L'indépendance belge

418 0
06 november 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 06 November. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 26 augustus 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/dv1cj88k2d/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDÉPENDANCE CONSERVATION PAR LE PROGRÈS « « BELGE ROYAUME-UNI: 1 PENNY LE NUMERO continent. .15 centimes hollande s cents ADMINISTRATION ET REDACTION : BUREAU A PAEIS : MERCREDI 6 NOVEMBRE 1918 (3 MOIS. 9 SHILLINGS TUDOR HOtfSE, TUDOR BT.. E.C. 4. 11, PLACE DE LA BOURSE .. _ ABONNEMENTS < 6 MOIg, 17 SHILLING? TÉLÉPHONE: CITY 3960 TELE.: 311-57 et 238-75 En Vente à Londres à 3 h. le mardi 5 novembre AN 32 SHILLINGS LA SITUATION •— Mardi, midi. La guerre Sans se préoccuper si l'empereur Guillaume abdiquera ou non, si l'Allemagne acceptera ou refusera les conditions de l'armistice, le maréchal Foch, inlassable, poursuit les développements de ses mouvements stratégiques, que les armées alliées exécutent • avec une rare valeur, hâtan.t l'heure de la délivrance des territoires belge et français enoore occupée par l'ennemi. Notre vaillante armée, qui a accompli des prodiges depuis le 28 septembre, jour mémorable où elle a brisé le front allemand, est parvenu -à traverser la partie marécageuse de notre pays entre la dérivation de la Lys et le canal de Terneuzen. On affirme que nos pontonniers ont rendu depuis quelques jours des services inappréciables en facilitant par leurs travaux le passage des parties inondées de {a Flandre Orientale, au nord de la province. Le communiqué officiel belge annonce que nos troupes ont atteint les berges du c&rfel de Terneuzen, dont les Allemands ne tiennent plus la rive ouest qu'avec le secours de leurs mitrailleurs. Tandis qu'elles s'avancent vers le nord, se dirigeant vers Saint-Nicolas et ...Anvers, d'autres détachements encerclent Gand. Déjà les Alliés sont entrés dans" les faubourgs Nord, Ouest et Sud de la cité d'Artevelde. S'ils n'occupent pas encore l'intérieur de la ville, c'est uniquement pour éviter une bataille dans les rues et ne fournir aucun prétexte aux Allemands de bombarder et d'incendier la ville. La délivrance de Gand n'est donc plus qu'une question d'heures. Sans doute, les Français et les Américains du général Degoutlfc;' qui ont p» s'emparer d'Audenarde, secondés à droite par la seconde année de Plumer, seront-ils bien -( ôtr-devant la. Dahdre.- Les Allemands défendront-ils cette ligne ou battront-ils en retraite, abandonnant Bruxelles ? Les décisions ,d'Hindenburg dépendront certainement des opérations entreprises par les Alliés depuis Valenciennes jusqu'à Verdun. Hier matin, trois armées britanniques, la Ire, la 3e et la 4e — et sur leur droite l'infatigable armée du général Debeney — ont commencé une grande offensive sur un front d'environ 48 kilomètres, s'amorçant à l'est de Valenciennes pour aboutir aux limites de Guise. Sur toute la, ligne des progrès admirables ont été réalisés et plus de 10,000 prisonniers ainsi que 200 canons ont été capturés ju,--qu'à présent. Sur la gauche du front d'attaque, les troupes du général Horne ont mené une lutte ardente pour emporter Le Quesnoy, qui a été dépassé de plusieurs kilomètres vers l'est. Dans le centre, les bataillons du général Byng ont enlevé d'assaut Landrecies, et nos alliés ont occupé de vive force une bonne moitié de la forêt de Mormal, qui pouvait être considérée à bon droit comme uiie barrière infranchissa.ble. Sur la droite, les unités du général Rawlinson ont percé les défenses ennemies sur le ca'na.1 de 1^ Sambre à l'Oise et ont transporté leur ligne à plus de 4 kilomètres et demi à l'est de cet obstacle. Plus au sud, la Ire armée française a repris l'offensive avec une grande détermination. Ayant également traversé le canal de la Sambre à l'Oise, en dépit d'une résistance désespérée, elle s'est assuré des succès très substantiels, faisant pour sa part 3,009'prisonniers. A "la fin de la journée, elle avait atteint la ligne Boue, La Caurette, La Neuville-les-Dorenge, Iron, Lesquielles. Au nord de la Serre, un détachement français a fait une importante reconnaissance dans Parghy-les-Bois et en a ramené 100 prisonniers. Sur le front de l'Aisne, l'ennemi a déployé une gra.nde activité d'artillerie et de mitrailleuses, notamment entre Re-tbel et Semuy. Entre l'Aisne et la Meuse, la 4e armée française et la Ire armée américaine ont poursuivi l'offensive commencée samedi, avec tant de succès. L'Argonne a été complètement déblayée et les troupes du générai Gouraud ont atteint à présent toute la ligne du canal des Ardennes et occupé Le Chesne, tandis' que les bataillons du général Liggett, opérant à droite de la 4e armée française, se trouvaient à moins de deux kilomètres de Beaumont et de Stenay. A son point culminant, l'avance de la Ire armée rttnéricaine atteint une profondeur de 20 kilomètres et elle ne se trouve plus c^u'à trois bonnes lieues de l'importante V / voie ferrée stratégique qui traverse Lon-guyon, Mézière». et Hirson. En deux jours nos alliés, progressant sur un front de 30 kilomètres, ont capturé 5,000 prisonniers et 100 canons, et défait 17 des meilleures divisions ennemies. L'armistice conclu entre l'Autriche-Hongrie et l'Entente est entrée en vigueur hier, à 3 heures de l'après-midi. L'étendue de la défaite des armées de l'empire dualiste, aujourd'hui écroulé, peut être jugée par le fait que depuis le 24 octobre les armées alliées ont capturé 300,000 prisonniers et au moins 5,000 canons. Ce qui reste de œs forces jadis puissantes est en pleine débâcle et fuit à travers les vallées du Trentin et les plaines vers l'Isonzo. L'effondrement final s'est accompli sous le coup porté par le 29e corps d'armée italien, qui a capturé Trente. Jusqu'à présent, les clauses de l'armistioe n'ont pas encore été officiellement publiées, mais il semble évident qu'elles doivent prévoir la libre disposition des voies de communication du Tyral. C'est ce q,ui explique l'inquiétude qui règne actuellement en Bavière, directement menacée d'invasion par le sud. Les troupes du général Ferrero ont virtuellement complété l'occupation de l'Albanie, par la capture de Scutari, réalisée le 31 octobre à la suite d'un vif combat contre de puissantes arrière-gar-des austro-hongroises établies solidement sur le Tarabifcc et à Brdiza. Nous n'avons reçu aucune communication nouvelle en ce qui concerne la campagne en Serbie; il semble toutefois évident que l'armistice conclue par l'Autriche-Hctigrie concerne tous les fronts sur lesquels l'ancien empire des Habsbourg afait porté ses armes. •Dans un communiqué rétrospectif au ?■ et des opérations de la division navale f ; n'çaise ayant coopéré à la victoire du -général AlJënby eu Palestine et en Syrie, le ministère de la marine française signale que le 14 octobre dernier des contre-torpilleurs français sont entrés dans le port d'Alexandrette. Les navires ouvrirent le feu, mais aussitôt le drapeau turc qui flottait sur le Konak fut abaissé. Le peuple, assemblé sur la plage, salua les marins français. Pour éviter une effusion de sang, une armistice fut conclu et les unités françaises, sans effectuer de débarquement, continuèrent de croiser devant la ville rendué. La politique Hier, à une demande de sir Henry Dal-ziel à la Chambre des Communes, M. Bonar Law a répondu qu'il n'y avait pas encore moyen de donner communication des mesures arrêtées par le Conseil de Versailles à l'égard cles ennemis. Ce qu'il pouvait dire, c'est que le Conseil était en communication constante avec Washington et que les résolutions qui seraient pristes devraient être communiquées au gouvernement allemand. On peut conclure de là 'que les négociations sont en cours, et sans être grand prophète on peut espérer qu'avant peu, malgré les dernières rodomontades d'Hiji-denburg, nous apprendrons à la fois l'acceptation des conditions de l'armistice et l'abdication du Kaiser. A Berlin, les manifestations populaires continuent, et c'est ouvertement.que les départs du Kaiser et du Kronprinz sont réclamés. Le "yorwaerts" reproche au gouvernement de connaître des conditions de l'armistice et de' les tenir cachées. Que font doncau ministère les amis du "Vor-waerts" 1 A Munich aussi apparaissent des symptômes de soulèvement en faveur d'une république et d# la séparation de l'Allemagne. - ' En Autriche, c'est l'anarchie. Des soldats, revenant des armées en débandade, ont faim et parcourent le pays en ba.ndes armées, se livrant à toute espèce d'excès. Dans Vienne même il semble qu'une espèce de Soviet tente d'exercer son pouvoir et de s'opposer au gouvernement Adler. En Hongrie, la situation n'est pas encore stabilisée. A Tamesvar s'est installé un gouvernement républicain. L'armée ukranienne a envahi soudainement la Galicie, ayant battu les troupes polonaises; les Ukraniens et les Ru-thènes ont occupé Lemberg et Przemysl. Aussi, la guerre terminée sur les principaux fronts, les Alliés auront encore fort à faire avant que le calme et la sécurité ne soient rétablis en Europe. SUR LE FRONT OCCIDENTAL SUR LE FRONT BELGE Notre nouvelle offensive G.Q.G. belge, 4 novembre.—Au cours de la journée du 4 novembre, nos troupes ont achevé de refouler l'ennemi au-delà du canal de Gand-Terneuzen. - Les Allemands ne tiennent plus que quelques nids de mitrailleuses sur la rive ouest du canal. Dans sa partie nord, notre front a été transporté jusqu'aux abords des limites nord-ouest et sud de Gand. A partir du nord du village de Zwynaerde la ligne alliée borde la rive ouest de l'Escaut. Comment les Belges passèrent le Canal as Dérivation Ces derniers jours il y eut des combats acharnés devant le canal de Schipdonck, lçs Allemands étaient retranché» derrière des positions que les civils sont contraints de construire. Ces positions sont très fortes sur certains points, notamment près des ponts. Une compagnie avec mitrailleuses occupait une ligne de 150 mètres, devant un effort énergique des troupes belges, et leurs succès au sud, les Allemands abandonnèrent la ligne du canal de Schipdonck pour se replier derrière le canal de Gand à Terneuzen. Les Belges ne furent pas trompés par le stratagème des con-tre-attaques ennemies lancées au moment même que l'évacuation était commencée et ne perdirent pas contact avec l'ennemi malgré la défense acharnée de ses arrière-gardes, soutenues par des mitrailleuses. Nous avançames hier notamment à l'ouest de Selzaete et dans la région du nord-ouest de Gand dont les tours sont en vue. Je traversai hier le Meetjesland dont, les paysages souriants sont immortalisés par les romanciers fl.ampnd<- G .ihie» de beauté encore anéantie: Hansbeke, Landeghem, Nevelen, Laethem Saint-Martin, Tron-chiennes, sont misérablement endommagés. L'ennemi fit sauter les teurs des églises. Parmi les civils restés dans des caves, un grand nombre ont été empoisonnés par des gaz toxiques. Hansbeke seul compte 27 morts. D'autres civils qui s'étaient enfuis et qui reviennent maintenant qife les villages sont libérés, pleurent devant les- champs éventrés, les arbres coupés, les maisons ruinées, les meubles démolis par l'ennemi accumulant les désastres dans sa rage..impuissante. Pendant mon pèlerinage douloureux j'entends le grondement du canon et le crépitement de la fusillade et des mitrailleuses' des derniers détachements allemands qui sont chassés de la rive ouest du canal de Terneuzen et nous donnent accès à l'ouest et au sud de Gand. Je finirai sur cette impression de grandeur tragique. _ J'ai vu un régiment musique en tête, le drapeau déployé, faire son entréô dans un village que les Allemands bombardaient encore. L'air martial et impavide des hommes est une garantie de la victoire complète et prochaine. OPERATIONS NAVALES Navires hollandais coulés à Zeebrugge Avant d'évacuer Zeebrugge, les Allemands ont_ coulé les navires hollandais "Zaanstroom" (1,657 tonnes), "Gelder-land" (1,877 tonnes), et "Niobé" (654 tonnes). OPÉRATiOHS AEBIEMXES L'activité britannique Du Quartier-Général : Le 3 novembre.—Mauvais temps. 1| tonnes de bombes lancées sur divers ob jectifs ennemis; six appareils ennemis abattus et' deux1 désemparés. 3 appareils britanniques manquants. Au cours de la nuit 6 tonnes et demie cle bombes lancées sur les jonctions de chemins de fer ennemies. Un de nos appareils n'est pas rentré. Du Détachement Indépendant : Le 3 novembre.—Vives attaques contre'les chemins de fer de et autour de Saare]x>urg. La mauvaise visibilité n'a pas permis de se rendre compte des résultats obtenus. Une autre escadrille a attaqué Biihl. avec de bons résultats. L'activité française Du communiqué français.—Malgré le temps brumeux et nuageux 65 tonnes de projectiles ont été lancées sur différents objectifs. 11 aéroplanes ennemis ont été abattus ou mis hors combat. L'activité américaine 45 appareils de bombardement et 100 appareils de chasse ont exécuté un raid contre Mantmédy, obtenant d'excellent résultats parmi les transports ennemis qui encombraient les routes. Plus de 5 tonnes de bombes furent jetées. Au cours de la journée 30 appareils ennemis ont été détruits ou désemparés. Sept de nos appareils sont manquants. Le bilan d'octobre 1,075 aéroplanes ont été abattus sur tous les fronts de bataille pendant le mois d'octobre, ainsi que 104 ballons. (En septembre les chiffres étaient 1,142 et-171). Le "Times" en fait la répartition comme suit: Front américain.—94 appareils détruits, 18 appareils américains manquants.Front belge.—Un appareil allemand détruit. Front britannique.—396 appareils ennemis détruits ou capturés; 128 forcés à descendre désemparés. 209 appareils britannique manquants. Front français.—218 appareils ennemis détruits ou mis hors de combat.. Front italien.—24 appareils ennemis détruits par les Britanniques (13 appareils britanniques manquants), et 16 appareils ennemis détruits par les Italiens. Les communiqués allemands donnent un total de 191 appareils ennemis abattus. LA,REVOLUTION EN AUTRICHE-HONGRIE L'Etat tchécoslovaque Un télégramme, de Prague dit que le consul général allemand de cette ville a fait une visite aux chefs de la Commission nationale et a annoncé que le Gouvernement allemand avait reconnu l'Etat tchéco-slovaque indépendant et serait heureux de pouvoir accueillir, dans le plus bref délai, l'ambassadeur de l'Etat tchéco-slovaque à Berlin'. D'autre part, un télégramme de Budapest dit que M. Oscar Jaszi, ministre sans portefeuille dans le cabinet du comte Karolyi, a déclaré: "Nous, Hongrois, nous soutiendrons toutes les revendications justes des Etats tchèques et des Slaves du Sud. En ce qui concerne les divergences de vues relatives à la question des frontières, mon avis est que seule la nation dans son ensemble est souveraine en la matière." En Bohême allemande Une dépêche de Reichenberg (Bohême) dit que le député du Reichsrath, M. Se-liger,'a pris hier la mission de constituer un ministère de la Bohême allemande. Le "Lokal Anzeiger," de son côté,-apprend que la Commission nationale tchèque. avec le concours des troupes tchèques désarm^ les garnisons allemande, autrichienne et hongroise dans les villes de Bohême et de Moravie. Les Tchèques sont parvenus à occuper plusieurs villes allemandes, grâce à l'appui des garnisons tchèques qui s'y trouvaient. LA JOIE EN ITALIE La nouvelle de l'occupation de Trieste avait été murmurée samedi soir, et toute la ville a été dans l'attente d'évé-nemepts importants jusqu'à dimanche matin. Aussi, lorsque l'"Epoca" publia dans l'après-midi la nouvelle de l'occu-pation, tous les Romains étaient prêts à manifester leur joie. A la brume les bureaux des journaux et de nombreux bâtiments oublièrent les restrictions ordonnées en vue des attaques aériennes et illuminèrent à giorno, et pendant toute la soirée des manifestations patriotiques furent improvisées dans diverses parties du centre de la ville. Mais la manifestation la plus mémorable fut celle des députés eux-mêmes, dont un grand nombre attendaient les nouvelles à Montecitorio. -Lorsque signor Teso, sous-secrétaire d'Etat de la Marine, apporta la nouvelle, ils se rendirent au Campidoglio, gravirent la viéille tour et sonn'èrent les grosses cloches du Capi* tole. dont le chant est réservé pour les grandes, circonstances. AUTOURde la GUERRE ALLEMAGNE — Au cours d'une réunion de commerçants, industriels et banquiers, sous la présidence d'un directeur de la Deutsche Bank, une résolution a été votée en faveur d'un armistice et préconisant des mesures rapides pour la paix, même au prix de sacrifices. — Les derniers événements de la guerre ont produit en Allemaghe une panique telle que les banques sont assaillies par le public qui vient y retirer son numéraire. D'autre part, le public 'cache la monnaie et l'imprimerie impériale ne pou vaut plus souffrire à la demande de billets a dû rappeler les hommes du f.ront tandis que les banques privées jouissant du droit d'émission ont été autorisées à mettre des billets en circulation jusqu'à l'extrême limite permise. BELGIQUE — La Croix Rouge américaine vient d'arrêter un .programme ayant pour but de rétablir l'industrie dentellière belge, dont de nombreuses ouvrières sont actuellement réfugiées en France ou dans la partie libérée de notre pays. Fr. 100,000 ont été rassemblés pour constituer le capital, devant -servir à approvisionner les paysannes dentellières des * matières premières indispensables à leur travail. Une société coopérative sera formée et le don de la Croix Rouge américaine fournira à chaque ouvrière une partie du capital. Le programme prévoit un bon prix pour leurs dentelles, et une participation dans les bénéfices après la vente. La dentelle étant vendue par un comité officiel, les dentellières seront à l'abri de l'exploitation de la part des intermédiaires. — La Croix Rouge des Eta.ts-Unis fait construire un village type belge, sur les coteaux d'une colline près du Havre, en France. Lorsque la paix sera conclue, le village entier sera transporté en Belgique. Chaque maison est construite de telle façon qu'elle pourra aisément être démontée, embarquée et remontée. Le village comprend également deux écoles avec instituteurs belges, une maison communale avec fonctionnaires belges, uné église avec un prêtre belge, ét un grand magasin coopératif. Les habitants —qui s'installeront dans le village .dès • que celui-ci sera bati—comprendront 100 familles de réfugiés belges dans le besoin et ayant au moins quatre enfants. Les cottages seront pourvus de lumière électrique, d'eau potable; et de jardins. Leur loyer sera de six dollars, soit Fr. 30 par mois. Ceux qui ne pourront pas payer ce loyer, seront aidés. La guerre terminée chaque réfugié pourra enlever sa maison et, si-l'on peut dire, la transporter chez lui. BULGARIE — Un télégramme de Berlin confirme la formation d'une république bulgare. Le prinoe Boris s'est enfui à Vienne. ETATS-UNIS ■ — Les Etats-Unis ont fabriqué, jus- ' qu'à la date du 11 octobre, 3,054,160,110 cartouches pour petites armes de guerre. FRANCE — M. Lemarchand, conseiller municipal de la ville de Paris^a proposé au conseil municipal' de placer le buste de M. 'Clemenceau dans la salle de ses délibérations.DERNIERE HEURE ' Le communiqué britannique La ville de Le Quesnoy, pourvue d'une enceinte, est tombée, hier, avec sa garnison de 1,000 hommes, aux mains de no-troupes qui l'avaient complètement entourée.Dans les secteurs au sud et au nord de Le Quesnoy, les 37e et 62c divisions ont livré, hier, de violents combats ci fait de nombreux prisonniers. Après aVoir rencontre une vive résistance vers Loûvignies et Orsinval au début de leur attaque, ces divisions poussèrent rapidement de l'avant sur les flancs des troupes néo-zélandaises à l'est de Le Quesnoy, avançant ,avec elles sur une profondeur de 4 à 6^- kilomètres et capturant les villages de Jolimetz, Le Rond, Quesne, Fresnoy e't Le Petit Marais. Nos troupes ont fait de nouveaux progrès dans l'a Forêt-de Mormal et à l'est de Valenciennes, capturant le village d'Eth. 89e année Êp

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes