L'indépendance belge

438 0
21 augustus 1916
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 21 Augustus. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 17 juli 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/1z41r6nv76/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

ROYAUIV!S-UNI : ONE PENNY ♦ CONTINENT: 15 CENTIMES (HOLLANDE : 6 CENTS) ADMINISTRATION ET EEDACTION : BTXBEATT A PARIS : | iiuni n* Jlf4||T ( x MOTh <1 RTTTT,T,TNfïS 1 ÏUDOR HOUSE TUDOK ST.. LONDON, E.C. 11 PLACE DE LA BOURSE. _ " ABONNEMENTS :(6 MOIS*. 17 SHILLINGS. 1 CONSERVATION PAR LE PROGRÈS, téléphoné: cjty 3960. teleph. : j238-75. En vente à Londres à 3 h. le samedi 19 août. 11 AN, 32 SHILLINGS. J LA. SITUATION. oambdIj miai. La semaine se termine par des constatations favorables aux Alliés sur tous les fronts. Sur la Somme, malgré une intense action de l'artillerie ennemie, les troupes britanniques ont conservé et consolidé leurs positions au nord-ouest de Bazen-tin-le-Petit. Les tranchées allemandes enlevées en ce point étaient remplies de cadavres. "Une attaque partie de Martinpuich dans la nuit de jeudi à vendredi fut complètement repoussée. Vendredi ce fut une lutte générale de Pozières à la Somme. Les troupes britanniques s'emparèrent de divers postes fortifiés et gagnèrent du terrain aux environs de Ginchy et de Guillemont: ainsi s'accentue insensiblement mais sûrement la pression au nord de Combles. 200 Allemands furent faits prisonniers y compris quelques officiers. Sur le front français de la Somme quelques attaques contre les positions fraîchement occupées par les Français au sud-est de Maurepas furent arrêtées, et dans un brillant assaut les troupes françaises enlevèrent une notable partie du village, ainsi que le calvaire au sud-est, et s'avancèrent à l'est de la route de Maurepas à Cléry. Jeudi un aéroplane allemand fut culbuté et tomba en flammes dans les tranchées britanniques, un autre appareil ennemi fut atteint par les projectiles du canon anti-aéroplanes. A Verdun, après cette longue série d'attaques de siège, après oette dépense folle et inutile en hommes et en munitions, ce sont les Allemands qui doivent prendre la défensive et ce sont les vaillants combattants français qui les repoussent avec une ardeur admirable. Une MgQueeuss attaque* permit en ..Hct ù. nos alliés d'enlever et d'occuper la partie du vï'lage de Fleury que les Allemands dételaient et ceux-ci ne sont plus que tapis dans un petit amas de ruines à l'extrémité est du village. Entre Thiaumont et Fleury les Français opérèrent jeudi une vigoureuse offensive, dans laquelle ils firent prisonniers un officier et cinquante hommes. Dans la journée de vendredi la marche en avant se oontinua avec ardeur et deux redoutes fortifiées situées au nord de l'ouvrage de Thiaumont furent enlevées par nos courageux et inlassables alliés, qui firent prisonniers cinq officiers, cent soldats, et s'emparèrent de trois mitrailleuses.Du côte de Vaux et du Bois du Chapitre les Français ont aussi fait d'appréciables progrès dans le voisinage de la route du fort de Vaux. Voilà de quoi réconforter les braves poilus aux efforts tenaces desquels on ne saurait assez adresser de louanges. Des experts militaires n'ont pu trouver d'explication raisonnable à cet acharnement des Allemands contre Verdun. Les uns n'y voyaient que la recherche d'un succès moral, les autres l'obstination orgueilleuse du Kronprinz dans un intérêt dynastique. Un savant français, membre de l'Académie des Sciences et minéralogiste universellement réputé, M. de Launay, vient de donner une autre explication scientifique, industrielle, qui semble plus plausible. M. de Launay passe en revue les ressources et la consommation de l'Allemagne en minerai de fer, et il démontre que si l'on reportait la frontière franco-allemande à une douzaine de kilomètres plus à l'est l'Allemagne serait dans l'impossibilité d'approvisionner ses hauts-fourneaux, aciéries, etc. ; elle serait blessée à mort. Par contre, si les Allemands pouvaient s'emparer du bassin de Briey, ce serait la paralysie à tout jamais de l'industrie métallurgique française. Aussi, dit M. de Launay, dans la " Revue des Deux Mondes," " quand on est prévenu, on s'aperçoit que la bataille de Verdun n'a pas été seulement une tentative suprême de ruée sur Paris, un assaut sur un saillant supposé faible de notre front, un effort tardif pour reprendre les grands projets d'août 1914, une sortie de garnison assiégée, un essai de réconfort apporté à l'opinion allemande, une manœuvre sanglante en faveur des Hohenzollern, mais qu'elle est aussi " la bataille des minerais de fer." Car Verdun et Nancy sont, du côté français, les portes qui y donnent accès, comme Metz et Thionville les défendent trop solidement du côté allemand." Sur le front italien, dans le Trentin, on signale des attaques autrichiennes contre les redoutes de la passe du Tonale et contre les tranchées sur le flanc du Mont Sperone; elles furent toutes repoussées. Dans les vallées de l'Adige et de Posina duel d'artillerie. Dans le secteur de Go-rizia et dans le Carso situation inchangée.Sur le front oriental une attaque aus-tro-allemande en grandes forces sur la Zlota-Lipa n'eut aucun succès et fut au contraire repoussée avec de grandes pertes pour l'ennemi. Au sud de Stanislau les Russes ont occupe 'Lysiec sur la rive gauche de la Zlota-Bystrzyca. Dans les passes des Carpathes les Russes avancent et les voilà dans la région de Korozmeno, c'est-à-dire à une centaine de kilomètres de Stanislau. Ils seront bientôt en vue des plaines de Hongrie. Aussi cette fois l'inquiétude se manifeste en Allemagne et le fameux expert militaire le major Moraht se montre peu satisfait des communiqués boches qui, ainsi que nous le faisions remarquer hier, s'efforcent chaque jour de cacher la vérité. "Il ne semble pas juste, dit le major Moraht, de considérer toujours les attaques russes avec un geste nonchalant et de répéter à chaque événement, d'un ton superbe: ces attaques ont été, naturellement, repoussées, et Moraht conclut: "Nous espérons pouvoir réussir, à la fin, à arrêter l'offensive russe et peut-être à la repousser, mais la direction habile de Brussiloff, son énorme matériel humain et l'aide de l'artillerie des Japonais et Américains, nous ont mis en présence d'une tâche bien dure." Voilà un aveu qui doit nous réjouir. Les Allemands ont beau interdire l'introduction dans leur pays de tout journal, même de tous papiers quelconques autres que les passeports sous peine de 1,500 mark d'amende, la vérité finira bien par se faire connaître. TRIBUNE LIBRE. LES BASES MORALES DES CIVILISATIONS. III. l'exercice du droit de suffrage sera celle L'organisation sociale naturelle. qui assurera une représentation politique L'organisation sociale et la civilisation prépondérante à l'intérêt général et pu- ■—naturelles, progressives et durables— blic de la consommation des biens maté- dans lesquelles les activités et les progrès riels, intellectuels et moraux, en lui su- de la morale équilibreront les activités bordonnant tous les intérêts particuliers et les progrès de l'utilitarisme se résu- des producteurs, ainsi que ceux des par- meront en un état de droits garantissant tis politiques. à l'individu la liberté (condition de ses Nous avons dit que le maximum ^e progrès dans l'ordre matériel), la respon- production et par conséquent de con- sabïlité (condition de ses progrès dans sommation (ou de satisfaction) ne peut l'ordre intellectuel, moral et spirituel), résulter que des associations de coopéra- et la solidarité (condition d'une sécurité tion et de solidarité, libres et respon- croissante). sables. Ces organisation et civilisation natu- La solution de la crise politique de relies sont susceptibles d'assurer plus de l'Etat moderne se résume donc en la dé- progrès, d'harmonie et de bonheur que couverte d'une organisation du suffrage les organisations artificielles par les lois, universel assurant le respect législatif de quelque perfectionnées que celles-ci puis- la liberté, de* la responsabilité et de la Bent être supposées. solidarité individuelles. La solution de la question sociale se 9. Les dépenses de la communauté doi- trésume en la découverte d'une forme vent avoir pour but de servir l'intérêt d'association conciliant de façon adéqua- général et public de la consommation, te et parfaite les nécessités naturelles de Pour être équitables, les impôts répon- lïberté, de responsabilité et de solidarité dant aux dépenses publiques doivent sa- des individus associés. tisfaire-à ces conditions: (a) ne pas cou- 8. L'organisation la meilleure de trarier la production des choses et de3 \ services (et même contribuer à l'accroî-bre en frappant les privilèges et les monopoles) ; (6) porter sur les accroissements de richesse résultant directement des dépenses communes; (c) frapper les accroissements de richesse dus directement aux progrès de la vie en communauté, accroissements dans lesquels les détenteurs de richesse n'ont ni participation, ni mérite, ni droit. Les hommes se valent. V.—Est-ce à dire que la possibilité existe d'une organisation économique, sociale et politique s'accordant avec les besoins de tous les peuples, quelle que soit leur position sur le Globe, arctique, tempérée ou équatoriale, occidentale ou orientale, quel que soit leur état d'avancement, qu'il s'agisse des Anglais, des Russes ou des Chinois, des citoyens d^s Etats-Unis ou des P&tagons? Nous ne sommes pas en état de le prétendre avec une entière conviction, ni compétence. Comme le montre si bien Buckle, les conditions du milieu physique ont une influence dominante, décisive, sur celles du milieu économique, social et politique. Cependant, il dit aussi que "les tendances caractéristiques de toutes les civilisations en progrès confirment la croyance en l'universalité de la méthode, de l'ordre et de la loi." Et il fait, d'autre part, remarquer que "rien ne permet d'affirmer qu'il y ait jamais eu un accroissement permanent des facultés intellectuelles et morales des hommes, ni que ces facultés soient plus grandes chez les enfants naissant dans les parties les plus civilisées de l'Europe que chez ceux qui naissent dans les régions les plus sauvages des contrées barbares." De même, Locke dit que "les hommes ont été égaux quant aux dons naturels à toutes les époques" et Turgot que "les dispositions primitives sont vraisemblablement les mêmes dans tous les milieux et dans tous les temps." Les conclusions de ces grands esprits et d'autres, nombreux, se confirment par l'observation courante. Rien n'est donc moins certain que le supériorité permanente _ es capacités intellectuelles et morale! chez telle race par rapport à telle autre, ni que le progrès de ces capacités chez la même race à une époque donnée par rapport aux époques antérieures. C'est la facilite offerte par le milieu physique—et, subséquent ment, économique» et politique—au déploiement et à l'application des facultés intellectuelles et morales qui peut changer favorablement qui peut "progresser."C'est-à-dire que les hommes se valent. [Les causes des différ'nces individuelles sont dans l'hérédité L'infériorité intellectuelle et morale des -uns, la supériorité des autres (différences d'ailleurs peu importantes, au fond, chez la plupart des hommes bien portants et-équilibrés), sont dues aux vices ou aux vertus des parents et grands-parents, ou arriéré-grands-parents, dont une loi de solidarité nous fait pâtir ou bénéficier utilement.] Le châtiment. Il est infiniment probable que, moyennant des institutions économiques, sociales et politiques appropriées, les noirs deviendraient plus aptes à exploiter leur milieu physique que nous ne le serons jamais, parce qu'ils ont pour eux l'avantage de l'acclimatation accomplie de la race au milieu physique. L'exploitation, l'oppression et l'extermination des "races inférieures" par les blancs, le colonialisme "protectionniste" (des brigands qui le pratiquent), sont donc non seulement stupides, mais sans doute aussi de grands crimes contre la nature et la vérité des choses, contre le vrai progrès et la vraie civilisation. Et c'est pourquoi une guerre générale causée- en trèJ" grande partie (tout au moins pour ce q ii concerne les circonstances occasionnelles) par le colonialisme "protectionniste" apparaîtra à plus d'un historien comme "un juste retour des choses d'ici-bas." Uniformité d'organisation. Mais nous désirons en revenir à la question que nous nous sommes posée en oq qui concerne l'uniformité possible de l'organisation sociale et politique des peuples. L'égalité naturelle des facultés humaines, quel que soit le milieu, s'explique aisément. Dans la plus primitive de; tribus, le moindre des villages, se pratiquent la division du travail et l'échange sous un régime de liberté, responsabilité et solidarité. Depuis des milliers de siècles, ces milieux offrent ainsi à l'individu toutes les conditions naturelles nécessaires à la formation intellectuelle et morale. Il peut y acquérir toutes le? facultés vraies—y compris la "spiritualité." Ce qu'il acquiert ensuite est plutôt forme que fond, plutôt factice qut réel. La différence d'idées, de mœurs, d'ap titudes est superficielle. Jouissant d'ins titutions de qualité égale., leurs faculté: primitives étant équivalentes, les différences pourraient, avec le temps, disparaître chez les Jiommes de races différentes, même trèjs éloignées. Nous faisons ressortir, ici, que toutes les lois morales naturelles que nous avons énoncées sont applicables à la vie de toutes races, nations, sociétés. De même, ces trois principes, qui sont peut-être l'alpha et l'oméga de la sociologie, s'appliquent à toutes les sociétés: (1) L'avancement social ne se conçoit que moyennant l'avancement individuel; (2) il n'y a aucun progrès individuel indéfini, ni permanent, sans avancement moral correspondant; (3) le progrès moral s'accomplit, avant tout, et peut-être exclusivement, par la responsabilité individuelle. Par! conséquent, pour progresser, les sociétés, quel que soit leur éta.t d'avancement, doivent instituer de plus en plus de responsabilité individuelle. Les institutions sociales et politiques ne doivent différer que quant à la mesure, à l'opportunité et au mode d'application du principe de responsabilité individuelle croissante. Notre devoir et notre intérêt nous commandent d'aider les "races inférieures" (restées inférieures surtout parce qu'aux prises avec une nature physique plus puissante et plus rebelle) au lieu de les massacrer. S'il n'en était pas ainsi, dans quels cas serait-il légitime de conquérir et d'exterminer? Dans quels cas serait-ce illégitime? Quel est le critérium ? La racine du mal. VI.—Que les grandes vérités de morale économique et de philosophie politique naturelle que nous avons esquissées au cours de notre exposé général de principes, échappent de plus en plus depuis un demi-siècle à la connaissance des contemporains les plus cultivés, à l'attention des politiques les plus avisés, des hommes d'Etat les plus réputés, à quel- —, que pays qu'ils appartiennent, dénote une sorte d'obnubilation générale du sens des nécessités positives de la vie indi- » viduelle, sociale et politique. Elle pourrait s'expliquer par le fait qu'un principe aussi subtil qu'erroné, corrupteur des idées autant que perturbateur de l'ordre, se serait introduit dans la vie J. des peuples les plus avancés, y pervertissant la conception des fondements vrais du progrès. Les tares les plus graves de la société ; j moderne (ploutocratie et paupérisme), les erreurs les plus dommageables de la politique intérieure des peuples (protec- t t-ionnisme au profit des riches, interventionnisme au profit des pauvres, socialisme au profit de tous), les fautes les I plus redoutables de la politique internationale (exclusions mutuelles et antagonismes des intérêts économiques, colonialisme à monopoles protectionnistes, militarisme général subséquent) seraient, en très grande partie, et originellement, attribuables à l'action perfide de ce principe, dont les œuvres artificielles, et d'ail- ;f] leurs à beaucoup d'égards fascinantes, auraient caché à.tous les yeux les immenses méfaits. Mettre au jour cette racine du mal social et international, rechercher, découvrir et supprimer cette cause originelle, déjà lointaine et profonde, du dé séquilibre des progrès matériels et de l'a- J vancement intellectuel et moral dans la société et la civilisation modernes, sera, après la crise présente, l'œuvre profondément réformatrice, urgemment nécessaire.L'espoir d'éviter les révolutions et l'anarchie est oertes fort faible. Peut-être n'est-il pas entièrement chimérique. HENRI LAMBERT, Maître de verreries, à Charleroi (Belgique). I1 Juin 1916. ("Journal des Economistes.") MWWHPWHWBMMMWWJHLIUMMWBBBWBWBH——BW—aWH'.Wtfi 113—StBMMWiHi ili 'I ■■ 'Il Hl I iWWWIMMIWffl H ■ ■ 11 lll—BBBBBBCB LETTRE 3s,E RUSSIE. j La lutte é (De notre correspondant.) La lourde faute allemande. Les décisions du congrès économique des Alliés réuni à Paris ont produit une énorme impression en Russie. Il n'en pourrait être autrement attendu que, dans le commerce d'importations en Russie, la part de l'Allemagne avant la guerre était d'environ la moitié. Sur le terrain on peut dire que l'Allemagne a commis une lourde erreur en déclarant la guerre à son meilleur client, sans être oertaine de la victoire finale. En effet, ses succès ne pouvaient que se développer sur oe marché russe aux besoins grandissants, et la continuation de la paix lui aurait procuré bien d'autres avantages que la guerre. Toutefois quelques organes spéciaux accueillent avec une oertaine réserve les décisions du congrès de Paris. On y découvre l'incertitude au sujet des exportations russes, notamment des céréales, après la guerre, l'Allemagne était, en effet, le plus gros acheteur de céréales russes. Même un rapport du consul général de Russie à Londres, publié dans le "Messager des Finances, de l'Industrie et du Commerce," signale que la Russie ne pourra guère s'abstenir de faire du commerce avec ses voisins : l'Allemagne, l'Autriche et la Turquie, ses ennemis d'aujourd'hui, mais qui, à cause de la proximité^ resteront s^s gros acheteur!. Il y a roi une erreûr de fait; car, malgré la proximité, les échanges entre la Russie et l'Autriche, et entre la Russie et la Turquie, n'ont jamais eu une importance bien grande. Au contraire, par ordre d'importance des échanges avec la Russie les pays se plaçaient, avant la guerre, dans l'ordre suivant: Allemagne, Angleterre, Etats-Unis, France, etc. La proximité ne joue donc pas toujours un rôle prédominant. Les transports par mer permettent d'atteindre des marchés éloignés. D'autres exemples sont convaincants: Etats-Unis, Brésil, Argentine, Egypte. Ce n'est pas avec leurs voisins que ces pays font le plus d'échanges, mais avec des pays éloignés de 5,000 10,000 kilomètres et plus, grâce aux communications maritimes. Or les ports de la Russie sur la mer Baltique et sur la mer Noire: Pétrograd, Rev'el, Riga Libau, Odessa, Nicolaieff, Novorossisket Batoum sont aussi accessibles aux im-; portations des Alliés que ceux d'Alexandrie, New-York, Rio de Janeiro et Buenos-Ayres. Le même argument peut ! être appliqué aux exportations russes. Argument sans valeur. Il a été dit aussi qu'il serait contraire - aux intérêts du ,pays d'appliquer des îonomique, f | majorations de droits sur les marchandises que la' clientèle russe trouvera avantage à acheter encore, après Ja guerre, à des pays actuellement ennemis. Voilà bien un argument avancé à la légère, car le tarif protecteur russe grève de droits élevés la presque totalité des produits achetés à l'étranger—en pays alliés, neutres ou ennemis—et, pour être logique, il faudrait donc supprimer tous |> ces droits, ou tout au moins les ramener à des taux modérés. j Nous sommes convaincus que beaucoup de prévisions, en Russie comme ailleurs, i jj sont faites à la légère. Ce n'est pas l'an-i née après la guerre que la Russie aura des quantités de oéréales à exporter. Nous croyons qu'une récolte, et peut-être plusieurs récoltes, pourront être consommées dans le pays, et que les quantités à exporter pourront l'être aisément dans les pays alliés et neutres. j D'autre part, l'industrie, si nous en jugeons d'après ce qui se passe pendant les années de guerre, se développera probablement plus rapidement en Russie que l'agriculture. Enfin, l'augmentation de la population est, en chiffres ronds, de trois millions d'habitants par an. Dans vingt-cinq ans la population de l'empire russe sera de 250,000,000 habitants. Elle atteindra peut être même un chiffre plus élevé, car il faut prévoir une progression dans l'augmentation, et dans quinze ans cette augmentation sera sans doute de 4,000,000 par an. La consommation ira de pair. Quant aux bois, au lin, aux denrées alimentaires et aux autres produits pouvant être exportés par la Russie, ils seront certainement vendus sans difficultés dans les pays alliés et neutres. I Tout'ce mouvement d'échanges internationaux dépendra beaucoup de l'intensification des services de transports maritimes, et, sur ce terrain, les Alliés "emportent certainement de beaucoup sur > I les ennemis actuels. Optimisme et pessimisme. i Le retour des délégués parlementaires russes en Russie a été un événement. Les journaux avaient bien relaté leurs pérégrinations en Grande-Bretagne, France. Italie, et publié des résumés des discours échangés. Mais les relations que l'un / d'eux a faites à la Douma impériale, et un autre au Conseil d'Empire, ont été / émouvantes. Tout ce que ces délégués ont vu en Angleterre, en Belgique non J occupée, en France et en Italie les a enthousiasmé et la Douma et le Conseil ij f d'Empire ont été unanimes à partager cet enthousiasme. Des ovations ont été faites aux représentants des pays alliés (Suite à la page 2* colonne 1.) 1 II "S7ème année. No 197 i

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes