L'indépendance belge

350 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 21 Maart. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 23 april 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/sf2m61cr2z/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

gsemc aimé® No m L'INDÉPENDANCE BELGE. I ROYAUME-UNI : ONE PENNY CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) I ADMINISTRATION ET REDACTION: A^ROmw 5 DANE STB., HIGH HOLBORN, W.C. 1. U* PLACE ^ LA 5 7 el TELEPHONE: HOUBORN 1773-4. TELEPH.: | MERCREDI 21 MARS 1917, AI En vente à Londres à 3 h. le mardi 20 mars. ( 3 MOIS, 9 SHILLINGS. } BONNEMENTS : J 6 MOIS, 17 SHILLINGS, y CONSERVATION PAR LE PROGRÈ ( 1 AN, 32 SHILLINGS. J LA SITUATION. Mardi, midi. La retraite allemande continue av< ! une rapidité d'allure qui rend la pou: suite ardue, même pour la-cavalerie. Aujourd'hui, c'est du côté français qi nous arrivent les nouvelles les plus sei sationnelles. Nos' Alliés, après avoir o cupé la deuxième ligne de défense ail' [ mande à l'ouest de l'Oise, avancent rap dement dans la direction de Saint-Que: î tin. Au nord de Ham, ils ont capturé u [ convoi ennemi qui s'était attardé, et c'e; | dans ce secteur que les progrès frança [ sont les plus marqués, leur avance t< taie, en profondeur, étant de 35 kil< mètres. Une vingtaine de villages o] l encore été libérés, ce qui, depuis s medi, fait un total de 120. Les troupes britanniques, de leur côt [ avec les 40 libérés hier, ont porté let [ total à 100, et l'a.va.nce continue si [ toute la ligne, depuis Arrajs jusqu'à Soi I sons. Cette dernière ville est actuellemei [ dégagée. La cavalerie maintient, taj f que possible, le contact avec l'arrièr j garde ennemie, et, pour la première fo depuis septembre 1914, nos cavaliers oi | pu faire la chasse aux uhlans. Les aviateurs, eux aussi, prennes part à cette chasse et poursuivent 1 groupes de cavalerie et d'infanterie ail s mands à coups de mitrailleuses et < 1 bombes. U faut reconnaître que la retraite ( l'adversaire se fait en bon ordre, et h communiqués franco-britanniques i parlent toujours pas de prisonniers j de canons capturés. Si l'on tient comp du grand nombre de canons de tout ci libre que nécessitait la guerre de tra; chées, il faut avouer que le maréch, Hindenburg a bien pris ses dispositioi et qu'il a tout prévu. Les Allemands sont, on le sait, passe maîtres dans l'art de voler, et la man: du pillage sévit jusque dans les maisoi princières; mais le "déménagement" ai quel ils ont procédé sur la Somme d< passe tout ce qu'ils ont fait jusqu'ic Tout ce qui pourrait avoir la moindi valeur est enlevé. Ce qu'ils n'ont pu en i porter, ils l'ont cassé, et il faut que m ; ennemis aient commencé ce déménagi ment depuis des mois. Beaucoup d'à; bres fruitiers sont coupés, certair champs éventrés, comme pour empêche toute culture, et les rues principal! ! (comme à Péronne) transformées e i monceaux de ruines. Quant aux ponts < j "ux routes, ils ont été rendus inutil sables provisoirement. Dans ces cond {dons, il est assez amusant de voir ! communiqué de Berlin parler de 1' "h< sitation" des Alliés à poursuivre l'armé allemande, qui se retire "conformémei aux plans de l'état-major." Bien n'aurait mieux fait l'affaire c nos ennemis que de voir les Alliés ( lancer imprudemment à leur poursui et prêter le flanc à des contre-attaqu< ■ qui ont dû faire partie du programn: du maréchal Hindenburg. La dcsLruction de trois vapeurs am< rioains, coulés par les sous-marins alli mands, est considérée aux Etats-Un comme an acte de guerre. Dans les m lieux officieux on estime que l'état c guerre existe virtuellement dès à présen et on croit savoir que le Président Wi son convoquera immédiatement le Coi grès en vue de l'adoption de mesures di fensives plus étendues contre les pirate notamment le convoi des navires ma ohands par des bâtiments de guerre la chasse active des sous-marins ail mands par des contre-torpilleurs et o !C navires patrouilleurs. D'autre part, la démobilisation 55,000 hommes de la Garde nationale j [e dérale, qui avait commencé, a été si 1- pendue et le gouvernement a déci 2- d'éviter à tout prix la grève des chen s. nots qui est sur le point d'éclater à pi i- pos de la journée de huit heures. L'i i- rêt des chemins de fer à l'heure où n pays est menacé de la crise la plus gra si depuis la guerre de Sécession, équiva [s drait à un désastre national et aggra\ •>_ radt singulièrement la crise économiq 5_ que l'arrêt de la navigation (dû à it guerre sous-marine) a provoquée. ^ Les chiffres statistiques publiés p le Département du Commerce établisse s, que la total des exportation® pour lr mois de février écoulé est en diminuti ,r de 147 millions de dollars et celui o 3_ importations de 42 millions, compara vement au mois de janvier, soit pi d'un milliard de francs ! Ces chiffres prouvent une fois de pl a. que la guerre sous-marine atteint si is tout le commerce des neutres, et on co: prend que les succès des Alliés France ont été accueillis avec une j( exubérante chez la plupart des neutri 3S et notamment aux Etats-Unis, en PI' e_ lande et en Espagne. Pour eux comr ie pour nous, l'avance victorieuse des I liés signifie la délivrance de l'affre' [e cauchemar qui étreint l'Europe. ;s En Russie, le nouvel ordre des clios ie se raffermit de jour en jour. Le travi a repris dans la plupart des usines, 1 e vivres arrivent régulièrement à Péti grad et à Moscou, la réorganisation j_ la police e.t la gendarmerie avan jj rapidement, les hauts fonctionnair gouvernementaux et provinciaux inft dés à l'ancien régime sont remplacés,! ; prisonniers politiques détenus dans 1 prisons provinciales ont été libérés, [g les germanophiles, qui avaient des coi plices de marque dans l'eutourage imm . diat du Tsa.r, cherchent leur salut da • la fuite. Le grand-duc Nicolas est arrivé e Pétrograd, et on annonce l'intention < gouvernement provisoire de publier i manifeste rendant à la Finlande les bertés que Te régime autocratique 1 ' avait illégalement ravies. T Dans toutes les villes, des comités so )S à l'œuvre pour réorganiser la vie écon n mique du pays, dont l'armée et le peup 4 seront les premiers à bénéficier, et vent nouveau qui souffle semble ave régénéré toute la nation. e Sans doute, comme l'a déclaré ï j- Lloyd George aux Communes lundi soi >e la période de danger du mouvement r it volutionnaire n'est pas encore passé mais le peuple russe se rendra rapic [e ment compte que la liberté n'est p te incompatible avec l'ordre, et il est je espérer que la nation russe, affranchi ;s se montrera digné des libertés qu'e] .e s'est octroyées. Les éléments extrémistes partisa î- d'élections immédiates se soumettro >- sans doute patriotiquement aux raisa is mises en avant par le gouvernement pr i- visoire pour ajourner les élections ju le qu'après la guerre, afin de permettre ai t, milliers de soldats montant la garde ai 1- frontières de prendre part à un scrut i- qui doit décider des destinées du paj 5- Cette trêve serait salutaire à tous 1 s, points de vue et constituerait une pério r- transitoire qui permettrait au gouverr ît ment de se consacrer entièrement à 3- poursuite vigoureuse de la guerre. LA GUERRE EUROPÉENNE I Les Opérations Militaires. SUR LE FRONT OCCIDENTAL LA MARCHE EN AVANT DES ALLIES. tHS COMMUNIQUES FRANÇAIS. 100 villes et villages libérés-—Coup allemand devant Verdun Paris, lundi, 14 h. — Dans la nuit nos détachements légers, se tenant en contacte serré avec l'ennemi, ont continué leur avance sans arrêt. A l'est de Nesle, nous avons atteint à plusieurs points la voie ferrée de Ham à Nesle. Au nord de Noyon, nous avons occupé Guiscard et nous avons lancé nos patrouilles le long de la route nati nale de St-Quentin.. A l'est de l'Oise nous avons captu la deuxième position allemande. Le nombre de villes et de villag libérés par nous au cours de ces tre derniers jours est à présent denvir 100. De nombreuses localités ont été d vastées et pillées honteusement p l'ennemi. Des millliers d'habitants que ] Allemands n'étaient pas parvenus évacuer accourent à la rencontre nos soldats pour leur souhaiter bienvenue. En Argonne, dans le voisinage de Harazéç, nous avons exécuté un ra qui nous a permis de faire quelqu prisonniers. Sur la rive gauche de la Meuse, ve ^es la fin de la journée cLhier, les Ail mands, après un violent bombard ment dirigé sur le front d'Avocour , Mort-Homme, ont lancé une puissan le~ attaque contre nos positions entre c IS~ deux points. de Notre tir de barrage et le feu i Q1- nos mitrailleuses ont écrasé les vagu ro- d'assaut sur la plus grande partie c w- front, avant qu'elles aient pu attei le dre nos lignes, et nous avons inflij tve de lourdes pertes à l'ennemi m- Dans la direction de la Côte 304 fe. sur la lisière du bois 3'Avocourt, ( u6 des détachements ennemis étaient pa ja venus à pénétrer dans nos lignes si un front d'environ deux cents mètre a un vif combat corps-à-corps s'est pr >n^ duit, à la suite duquel l'ennemi a é ' partiellement refoulé de nos élémen avancés. on les AVANCE DE 35 KIL0M. ,ti- ?ès 20 nouveaux villages libérés. Paris, lundi, 23 h. — Dans la jou [us née nos troupes ont avancé au-de îr- de Ham (sur la Somme) et de Chain m- (sur l'Oise). en Nous occupons un grand nombre '< 3ie localités entre ces deux villes. es, Notre cavalerie opère à plusieu 0j_ kilomètres au nord de Ham et a ca ne turé un convoi qui se retirait dans y_ direction de St-Quentin. ux Notre avance à ce point atteint ; kilomètres en profondeur. ;es Au sud de Chauny nos détachemen -, ont atteint la ligne de la rivière A , lette. IGS Soissons a ôfcé entièrement délivr de la pression ennemie. Au nord-est de Crouy, nos élémen ,ce avancés progressent le long de fes route de Maubeuge. Dans la journée environ 20 petit les villes et villages ont été libérés. L'ennemi, avant de se retirer, e't ravagé tout le pays. Les fruits des a m- bres ont été coupés et les champs oi 'é- été détruits. ■ns De nomibreux villages ont é brûlés jusqu'à ras du sol. Leurs hab à itants laissés sans abris ni vivres, oi du été secourus 'par nos troupes. L un voies de communication sont coupé li- à plusieurs points. Tous les ponts oi :ui été trouvés détruits. En Champagne le duel d'artiller ,nt a pris, cet après-midi, un caractè: 10. assez violent dans la région de ' jle Butte du Mesnil et à l'ouest d'Aï le berive. Sur la rive gauche de la Meus nous avons repris presque tous les él ments de tranchées où l'ennemi ava - ' Dris Died. Le combat continue. îr, 'é- LES COMMUNIQUES BRITANNIQUES. ig Brillante poursuite- — 40 villages lias libérés. à Londres, lundi, 9 h. 37.—La pou ie, suit de l'ennemi a été continué ai [le jourd'hui, notre cavalerie et n< avant-gardes refoulant devant elles L ns arrière-gardes allemandes. nk Le terrain conquis s'étend sur ui ns profondeur variant entre trois et 1 .0_ kilomètres et demi, et 40 villages c ls_ lus sont' tombés entre nos mains. u L'ennemi a effectué, au point d ax jour, des raids sur nos tranchées dai ■n le voisinage de Loos et au nord-e 7g d'Ypres. Quelques-uns de nos hon mes manquent. Nos aéroplanes ont fait hit d'excellente besogne en collaboratic 1.e" avec notre infanterie. Les troupes ennemies ont été att; quées avec suocès par le feu de leu — mitrailleuses, et des bombes ont é jetées à un grand nombre d'endroi derrière les lignes allemandes. I • Un appareil allemand a été détru et un autre contraint d'atterrir e mauvais état au oours de combats a< riens. Deux de nos aéroplanes ne soi pas rentrés. LES COMMUNIQUES ALLEMANDS. 10 , La " retraite " se poursuit sans en trav< LTG Berlin, lundi après-midi. —Au cou; de ces derniers jours une partie de te: '. rain comprise entre la région d'Arn et l'Aisne a été évacuée par nous, e conformité avec nos plans. Les mouvements, préparés de longi le" main, ont été exécutés sans entrave c ar la part de l'ennemi, qui nous poursu avec hésitation. les Les troupes d'arrière-garde, par lei à conduite prudente et héroïque, ont di de simulé à l'ennemi l'évacuation de ni la positions et le départ de nos forces. Dans les régions évacuées les bât la ments des chemins de fer qui pouvaiei lid être utilisés par l'ennemi ont été d' es truits. Une partie de la populatioi après avoir été pourvue pour cinq joui rs de vivres, a été abandonnée à son pr( e- pre sort. e- V t- Berlin, lundi soir. — Dans les r< te gions de la Somme et de l'Oise, i ly a e ^ plusieurs engagements entre nos ai rières-gardes et des détachements br Ie tanniques et français en reconnaissanci es « « lu r * a_ Le communiqué allemand affirme, e outre, que les troupes dassaut germ< niques ont capturé plusieurs lignes c tranchées françaises sur un front c plus de 700 mètres près du bois de Mi r. lancourt et la Côte 304, faisant 493 pr lr son ni ers. s, A Bapaume. Le correspondant du "Petit Par sien" près du quartier général britai nique écrit à ce journal : Nous avons visité les formidables trai chées que l'adversaire avait construits aux approches de Bapaume, les moi ceaux de munitions abandonnés par li r_ et six énormes défenses de fils de f« ^ barbelés rangées par intervalles. La gare de chemin de fer n'existe pli • et les voies ferrées pas davantage. Toi je a été soumis à l'explosion et à divers er droits la route a également disparu. rs Trois batteries captures s. Les Français ont capturé trois batti ries dans Noyon. 15 La Ligue C mbrai-Saint-Quentin. Paris, lundi. — Le "Petit Parisien dit que "la ligne Cambrai-St-Quenti 1_ serait remplie de troupes et puissan ment défendue, et qu'il est possible qu ie l'ennemi tente ainsi d'imiter la manœi vre française, lors de la bataille de 1 ts Marne; toutefois, les conditions ne soi l'a plus les mêmes." SUR LE FRONT BELGE. a r- Vif combat a la grenade au nord de Dixmude. , Le Havre, dimanche. — Au norc est de Ramscapelle et de Pervyst 1 ainsi que près de Dixmude et d 1 Steenst'raete, il y a eu une grande ai "s tivité d'artillerie des deux côtés. Il a eu un vif combat à la grenade a nord de Dixmude. S SUR LE FRONT MERIDIONAL a a 0 i- Les Autrichiens bombardent des hopitau Home, lundi après-midi. — Ton 3, le long du front, il y a eu une activit 3- croissante d'artillerie, qui a été pai i.t ticulièrement marquée dans la vallé de la Lagarina. Nos hôpitaux de cam pagne à G-orizia et à Eouchi ont ét atteints par les obus et quelques vie times y ont été causées. L'ennemi tenté des raids sur nos positions dan -- la vallée de la Giumella (Torrent d i- Garda, Tonale) et dans le secteur d )s Lucati (Carso), mais il a été tenu e 3S échec par la vigilance de nos troupes Le beau temps prévalant, il y a e ie une grande activité aérienne. Aprè 2 un vif combat, deux aéroplanes enne le mis ont été abattus, dont un est tomb dans nos lignes. La nuit dernière, u 11 de nos dirigeables, malgré un ven is violent, est parvenu à jeter une tonn st de hauts explosifs sur la gare de Ga] i- liano (vallée de la Lagarina) et sur 1 voie ferrée au nord de celle-ci, dans 1 ii" direction de Mattarello. De bons re n sultats ont été observés. S SUR LES FRONTS RUSSES, té -ts Les Russes occupent Harunr.bad, en Pers Pétrograd, lundi après-midi. — ] it y a eu à divers points du front com n pris entre la Baltique et les Carpathe des reconnaissances et des échanges d feu d'infanterie. Sur le front roumain, il y a eu de rencontres de patrouilles et des échan ges de feu d'infanterie. 'S En Perse. — Dans la région au su -s de la ville de Bane, nos troupes on délogé les Turcs d'un certain nombr ts de positions. L'ennemi se retire dan n la direction de Pendshevin. Dans 1 direction de Kermanshah, nos troupes ie poursuivant l'ennemi, ont occupé Ha le runabad (à 32 kil. au sud-ouest de Kei it manshah). " EN MESOPOTAMIE. >s * War Office, lundi. — Dans la nui i- du 17 au 18 mars, les troupes du gé it néral Maude ont traversé la Diala' 5- et occupé le village de Bakubah, bu i, la rive gauche de cette rivière. L'en-•s nemi s'est précipitamment retiré vers )- Khanikin. OPERATIONS NAVALES. ! LE RAID DANS LA MANCHE, i- Un destroyer britannique coule. Amirauté, lundi. •— Des contre-torpilleurs ennemis ont "bombardé la n plage non défendue de Ramsgate, pendant quelques minutes, au oours e de la nuit du 17 au 18 mars. ,e Les bateaux ennemis se sont retirés i- preipitamment devant nos forces lo-i- cales et ont disparu dans l'obscurité. Il est impossible d'établir si des pertes leur ont été infligées. Presqu'au même moment des des-i troyers ennemis ont attaqué, un de nos contre-torpilleurs en patrouille à ( l'est du Pas de Calais et l'ont coulé d'une torpille. Celui-ci, avant de couler, avait répondu au feu ennemi, j usant de torpilles et d'obus. Le résultat en est inconnu. Il y a huit survivants de l'équi-g Page> mais tous les officiers sont noyés. Un second destroyer britannique a été torpillé, mais peu sérieusement endommagé, au moment où il secourait les survivants du premier destroyer torpillé. Un bateau marchand britannique a été coulé par une torpille dans la partie septentrionale des Downs, dans la nuit du 17 au 18 mars. '< J Les paroles et les actions. l_ Malgré les assurances contraires, les e Allemands continuent à attaquer les na-. L_ vires'du Ravitaillement belge. Le "Se-a lene" a pu échapper après avoir mis à la mer un canot qui fut démoli à coups de canon par le sous-marin, et dont les huit occupants furent tués. Deux autres navires de la Commission, dont le "Tunisie," pourvus de sauf-conduits allemands, ont aussi été attaqués ; sept hommes ont été tués à bord du "Tunisie," qui s'est réfugié à Stavanger. —• [- Beuter. i, Plusieurs Américains! ont perdu la e vie dans le torpilla.ge du "Yigilancia, " S5 annoncé hier. ' OPERATIONS «ER1EIRK8. Bombardement de Thionville et du Bassin de Briey. Paris, lundi, 14 heures. — Les pi-: x lotes français ont abattu trois aéro-t planes allemands. e Samedi sioir et dans la nuit du 17 au 18 mars, nos escadrilles aériennes 6 ont bombardé les usines et fonderies de Thionville et le bassin de Briey é (respectivement au nord et au nord-ouest de Metz) ainsi que des convois a et des troupes ennemies en marche s dans la région de Guiscard (au nord-e est de Noyon). e 3 Le raid sur le comté de Kent- Londres, lundi.—M. Macpherson a in-u formé cet après-midi à la Chambre des g Communes M. P. Billing la raison pour, laquelle lord French n'a pas publié un ^ second communiqué au sujet du raid de a la nuit de vendredi sur les comtés sud-I orientaux et de Kent, ni victimes ni dé-e gâts ijyant été faits. Cette communication complète ce que a le public connaît déjà sur ce raid et a donne un certain intérêt—spécialement . _ pour les Londonniens—à la version allemande de cette expédition, que nous publions ci-dessous, sans autre commentaires.La version ailemande. Amsterdam, dimanche (retardé).—Un e télégramme officiel de Berlin daté de 1 samedi, dit : "Une de nos escadrilles de dirigeables s de la marine, malgré de violentes con-e tre-attaques de la part d'aviateurs ennemis et le feu des canons anti-aériens, a s jeté avec succès, pendant la nuit du 16 - au 17 mars, de nombreuses bombes sur Londres et les oomités sud-orientaux de I l'Angleterre, au cours d'une attaque qui t dura une demi-heure. Nos aviateurs e sont rentrés intacts. s "Suivant un communiqué français, le a. L.39 a été abattu par les canons anti-, aériens français près de Compiègne, auL - nord-est de Paris, et à une altitude de - plus de 3,500 mètres." BELGIQUE. Le ravitaillement. t On annonce de Berlin que les bruits, - disant que la rupture des relations diplo-< a » r (Suite à la 4c page.)

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes