L'indépendance belge

220 0
10 november 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 10 November. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 25 juni 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/zw18k76472/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

i ROYAUME-UNI : ONE PENNY CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE ; 5 CENTS) BUREAU A PARIS ■ iPKINISTBATïON ET REDACTION! Il, PLACE DE LA BOURSE. SAMEDI 10 NOVEMBRE 1917 (3 MOIS, 9 SHILLINGS. "| 5 DA.VE STR., HIGH HOLBOKN, )J.O. 1. '"Y ABONNEMENTS ,\ 6 MOIS, 11 SHILLINGS. L CONSERVATION PAU LE PROGRES. TELEPHONE: HOLBOBN 1773-4 TEiEPH.: 1239^5 t En uente à Londres à 3 h. le vendredi 9 novembre ( 1 AN, 32 SHILLINGS. J . v. — A ! —■' ! I I LA SU L) AT1UJM Vendredi, midi. i Si nous devons nous en rapporter pus ] nformations de Pétrograd, où le télé- ] rraphe est aux mains <^s extrémistes, : l'est l'anarchiste Lenin qui l'a em- ■ lorté momentanément 6ur le révolution- i ,aire Kerensky dans la lutte pour le pou- ] oir en Russie. 1 Le Soviet de la capitale, encouragé par : 'inertie du Gouvernement Provisoire et « les autorités militaires, y est allé de son letit coup d'Etat et a purement et sim- i )lement déposé M. Kerensky et les autres ; nembres du cabinet. Les cosaques s'étant déclarés neutres dans ce conflit, les extrémistes ont dissous le Parlement préliminaire et ont dé-;rété l'arrestation de M. Kerensky, que [es uns disent en fuite, mais dont les autres affirment qu'il est allé se placer à la fête des contingents rappelés du front ;t qui sont prêts, dit-on, à soutenir le ,'ouvernement les armes à la main I Il est difficile de savoir Exactement ce lui en est, mais nous avouons n'avoir [u'une médiocre confiance dans le triom-ohe des éléments modérés en Russie, précisément parce que trop modérés dans es circonstances. v La vague anarchiste qui déferle sur la Russie est trop puissante pour qu'un eul homme puisse l'arrêter, et M. Ke-ensky s'est attaché à une œuvre sur-mmaine. S'il avait, il y a quelques semaines, voulu coopérer avec le général [omiloff, la Russie eût peut-être été j auvée de l'abîme vers lequel elle court grands pas, mais aujourd'hui il est rop tard. Nous assistons à l'effondrement d'un empire, à la dissolution d'un îtat afiaifcli par un régime de plusieurs iècles d'absolutisme et d'ignorantisme. La Révolution, que nou1» avons salué vec un enthousiasme sincère, n'aura été u'une étape dans la chute et non dans 3 relèvement de 1a Russie, et nos ma)-leureux alliés sont livrés aux pires de ous les maux : l'anarchie. " Les extrémistes ont donc saisi le pouvoir et le monde wi assister à la pre-oière expérience de 1' "Etat anarchiste." Il faut reconnaître que les léninistes vont pas été long à faire connaître leur programme. Ce'qu'ils veulent, c'est: une paix démocratique immédiate, le partage immédiat (plus ou moins complet) les terres aux paysans, la transmission le tout pouvoir aux soviets et une "honnête" réunion de l'Assemblée Constituante.Or, en vertu des conventions» inter-illiées, la paix, sans le consentement des îo-associés, serait un acte de trahison et jous ne croyons pas la Russie, et par là îous entendons la grande masse du peuple russe, capable de commettre cette lâcheté, qui, au surplus, équivaudrait à m suicide économique. Quant au partage des terres, c'est, en wincipe, une chose excellente, à condi-ion qu'elle soit l'œuvre d'un gouverne-ûent organisé et faite au profit d'une démocratie consciente de ses droits et de es devoirs. Mais, avant de pousser plus loin 'analyse du gouvernement léniniste, at-endons qu'il ait 'consolidé son pouvoir, ar il ne représente certainement pas la najorité du peuple russe. Il y a,, d'ailleurs lieu de penser que Allemagne, grisée par ses succès ita-'ens, refusera de souscrire à la paix hère aux maximalistes russes, qui fini-ont par se trouver isolés dans le monde ■vec leur offre de paix blanche. Déjà certains journaux parlent d'un lai'tage de l'Italie et- de la nécessité l'écraser la France et la Grande-Bre- &QT1A îlfin /1a rv» rv^ a cm v 1 a won o 1 In - mand "pour tout ce qu'il a enduré.' Nos adversaires s'imaginent évidemment pouvoir continuer jusqu'à l'Adige leur avance victorieuse en Italie. Il est vrai que, pour le moment, les Austro-Allemands poursuivent leurs progrès dans la plaine vénitienne,smais si nos alliés sont obligés de céder du terrain, ils le font avec le minimum de sacrifices et dans un ordre parfait. Toute retraite comporte des risques, et tant que les troupes du général Cadorna n'ont pas atteint leurs positions définitives, il y a lieu de s'attendre à la capture d'hommes et de matériel.Les derniers communiqués ennemis affirment que le total des prisonniers italiens atteint maintenant 250,000 hommes et que 1,800 canons ont été capturés. Même en faisant la part de l'exagération, c'est beaucoup, mais le gros de l'armée italienne est sauf, et nos adversaires s'en apercevront un jour ou l'autre. Aux dernières nouvelles, les troupes austro-allemandes avaient franchi la Li-venza et poursuivaient nos alliés dans la direction du Piave. Entretemps, les représentants autorisés des Alliés: MM. Lloyd George, Pain-levé et Orlando ont conclu les pourparlers qu'ils avaient engagés efl Italie, et qui ont résulté, croyons-nous, à raffermir l'union entre les trois alliés occidentaux. Si les Etats-Unis n'étaient pas représentés à cette conférence, on peut néanmoins affirmer que leur concours le plus entier est acquis à l'Italie et à ses alliés, et leur appoint se fera bientôt sentir. L'accord récent conclu entre les Etats-Unis et le Japon et qui a été plus ou moins noyé dans les événements de ces derniers jours, constitue un acte de la plus haute importance. IL rapproche deux peuples que les intrigues allemandes ont essayé, par tous les moyens, de brouiller, et Les résultats, qui peuvent découler de ce rapprochement sont de nature à compenser, et au delà peut-être, la défection russe et le revers italien. N'oublions pas que le Japon possède une des meilleures armées du monde et que celle-ci constitue, en somme, une des nombreuses réserves dont les Alliés disposent et dont ils n'ont pu ou voijlu jusqu'ici tirer parti. En Mésopotamie et en Palestine, les troupes britanniques marchent de succès en succès, et ces théâtres éloignés de la guerre pourraient bien réserver des surprises désagréables à nos ennemis. Sur le Tigre, les troupes du général Maude ont occupé Tekrit, après avoir infligé une défaite sensible à la colonne turque qui s'y était retranchée, et sur la côte syrienne la capture de Gaza a obligé les Turcs à battre en retraite sur presque toute la ligne. Les avant-gardes britanniques ont atteint les bouches du Wadi-el-Hesi, à une dizaine de kilomètres au nord de Gaza, et l'avance de l'aile gauche britannique se poursuit avec le concours de navires de guerre français et britanniques, dont plusieurs unités ont participé directement à l'occupation de Gaza. Les communiqués du front occidental ne signalent aucune opération de grande envergure. Des raids heureux ont eu lieu tant du côté britannique (Armentières et FreSnoy) que du côté français (nord-est de Reims, dans la Woevre et en Alsace). Nos alliés ont rapporté de chacune; de ces attaques-surprises des prisonniers. les troupes britanniques ont pris d'as- so: saut les ouvrages turcs, au sud de Gaza. PI L'avance a été continuée sur la droite M " à Ali-el-Muntar (une colline dominant Lt la ville au sud et au sud-est), et sur la r gauche à Sheikh Redwan (fortifications • à environ 1,600 mètres au nord de la m: [ ville). "é( Au cours de la journée, elles ont ti1 avancé à travers la ville et ont poussé de jusqu'à l'embouchure du Wadi-el-Hesi (à 12 k. et demi au nord de leurs lignes tl.( n originales). :e Nos forces de Shéria (au nord-ouest ^ u de Beersheba) ont également continué "s victorieusement leur avance vers le e£ t- nord-ouest. »- La participation française so Paris, 8 novembre.—Plusieurs na- m f- vires appartenant à la division navale cL i- française ont pris part à l'action britan- vc i- nique contre Gaza. gc s. Le 1er novembre le navire garde-»■- côte français ''Requin" a été touche par de le plusieurs obus. Neuf hommes de l'équi- ti< r- page ont été tués et 29 autres ont été na u blessés. Les avaries faites au bâtiment de «ont légères et n'ont pas empêché le m jS "Requin" de rester en action. in i- — vc AUTOUfi de la GUERR1 FRANCE k — Le capitaine Bouchardon, après avoir entendu la déposition de M_. Mou-thon, correspondant du " Journal " en . Suisse, et ayant reçu de nouveaux té- p ! moignages, a décidéd d'ouvrir une in-n" struction contre M. Leymarie, ancien g chef du Cabinet au ministère de l'inté-V1 rieur, pour infraction à la loi du 4 avril ^ 111 1913 concernant le commerce avec l'en- nemi ou la complicité dans ce délit. j J GRANDE-BRETAGNE _ „ ug — Le premier dimanche de 1918 a été p ig désigné par le Roi commet jour de prière si ' national. < v [s_ — Dans un discours prononcé "hier à a 0ll Manchester, M Bonar Law a signalé ,cs quelques' chiffres curieux En 1914, a- te la ditj nous avons perdu de 13,000 à n ux 14,000 prionniers de plus que nous n'en d i avons fait; en 1915, la différence n'é- ct I tait plus que de 2,800; ,en 1916, nous V( ^ ^ en avons fait 30,000 de plus que nous en g ! avons perdu, et en 1917 la différence en ' e notre faveur dépasse déjà 45,000 pour la p partie écoulée de l'année. Pendant la p a" première année de la guerre nous avons .< perdu 80 canons et nous en avons pris 23 ; l'année passée nous en avons pris n,e 169 et les Allemands ne nous en ont pas f8 pris. Cette année nous en avons pris 380 [lU et nousji'efi avons pas perdu. s< [es GREGE c< ,£s — On mande d'Athènes que la confé- si la rence qui a eu lieu entre MM. Vénizélos ,r_ et Orlarrdo a eu un résultat entièrement j< satisfaisant, et on croit savoir qu'un ac- d ■al cord est intervenu sur toutes les ques- p ,ir tions qui divisaient antérieurement la'ei ne Grèce et l'Italie. , cl ur M. Vénizélos, après avoir passé quel- ci a ques jours à Nice, se rendra à Paris dès « ur que M. Painlevé sera rentré d'Italie, n [es M. Vénizélos se rendra à Londres, après 2 lu avoir eu une conversation avec le prési- g •eg dent du conseil français. île JAPON le — Des notes ont été échangées entre v et le Japon et les Etats-Unis à propos de s nt la Chine. Ces notes, tout ei» reconnais- ^ de sant que le Japon a des intérêts spéciaux ^ en Chine, déclarent que les gouvernerai ments japonais et américain adhèrent au de principe de la "porte ouverte." g eu n EN MESOPOTAMIE t Le$ Turcs mis en déroute Le général Maude vient d'opérer une ( I nouvelle et brillante action sur le Tigre. I ye 5 novembre, ses troupes, après une |f|ngue marche du sud vers le nord, ont , des positions puissamment for-1; I 'inees, couvrant Tekrit, a 160 kilo-'nètres au nord de Bagdad. Pendant I jue l'infanterie faisait une attaque de I font à travers un terrain à découvert, I cavalerie attaquait - vigoureusement' I ennemi sur les deux flancs. Les pertes i turques furent si lourdes et notre près- 1 * (sion fut si forteque l'ennemi à la tombée de la nuit profita de l'obscurité pour abandonner toutes ^es positions. Les troupes indo-ibritanniques ont occupé Tekrit^ dans la matinée de mardi. Au moment de l'envoi du rapport, 132 prisonniers avaient été ramenés, ainsi qu'une quantité considérable de matériel de guerre. EN PALESTINE La victoire de baza Le général Allenby signale que da j— c «7 i • COUP D'ETAT A PETROGRAD LENIN DEPOSE KERENSKY Les Maximalistes du Soviet de Pétrograd, sous la direction de l'agitateur pacifiste Lenin annoncent qu'ils ont déposé le gouvernement provisoire de M. Kerensky et qu'ils ont assumé le pouvoir "jusqu'à la création d'un gouvernement des Soviets, dont la fonction sera d'offrir une paix démocratique et d'organiser une honnête convocation de l'assemblée constituante." D'après le communiqué le coup d'état qui fut l'œuvre de la garnison et du prolétariat, fut accompli sans effusion de sang. M. Kerensky aurait pris la fufte, et s- son arrestation aurait été ordonnée. ' a. Plusieurs de sgs collègues, y compris ] te M. TerestclienkOj ont été arrêtés. < "a Le manifeste extrémiste as Voici le textfi du manifeste ex<tré-la miste : Aux comités d'armée de l'armée ac-tive et à tous les soviets des délégués sé des soldats : S1 La garnison et le prolétariat de Pé-es trograd ont déposé le gouvernement de Kerensky, qui s'est dressé contre la révolution et le peuple. Cette déposi-tion du gouvernement provisoire s'est effectuée sans effusion de sang. Le Soviet des délégués ouvriers et 1 soldats de Pétrograd salue solennelle-a- ment le changement accompli et proie clame l'autorité du comité militaire ré-n- volutionnaire jusqu'à la création d'un gouvernement de soviets, e- En portant ce fait-^à la connaissance ar de l'armée au front,'le comité révolu-ii- tionnaire charge les soldats révqjution-té naires de surveiller de près la conduite nt de ceux qui sont investis de commande-le ments. Les officiers qui n'adhèrent pas immédiatement et ouvertement à la, ré- — volution accomplie doivent être arrêtes E immédiatement comme ennemis. Le Soviet de Pétrograd considère comme le programme de la nouvelle autorité : es 1. L'offre d'une paix démocratique ' u" immédiate. en 2. La remise immédiate des grandes :e" propriétés foncières aux paysans. n" 3. La remise de toute l'autorité aux tn Soviets. '.'j 4. Une honnête convocation de l'as- sëmblée constituante. n" L'armée révolutionnaire nationale ne doit pas permettre à des détachements militaires incertains de quitter le front >té pour Pétrograd. Employez la persua-re sion, mais là où celle-ci échoue, opposez-vous par la force et sans pitié à pareille à action de la part de ces détachements, dé L'ordre actuel doit être^lu immédia-a- tement à tous les détachements militai-à res de toutes les armes. La dissimulation en du présent ordre aux officiers et soldats e" "ctonstitue un grand crime contre la ré-us volution et sera puni avec toute la ri-en gueur de la loi révolutionnaire. en Soldats ! Pour la Paix, pour le Pain, |a pour les Terres, pour le Pouvoir du Peuple. tts . ... , .' (Signé) Le Comité militaire révolutionnaire.:is as Convocation des délégués soldats O A ^ t t t . Le Soviet des délégués "ouvriers et soldats de Pétrograd a envoyé à tous les comités des corps d'armée et des divi-Eé- sions l'avis suivant: [os Un congrès des Soviets s'ouvre au-nt jourd'hui. Ordre est donné aux comités ic- d'armée d'envoyer des délégués pour ex-ïs- primer la volonté de l'armée. Veuillez la'ewvoyer immédiatement des délégués choisis parmi vous. Refuser de partiel- ciper à décider du sort de la Révolution lès est une faute que lihistoiré ne pardon-ie. nera pas. Choisissez un délégué par 'ès 25,000 hommes et envoyez les au con-si- grès. Troià proclamations Le congrès des conseils de délégués ou-re vriers et soldats de toute la Russie, qui de s»es(. 0UVert le 7 novembre ail soir, a pu-1S" blié le 8 au matin les trois proclama-us tions suivantes : le" I. — A tous les Soviets provinciaux : au Tous les pouvoirs appartiennent aux Soviets. Les commissaires du gouverne- — ment sont relevés de leurs fonctions. Les Présidents des Soviet^ communiqueront directement avec le gouvernement révolutionnaire. Tous les membres des comités agricoles qui ont été arrêtés seront immédiatement remis en liberté et les commissaires qui les ont arrêtés seront arrêtés à leur four. ,Q" II. — La peine ( de mort rétablie par ur Kerensky au front est abolie. Complète ^ liberté de propagande politique est ré-c:e tablie au front. Tous ^les soldats et offi-"L ciers révolutionnaires qui ont été arrêtés pour ccrmplieité dans de soi-disant ^ crimes politiques doivent être mis immé-je diatement en liberté. III. — Les, ex-ministres Konovaloff, j. Kishkin, Térestchenko, Malantovitch, ,0. Nikitin et d'autres ont été arrêtés par (je le Comité révolutionnaire. Kerensky a pris la fuite. Tous les corps militaires et sont enjoints de prendre toutes les me sures possibles pour arrêter Kerensky et le ramener à Pétrograd. Toute complicité avec Kerensky sera considérée oom-me haute-trahison. Des troupes marchent sur Pétrograd Suivant une dépêche de Pétrograd via Stockholm, de source allemande, des troupes de l'armée russe eut- le front septentrional ont fait cause commune avec les maximalistes et une partie d'entre elles marchent sur Pétrograd. Les événements préliminaires Les événements qui ont précédé la victoire des éléments maximalistes peuvent se résumer comme suit : Le général Verkhovsky, auquel M. Kerensky reprochait d'être ouvertement d'accord avec les extrémistes pour la demande d'une paix immédiate, est démissionné. Les éxtrémistes feignent de considérer cette mesure comme une orientation vers une contre-révolution. Mercredi, le pré-Parlement vote la confiance . au gouvernement par 123 voix contre 102, mais demande qu'un Comité de Salut Public soit immédiatement établi ; que les grandes propriétés « foncières soient remises aux comités agricoles, et que la diplomatie russe fasse des démarches définitives pour amener les Alliés à déclarer leurs conditions de paix et à entrer en pourparlers. Les maximalistes occupent le bureau central des télégraphes, la Ranque d'Etat et le Palais Marie, où le pré-Parlement tenait habituellement ses séances. Le jeudi, ils occupent le Palais d'Hiver, siège du gouvernement, et les bureaux de l'état-major. Le croiseur "Aurora" et la forteresse Pierre-et'-Paul avaient tiré quelques coups de canon sur le Palais d'Hiver, tandis que des mitrailleuses, des autos-blindées et des détachements de troupes ouvraiÂt aussi le feu. Les cadets et le bataillon des femmes-soldats, qui défendaient le palais, furent obligés de se rpnrlvp n UNE MISSION AMERICAINE ts * La plus importante des missions qui ■ aient été envoyées jusqu'à présent à l'étranger par les Etats-Unis, est arri-, vée hier à Londres. Elle participera à la i Conférence des Puissances Alliées qui se tiendra prochainement à Paris. La mis-. sion est conduite par le colonel Hause, ami personnel du Président Wilson. Afin d'éviter tout malentendu sur le but de cette mission,xle* Département t d'Etat de Washington a publié un com-3 muniqué officiel traçant nettement le - programme de celle-ci et affirmant que la prochaine Conférence de Paris sera es- - sentiellement une 'conférence de guerre,' s ayant pour objet de parfaire le plus com- - plètement possible la coordination des z activités des ^verses nations engagée* s dans le conflit. LA PALESTINE AUX ISRAELITES M. Balfour a envoyé la lettre suivante àvlord Rothschild au sujet de la création d'une nation israélite en Palestine: "Je suis très heureux de vous adresser, de la part du Gouvernement da Roi, la déclaration de sympathie suivantex en communion avec les aspirations des Juifs sionistes qui ont été soumises au cabinet et approuvées, par lui. . "Le Gouvernement du Roi, considère avec sympathie la création en Palestine d'une patrie pour le peuple juif et fera de son mieux pour faciliter l'accomplissement de ce but, étant bien entendu que rien ne sera fait qui puisse porter un préjudice aux droits civils et religieux des communautéSj1 non-juives en Palestine ou aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays. "Je vous saurai gré de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste." INCORPORE DE FORCE DANS L'ARMEE ALLEMANDE Un mineur liégeois, Jean L..., âgé de 30 ans, marié et père de famille, issu de parents allemands, opta pour la nationalité belge quand vint le temps de 1 faire son service militaire. Demeuré en , Suite à la 3a page. \ I 88tffle année. No 260

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Toevoegen aan collectie

Periodes