est une réelle satisfac-e lion et, dans le domaine politique, nous i- avons, comme Etats neutres, d'importanta intérêts à sauvegarder. r, » C'est dans cette communauté d'intérêts ?, que ré skie la signification et la valeur toute :s spéciale des relations de loyale amitié à qu'entretiennent ncs deux nations, î, » Par sa visite à notre Exposition natio* 3 nale, Votre Majesté s'acquiert.un autre ti« 'e tre à la reconnaissance du peuple suisse.-'e Nous sommes fiers de lui montrer le ré-l~ suh-at du labeur consciencieux de notre peuple dans tous les domaines, industriel, E intellectuel et social. Nous osons compter sur Votre Majesté pour apprécier ïe travail de notre petit, pays. C'est avec joie que je saisi.} .l'occasion de dire à Votre Majesté îa sincère symapthie du peuple suisse pour la' ' Belgique et le peuple belge, son admiration pour l'ascension constante de son pays i- dans la voie du progrès et de la civilisait tion. té )> Je lève mon verre en l'honneur de Voit tre Majesté, de S. M. la reine, dont nous saluons la gracieuse présence sur notre sol,-Le et de la famille royale. r- 3> Je bois au bonheur et à la prospérité diu peuple belge. » REPONSE DU ROI DES BELGES Le Roi des Belges a prononcé ie toasi suivant : « Monsieur le président » de la Confédération. 'A » Je suis très sensible aux aimables oa<-rolee que vous avez bien voulu m'adresser le au nom du Conseil fédéral et à l'accueil ^ cordial que la vaillante population de votre ^ beau pays m'a réservé. Je vous en exprime cV tous mes remerciements sincères. * » Rien ne pouvait nVôtre plus agréable qne de vous entendre parler en termes si' élevés de ia Belgique. Vous avez ainsi r*^: ;l joui mon cœur de patriote, et je vous en J" suis reconnaissant. " » Le peuple suisse a donné de mémorables exemples au monde. Il a montré au cours des siècles comment on acquiert conserve le bie.. le plus précieux pour rn ' I>ays- : l'indépendance. Cette indépendante, ■ le peuple suisse l'a,, conquise et gardée ?;i: prix de luttes héroïques, l'a consolidée par; J l'union et la pratique sage et prudente des' libertés publiques. :fl )> Me rendant aujourd'hui dans votre belle capitale fédérale, je suis heureux d'.v 1 voir l'occasion d'exprimer à ceux qui pré-^ sident aux destinées de 'la Confédération I suisse la réelle sympathie qu'en Belgique nous éprouvons pour leur pays. J'aime a ' rappeler la noble émulation qui se manifeste chez nos deux nations de devenir le centre des institutions internationales et de mettre leur hospitalité et leurs forces intel-» » lectuelles au service des œuvres où s'affir-j me la solidarité des peuples vers un idéal de plus de justice et de progrès. » C'est avec prédilection que je viens cha-,e que année me réconforter au spectacle de ù vos paysages alpestres les plus beaux qui é soient. En ce moment même, la Reine jouit- des bienfaits de ce merveilleux séjour» Q » Durant mes nombreux séjours en Suis-)- se, j'ai appris à. connaître et à estimer les ^ habitants. J'ai pu apprécier leur culte du [I sol natal, leur respect des forces inorales 0- et traditionnelles du pays et ses remarqua-[. 1:>les ress'ources de science, de labeur et de [. coupage qu'à tous les degrés de la hiérar^ cliie sociale ia Suisse déploie pour dêvelop-é per.toujours davantage le patrimoine de Ja vie nationale. lt " lève mon verre à la prospérité et ru 1- bonheur de la nation suisse. Je bois à ^a u santé du président de la Confédération et lS à celle des membres du haut Conseil fédé« rai. » ïs * * * u • u Lia visite cîu roi des Belges a eu un i caractère très intime par suite du deuil L- qui a été pris à la suite de la mort de l'archiduc François-Ferdinand d'Autrfi-é che. N'assistaient, au déjeuner que le Con-it seil fédéral et quelques hauts fonction-^ naires suisses. it On a renoncé à donner un banquet 1- où auraient figuré la diplomatie et lç mon.cle officiel de Berne..

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Liberale pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1843 tot 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes