L'indépendance belge

344 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 15 April. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 23 januari 2019, op https://hetarchief.be/nl/pid/g73707xs6d/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

S 9a annaa N© 88 L'INDÉPENDANCE conservation Par le progrès BELGE ROYAUME-UNI: 1 PENNY le numero j CONTINENT. . 15 CENTIMES HOLLANDE. 5 CENTS ADMINISTRATION ET REDACTION: TUDOlt HOUSE, TUDOR ST., E.G. 4. TÉLÉPHONE: CITY 3960 BUREAU A PARIS: ' 11, PLACE DE LA BOURSE. TÉL.: 311-57 et 238-75 LUNDI "35 AVRIL 1918 En vente à Londres à 3 h. le samedi 13 avril [3 MOIS, 9 SHILLINGS ABONNEMENTS - 6 MOIS, 17 SHILLINGS 11 AN. 32 SHILLINGS LA SITUATION Samedi, midi. Les combats continuent avec un© rar< violence sur tout le front de l'extensiot ' offensive au nord d'Arras, qui sera désor mais classée "dans l'histoire sous le non de Bataille-d'Armentières. Le développe ment qu'ont pris les événements de c< côté fait ds cette bataille, évidemmeir livrée pour faire diversion à la marcln sur Amiens, une véritable offensive don' le but précis paraît déterminé par sir D Iiaig dans son ordre du jour à ses troupe lorsqu'il dit qu'elle vise la prise des port: qui s'échelonnent» de la côte de Flandre à Boulogne et la destruction des armée: britanniques. D'autre part, il résulte des document: trouvés sur des prisonniers, que les force; ennemies sont divisées en trois groupe: de divisions, dont le premier, s'avançan' au nord — et le moins puissant, biei qu'il comprenne au moins six divisions — a pour mission de frapper Bailleul dan: la direction de Hazebrouck et au delà vers le nord, pour protéger l'opératior -principale, dans le centre. Cette opéra tion doit être exécutée par les deux au-très groupes. Le premier de ces deuj groupes, employant déjà environ douze divisions, marche de Merville sur Aire, via Saint-Venant, et le second, d'une puissance à peu près égale, avait poui devoir d'atteindre Béthune le premier jour de l'offensive et de se diriger1 ensuite sur Hillers; traversant vers le sud le bassin houiller à l'ouest de Lens, jusqu'à Bray. C'est dans le centre que l'ennemi s'est approché le plus jusqu'à présent de son objectif, et ici la situation est la plus menaçante, sans cependant être compromise, grâce à la belle résistance des deux ailes britanniques. Plus ce< deux ailes seront fortes, plus la position ennemie sera -précaire dans son avance au centre dont la ligne-formera un saillant de plus, en plus aigu, aussi difficile à défendre qu'aisé à attaquer lorsque le moment d'une réaction sera venu. Le thème de ce mouvement constitue une menace pour toutes les troupes qui se trouvent au nord de l'extension offensive — et notamment pour l'armée belge — qui, si le Boohe approchait de son but, se verraient obligées de battre en retraite.Heureusement, nous n'en sommes pat encore, il-s'en faut, à cette extrémité Jusqu'à présent ni Ypres, ni le front qui s'étend de cette ville à la mer ne sont immédiatement en danger, et l'annonce par sir D. Haig de l'avance rapide de puissantes foreses françaises, amenées . pour renforcer les troupes britanniques, permet d'espérer que, là aussi, l'avance teutonne sera bientôt arrêtée. Dans ses dernières attaques de H'olle-beke aux coteaux de Messines, l'ennemi était parvenu à progresser, mais les troupes sud-africaines, eu coopération avec d'autres unités britanniques, purent rétablir la situation par une série de brillantes contre-attaques. Toutefois des détachements allemands sont parvenus à s'accrocher'au village de Messines,,où la lutte continue pour la possession de cette localité. Vendredi matin, l'artillerie teutonne ouvrait un bombardement violent d'un point à l'est de Ploegsteert, puis des vagues d'assaut puissantes et toujours renouvelées furent lancées contre les positions de nos Alliés qui, après une résistance opiniâtre, furent contraints de se replier sur une nouvelle ligne de défense dans le voisinage de Neuve-Eglise, d'où ils eurent à repousser de nouvelles attaques.•Plus au sud, dans les plaines de la Lys, H pression ennemie s'est fait fortement sentir et ici la ligne britannique a été reculée de Steenwerck vers le sud et le sud-ouest de Bailleul. Qes attaques continuent à être livrées sans répit dans cette région par des forces très -upérieures en nombre. Les troupes britanniques ont reculé lentement dans ces combats inces sants, et ont atteint des positions pré parées pour elles dans le voisinage du chemin de fer de Bailleul où elles ont de nouveau été violemment attaquées. Le combat se poursuit acharné, et les pertes inouïes des assaillants sont constamment remplacées. _ L artillerie britannique qui joue un rôle merveilleux dans cette lutte épique, a lancé des obus chargés de gaz dans Ar-wentières, rendant cette ville intenable pour les occupants. Des combats sanglants et ininterrom P'1 ont également eu lieu à Neuf Berlin et dans le voisinage de Merville, où e-miemi a aussi progressé sensiblement. >-• et Merville est tombé aux mains de l'a< versaire dans la nuit de jeudi à vendred Pendant la journée trois attaques lai cées en vagues très denses près de Vieil! Chapelle, ont été repoussées avec d< pertes immenses pour les assaillants, i le terrain devant la ligne britannique e jonché de cadavres teutons. Une violeni attaque a également été livrée contre hameau de Loisne, à environ 5 kiL mètres au nord-est de Béthune; elle subi le même sort. Des combats obstinés se sont encore d veloppés sur le front, de bataille au noi du canal de La Bassée, et l'ennemi légèrement progressé entre la Clarence i le canal de la Lawe. Au-delà, jusqu: Festubert et Givenchy, la situation resi inchangée. Dans son communiqué de vendrei Berlin annonce la prise d'Armentière avec sa garnison, soit 3,000 hommes < cinquante officiers, et d'un matériel c guerre important, parmi lequel 4 canons. Dans la région d'Arras et au sud, si: le front de l'offensive initiale, l'arti lerie allemande a déployé une grand ai tivité annonciatrice de nouvelles att; ques d'infanterie. Près de Tilloy-le: Mofffaines, sur la route de Cambrai Arras, les Allemands après un combê prolongé, sont parvenus à entrer dar un poste britannique, mais ils en ont ét rejetés immédiatement. Dans les env rons de Neuville Vitasse, au sud-e: .d'Arras, l'ennemi a livré plusieurs pui santés attaques locales, qui toutes ont ét repoussées. Entre Albert et la Somm< les batteries allemandes ont violemmer canonné la route de Bray à Corbie et or tenu sous un feu des plus vifs la vallée l'ouest de Sailly-le-Sec, pendant tout la nuit. Au sud de la Somme la lutte d'arti lerie a continuée à être d'une grande ir tensité. Vendredi matin, à la suit d'un feu roulant de toutes les pièces tel tonnes, les Allemands ont attaqué h lignes françaises sur le front de Har gard-en-Santerre-Hourges. Une lutf furieuse s'ensuivit durant toute la joui née. En face de Hourges l'ennemi n parvint à marquer aucun progrès, en de pit des efforts désespérés qu'il multipli obstinément. Cependant, après plusieUi assauts infructueux exécutés par de troupes constamment renouvelées, le Allemands se glissèrent dans Hangarc Des contre-attaques françaises parvir rent à reprendre la partie occidentale d village, où des combats déséspérés s poursuivent. Le communiqué -allemand dit que cett action fut entreprise par les Français e que son "échec" leur valut la capture d 500 prisonniers ! Dans le secteur de Noyon il y a eu de duels d'artillerie assez vifs, et les bat teries françaises ont pris sous leur fe des concentrations de troupes ennemies D'assez vifs bombardements ont eu lie' également dans la région du canal d l'Oise, et nos alliés ont effectué d'heureu: coups de main dans les lignes ennemie près de Chermizy, au nord de l'Ailette. Hindenburg disait que sa victoire coû terait 400,000 hommes à l'Allemagne Jusqu'à présent, la victoire n'est pas ap parente et il est dûment établi que le Allemands ont perdu, du 21 au 28 mars rien qu'en tués, 370,000 hommes. Ai cours de cette même semaine,on a compt 183 trains de 35 à 44 voitures transpor tant des grands blessés, ce qui représent une autre perte de 115,470 hommes. El y ajoutant les 60,000 blessés soignés ei Belgique et les prisonniers, nous arrivon à un total de près de 550,000 hommes. E ce n'est pas tout. En dehors de la zone de bataille, i nous reste à signaler sur le front occiden tal une attaque déterminée, lancée pa l'ennemi contre les positions française de Bois-Brûlé, dans la Forêt d'Apre mont. Les Allemands parvinrent à pren dre pied dans les éléments avancés de 1: défense, mais une vigoureuse contre-atta que exécutée par des troupes franco-amé ricaines rétablit immédiatement la situa tion, tout én infligeant à l'agresseur de pertes sensibles. Vingt-deux prisonnier* "appartenant à six unités différentes,' sont restés aux mains de nos alliés. Les Allemands ont de nouveau bom bardé Reims, visant nettement la cathé drale, autour de laquelle plusieurs incen dies se sont déclarés. Les vandales pour suivent -ainsi, sciemment, leur œuvre d< destruction criminelle, pour la plu1 grande gloire de la "kultur." Sur les autres théâtres de la guerre, i n'y a aucun fait saillant à signaler, er dehors d'une tentative d'offensive turco allemande en Palestine, qui semble dè: à présent vouée à un échec, toutes le: attaques lancées jusqu'ici contre nos alliés ayant été refoulées avec des perte: sensibles, non seulement en hommes,mai: aussi en terrain pour l'ennemi. en palestine Une offensive turque Mercredi, les Turcs, renforcés par de? troupes allemandes, ont pris l'offensive en Palestine, contre, le front britannique au nord-est de Jaffa. Un succès initia fut rapidement annulé et la ligne britannique fut avancée en plusieurs points, Jeudi, les Turcs attaquèrent près di pont du Ghoraniyeh, à l'est du Jourdain. Ils échouèrent, subirent de lourdes pertes et furent mis en fuite et poursuivi; sur une distance dé près de huit kilomètres par*'la cavalerie britannique. Une troisième attaque livrée près de la route de Sichem a également été repoussée. operations navales L'activité des aviateurs alliés Le journal socialiste suédois, "S'ocial-demokraten, " signale que le grand navire de guerre allemand "Rheinland'' s'est -échoué près de Laagskâr, une des îles Aaland. On signale d'autre source que ce navire a heurté une mine et a coulé! opérations aeriennes Un raid de Zeppelins Londres, vendredi, 11 h. 50 du soir. — Quelques dirigeables ont traversé h côte est-ce soir et qrit dirigé des attaque; contreTes districts de l'-ëst et du Midland. Un ou deux Zeppelins sont parvenus i pénétrer à l'intérieur du pays, où quelques bombes ont été jetées. Jusqu'à présent les détails manquent. L'activité des aviateurs alliés. Dès que l'atmosphère s'est éclaircie, L y a eu, jeudi, une grande activité aérienne sur tout le front de bataille at nord du Canal de La Bassée. Vingt-et-un aéroplanes ennemis ont -été abattus et 14 autres ont été mis hors combat. Quatre appareils britanniques ne sonl pas rentrés. Par contre, deux des aéroplanes britanniques qui n'étaient pas rentrés mercredi, ont regagné leur base. Dans la nuit de jeudi à vendredi, plus de huit tonnes de bombes ont été jetées sur Bapaume, sur les villages au sud de la Somme et sur des objectifs militaires à Ostende et à Zeebrugge. Un des appareils qui ont participé à ces expéditions n'est pas rentré. Vendredi, la g are de Metz-Sablon a été bombardée avec succès ; 22 bombes de gros calibre ont été lancées avec de bons résultats sur les voies ierrées'et sur les voies de garage. De leur côté, les pilotes français ont abattu deux aéroplanes et un ballon captif ennemi et en ont mis douze autres hors combat. Seize tonnes de bombes ont été jetées sur la gare de St-Quentin et sur des établissements ennemis dans la région au nord de Montdidier. Une furieuse déflagration a détruit les hangars d'aviation de Champion. Une explosion et un incendie ont également été observés dans la gare de St-Quentin. la oéventioTTrlanoaise En présentant au premier ministre le rapport sur les travaux de la convention irlandaise, sir Horace Plunkett, qui présida la convention, déclare que oelle-ci a posé pour la réalisation d'un accord irlandais des fondations qui sont sg,ns précédent dans l'histoire. Le rapport montre, dit-il, que s'il n'a pas été possible de surmonter les objections des Unionistes de l'Ulster, la majorité des Nationalistes,, tous les Unionistes du sud et cinq sur sept représentants du travail ont été d'accord pour préconiser la réalisation immédiate de la forme de '"self-government" résumée ci-après. Parlement irlandais Un Sénat de 64 membres, comprenant les archevêques, les lord-maires, des représentants des Pairs, et des représentants du commerce et de l'industrie, du travail, et du gouvernement local. .Une chambre des communes comprenant 160 'membres élus par la voie ordinaire (mais élus dans les circonscrip tions de trois membres sur le principe ( la représentation proportionnelle), ! membres additionnels à élire par les ci conscriptions de l'Ulster, et 20 membr à désigner par le lord lieutenant poi représenter les Unionistes du Sud, qu rante pour cent des sièges étant garant aux Unionistes. ! La nomination des 20 membres par lord lieutenant cesserait après 15 an mais la représentation supplémentai: de l'Ulster continuerait jusqu'à < qu'elle soit abolie par une majorité d 1 trois-quarts dans les deux chambres r unies. • Quarante-deux députés irlandais sièg 1 raient à la Chambre des Communes br tannique et seraient élus par les meri bres de la chambre des communes irlai 1 daise d'après les provinces et suivant principe de la représentation proportioi nelle. Ces députés irlandais auraient 1 droit de prendre part à toutes les délib rations et à tous les votes au parlemei britannique. Pouvoir exécutif Le pouvoir exécutif continuerait à a] partenir au roi, mais serait exercé p; le lord lieutenant'sur l'avis d'un comi: exécutif irlandais. Limitations et sauvegardes Le pouvoir suprême et l'autorité d parlement du Royaume-Uni subsistera sans diminution. Le parlement irlai dais ne peut légiférer au sujet de la Çoi ronne des questions de paix ou de- guerr d'armée et de marine, de traités relati aux relations étrangères, dignités < titres, ports navals, émission de moi naies, droits d'auteur et de patente. Les services de police et les servie) postaux passeraient automatiquemer sous le contrôle irlandais après la guern Entretemps, ils seront sujets à un coi ; trôle unifié par arrangement entre le goi veniement impérial et- le gouvernemei irlandais. Les lois contraires à l'égalil religieuse sont interdites. Des sauvega des seront données aux francs-maçons, a Trinity College et aux fonctionnaires i landais actuels. Finances Un ministère des finances irlandais < un fonds de consolidation seront établi Le contrôle des douanes et accises par ! Parlement irlandais sera différé pour pli ample examen après la guerre, mais sera décidé end-éans les sept années de 1 conclusion de la paix. Entretemps, une commission des i ' nances mixte (deux membres norami par la Trésorerie impériale et deux p; la Trésorerie irlandaise avec un présider désigné par le Roi), sera établie pou déterminer le revenu réel de l'Irland* Le revenu dû à l'Irlande du chef d< douanes et accises, tel qu'il sera détei miné par la commission, sera versé a ministère des finance d'Irlande. Contribution impériale Le principe en est approuvé. Achat de terres Une série de clauses pour l'achèv< ment rapide d'achat de terres, y compr le transfert immédiat au "Départemer des districts congestionnés" de toutes le terres non louées dépendant de oe dépai tement, et le transfert de la part d'inix rêt du propriétaire dans les terres louée soit aux locataires, soit à l'Etat pour re distribution. Pouvoir judiciaire Les clauses de l'Acte pour le gouvei nement de l'Irlande, sauvegardant la pc sition des juges irlandais existant et re glant les nominations et les appels seron adoptés1. Emplois publics Une commission sera établie pour pré parer un système d'admission par exs mens. Pensions de vieillesse Le gouvernement irlandais pourra, s': le désire, différer la reprise des service relatifs aux pensions de vieillesse, assu rance nationale, "labour-exchange," ete la conscription pour l'irlande La Chambre dès Communes a décid hier par 281 voix contre 116 d'étendr la conscription à l'Irlande. Le déba prit près de 8 heures. Un .amenderpen avait été déposé par un député nationa liste irlandais demandant que le servie obligatoire ne soit par étendu à l'Ir lande avant qu'il n'ait été approuvé pa un parlement irlandais. M. Henderson l'ancien leader du Labour Party, pari: le da l'atteinte à la liberté du peuple de iO l'Irlande, et déclara que si l'jivertisse-r- ment des Nationalistes était méconnu, es les Sinn Fein prendraient l'ascendant en ir Irlande comme les Bolshevistes l'avaient i- pris en Russie. M. Asquith insista pour is que le temps qui s'écoulerait entre le vote de la loi et son application à l'Irlande le soit employé à accorder à l'Irlande une s. forme généreuse de "self.government." re M. Duke, secrétaire pour l'Irlande, ré-*e pondit au nom du gouvernement. Il de-3s manda aux Nationalistes de se souvenir s- que les conditions actuelles étaient sans précédent dans l'histoire du monde et e- que chaque minute était précieuse. 11 i- leur rappela que les Irlandais habitant i- la Grande-Bretagne et ceux habitant les Etats-Unis étaient soumis à la même loi [€ que celle qu'on proposait d'appliquer en i- Irlande, et déclara qu'il était impossible [6 au gouvernement de reculer, la mesure s- proposée étant dictée par un inexorable devoir. Il déclara d'autre part que le projet de loi pour l'octroi du "self governement" à l'Irlande serait déposé sans retard et poussé avec toute célérité. > Il ajouta que rien ne -serait plus agréable au gouvernement que de voir un parle-'e ment s'établir à Dublin avant qu'un homme ne soit appelé sous les drapeaux, ce que M. Bonar Law confirma. Avant u que celui-ci ne prit la parole M. Devlin, Nationaliste, dans un discours éloquent j. promit au gouvernement que si 'un par>-j_ lement irlandais était établi il serait le 3 premier à s'engager comme simple sol-fs dft où pour n'importe quel service, et de se placer à la tête des coeurs jeunes et j. généreux qui seraient certainement touchés par l'acte de justice de l'Angleterre. " lettre ye l'empereur charles i- ** -tt Le télégramme de l'Empereur-Charles au Kaiser, que nous avons publié hier à r_ la suite du communiqué français, don-u nant le texte de sa fameuse lettre, était r.. en réalité antérieur à ce communiqué et c'est précisément l'attitude adoptée p ir l'Empereur dans ce télégramme qui ^ amena la publication du communiqué. La lettre de l'Empereur date du 31 'e mars 1917, trois jours après, dit le "Times-," c'est-à-dire le 3 avril 1917, jj l'Empereur Charles et l'Impératrice Zita arrivèrent à Hombourg, qui était alors le siège du grand quartier-général alle-j mand pour rendre Visite au Kaiser et à ;<3 la Kaiserin. Herr Bethmann-Hollweg, r le maréchal Hindenburg et le général ^ Ludendorff étaient présents. Les jour-naux allemands prirent la peine d'ex-, pliquer que la visite ne devait pas être ^ interprétée comme préliminaire à ùe nouvelles offres de paix, mais quinze u jours plus tard 1 ' A u triche-: ïà^ngri e faisait des propositions de paix ieparée à la Russie. . ' AUTOUR DE LA GUERRE ; GRANDE-BRETAGNE t — Un amendement proposant de fixer la limite d'âge militaire à 48 ans au lieu de 50 ans a été repoussé par 262 vois contre 110. DERNIÈRE HEURE Le communiqué britannique Samedi, 11 h. 9 matin. De violents combats se sont développés hier soir dans le voisinage de Neuve-k Eglise et de Wolveringhem et continuaient encore assez tard dans la nuit. Nous avons avancé légèrement notre li-; gne dans le voisinage de Festubert et avons fait quelques prisonniers. Tôt dans la nuit une forte attaque ennemie, précédée d'un violent bombardement, a été lancée contre nos positions à l'est de Laon. s L'*ennemi réussit à pénétrer dans notre ligne en certains points mais en fut expulsé à nouveau par des contre-attaques, et une seconde attaque tentée par l'ennemi plus tard dans la nuit dans la même localité fut repoussé. Durant la première partie de la nuit l'ennemi attaqua à l'ouest de Merville mais fut repousse, é Sur le restant du front nord la situation s est sans changement. t De vives attaques locales ont eu lieu au 5 sud de la Somme dans le- voisinage de - Hangard et des positions dans lesquelles 3 l'ennemi s'était introduit furent recon- - quises par des contre-attaques livrées par r les troupes françaises et britanniques. Au , nord de la Somme, l'artillerie ennemie a i été plus active.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Liberale pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1843 tot 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Reacties 0

Meer reacties

Locatie

Onderwerpen

Periodes